le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

La découverte de ma sexualité / Nylondream

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
nylondream


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 20:28 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

La découverte de ma sexualité

À mon tour de me lancer et vous raconter ma propre histoire.
Merci de me faire part de vos commentaires sur cette première partie afin que j'améliore mon style, si possible, pour la suite.
Un petit peu d'indulgence, tout de même, car c'est la première fois que je dévoile mon histoire et que je prends la plume..., euh, le clavier.


Chapitre 1


La découverte de ma sexualité a débuté dans les années 80, vers l’âge de 12-13 ans, comme beaucoup de garçons de mon âge à cette époque, en regardant les catalogues de vente par correspondance. Ainsi, la vue est le premier des cinq sens à entrer en action lors de la découverte de notre sexualité. J’ai donc eu mes premiers émois à cette époque, en feuilletant les pages lingeries de ces catalogues. Quel bonheur, on avait accès à ces images « pornos » sans restriction, mais en cachette des parents, bien évidemment. Eh oui, à cet âge, voir des femmes juste en culotte et soutif ou nuisette, je considérais cela comme « porno » : manque d’expérience, mais pour débuter, c’était extra et je sentais grossir mon sexe à chaque fois que je regardais ces images. Je me souviens que l’on pouvait apercevoir, sur certains modèles, les aréoles des seins en transparence de soutien-gorge ou deviner les poils bruns masqués par un petit bout de tissu trop fin. C’est aussi à cette époque que ma passion pour les bas et collants a débuté. J’adorais mater ces jolies jambes gainées, généralement perchées sur des hauts talons. Le mercredi, quand j’étais seul à la maison, je m’allongeais sur mon lit et me masturbais en regardant les pages lingerie, bas collants, chaussures. Je ne me lassais jamais de ces moments où je pouvais admirer la beauté de ces magnifiques femmes tout en m’abandonnant à des plaisirs solitaires. Un vrai délice. J’étais impatient que les nouveaux catalogues Printemps/été et Automne/Hiver sortent pour découvrir les nouveaux modèles et renouveler les images à mater pendant mes séances de branlette. Lorsque ces nouveaux catalogues sortaient, je me précipitais dessus et allais directement aux pages intéressantes en disant à mes parents que je regardais les pages de jouets à la fin du catalogue. Ma mère descendait alors les anciens catalogues à la cave pour les mettre sur le tas de vieux papiers destiné au conteneur de récupération de la ville (déjà à l’époque, on commençait à prendre soin de l’environnement). J’allais alors arracher ces merveilleuses pages qui me procuraient tant de plaisir et les ramenais dans ma chambre pour les planquer sous mon armoire. Je les reliais avec du scotch pour recréer un nouveau catalogue, beaucoup moins épais, mais avec que de jolies femmes en petites tenues. Au fil des saisons, je me suis donc fait une belle compilation de photos qui me permettait de fantasmer à toutes ces femmes plus désirables les unes que les autres.

Une fois, je devais avoir 14 ans, allongé sur le dos sur mon lit, mon bas de pyjama descendu sur les chevilles, je me caressais en regardant les 2 nouveaux catalogues en plus de ma « compilation » des anciens catalogues. Tournant les pages de ma main gauche, je faisais aller et venir lentement ma main droite enserrant ma verge et en m’imaginant que je caressais et embrassais ces très belles créatures. Au fur et à mesure du vagabondage de mon esprit, le rythme de ma main droite s’accéléra, je fermai les yeux et sentis ma semence monter. Une giclée fut expulsée de mon sexe en même temps que je poussai un râle et me cabrai de plaisir. Je reçus sur le ventre, plus haut que d’habitude, le liquide tiède et visqueux. Je continuai le mouvement de va-et-vient, toujours les yeux fermés, sans ralentir le rythme et en écrasant bien ma main sur mes testicules. Une deuxième giclée fut projetée, me procurant une sensation de plaisir et de bonheur intense. Je finis mon mouvement et les dernières gouttes de sperme sortir sans force et dégoulinèrent sur ma main. Je restai là, allongé sur mon lit, les yeux fermés, quelques secondes, pour profiter au maximum de ces instants de bonheur.

Lorsque je rouvris les yeux, je m’aperçus qu’une giclée de sperme était retombée sur la page 727 en plein sur la tête d’une magnifique blonde vêtue d’un superbe ensemble en dentelle noire soutien-gorge, culotte et porte-jarretelles avec bas noirs. Je me précipitais sur le rouleau de PQ à côté de moi sur le lit (eh oui, j’étais prévoyant) et essuyai le plus délicatement possible la page souillée. Malheureusement, le sperme avait déjà traversé la page et fait une grosse tâche. La peur s’empara de moi : ça va se voir, comment vais-je pouvoir cacher cela ? Faut-il arracher la page ? Non ma mère va s’en apercevoir ! Oh non, merde, je vais me faire prendre… Finalement, je décidai d’aller chercher le sèche-cheveux et de le passer sur la page en question pour la sécher plus rapidement. Au bout de 5 minutes, la page était sèche, mais était toute gondolée et une tâche blanche restait à l’endroit où le sperme avait collé 2 pages. Je ne pouvais rien faire de mieux et décidai de remettre en place le catalogue en espérant que ma mère ne s’en aperçoive pas. Je peux vous dire que pendant 2 à 3 semaines, à chaque fois que ma mère prenait le catalogue et s’installait dans le salon pour le regarder, la peur me prenait au ventre et je quittais rapidement le salon pour me mettre dans l’escalier et espionner ma mère pour vérifier qu’elle ne découvre pas mes cochonneries. Heureusement, elle n’a jamais remarqué la feuille gondolée et je ne me suis jamais fait punir (du moins, pour cet épisode).

nylondream


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 20:28 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 21:12 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

C'est passionnant, tu pourrais même en faire une histoire !

Je me languis de la suite !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Ulysse
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 23:26 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Je suis impatient de lire la suite moi aussi.

Dernière édition par Ulysse le Ven 28 Déc - 11:22 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Matazard


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2012
Messages: 527

MessagePosté le: Ven 28 Déc - 09:07 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Tout comme Ulysse, je suis impatient de lire la suite Okay

Revenir en haut
greg89000


Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2012
Messages: 22

MessagePosté le: Ven 28 Déc - 16:14 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

la suite la suite vite

Revenir en haut
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Sam 29 Déc - 02:02 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

pourquoi ne pas donner de suite

Revenir en haut
Bonboncola


Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2012
Messages: 1

MessagePosté le: Lun 31 Déc - 03:42 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Très bonne histoire , attend la suite avec impatience Smile

Revenir en haut
ionwe


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 189

MessagePosté le: Lun 31 Déc - 11:45 (2012)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

super récit , vivement la suite . J adore

Revenir en haut
jeux2mains


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2012
Messages: 1 242
Localisation: Sarthe

MessagePosté le: Mar 1 Jan - 13:21 (2013)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Super, il plante le décors, on commence déjà à salivé, et bientôt peut être s'astiquer  Wink Wink Wink Wink Jeux2mains


ps :  meilleurs vœux pour cette nouvelle année
_________________
jeux2mainsjeux2coquins


Revenir en haut
vincent62450


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2012
Messages: 48
Localisation: france

MessagePosté le: Mar 1 Jan - 17:10 (2013)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

superbe début,j'attends la suite avec beaucoup d'impatience  Razz Razz Razz
_________________
aime les histoires mere fils


Revenir en haut
Hanauer


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2012
Messages: 247
Localisation: Allemagne

MessagePosté le: Mar 8 Jan - 00:05 (2013)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Beau debut,attend la suite
Merci


Revenir en haut
mimi75


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2012
Messages: 30
Localisation: matuvu

MessagePosté le: Jeu 24 Jan - 01:21 (2013)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

la suite se fait attendre ...

Revenir en haut
nylondream


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Ven 25 Jan - 20:26 (2013)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Corrigé par Redflag

La découverte de ma sexualité

Chapitre 2


Les photos de lingerie dans les catalogues, c’est bien, mais la lingerie réelle, c’est mieux. C’est donc tout naturellement que je me suis mis à fouiller dans les placards de ma mère, à la recherche de sa lingerie et de ses collants. Ma mère avait 42 ans lorsque j’en avais 14. Elle était brune, yeux marrons, mesurait 1,67 m pour 65 kg. Elle était donc un peu ronde sans être grosse. Elle n’était pas aussi belle que toutes les filles des catalogues, mais était, quand-même, mignonne. Elle portait souvent des jupes ou des robes qui lui arrivaient généralement au-dessous du genou, ainsi que des collants couleurs chair 20 deniers en mousse : pour ceux qui n’ont pas connu les années 80, c’était des collants moins classe que les collants voiles, mais très répandus à cette époque. Elle portait également des escarpins à talons de 3 cm maxi. Elle avait un look très classique. Comme je l’ai dit avant, je me suis très rapidement passionné pour les collants. Je trouve que l’aspect soyeux que donnent les collants aux jambes est magnifique et met vraiment en valeur celles-ci. Je passerai donc sur les culottes et soutiens-gorges trouvés dans son placard qui n’avaient pas franchement d’intérêt, car en coton, très classiques et pas très érotiques. Par contre, j’adorai fouiller dans la boîte à chaussures où ma mère rangeait tous ses collants. Je lui en empruntais régulièrement, lors de mes séances de branlette et me caressai le sexe avec. J’adorais les sensations procurées par cette fine matière très douce qui effleurait ma peau. Le toucher est donc le deuxième de nos sens à avoir été sollicité lors de la découverte de ma sexualité. Et en mariant ces deux sens, la vue (des jolies filles en lingerie fine) et le toucher (des collants de ma mère autour de mon sexe), le plaisir était encore plus intense lors de mes séances de masturbation.

Et bien-sûr, ce qui devait arriver arriva : un jour, emporté par le plaisir extrême lors d’une éjaculation, j’ai totalement lâché prise et n’ai plus fais attention aux jets de sperme qui ont giclés à la fois sur ma main, mais aussi sur le collant de ma mère. Panique à bord, une nouvelle fois, en effet, ma mère devait rentrer dans moins d’une demie heure, il fallait absolument tout remettre dans l’ordre avant son retour. J’ai donc couru vers la salle de bain avec le collant souillé dans les mains, sans prendre le temps de me rhabiller. Je me vois encore dans la salle de bain à l’étage, en train d’essayer de laver ce collant et faire disparaître toutes les traces de ce liquide visqueux. Mon cœur battait à cent à l’heure, tout comme les idées qui se bousculaient dans mon petit cerveau : comment le collant va sécher avant que maman ne rentre ? Ne va-t-il pas rester des traces blanches ? Comment je vais lui expliquer que je me masturbais avec ses collants si je me fais prendre... ?

Finalement, une fois le collant lavé, j’ai pris le sèche-cheveux et ai fait sécher le collant avec. Il y a donc deux accessoires, quasi indispensables, quand on est gamin et que l’on se fait une petite séance de masturbation, c’est le rouleau de PQ pour s’essuyer et le sèche-cheveux pour réparer ses conneries. Heureusement que ça sèche très vite car j’ai entendu ma mère rentrer à peine trois minutes après avoir débuté le séchage de son collant. Mon cœur qui battait déjà très vite s’est encore accéléré. « Bonjour, mon chéri ! ». J’ai immédiatement arrêté le sèche-cheveux. Je l’ai rangé en vitesse dans le tiroir. « Bon-bonjour maman ! ». J’ai foncé dans ma chambre. J’ai entendu ma mère monter l’escalier. Ça y est, je suis mort ! J’ai repoussé la porte de ma chambre, pas le temps de la fermer. J’ai balancé le collant de l’autre côté du lit. J’ai attrapé mon bas de pyjama et l’ai enfilé en 1 seconde. Ma mère est arrivée en haut de l’escalier. Elle est à un mètre de ma chambre. Le catalogue est encore grand ouvert sur mon lit aux pages de la lingerie sexy. Elle s’approche de la porte de ma chambre. Je n’ai pas le temps de planquer le catalogue et m’allonge directement sur le lit en masquant le catalogue avec mon corps. Ma mère entre dans ma chambre. D’un geste rapide de la main droite, je fais rapidement glisser le collant sous le lit qui était tombé par terre côté opposé à la porte. Mon cœur bat à 180 à l’heure, je sens des gouttes de sueur perler le long de mes tempes. Je remarque l’expression de surprise qui s’est affichée sur son visage lorsqu’elle est entrée dans ma chambre. Pas étonnant, elle trouve son fils en rentrant à la maison à 18 H, torse nu, en pantalon de pyjama, allongé sur son lit. « Ça va mon chéri ? ». Malgré le fait que j’ai réussi à tout planquer avant que ma mère ne s’aperçoive de mes cochonneries, je suis encore tellement tétanisé par la peur que je ne peux répondre à ma mère. Elle s’approche alors de moi et vint s’assoir sur le lit à côté de moi et, tout en tendant sa main jusqu’à toucher mon front pour tester ma température, « Mon chéri, ça va ?, tu es tout bizarre… ! ». « Euh, oui, enfin non, euh, je ne me sentais pas très bien, je me suis changé et je me reposais ! ». « D’accord, je vais quand même prendre ta température, mets-toi en position, je vais chercher le thermomètre ! ». Elle se leva et quitta la chambre pour se diriger vers la salle de bain. Je me relevai d’un coup, attrapai le catalogue et le planquai rapidement sous le lit. J’en profitai pour repousser, sous le lit, une jambe du collant qui dépassait un peu. Je me suis ensuite allongé sur le ventre et ai baissé mon pantalon de pyjama sous le pli de mes fesses en attendant maman, qui revenait d’ailleurs de la salle de bain le thermomètre à la main. « Écarte les fesses, mon chéri ! » Je m’exécutai en écartant les fesses à l’aide de mes deux mains. Elle introduisit alors le bout du thermomètre dans mon anus. « Aïe, maman, tu m’as fait mal ; on ne peut pas le mettre dans la bouche, plutôt, comme chez le médecin ? ». « Non, mon chéri, c’est la meilleure façon de prendre la température, mais la prochaine fois, je mettrai un peu de lubrifiant pour que ça rentre mieux ! ». Je tiens à préciser, qu’à cette époque, il était tout à fait normal de prendre la température de cette manière et qu’il n’y avait aucune connotation sexuelle. « Garde-le deux minutes, je reviens tout à l’heure ! ». La peur retomba, mais j’étais passé très près de la catastrophe, il était vraiment moins une que je me fasse prendre en flagrant délit. Je me suis donc alors juré de ne plus jamais aller piquer les collants de ma mère pour me masturber avec.

Nylondream


Revenir en haut
perj


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2012
Messages: 598

MessagePosté le: Sam 26 Jan - 09:36 (2013)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Ah, le plaisir du thermomètre dans le prose, j'adorais ce moment privilégié, ma mère m'ouvrait les fesses, m'introduisait le bout effilé, parfois...mais je m'égare, jai en tête une histoire basée sur ce sujet, je concrétiserai peut être...
Merci en tout cas pour ton témoignage/reportage sur cette époque, moi les collants mousse j'aimais pas trop, à part leur odeur un peu spéciale....
_________________
Perj


Revenir en haut
Matazard


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2012
Messages: 527

MessagePosté le: Sam 26 Jan - 09:43 (2013)    Sujet du message: La découverte de ma sexualité / Nylondream Répondre en citant

Que de souvenirs de jeunesse qui remontent à la surface, un vrai plaisir de te lire Nylondream Okay

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom