le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Comment ma vie a basculé / Bobharper
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Hommes, hommes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
bobharper


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2012
Messages: 10

MessagePosté le: Mar 27 Aoû - 10:47 (2013)    Sujet du message: Comment ma vie a basculé / Bobharper Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Comment ma vie a basculé

Chapitre 4


Je sentais son corps frissonner, papa tortillait ses fesses sur mon visage. J’avais de la bave mélangée à sa sueur jusqu’aux oreilles, cette situation m’excitait de plus en plus. Je remis à bander de nouveau très fort. Je continuai de longues minutes à lécher l’anus de mon père, mais ces mouvements trop prononcés m’empêchaient de respirer.

« Branle-moi en même temps ! » Me dit-il.

J’étais à bout de souffle, son cul m’étouffait.

« Je n’en peux plus, papa…, s’il te plaît, relève toi, ça suffit ! »

Il se releva, en marmonnant :

« Tu sais, tout à l’heure, j’ai bien failli m’étouffer avec ton sexe et je n’en ai pas fait tout un flanc, Fabrice, ça va, quoi… ! » Me dit-il, limite, en me criant dessus.

Il arrivait à me faire culpabiliser et je ne supportai pas cela, alors je froncai les sourcils.

« C’est comme ça que tu veux que ça se passe entre nous, papa, franchement ?
– Excuse-moi, fiston, mais tu sais, cette situation m’excite au-delà de ce que j’aurais pu imaginer, alors je m’emballe un peu… !
.. J’oublie, qu’hier soir encore, nous avions une tout autre relation ! »

Je sentais dans sa voix que je pouvais jouer avec lui, qu’il aurait été prêt à tout pour continuer cette relation avec moi. Je me relevai et, sans un mot, je me dirigeai vers l’escalier du premier étage, en jouant la carte du dégoût et de l’ignorance.

« Non Fabrice, reviens, s’il te plaît, je ferai attention à toi, je ne veux que ton plaisir, tu sais…, pardonne moi…, reviens, je t’en prie ! »

Je n’en revenais pas, mon père était en train de se prostituer pour que je revienne près de lui. Je fis mine de l’ignorer et je montai dans ma chambre, le sourire aux lèvres. J’avais de l’emprise sur mon père, maintenant, j’en étais sûr. Je voulais jouer et j’allais jouer. J’allais le traiter comme ma salope, parce qu’il le méritait, parce que ça m’amusait.

Quelques heures plus tard, n’entendant plus un bruit au salon, je descendis pour voir où était mon père, bien décidé à faire chanter mon père. Il était toujours là, sur le canapé, devant un nouveau film voyeur.À côté de lui, sa fameuse mallette était ouverte.

« Tu voulais voir ce qu’il a dans ma mallette, alors, regarde ! »

Sans grande surprise, je pus y découvrir des godes de toutes tailles, de tous les genres, avec des picots, des rugueux, des lisses, des gros, des petits, des colorés, des "couleurs chair", mais il y en a un qui retenu mon attention. Il y avait un énorme gode double, au fond de sa mallette, de couleur "black", les deux glands étaient roses, légèrement tacheté, il était très réaliste.

« Celui-ci, c’est pourquoi, papa ?
– Bah, pour qu’on se l’introduise, chacun dans notre petit trou, en même temps et en se regardant ! » Me dit-il, fier de lui.

Je marquai un temps.

« Je vais devoir y aller papa !
– Quoi ? Mais pourquoi ? Tu ne veux pas rester tout le weekend ?
– Non ça va, c’est bon, j’ai eu ma dose !
– Allez Fabrice, ne te braque pas, s’il te plaît, je ne veux pas te manquer de respect, tu es mon fils chéri… !
.. Qu’est-ce que je peux faire pour que tu restes et pour me faire pardonner ?
– Je veux que tu me lèche le cul !
– OK, d’accord, avec plaisir, fils…, je veux que ça se passe bien, tu sais… !
– Et après, je vais te baiser, papa, je vais t’enculer comme personne ne l’a jamais fait… !
– Non, je ne suis pas prêt, s’il te plaît, ne me demande pas ça !
– Mais, de quoi as-tu peur ?
– Je n’ai jamais essayé, j’angoisse, je ne peux pas… !
– OK, alors, bon week-end, papa !
– Non, s’il te plaît, reste…, bon…, OK, je veux bien que tu essayes, mais je veux qu’on prenne le temps, d’accord ?
– On verra… ! » Dis-je, en rigolant.

J’étais enchanté par la situation, mon père était la pauvre petite chose sans expérience…, alors que la mienne était ridicule, mais j’avais, apparemment, plus d’assurance que lui.

« Tu sais, papa, tu t’enfiles des godes énormes dans le cul, alors ce n’est pas moi qui te ferai mal ! »

Sans rien dire, il se leva et se mit à genoux, face au canapé, je m’assis, face à lui et je ramenai mes genoux proche de mes oreilles, lui présentant mon anus.

« Lèche-moi lentement, maintenant, ma salope ! » Lui dis-je, sûr de moi.

Il se mit à me lécher et embrasser langoureusement ma rondelle, avec beaucoup de douceur et de tendresse, en gémissant fortement. Quel cochon. Prendre autant de plaisir à lécher le cul de son fils, était vraiment surprenant ? Il faisait entrer sa langue entièrement en moi et prenait un malin plaisir à l’agiter lorsque celle-ci était tout au fond.

Sur l’écran, face à moi, mon grand-père se faisait démonter littéralement par son ami, une troisième personne était assise sur le fauteuil à côté du lit et se branlait en observant les deux pervers. Puis, dans un mouvement lent, il se leva et approcha son sexe dur près de la bouche de mon papy qui ne tarda pas l’avaler. C’était absolument fou de voir mon grand-père, celui qui me faisait sauter sur ces genoux quand j’étais petit, se faire prendre par tous les trous dans son propre lit conjugal.

Je fis signe à mon père d’arrêter de me baver sur l’anus et l’invitai à échanger nos positions. Il écarta, alors, complètement ses fesses, face à moi, je saisis mon sexe dans une main et l’approchai de l’endroit que je voulais tant.

« Va doucement, s’il te plaît… ! Me dit-il, d’une voix tremblante
– Détends-toi, papa, ça va aller ! »

Je posai mon gland, délicatement, sur sa rondelle et forçai tout doucement le trou, de manière calme et appliquée. Il ne fallut pas longtemps pour que son cul n’avale complètement ma bite.

« Roohhhhh, ouiiiii, ce que c’est bon !
– Bah, tu vois, papa, laisse-toi aller, avec les godes que tu t’es déjà enfilé, je n’allais pas te mal ! Dis-je, en souriant.
– Oh oui, vas-y, mon chéri, sodomise ton papa ! »

J’entamai alors de grands va-et-vient. Du bout de mon gland, jusqu’au fond de son cul, c’était excellent, le visage de mon père se déformait de plaisir sous mes coups de reins.

« Vas-y, OUIIIII… ! Me criait-il.
– T’aime quand je te baise, mon petit cochon de papa ?
– Rohhhh, c’est bon ! Baise-moi…, plus fort encore… ! »

Ni une, ni deux, je me mis à accélérer mes mouvements, de plus en plus fort. Ça y est, on y était, j’étais en train de défoncer le petit cul de mon papa et il aimait ça, plus il respirait fort, plus l’intensité était grande. Parfois je m’arrêtais entièrement en lui pour ne pas exploser tout de suite dans ses fesses. Puis après quelques allers-retours prononcés, je déchargeai une quantité de foutre ahurissante dans son cul.

« Mange ça, vieux pervers !
– OH, TU ME REMPLIS LE CUL, MON CHERI… ! » Hurla-t-il.

Je continuai à lui mettre encore quelques coups de butoir pour le remplir complètement et je me retirai de son cul. Son trou était devenu énorme et le sperme coulait déjà par la sortie.

« Roh, fiston, tu recommences quand tu veux à m’enculer, j’adore, c’était génial !
– T’es vraiment un petite pute, papa !
– Haha… ! » Rigola-t-il, un peu gêné.

Il se releva, mon sperme coula sur ses jambes. Il saisit le rouleau de sopalin sur la table basse, s’essuya, puis se rassit, complètement exténué, le sourire aux lèvres.

« Je veux que tu me baises, papa, maintenant, je veux t’offrir mon cul de puceau, je veux que ce soit toi, le premier ! »

Il ouvrit grand les yeux, se redressa :

« Mais avec grand plaisir, Fabrice…, quelle journée de fou… ! » Dit-il, en levant les yeux au ciel.

Il m’encula alors pendant de longues minutes, sans me faire mal, en me respectant. Ce fut ma première fois. Il y eut de nombreuse fois, après coup. Aujourd’hui encore, d’ailleurs. Nous jouons même des rôles. Souvent, je gare, sans bruit, mon scooter dans la cour, j’entre sans prévenir, je fais sursauter mon père et je l’attrape par derrière en mimant un viol, parfois même, en gardant mon casque ou en enfilant masque d’halloween sur la tête. Je le force à avaler mon sexe qui sort juste de son cul chaud. Parfois, c’est lui qui me m’attrape, violement, n’importe où dans la maison, sous ma douche, dans le jardin, au milieu des pieds de tomate, alors que je me décidais à en ramasser, sur le transat, au bord de la piscine. Je me souviens de cette fois où je me suis réveillé, un matin, dans mon lit avec les pieds et mains attachés aux barreaux du lit, sans que je me sois rendu compte de rien la nuit et où il s’est amusé, toute la matinée, avec moi, à m’enfoncer tous les godes qu’il possédait dans l’anus, rien que pour rigoler, sans que ne puisse rien faire. Je le soupçonne de m’avoir drogué la veille pour qu’il puisse réaliser ces plans, mais je m’en fous, finalement, car j’adore ces situations. Nous vivons, sans nul doute, une grande histoire sexuelle, lui et moi, sans complexe, sans tabou, mais en se respectant. Nous préparons un plan secret pour attraper et baiser mon papy, très prochainement. Mon père veut l’amener à la maison pour qu’on lui montre notre rythme de vie en le choquant. Moi j’opterai plus pour le faire chanter avec les vidéos cachées et en faire notre pute. Enfin on verra. Quand je rentre le soir chez ma mère, elle me dit souvent :

« Ça va mon chéri ? Tu as une petite mine fatiguée ! »

Et je me dis : « mais ma pauvre maman, si tu savais ce que ton ex-mari me fait, si tu savais ce que je lui mets aussi… ! », et je rigole, intérieurement.

Bobharper


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 27 Aoû - 10:47 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bobharper


Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2012
Messages: 10

MessagePosté le: Ven 30 Aoû - 11:11 (2013)    Sujet du message: Comment ma vie a basculé / Bobharper Répondre en citant

J'espère que cette histoire vous aura plu !

Revenir en haut
maurice74000


Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2012
Messages: 25
Localisation: ANNECY

MessagePosté le: Sam 31 Aoû - 14:36 (2013)    Sujet du message: Comment ma vie a basculé / Bobharper Répondre en citant

Merci bobharper
Ton histoire m'a beaucoup plu  à quand une suite ?

maurice


Revenir en haut
bruno33


Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2012
Messages: 431
Localisation: libourne

MessagePosté le: Mer 4 Sep - 16:36 (2013)    Sujet du message: Comment ma vie a basculé / Bobharper Répondre en citant

Merci pour cette histoire, que j'ai adoré.

Revenir en haut
D00B


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2012
Messages: 21
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Ven 13 Sep - 16:54 (2013)    Sujet du message: Comment ma vie a basculé / Bobharper Répondre en citant

J'ai adoré cette histoire! bandant!!!! vivement une suite?  Okay

Revenir en haut
cornelius


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2014
Messages: 2

MessagePosté le: Mer 22 Jan - 10:44 (2014)    Sujet du message: Comment ma vie a basculé / Bobharper Répondre en citant

très bonne histoire, j'aime beaucoup

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Hommes, hommes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom