le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Coquillage et doigts de pieds
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mer 17 Avr - 22:59 (2013)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

Razz Monstrueusement bandant merci !

Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 17 Avr - 22:59 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eddy2


Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2013
Messages: 220

MessagePosté le: Ven 7 Juin - 21:04 (2013)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

L'art et la manière pour nous vibrer de plaisirs...
Ces trois chapitres sont magnifiquement interprétés ! Okay
Encore une fois STP therpsicore. Razz


Revenir en haut
therpsicore
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 98

MessagePosté le: Ven 21 Juin - 12:41 (2013)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

Chapitre 4

Mon père rentra une heure plus tard accompagné de deux de ses amis. La pêche avait été bonne et les trois hommes s’attablèrent sur la terrasse pour un apéritif mérité. Même si la tâche me rebutait un peu, j’aidai ma mère en cuisine pour préparer les poissons en vue du barbecue. J’avais passé un simple haut de bikini et une jupe ultra courte. En dessous, j’avais laissé ma chatte et mon cul à l’air libre et il aurait suffi de se pencher un peu pour avoir une vue imprenable sur mes trésors. Ma mère avait opté pour une ample robe plus sage mais dont le décolleté laissait entrevoir sa poitrine généreuse. Nous passâmes les préparatifs du dîner à nous taquiner et à nous aguicher. Mes hanches collées à ses fesses, je lui murmurai que j’aurai bien dégusté des fruits de mer au lieu des loups que nous évidions. En riant, elle me répondit :
- « Fais-moi confiance. Dès que les hommes seront trop saouls, tu pourras en déguster du coquillage ! » »
Et passant sa main sous ma jupette, elle enfouit ses doigts dans ma chatte, la barbouillant de jus de poisson. « Comme ça, elle aura plus de goût ! »
- « Mais vous êtes une cochonne madame ! » lui répondis-je en faisant semblant de m’offusquer et en plongeant moi aussi mes mains sous sa jupe. Ses poils étaient soyeux et j’aurais volontiers plongé ma bouche entre ses cuisses si l’heure du dîner n’avait approché à grands pas.
Nous revînmes sur la terrasse et mon père nous délaissa pour aller préparer le barbecue. Nous nous assîmes dans les fauteuils profonds pour savourer un grand verre de vin rosé et discutâmes avec nos invités. Ma mère et moi remarquâmes rapidement que l’un d’eux reluquait mes cuisses dénudées et elle roula des yeux dans ma direction pour m’inviter à plus de décence. Au lieu de cela, j’écartai légèrement les jambes, juste pour que notre « voyeur » ait la conviction que je ne portais pas de culotte. Celui-ci devint rouge pivoine et détourna le regard. J’en profitai pour me tourner légèrement vers ma mère et pour écarter un peu plus les cuisses afin qu’elle ait une vue imprenable sur mon minou. Elle avala une grande gorgée de vin et l’air de rien, remonta discrètement les pans de sa robe, me laissant admirer son con luisant.
Le dîner fut délicieux et comme nous l’avions prévu, les hommes burent plus que de raison. En fin de soirée, les deux amis de mon père étaient sérieusement éméchés et s’en allèrent à pied, bras dessus bras dessous en chantant à tue-tête. Mon père quant à lui eut tout juste la force de grimper les escaliers et de s’effondrer sur le lit en ronflant bruyamment. Tremblante de désir et impatiente, j’aidai ma mère à débarrasser la table et à ranger la cuisine. Lorsqu’elle se pencha pour mettre les assiettes dans le lave-vaisselle, je fus incapable de me retenir plus longtemps et je m’agenouillai derrière elle en relevant sa jupe. Ma mère souffla bruyamment et tendit sa croupe vers ma bouche. Des effluves puissants de poisson assaillirent mes narines et je me mis à laper à grands coups de langue son sexe et son anus. En essayant de garder l’équilibre, ma mère prit ses fesses à deux mains et écarta ses globes laiteux pour me faciliter la tâche. Elle ronronnait de plaisir et m’encourageait à la lécher plus profondément. Une mouille épaisse tapissait les lèvres charnues de son sexe et son trou de balle palpitait comme une petite bouche assoiffée. Je la pris par la main et je m’emmenai au salon où nous serions plus à l’aise. Au passage, ma mère saisit la motte de beurre qui était restée sur la table de la cuisine…
Elle m’allongea sur le tapis du salon et s’accroupit au-dessus de moi. Son sexe juteux béait juste au-dessus de mes yeux et je la saisis par les hanches pour l’obliger à se coller à ma bouche. Le nez coincé dans les replis de son anus, j’enfonçai ma langue le plus loin possible dans son vagin brûlant. Ma mère saisit mes cuisses et les releva très haut pour avoir un meilleur accès à ma chatte. Pendant quelques minutes, nous nous dégustâmes mutuellement le coquillage et lorsque ma mère enfila deux doigts dans mon cul, je me mis à couiner de bonheur.
Le cul de ma mère glissa progressivement de mon visage pour descendre sur mes seins, sur mon ventre, sur mes cuisses avant de se poser sur mes pieds. D’une main, elle saisit la motte de beurre qu’elle avait posé sur la table basse et en recueillit une généreuse noisette dont elle se badigeonna la raie des fesses. Elle prit une seconde noisette de beurre et me massa longuement le pied droit, de l’extrémité des orteils jusqu’à la cheville. La caresse était infiniment agréable et de doux frissons me parcouraient le ventre et le dos tandis qu’elle s’appliquait à bien me graisser le pied.
Lorsqu’elle le jugea suffisamment lubrifié, elle releva légèrement le bassin et positionna les orteils contre son anus. Je l’aidais du mieux possible en agitant le bout du pied contre la couronne anale jusqu’à ce que je trouve l’orifice et que je pousse doucement. Les trois premiers doigts de pieds entrèrent sans encombre. Ma mère et moi marquâmes une pause pour qu’elle s’habitue à cette présence qui lui dilatait le rectum. D’un léger mouvement de bassin, elle fit entrer les deux derniers orteils et gémit sourdement. De mon autre pied, je lui caressais doucement le ventre et les seins en observant son visage déformé où perlaient quelques gouttes de sueur. Ma mère leva les yeux sur moi et me dit doucement :
- « Tu me casses le cul !
- Veux-tu qu’on arrête maman ?
- Surtout pas ! Laisse-moi m’habituer… Après ça rentrera tout seul !
Je n’osais remuer les orteils dans son fondement et ma mère effectuait de minuscules rotations du bassin pour que mon pied se love plus profondément. Millimètre par millimètre, elle s’empala jusqu’à ce que ma cheville soit nichée entre ses fesses. Tout mon pied se trouvait désormais emprisonné dans un fourreau brûlant et très serré. Ma mère se pencha à nouveau et écartant largement ma jambe libre, elle ficha ses doigts dans les replis de ma chatte tout en se déhanchant pour faire coulisser mon pied à l’intérieur de son rectum. Je m’appliquais du mieux possible à lui offrir le plaisir qu’elle appelait de tout son corps tremblant, l’encourageant même de la voix :
- « Vas-y maman, défonce-toi le cul sur mon pied, continue à couiner comme ça. Tu m’excites ! Tu me masses le pied avec ton trou de balle et la moule avec tes doigts… C’est délicieux ! »
- « Ooooooh chérie, c’est merveilleux ! C’est énorme ! Je voudrais que ça continuuuue… Toujours ! Mon cul va exploser… »
Et effectivement, quelques secondes plus tard, ma mère se tétanisa dans un cri strident. Ses sphincters vaincus laissèrent gicler un flot de mouille teintée d’urine. Clouée par l’orgasme monstrueux qui lui creusait les reins, elle resta un moment immobile. Ses cris perdirent progressivement en intensité. Elle finit par s’affaler complètement sur ma cuisse, ses seins généreux affalés de part et d’autre et sa bouche bavant à quelques centimètres de mon clito tendu à l’extrême.
Ma mère releva son cul et mon pied s’extirpa en faisant un drôle de bruit de succion.
- « Oh la vache ! Je dois avoir le cul démonté mais qu’est-ce que c’était bon… »
Je la fis basculer tête-bêche pour admirer le spectacle et en effet, lorsque sa croupe se tendit au-dessus de mes yeux, je vis l’anus maternel encore béant et tartiné d’une fine pellicule grasse. De ma bouche et de ma langue, je m’appliquais à en apaiser les contours malmenés, goûtant au passage les effluves âcres qui s’en échappaient. Ma mère se laissait faire doucement et aspira mon clito entre ses lèvres pour me donner un dernier orgasme.
Nos sens enfin apaisés et les yeux étrangement cernés, nous nous dîmes que le reste de la vaisselle attendrait bien le lendemain matin et nous montâmes nous coucher.


Revenir en haut
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 195
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Ven 21 Juin - 14:30 (2013)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

Super. j'en veux encore... !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Eddy2


Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2013
Messages: 220

MessagePosté le: Ven 21 Juin - 22:10 (2013)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

De l'humour, de l'amour, du sexe, et de la fantaisie... Que (queue) demander de plus !
Tous les ingrédients sont présents pour nous faire rêver !!! Very Happy


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Lun 8 Juil - 23:28 (2013)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

Razz  Ma queue est toute raide je vais devoir me tripoter en imaginant la suite ............ merci Embarassed

Revenir en haut
MSN
kerne1


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juil 2012
Messages: 3
Localisation: normandie

MessagePosté le: Dim 5 Oct - 14:29 (2014)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

 LA SUITE ... LA SUITE
Très joli texte , vivement la suite


Revenir en haut
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Jeu 9 Oct - 09:43 (2014)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

Parfait merci encore encore stp

Revenir en haut
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 00:30 (2015)    Sujet du message: Coquillage et doigts de pieds Répondre en citant

Incroyablement excitant !! Mille mercis Therpsichore
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom