Histoires de chez nous Index du Forum
Histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
Histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

mon cœur entre ma sœur et mon mari / eblocivitch12817

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
attender


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2012
Messages: 268
Localisation: france

MessagePosté le: Dim 14 Jan - 00:22 (2018)    Sujet du message: mon cœur entre ma sœur et mon mari / eblocivitch12817 Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Mon cœur entre ma sœur et mon mari


J'aime mon mari d'un amour fou. J'aime ma sœur Paula aussi, autant que Rivaldo, mon chéri.
Au début, dès que nos parents nous ont laissées avoir notre appartement pour nos études, j'étais en ménage avec Paula.
Depuis plusieurs années de vie commune notre amour était le plus fort. Je l'aimais comme maintenant.
Nous nous sommes aimées depuis presque toujours et sexuellement dès que nous avons découvert nos organes et ce qu’ils pouvaient nous apporter. Toujours en secret, bien sûr, bien que ma mère ait vite été dans notre secret.
On ne pouvait rien lui cacher, mais elle est devenue notre complice face à notre père qui n’aurait rien compris.

J'adorais son corps divin, ses seins, son bas-ventre, surtout son bas-ventre.
Je ne parle pas de ses mains actives sur mon corps jusqu'à me faire souvent connaitre le septième ciel.
J'ai encore en tête ce soir où, sous la pluie, nous nous sommes aimées…
Nous étions sur le point d'entrer chez nous quand nous nous sommes embrassées en pleine rue, juste devant la porte.
Je l'avais collée contre le mur, ses bras en l'air, j'étais contre elle… Elle me parlait.

– Je t'aime, Tu m'aimes ?
– Non… Du tout, mon amour !
– Embrasse-moi !

Ma bouche venait sur la sienne, nos langues se bataillaient. J'en profitai pour passer une cuisse entre ses jambes pour qu'elle puisse s'exciter encore plus en frottant sa chatte contre moi.
C'est à ce moment là qu'a éclaté un orage violent, très violent… Il nous a totalement mouillées, toutes les deux.
Nous sommes vite entrées pour nous changer. Dans l'appartement, nous nous sommes séparées de nos robes et sous vêtements jetés n'importe où…
Mais le désir que nous avions l'une pour l'autre a fait que nous nous sommes aimées dès notre nudité.
C'est Paula qui m'a attaqué la première en me caressant les seins. Sa façon de faire me donnait des frissons.
Elle en profitait pour continuer ses caresses bien plus bas, sur mon ventre rapidement et enfin, là, où j'aime qu'elle me touche sur ma chatte.
Elle a commencé à me masturber. J’ai écarté les jambes. Mais voilà, je n'aime pas trop qu'on me donne du plaisir quand je suis debout.
Elle le savait pourtant la garce… elle en a profité pour continuer ses caresses sur le bouton sensible.
J’étais mouillée déjà depuis que nous nous étions embrassées dehors, même sous la pluie.
Elle n'arrêtait pas malgré ma demande… Elle continuait ses va-et-vient sur le clitoris.
L'inévitable est arrivé… J’ai joui bien plus fort que les fois précédentes.

– Merci de me donner tous ces plaisirs, tu me combles !
– Ne dis pas de sottises, quand tu me caresses, tu me fais jouir autant. Je t'aime trop pour ne pas te faire jouir quand tu en as envie, comme souvent !
.. Baise-moi, maintenant !

Nous sommes allées dans la chambre où nous nous sommes vite couchées enlacées. Il était près de deux heures de la nuit.
Nous nous en fichions… J'avais trop envie comme elle. Nous nous embrassâmes longuement profondément sur la bouche.
Nos mains ne restaient pas immobiles… Nous nous caressions encore les nichons.
Ce n'était pas suffisant, même si pour elle, en insistant, elle arrivait à l'orgasme rien qu'en lui faisant sortir et durcir les tétons.
Je me souviens encore que c'est moi la première qui a caressé son entrejambe… J'ai été directement sur son bouton…Elle était trempée…
Quand je suis arrivée dessus, elle a joui trop vite. Je l'ai doigtée avec deux doigts seulement.
Elle est repartie presque tout de suite, dans une jouissance tellement violente que j’ai cru qu’elle perdait connaissance.
Je suis arrivée enfin à mon étape favorite pour moi comme pour elle. J’ai posé un seul doigt sur le rectum.

Je ne suis pas rentrée encore… je ne faisais que le caresser. Par contre, dès qu'elle l’a demandé, frémissante, j'y fis entrer tout mon doigt…
Elle se tortillait dans tous les sens en jouissant sans cesse. J’ai laissé mon doigt là où il était.
Je me suis tournée complètement… Je suis redevenue la dominante. J’ai posé ma bouche sur sa chatte en lui donnant la mienne à lécher.
Je léchais toute sa moule. Je me délectais de sa cyprine comme Paula le faisait de la mienne.
On aurait dit que nos mouvements étaient coordonnés… Quand j’étais sur son bouton, sa langue était sur le mien…
Quand je lui mettais deux doigts dans sa caverne, elle m'en faisait autant.
Nous nous faisions jouir sans complexe… C'était tellement bon.

Durant des années nous nous sommes satisfaites ainsi l’une de l’autre.
Pourtant, un jour, j'ai eu envie d'une vraie bite dans le ventre… !
Je venais de rencontrer un bel homme, grand, sympathique, baisable en un mot.
J'ai tout de suite eu envie de lui… Chacun sait que ce que femme veut…
J'ai agi instinctivement en m'offrant comme une traînée. J'ai fait parler ses glandes. Il m'a emmenée dans un hôtel.
Je m'en voulais presque d'être nue dans ce lit avec lui. Pourtant je regardais son sexe avec envie.
Je l'ai touché un peu ayant qu'il me demande de le lâcher. Il me montra que c'était à lui de rendre des décisions.
Je restai là, un instant immobile… Je ne pouvais m'empêcher de lui caresser la poitrine. Lui m'en faisait autant.
Il savait que je me donnais à lui uniquement parce que j'avais simplement envie de baiser. Alors il voulait en profiter.
Ses mains étaient partout sur mon corps… Ça me changeait des mains de Paula, surtout quand sa main fut dans ma chatte.
Il me branlait avec succès… Ce n'était toujours pas la même chose qu'avec mon amour.

Je me demandais ce que je faisais là quand il me donna sa queue à sucer.
Je perdis tous mes repaires… Une bite c’est autre chose qu'un clito.
D'abord la grosseur, ensuite le goût un peu d'urine, pas déplaisant et surtout avoir en entier dans la bouche ce manche de mâle.
Je le léchais partout, même les couilles. Je ne pus m'empêcher d'aller mettre un doigt sur, puis dans son cul.
Il l'accepta facilement. Je le faisais aller et venir lentement. Il gémit légèrement, donc je lui faisais du bien, comme il me faisait du bien avec ses doigts à la fois dans mon puits et mon cul.
Il me demanda d’arrêter juste avant de jouir, alors qu'il m'avait déjà faite jouir plusieurs fois.

Les choses devinrent sérieuses. Je restai sur le dos. J'écartai les jambes pendant qu'il venait sur moi.
Je ne le sentais presque pas… il se tenait sur ses bras. Par contre je sentis sa queue venir contre mon entrée.
Il entra très lentement dans ce sexe qui n'avait encore jamais connu de bite bien que depuis des années son entrée avait été forcée par les doigts
et même la main de Paula.
Que c'était bon de se faire mettre… C'était meilleur sur le moment qu'une simple langue ou même une main, bien fine en comparaison.
Je le sentis profondément… Il ressortit presque avant d'entrer à nouveau. Il me possédait comme il faut…
Je sais que je gémissais sans cesse… C'était normal… Je ressentais un plaisir d’une intensité presque inégalée.
Je jouis encore plus en le sentant presser le pourtour de mon vagin. C'était bien meilleur que beaucoup de choses.

Je sentis sa jouissance aux spasmes de sa bite et à la sensation du sperme dans mon puits.
Il sortit de mon corps… Il bandait toujours. Alors il me retourna pour que je lui donne mon cul.
Là, j'ai eu un peu peur. Depuis des années je n’y avais reçu que la langue ou les doigts de Paula.
Je n’aurais jamais pensé qu'il sache prendre ma cyprine restante dans mon sexe pour la transférer sur l'anus.
Putain que ça était bon de le sentir entrer lentement, sans me faire de mal.
Je l'ai reçu tout en entier dans le cul.
Ses va-et-vient m’ont fait un bien fou. Je ne me souvenais plus des plaisirs de la sodomie.
J’ai joui comme une cinglée. Je suis heureuse de me trouver avec une pine au cul.
Quand il sort de moi, il m'embrasse sur la bouche. J'allais le lui demander, quand il me précède :

– On se revoit quand ?
– La semaine prochaine au même endroit ?
– Non, chez moi.

Il me donne son adresse et son téléphone, le demande le mien, puis :

– Tu baises trop bien, je veux recommencer !
– C'est pareil pour toi, tu baises bien !

Voilà les débuts avec Rivaldo. Au fur et à mesure de notre rencontre, je commençais à ressentir de la chose dans mon cœur quand je pensais à lui.
Je devenais midinette. Et un jour il m'a demandé de vivre avec lui…
Il a fallu lui dire que je vivais avec une autre fille que j'aimais comme lui.
Il ne l'a pas mal pris… Il s'en doutait simplement.
J'ai du avouer à Paula que je la trompais avec un homme. Si elle l'a mal pris quand je lui ai fait l'amour en lui disant que je l'aimais, elle m'a crue.
Et un jour, pendant que nous faisions l'amour, elle qui m'a demandé de faire l'amour à trois.

J'avais peur comme une fille qui présente son futur à ses parents. et surtout offrir mon mari à ma sœur et vice versa.
Je lui ai demandé un peu de temps.
Un beau jour, Rivaldo m'a demandé la même chose, si gentiment que j'ai répondu, qu'il me fallait un peu de temps pour convaincre Paula.
Un soir où nous avons dîné ensemble, et avec quelques verres de trop, les choses se sont merveilleusement passées.

Trop, peut-être. C'est Paula qui a fait le premier pas en allant l'embrasser sur la bouche… Elle désirait, elle aussi, baiser avec une queue dans son ventre. Rivaldo m'a regardé interrogatif… Il n’a vu que mon clin d'œil d'acceptation. Paula l'a entraîné dans la chambre.
Nus, ils se sont fait l'amour plusieurs fois. Je les regardais en me branlant. J'avais envie, et d'elle et de lui. Quand il a joui, j'ai pu prendre Paula dans mes bras… Nous nous sommes embrassées. Nous nous somme retrouvées en 69 …
Je goûtai le sperme de Rivaldo dans la chatte de Paula : délicieusement dégoûtant.
Je ne sais combien de fois je lui ai dit que je l'aimais. Nous surveillions Rivaldo du coin de l’œil…

Il bandait à nouveau de nous voir ensemble. Je me suis précipitée sur sa bite pour le sucer cette fois jusqu'à ce que son sperme vienne dans ma bouche.
Je l'ai partagé avec Paula. Nous sommes heureux dans ce ménage à trois.

eblocivitch12817

Jeudi 2. Février 2012 9:42


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 14 Jan - 00:22 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 525
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 22 Fév - 23:32 (2018)    Sujet du message: mon cœur entre ma sœur et mon mari / eblocivitch12817 Répondre en citant

Razz  j'adore merci

Revenir en haut
MSN
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom