le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Entre femmes / Mecnu
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 16 Mai - 21:34 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Corrigé par Redflag

ENTRE FEMMES

Episode 23


Emma et son mari rentrèrent très vite à la maison avec deux sacs de courses, en un clin d'œil, tout fut rangé dans le frigo, le congélateur et les placards. Son mari en profita même pour caresser les fesses de son épouse lorsque celle-ci se détendit pour atteindre le haut d'un placard, elle se retourna et lui roula une pelle en lui malaxant les couilles avec une infinie douceur…

« Dis donc, toi, tu vas te calmer, vieux cochon, je te trouve drôlement excité ! Dit-elle.
– Normal, avec trois salopes dans la maison, y a de quoi avoir la trique sans arrêt, non ?
– Hé ! Les filles, nous sommes rentrés ! Vous êtes où les amours ?

Une voix venant du salon cria :

« Nous sommes là et nous sommes restées sages ! Répondirent Justine et Léa, en cœur.

En effet, les ados étaient bien sagement installées devant la télé à mater un film porno sur une chaine payante, main dans la main et toujours nues.

« Hum, les gentilles fifilles que voilà, bien sages, et toutes nues, je vous adore..., mais ah… !
.. Je me disais aussi, voyez-vous ça, on regarde un porno, décidément, jamais rassasiées, sales petites gouines... !
.. Coupez-moi cette télé et filez vous habiller en salopes pour exciter notre mâle, et évitez les sous-vêtements, votre journée va être bien remplie !
– Hum, vous êtes vraiment trop sexy les petites, j'en ai la trique..., personne ne veut contrôler ?
– Hep ! Pas touche et toi, file sous la douche, espèce d'obsédé pour te calmer, ok garde donc tes forces pour l'apéritif, et vient plutôt m'aider à cuisiner et si t'es pas sage, je te la coupe !
– Ah non, maman, n’déconne pas ! Moi et Justine, on la veut dans le fond de notre cul, alors pas de bêtises, ok ! Ah les parents, pire que des gosses, parfois ! »

Les deux ados montèrent bruyamment en riant dans leur chambre pour passer quelques vêtements, histoire de mettre le feu à la quéquette paternelle. La table fut mise comme pour un repas de fête, de belles assiettes, de beaux couverts, etc... Les deux ados passèrent plusieurs tenues avant de choisir la bonne, la plus sexy, la plus glamour, de quoi être digne de se faire culbuter comme des chiennes en chaleur qu'elles étaient. Léa enfila une robe blanche très courte et très échancrée dans le dos, sans soutien-gorge et sans culotte, vraiment jolie dans cette tenue, surtout attirante, pour tout mâle qui se respecte... Justine, elle, opta pour un chemisier déboutonné sur sa poitrine généreuse et un mini short moulant sa figue et ses fesses. Elles étaient toutes deux très excitées à l'idée de participer à ce repas quasi solennel qui ressemblait un peu à des fiançailles officielles…

Quand elles descendirent, des bougies étaient allumées sur la table et les volets avaient été fermés, afin de faire l'obscurité dans la pièce et, surtout, éviter les éventuels voyeurs. Le papa pris le bras de chacune des jeunes filles, dont sa propre fille, et les fit s'installer côte à côte : « ne bougez pas, mes toutes belles, je vous apporte le champagne pour fêter dignement notre week-end d'amour tous ensemble »

Emma arriva avec un plateau d'amuse-bouche, tout juste sorti du four et lui, avec une bouteille de champagne qu'il déboucha bruyamment, en laissant voler le bouchon... Après avoir rempli chaque flûte, tout le monde porta un toast et Emma décida de dédier ce toast à sa fille et à sa petite amie qu'elle trouvait très jolie, le père lui porta un toast sur la suite de ce repas et surtout du dessert sexuel que les deux ados allaient lui offrir – ce n'était pourtant pas l'épiphanie, mais on allait quand même tirer les reines..., et s'offrir leur pucelage anal.

Après le champagne et les petits fours, les deux ados étaient un peu enivrées et Léa embrassa Justine sur la bouche, tout en lui glissant la main dans son chemisier pour lui faire bander ses tétons, celle ci ne protesta pas. Quand Emma revint avec l'entrée, son mari lui glissa une main sous la jupe afin de voir si elle était excitée par les deux ados et il put constater que c'était, en effet, humide... Emma servit l'entrée, puis demanda à sa fille de venir s'installer à côté de son père, ainsi elle pourrait, à son tour, faire des câlins à Justine et glisser sa main dans la braguette de son papounet pour lui tripoter la queue, tout en mangeant dans la pénombre des bougies.

Emma posa sa main sur la cuisse de Justine, puis lui déboutonna les premiers boutons de son mini short, afin de glisser doucement sa main sur le bombé de sa vulve brûlante, Léa, elle, glissa sa main dans la braguette ouverte de son père et entra en contact avec son sexe dur, elle le sortit afin de pouvoir le masturber, tout en finissant son assiette. Lui, glissa une main dans son dos et empoigna un sein pour en titiller le bout..., l'ambiance montait doucement, Emma embrassa Justine et en profita pour lui déboutonner son chemisier et palper ses deux beaux seins aux tétons déjà durcis par le plaisir.

Avec peine, Emma se leva pour débarrasser, et Justine se leva aussi pour l'aider à tout emporter dans la cuisine et en profiter pour caresser la chatte trempée d'Emma, cette dernière lui retira son short et lui demanda d'apporter le fromage dans cette tenue.

Léa, quant à elle, avait pris en bouche la queue paternelle, tout en se laissant tripoter les seins, quand elle entendit Justine, elle se releva pour remettre de l'ordre dans sa tenue, mais quand elle la vit, la chatte à l'air, elle se leva pour retirer son dos nu et offrir ses seins à la bouche gourmande de son père... Justine vint les rejoindre et se frotta contre Léa, puis n'opposa aucune résistance quand le père de Léa lui introduit un doigt dans la chatte, elle était trempée et dut faire un effort pour ne pas laisser échapper le plateau à fromages. Quand Emma entra avec la coupe de fruits :

« Hep ! À table, bande d'obsédés, ce n'est pas le dessert, c'est le fromage ! »

Tout ce petit monde obéit et se servit, Léa, elle, choisit un yaourt et fit un festival érotique en laissant couler le blanc liquide épais le long de sa bouche jusque entre ses seins, ce qui ressemblait à des trainées de sperme... Elle y passa son doigt et le porta sensuellement à sa bouche, Justine n'en croyait pas ses yeux, elle sentit les doigts d'Emma lui écarter les lèvres et un doigt joua avec son clito irrité par le désir, elle mouillait sous les caresses et surtout par le désir de bondir sur Léa pour lui sucer les tétons, mais une vague de jouissance la submergea quand Emma enfonça son doigt dans sa chatte et elle poussa un petit cri de plaisir :

« Hum, alors ma chérie, comme ça, on jouit à table, maman t'es pas sympa d'abuser d'elle..., une petite salope sans défense... ! Dit Léa.
– Tu es jalouse, petite cochonne, toi tu tripotes bien la bite de ton père, tu n'as pas l'air d'avoir honte, non plus... ! »

Léa prit une dernière cuillerée de yaourt, puis déversa le contenu de sa bouche sur la bite de son père et commença à le sucer avec frénésie, celui-ci prit ses mains pour lui caresser les cheveux en poussant des soupirs torrides...

« Ah Léa, arrête, bordel, tu vas me faire gicler, petite salope, tu suces divinement bien… !
.. Tu sais, Justine doit être heureuse avec toi, petite gouine, quand tu lui suces son petit clito de chienne... !
.. Hummm, mon dieu, quel délice..., cette langue, cette bouche chaude autour de ma queue..., tu me fais mouiller du gland, sale petite femelle, pire que ta salope de mère... !
– Léa ! Arrête ça tout de suite, petite salope, sinon c'est moi qui te sodomise, pas ton père... ! »

Léa laissa avec tristesse la queue paternelle et laissa couler un filet de yaourt sur le bord de sa bouche, puis se servit un morceau de fromage, Justine embrassa Emma à pleine bouche en lui caressant la poitrine. Cette dernière repoussa tendrement Justine et la pria de la suivre pour préparer le dessert : une banane flambée au rhum, avec du chocolat sur le bout et deux boules de glaces vanille à l'autre bout..., sans confusion possible sur la suite de la soirée pour les deux ados et Emma. Quant au mari, il eut, pour dessert, un litchi avec autour des filets de chocolat et, au-dessus, deux tranches de mangue avec un coulis de fruits rouges sur les bords intérieurs, une certaine image d'un anus et d'une belle chatte. Justine et Emma servirent le dessert, puis après des « ho » et des « ah » de surprise, chacun dégusta à sa façon son assiette.

« Dis-moi, ma fille tu ne voudrais pas nous préparer quatre expressos bien tassés, la journée ne fait que commencer… !
– Bien maman, j'y vais, tu vois je suis très obéissante, mais n'en profite pas pour te gougnotter avec Justine, sinon gare à ton petit cul de salope, c'est moi qui te le pète devant papa ! »

Elle se leva, puis disparut dans la cuisine, Justine glissa sa main entre les cuisses d'Emma, puis lui roula une pelle, le mari vint les rejoindre, le sexe dressé pour se faire sucer par son épouse et, au passage, par Justine qui ne cracha pas dessus, si on peut dire. Quand Léa revint, ce fut pour voir Justine gober la pine paternelle, alors que sa propre mère se doigtait en les regardant. Elle posa le plateau sur la table, puis rejoignit sa mère pour lui rouler une pelle et lui doigter la chatte jusqu'à la faire jouir debout sur ses doigts, ensuite, après avoir récupéré le jus de plaisir de sa mère, elle porta ses doigts à sa bouche pour les sucer avec vice, tout en fixant, dans les yeux, sa mère encore vibrante.

Le café refroidissait, mais pas l'ambiance…, bien au contraire, Léa repoussa Justine et goba la bite de son père, tout en laissant sa mère lui écraser une boule de glace vanille sur les fesses..., ensuite, toutes les deux, se mirent à la lécher…, puis Justine attrapa la banane pour lui frotter le clito et l'enfoncer doucement au bord de la chatte gluante de cette dernière, trop occupée à gober le sceptre paternel de plus en plus tendu dans la bouche de Léa...

« Bon stop ! On se reprend là, tout le monde assis et on mange sagement son dessert, les mains sur la table, bande de pervers !
.. Léa arrête de sucer le nœud de ton père, il va finir par juter ! »

Mecnu

Bonne lecture à toutes et à tous


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Ven 16 Mai - 21:34 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 15:47 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

En effet très bonne lecture merci

Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Lun 14 Juil - 21:38 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Corrigé par Redflag

ENTRE FEMMES

Chapitre 24


On peut dire que le café fût avalé "expresso", aussitôt les deux ados se mirent complètement nues et vinrent se rouler une pelle en se passant la main entre les cuisses, puis Léa inclina la tête de Justine pour lui laisser couler sur la bouche un long filet de salive semblable à du foutre...

Emma vint retrouver son mari pour lui sucer la queue, tout en caressant ses fesses. La nuit d'ivresse sexuelle venait de commencer... Emma lâcha enfin la queue de son mari, puis le força à s'allonger sur la table, elle vint ensuite se positionner sur lui et s'empala sur la bite dressée, prête à servir. Elle poussa un petit cri, tout en commençant des allers-retours rapides en se caressant, le clito pour jouir encore plus vite que prévu, puis elle se mit à jouir comme une folle, elle en avait envie de cette pine en elle et elle était en train de lubrifier cette pine pour la préparer à déflorer le joli cul de sa propre fille.

Léa et Justine assistèrent à la jouissance bruyante d'Emma, puis approchèrent pour sucer les jolis tétons dressés de cette dernière, elle mouillait comme jamais, heureuse de la suite qu'allait prendre les événements. Elle se retira de cette bite avec regret et sa chatte humide fit un bruit de succion qui la fit sourire, puis elle attira vers elle sa fille et lui roula une pelle amoureuse comme deux amantes savent le faire entre elles.

« Voilà ma fille, c'est le moment d'offrir le cadeau promis à ton papa chéri, donne-lui ton joli trou du cul à dépuceler, regarde comme sa bite est grosse et prête à jouir en toi, tu sais c'est le plus beau cadeau qu'une fille puisse faire à son père, hormis, bien sûr, d'offrir sa petite cramouille réservée à ta petite chérie Justine !
– Hum, je suis prête, maman et j'en ai très envie, j'espère que cette grosse pine ne me déchirera pas le cul, car j'aimerais trop, qu'après, ce soit toi qui me baise par le cul, salope adorée... !
– Et moi, je compte pour du beurre, alors ? Demande Justine.
– Non ma belle, rassure-toi, je vais m'occuper de toi et puis, il va bien falloir que tu soutiennes ton amour dans son dépucelage anal, ça va lui piquer un peu les yeux, je pense, tu as vu cette énorme bite... !
.. Ton tour viendra, ma belle, tu verras comme c'est bon, passé les premières douleurs ! »

Léa monta à son tour sur la table, puis suça la queue gluante de son père, elle put se délecter de la mouille de sa maman passée juste avant, puis elle se positionna juste au-dessus de la belle grosse pine vibrante, ensuite sa mère guida le sceptre vers l'orifice tant convoité, puis elle demanda à Léa de descendre doucement sur la queue pour laisser le temps à son joli petit trou de se dilater au fur et à mesure. La queue entra doucement cm par cm, elle marqua une pause en poussant un cri lorsque la bite commença à arriver à moitié, puis sa propre mère se releva, puis vint appuyer d'un coup sur les épaules de sa fille pour que la pénétration soit totale. Léa poussa un cri et se mordit la main pour supporter la douleur vive qui déchirait son ventre, des larmes se formèrent aux bords de ses yeux, Justine vint l'embrasser et essuyer ses larmes du bout du doigt et le lécha sensuellement.

Maintenant que la queue de son père était entièrement entrée, elle pouvait sentir ses couilles sur ses fesses, il lui laissa le temps de s'adapter à cette grosseur en elle, puis c'est elle qui fit le premier mouvement sur cette bite tendue, emprisonnée par ce trou du cul étroit, elle remonta doucement juste un peu, puis redescendit encore à fond, la brûlure se faisait moins forte maintenant, son trou s'habituait. Justine l'embrassa, puis lui caressa le visage, elle compatissait tout en redoutant elle même ce qui semblait être une torture, elle monta sur la table et posa sa chatte humide sur le visage du papa de Léa, mais quand elle vit Léa recommencer ses allers et retours, cette fois un peu plus vite et sans aucune pause, elle commença à comprendre combien sa petite chérie appréciait cette invasion anale. Elles s'embrassèrent comme des petites amantes.

« Hum, comme c'est gros en moi, cette bite ! Ah mon Dieu, papa comme c'est bon de te sentir en moi, d'être remplie par ta grosse queue !
.. Hum oui, oui, je crois que je vais vraiment jouir du cul comme une chienne enculée !
.. Oui, oui, je vais avoir mon premier orgasme anal sur la bite de mon père !
.. Oui, ouiiiiiiiii, je suis une salope qui se fait enculer par son père et j'aime être sa petite pute ! »

Le père ne put répondre, car il avait la chatte poisseuse de Justine sur la bouche, le nez enfoui dans le cul de cette dernière, il pouvait ainsi se délecter de la mouille et renifler les odeurs anales de celle qu'il allait ensuite pénétrer et dépuceler comme sa propre fille et par là-même, remplir de foutre épais et que, sans doute, son épouse viendrait boire à la source et partager avec sa fille.

Emma suçait les tétons de Justine, puis ceux de sa fille, Justine glissa deux doigts dans la chatte d'Emma qui la repoussa pour lui offrir son cul à la place. Léa s'agitait de plus en plus vite sur la queue de son père, elle mouillait, elle jouissait sans cesse en serrant ses fesses pour obtenir encore plus de pression sur cette bite monstrueuse, elle attendait l'extase…, le moment où son père lâcherait son foutre pour engluer son orifice de petite enculée, le moment où, elle-même, atteindrait certainement un violent orgasme comme jamais elle n'en avait connu par cet endroit.

Justine descendit de la table pour libérer le père de Léa puis se jeta entre les fesses d'Emma qu'elle renversa sur le dos pour avoir ainsi vue imprenable sur le trou du cul et la fente ruisselante d'Emma. Elle lui fourragea le cul ainsi offert avec trois doigts, non sans avoir, au préalable, lâché un gros mollard sur l'anus, afin de le rendre plus glissant et faciliter l'entrée, sans ménagement, de sa petite menotte d'ado vicieuse.

« Oh ma jolie putain, comme tu me suces bien la bite avec ton joli trou du cul de gamine, continue ma salope, oui, oui, branle ton papa, ma chienne, branle-le avec ton joli petit trou dépucelé ma fille, ha hhhhhhha oui, oui, salope tu vas me faire juter comme un chien dans sa femelle salope, oui, oui, tu m'excites tellement chérie... !
.. Ah…, en plus, ta copine m'a bavé sa mouille sur le visage et son cul sent la chienne, aussi j'ai hâte de lui défoncer sa petite rondelle de gouine à ta copine… !
.. Hummm, j'n’en peux plus là, salope je vais tout te balancer dans le cul, oui, ouiiiiiiii…, putainnnnnnn, c'est bon, ouiiiiiii, ouiiiiiiiii, je jute dans ma fille, dans ma salope de fille... !
.. Sens mes giclées dans ton trou, sens comme je te remplis, petite catin vicieuse, ah oui, ouiiiiiii, mon dieu, j'ai jamais autant balancé de foutre à la fois !
– Oh papa, oui, oui, je t'aime, salaud, oui, oui, jute-moi dedans, remplis-moi le cul de ta crème, c'est bon de sentir ta queue glisser en moi, ahhhhhhhh ahhhhhhhhhh… !
.. Je viens aussi avec toi ! Je t'aime papa, je t'aime, salaud..., ah, comme tu me remplis mon salaud, comme tu me souilles le cul..., comme je me sens bien en petite salope ainsi pinée devant ma propre mère... ! »

Elle tomba sur le torse de son père couvert de sueur sous l'effort de la jouissance, il lui caressa les cheveux, alors que tremblait encore le petit corps de sa fille sous la violence de l'orgasme. Les deux amantes enlacées tremblaient encore sous la violence de l'orgasme, Justine embrassait Emma qui lui caressait les fesses tout en jetant un œil sur sa fille et son mari.

Quand Léa se retira de la pine gluante de son père, ce fut pour se pencher et venir la prendre dans sa bouche et faire une toilette buccale de tout premier ordre, Justine vit alors le cul dégoulinant de son amante et vint alors passer sa langue sur le trou palpitant de sa salope adorée, elle lui lécha la raie culière, puis enfonça son doigt pour faire couler le foutre encore chaud et le bouffer avec voracité, alors qu'Emma vint la rejoindre pour y goûter aussi, les deux amantes s'embrassèrent en partageant le foutre et les sécrétions anales de leur amante, elles échangèrent ce nectar en le laissant couler par grands filets juteux et salivaires, l'une buvant l'autre, l'excitation était à son comble et la pauvre bite de papa ne mollissait pas sous les coups de langues de sa fille, malgré tout, il la repoussa gentiment et demanda à Justine de venir goûter son sucre d'orge finement nettoyé.

Justine lâcha un dernier crachat dans la bouche d'Emma, puis vint prendre le relais de Léa qui, au passage, lui roula une pelle audacieuse.
Emma continua à enfoncer sa langue dans le trou de sa fille pour en extraire les derniers filets de foutre, puis se releva pour prendre sa fille dans ses bras...

« Alors, ma chérie, c'était bon cette première sodomie paternelle, ton dépucelage t'a plu ?
.. Il t'a drôlement rempli le trou du cul, ce salaud, c'est divin de lécher ta petite rondelle culière, ma chérie !
– Hum, oui maman, je n'ai jamais autant joui et jamais autant été remplie dans cet orifice, j'en ai encore le sphincter qui palpite... !
.. Je crois que Justine va être heureuse sur la bite de papa, dès qu'il sera d'attaque, regarde comme elle le pompe bien, cette salope m'étonne de jour en jour !
– Allons, ne sois pas jalouse, ça ne sert à rien, aidons-la plutôt à se faire dépuceler la rondelle, comme ça, vous serez toutes deux de vraies femmes et votre plaisir, par cet endroit, sera de plus en plus divin et crois-moi, toutes les quatre, on va bien en profiter, surtout moi, j'ai hâte de vous prendre le cul et vous faire hurler d'amour !
– Hum maman, t'es une fieffée salope, malgré tout, j'ai très envie d'en profiter et de me faire défoncer, par toi et ton amante, le plus souvent possible... !
.. Viens m'embrasser pour me faire goûter le parfum de mon nouvel anus tout fraîchement dépucelé… !
.. Hum, c'est bon d'être une catin ! »

La mère et la fille se roulèrent une pelle alors que la bonne petite Justine œuvrait toujours avec sa bouche délicate sur la queue redevenue de belle taille, elle allait enfin pouvoir, elle aussi, la sentir remplir son joli petit cul et rejoindre la tribu des salopes. Emma vint coller sa langue sur l'anus de Justine et commença à lui dilater la rondelle, alors que Léa aidait Justine a pomper la bite paternelle.
Puis elle guida, elle-même, la belle queue de son homme à l'entrée du petit anus délicat de la belle Justine qui se faisait suçoter les tétons par sa gentille Léa, il enfila délicatement son sexe au début de l'orifice de la jeune fille, sans forcer, puis la laissant se dilater tranquillement, il s'enfonça un peu plus loin, jusqu'à buter ses couilles contre ses petites meules dodues. Là, il prit le temps de la laisser prendre la dimension de son sexe, puis il commença doucement à se retirer, mais à peine fut-il à moitié de sa queue qu'il s'enfonça de nouveau et fit gémir la bougresse sous le coup de boutoir un peu brutal. Léa l'embrassa, puis délicatement, essuya, de son doigt, la petite larme surgie au coin de l’œil de Justine. Elle lui murmura tendrement à l'oreille... : « Voilà, ma chérie, tu es une femme comme moi, maintenant, je t'aime, ma toute belle, je t'aime comme jamais ! ».

Le père de Léa s'activa vigoureusement dans l'anus de Justine, lui laissant échapper quelques soupirs et gémissements vite étouffés par les baisers goulus de Léa. Emma, quant à elle, avait deux doigts enfoncés dans le cul de son mari et un doigt sur son clito, elle mouillait comme jamais, se délectant du spectacle offert par les deux gamines, qui n'en étaient plus ce soir... Elle tendit sa main pour enfoncer son doigt dans la chatte de sa propre fille, pour constater que cette dernière dégoulinait comme une chienne. Elle délaissa le cul de son mari pour aller bouffer la minette baveuse de Léa qui jouit encore plus au contact de la langue vigoureuse de sa maman adorée.

« Ah mon dieu, quel cul elle a, ta copine Léa, je sens que je vais lui remplir le cul avec ma crème dans une seconde, tellement elle me serre bien la queue !
.. Oui, oui, petite salope, oui, serre encore ton joli trou, ma belle, on dirait que tu me tailles une pipe avec ta rondelle magique, petite salope !
.. C'est divin, ah oui, oui, bordel, je vais juter ! Oui, je viens, ahhhhhhhhhhhhhhhhhh ! Ahhhhhhhhh ! Ouiiiiiiiii… ! »

Il se retira vivement, tellement ses jambes se dérobèrent sous lui, il posa son cul par terre et tapa gentiment les fesses de Justine. Léa quitta la bouche de sa copine pour venir se glisser derrière les fesses de Justine, puis y enfonça un doigt pour faire couler le sperme de son père, elle porta son doigt à la bouche, puis le lécha avec vice sous les yeux de son père et de sa mère, puis elle colla carrément sa bouche à l'anus de Justine et entreprit le nettoyage de son anus avec la pointe de sa langue. Emma se coucha sous sa fille, puis lui lécha, elle aussi, la chatte et le cul. Les trois filles mouillaient comme des fontaines, le père se retira pour aller prendre une douche, épuisé par ses saillies répétées, de toute façon, ses trois salopes n'allaient certainement pas s'échapper, lui, il irait prendre du repos…


Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 185
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mar 15 Juil - 00:02 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Toujours aussi superbe !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 21 Aoû - 21:59 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Razz Allez, un nouvel épisode pour les gourmands et fidèles lectrices et lecteurs...

Corrigé par Redflag

ENTRE FEMMES

Chapitre 25


Le réveil fut pour tout le monde assez pénible, les abus d'alcool, de sexe et la courte nuit avaient terriblement entamé le moral de la petite troupe, les filles étaient, quand-même, juste en petite culotte et seins nus. Quant au papa, il avait juste un caleçon pour cacher sa zézette. Il banda quand il vit Justine embrasser sa femme sur la bouche et Léa, ensuite, pour leur dire bonjour. Quant à lui, il eut droit à un baiser sur le bord de la bouche. Il était dix heures du matin et le café manquait, alors le papa se leva pour en faire sans remarquer que sa queue était tendue et déformait son caleçon...

« Eh ! Papounet, qu'est-ce qui te met dans cet état ? Tu n’as pas eu ta dose de sexe, hier soir, vieux cochon, avec tes trois salopes, dévouées corps et âme à ta divine bite ?
– C'est Justine qui m'a excité quand elle a roulé une pelle à ta mère, puis à toi, jeune salope..., alors oui, je bande !
.. Et si tu veux, tu peux me sucer, comme ça, ta bouche sera occupée !
– Ah non, dit Emma, c'est moi qui m'y colle, je veux que tu me baises ici sur la table, que tu me culbutes comme une chienne, j'ai envie de te sentir en moi mon étalon !
.. Mais avant, mets le café en route, on en a besoin, je crois, pour rester éveillé ! »

Finalement, la matinée se déroula paisiblement, il n'y eu pas de culbute, ni de sexe, la fatigue était là et les filles décidèrent de retourner se coucher jusqu'à midi, alors les parents firent de même... Le soleil était déjà haut dans le ciel quand Justine ouvrit un œil pour voir l'ordinateur de Léa clignoter annonçant un nouveau message. Curieuse, elle se leva, ouvrit le message pour le lire... C'était Nadine, sa deuxième maman…
    < Salut les filles, c'est Nad', j'espère que votre soirée s'est bien passée, j'attends de vos nouvelles, car moi je m'ennuie prodigieusement vos petites cramouilles me manquent toutes les trois, mes hétéro-gouines.
    PS : Justine, es tu encore vierge ?
    >
Justine se mit au clavier pour répondre, lorsqu'elle eut l'idée de mettre en route la vidéo conférence pour voir si sa mère était en ligne... L'écran clignota, puis elle vit l'appartement apparaître et, au fond, Nadine en petite culotte qui arrosait ses plantes. Cette dernière dut entendre le bip de la webcam, car elle se retourna. Justine lui fit coucou de la main et quand elle la vit s’approcher, lui fit signe de ne pas faire de bruit. Elle prit alors le portable et le tourna vers le lit où gisait, totalement nue, sa copine Léa :

« Maman, ça va, la nuit a été une folie, je me suis faite déflorer le fion par une énorme bite, je te jure que j'ai encore mal, mais alors quel pied !
.. J’espère que Léa lui proposera de me baiser par devant car il en a une vraiment aussi grosse que ton gode rose vibrant, tu sais celui que tu te réserves dans la table de nuit... !
– Hum, arrête coquine, tu vas m'exciter, tu sais que je suis en manque de sexe, en manque de vous trois mes divines salopes ! Dit Nadine.
.. Ta petite Léa est ravissante ainsi endormie, on a envie de la brouter et de lui sucer les tétons !
.. Elle aussi, a eu sa dose de bite comme toi ?
.. Et ma douce amante, comment va-t-elle ?
– Elle dort aussi, je pense, on a tous été se recoucher car la nuit a été très sexe, désolée pour toi maman, mais je te consolerais ce soir avec Léa !
.. On ne rentre pas tard, demain, on a cours à la fac !
.. Attends, je me déplace avec le PC jusqu'à la chambre d'Emma, elle est, peut-être, réveillée ! »

Justine traversa le couloir, puis vit la porte de la chambre ouverte, elle passa sa tête, puis vit le couple nu sur le lit, en train de dormir, elle entra puis avança vers Emma, passa avec le PC au-dessus de son corps nu, sachant très bien l'effet que cela ferait à sa mère, puis elle quitta la pièce en douceur pour rejoindre Léa.

« Ah, petite garce, tu le fais exprès pour me faire mouiller, salope, attends ce soir, je te le ferai payer, sale petite garce ! Dit Nadine.
– Hi hi ! Je l'ai fait exprès pour te faire bisquer, maman, je t'adore, tu le sais bien et je voulais te montrer ta chérie endormie..., et toute nue, offerte..., prête à se faire brouter la minette par une gourmande... ! Lui répondit Justine.
– Hum, tu es vraiment une sale petite fille, je te mettrai la fessée cul nu, dès que tu rentreras et je me taperai ta copine, toi je t'attacherai au pied du lit comme une chienne avec ton collier et ta gamelle d'eau !
.. Tu nous regarderas baiser et tu verras combien c'est dur de ne pas pouvoir baiser quand on en a envie !
– Oh maman, je plaisantais, écoute, je t'aime, je sais combien elle te manque, mais demain, tout rentrera dans l'ordre, ce soir moi et Léa on rentre et demain, Emma nous rejoindra pour la soirée... !
.. Ah ! Excuse-moi, mais ma douce se réveille, tu veux lui faire un bisou sur la chatte en cam, ou je m'en charge ?
– Hum, oui merci, je préférerais le lui faire moi-même, mais bon, je te délègue ce pouvoir, petite coquine, lèche-lui son minou, il doit sentir si bon le sexe en chaleur... !
.. J’ai tellement envie de baiser que je pourrais me masturber en vous regardant vous gouiner, mes chéries !
– Hé ! Bonjour Nadine, ça va ? Lui dit Léa.
– Hum ! Non, pas trop, vous me manquez toutes les trois, mes salopes, mais bon je me contenterai de vous matez comme une vieille goudou vicieuse... !
– Tu veux que je réveille maman pour que tu te tripotes avec elle ?
– Laisse bébé, je m'en occupe je vais la chercher, reste là et soi sage ! Interjeta Justine.
.. Toi aussi maman, n'en profite pas pour la dévergonder ! »

Justine était debout nue et déjà en route vers la chambre parentale, elle regarda discrètement avant d'entrer, puis vit Emma lui sourire en mettant son doigt en travers de sa bouche, puis elle lui fit signe d'approcher doucement. Justine arriva accroupie auprès d'Emma qui lui caressa tendrement sa chevelure, puis prit sa main pour la poser sur son sein droit. Justine sentit pointer le téton, elle le saisit, puis le pinça doucement entre deux doigts, avant de se tendre et pour venir le téter et lui murmurer à l'oreille... :

« Nadine est à la webcam dans la chambre de Léa, tu veux venir la consoler, elle m'a dit qu'on lui manquait terriblement..., tu n’crois pas que la prochaine fois, on devrait l'inviter à notre sauterie ?
– Mais ta mère est lesbienne, elle ne voudra jamais baiser en présence de mon mari et puis je me sentirais gênée pour elle... !
– Hum, pas si moi et Léa on s'occupe de ton mari pour vous laisser toute votre intimité ! Dit Justine.
.. Je pense même qu'on pourrait lui offrir notre pucelage vaginal, elle et moi, comme une sorte de cerise sur le gâteau au moment du café…, hi hi ! Je te choque ?
– Non, pas du tout bébé, je pense qu'on devrait aller en parler à Nadine pour voir sa réaction, ensuite on aura la semaine pour la convaincre, si jamais elle rechigne... !
.. Mais faire don de son pucelage, c'est un beau geste pour une jeune fille, tu penses que ta chérie sera d'accord pour se donner à son père ? »

Emma repoussa doucement Justine, puis se leva doucement pour aller rejoindre la chambre de sa fille, main dans la main, elles trouvèrent Léa en grande conversation avec Nadine. Emma fit signe à Léa de ne pas bouger, puis elle coupa la webcam, poussa sa fille hors du lit, puis redemanda la connexion de la webcam... Nadine eut ainsi la surprise, en croyant à une coupure de la liaison, de voir Léa remplacée par Emma et son sourire illumina son visage de bonheur !

« Alors bébé ! Comme, ça je te manque ? Euh, enfin, on te manque… ?
– Mon Amour ! Oh oui, tu me manques ! Mon corps tout entier te réclame !
.. Vois mes tétons comme ils bandent de te voir et ma petite foufoune qui devient toute humide... !
– Hum, ce n'est pas plutôt ma charmante fille qui t'aurait mis le feu au cul, cochonne, on a bien vu qu'elle se tripotait le clito quand on est entré dans la chambre… ? Demanda Emma.
.. Ah ! Au fait, il faudra qu'on parle d'un truc pour le week-end prochain, toutes ensemble.... !
.. Je t'aime, ma chatte, tu me manques aussi..., mon corps a soif de toi, ma bouche a faim de ta chatte, j'ai soif de ta mouille, soif de ta bouche, de mélanger ma salive avec la tienne... ! »

Emma se caressait les seins, puis la chatte, en parlant à Nadine qui, elle aussi, se masturbait sans pudeur, sans aucune retenue, elle aurait voulu passer l'écran pour se coucher dans le lit avec Emma..., lui coller sa bouche sur sa petite moule baveuse et boire sa sauce, tout en lui mordillant le clito pour la faire crier de plaisir, lui enfoncer deux doigts en cherchant le point G pour la faire se tendre, se raidir sous la violence de l'orgasme, elle aimait faire ça avec ses amantes, elle aimait les voir se tordre sous la jouissance, elle-même, adorait jouir ainsi depuis toute gamine...

Elles se turent et se concentrèrent sur leur plaisir uniquement sur leur plaisir de femmes, d'amantes, plus rien n'existait, tellement la sensation de s'aimer était forte, chacune sentant les caresses sur le corps de l'autre, les gémissements, les respirations qui s'accélèrent...
Emma dut se poser sur le lit, Nadine au fond de son fauteuil de bureau, chacune les cuisses grandes ouvertes, les doigts dans le vagin, elles allaient et venaient en cadence, leurs poitrines se balançaient jusqu'à l'apothéose, le septième ciel, la jouissance simultanée, ensemble, elles jouirent et poussèrent un cri rauque de chienne en rut, sous le regard des deux jeunes filles médusées qui n'avaient pas osé bouger, comme hypnotisées par cette scène saphique offerte par leurs mères amoureuses...

Les deux jeunes ados sortirent de la chambre pour laisser un peu d'intimité aux deux femmes, Justine en profita alors pour mettre dans la confidence sa petite amie sur le projet fou qu'elle et Emma avaient échafaudé pour inclure Nadine dans leurs ébats amoureux la semaine prochaine...

« Euh, chérie..., il faut que je te parle d'un truc qu'on a imaginé avec ta mère pour que Nadine participe à nos escapades, le week-end prochain, avec ton père... !
– Nadine et mon père ? Tu es folle, ta mère est une pure lesbienne, que veux-tu qu'elle foute de la queue de mon père ?
– Hum, en fait, toi et moi, on s'occupe de ton père et on laisse nos mamans ensemble se gougnotter et, pourquoi pas, exciter ton père ?
– Pas mal, moi je suis OK, mais Nadine, elle en dit quoi ?
– Elle n’est pas au courant, pour le moment..., ta mère va lui en glisser deux mots, après qu'elles auront fini de se branler devant leur webcam..., mais il y a une condition, en cas de refus de sa part..., un genre de chantage sexuel... !
– Ah ! C'est quoi la condition, à part sucer et se faire sodomiser tout le week-end ?
– Euh..., c'est délicat…, on pourrait offrir notre pucelage vaginal à ton père…, au dessert…, sentir son sexe en nous... !
– Au dessert…, rien qu'ça ? Putain, pourquoi pas se faire faire un môme, tant que vous y êtes ?
.. Ҫa n’marchera pas votre plan et, de toute façon, notre pucelage, on l'a perdu en jouant avec les godes de ta mère et de la mienne... !
– On devra faire semblant pour ne pas décevoir nos chères mamans gougnottes et le papa, pineur de gamines ! »

Nadine allait-elle accepter la proposition d'Emma et Justine ? Pour le moment, les deux femmes étaient occupées à jouir, face à face, virtuellement, malgré la nuit agitée, Emma trouvait encore le moyen de jouir coup sur coup en matant sa copine en faire autant...

Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 185
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Ven 22 Aoû - 00:15 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Toujours aussi ensorcelant !

L'idée que les deux filles se retrouvent enceintes est loin d'être mauvaise !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 02:41 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Très belle histoire bien écrite bien dialoguée et surtout excitante j'en bande encore

Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 22:20 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

merci pour vos encouragements à bientot

Revenir en haut
MSN
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 20 Nov - 00:51 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Corrigé par Redflag

ENTRE FEMMES

Chapitre 26


Justine prit Léa par la main, les deux ados sortirent de la chambre pour aller vers celle des parents, là où le père de Léa dormait encore, Justine passa sa main sur les fesses nues de Léa qui se tourna vers sa compagne pour l'embrasser tendrement. Avant de rentrer dans la chambre, Justine écarta les cuisses de Léa pour y entrer ses doigts, c'était trempé et Justine porta ses doigts humides à sa bouche, puis suça chaque doigt avec une sensualité débordante qui fit raidir les tétons de Léa qui dut se les triturer pour calmer son désir de sauter sur sa copine pour lui dévorer la chatte...

Elles entrèrent main dans la main, excitées par une folle envie de goûter à nouveau à un bon morceau de queue, même si elle sentait encore le sexe de Léa et que c'est ce qu'elle aimait, le sexe de femme, surtout celui de cette chienne de Léa...
Léa se glissa dans le lit, puis se colla contre son père en lui caressant le ventre, puis sa main douce glissa ostensiblement, comme attirée par un aimant, vers cette queue un peu molle au bout de laquelle, perlait une petite goutte de sperme... Elle posa sa main sur la bite et entreprit de la branler entre deux doigts pour commencer, Justine tira sur les draps pour voir la scène et pour s'allonger contre Léa et poser sa tête sur la cuisse musclée du père de cette dernière, elle était juste au première loge pour voir la bite commencer à bander entre les doigts branleurs de sa copine, elle-même avait envie de sucer cette belle queue, juste pour sentir à nouveau le goût du sperme dans sa gorge, elle glissa sa main entre ses propres cuisses pour se branler, tellement les images obscènes venaient dans son esprit mettre le feu dans son corps de jeune gamine dévergondée.

La bite du papa était maintenant de belle taille, si bien que Justine put tendre la langue pour en atteindre le bout, Léa fit tout pour diriger alors la belle queue vers la bouche gourmande de sa jeune amante et ainsi voir combien elle prenait goût à sucer une bite, et pas n'importe quelle bite..., celle de son propre père, cela l'excitait tellement qu'elle sentit un flot humide entre ses cuisses. Machinalement, elle y passa un doigt, c'était gluant, alors elle appuya sur son bouton et à peine son doigt vint le frôler qu'elle fut prise d'un violent orgasme et poussa un cri de plaisir qui réveilla son père...

Quand il vit Justine en train de le sucer alors que sa propre fille le masturbait en même temps, il se mit sur le dos, puis caressa la tête de Justine et lui murmura :

« Hum, bonne petite, suce-moi bien, je vais te donner ta récompense devant ta petite salope de gouine qui est ma fille, après je lui mettrai mon zob gluant dans son joli trou du cul et tu pourras lui bouffer sa moule, je suis sûr qu'elle est pleine de bonne mouille de chienne en chaleur... !
.. Allez, suce salope, oui, oui, bordel, vous êtes deux sacrées salopes je vous adore... !
.. Si j'avais su, Léa, je t'aurais baisée plus tôt, sale petite garce... !
.. Gamine, tu m'excitais déjà quand tes nichons poussaient, je me doutais que tu étais digne de ta mère, putain !
.. Que de temps perdu, ma fille, que de temps perdu où j'aurais pu te foutre ma queue dans la bouche et y juter dedans depuis des années... !
.. Te nourrir avec ma jute et faire pousser tes jolis nichons en y collant mon zob !
.. Ah, c'est Justine qui va en avoir du bon jus..., oui, oui, arrête salope, je veux prendre le cul de ma salope de fille... !
.. Viens Léa, donne ton fion de salope que je te le remplisse de mon foutre... !
.. À moins que tu ne préfères bouffer le cul de ta copine que j'aurais bien rempli !
.. Allez, qui se dévoue pour danser sur ma belle queue ?
– Moi, je veux bien, dit Justine, j'aime bien sentir votre grosse pine dans ma rondelle et, en plus, si vous me l'asperger avec votre bon foutre, je vous promets de vous nettoyer la bite avec ma bouche en bonne petite salope que je suis... !
– Ok, couche-toi sur le lit que je puisse prendre ta belle rondelle de salope et toi, Léa, viens me doigter le cul, j'adore me faire mettre de temps en temps... !
.. Ta mère, elle me prend avec son gode parfois…, tu veux m'enculer, ma chérie ?
.. Viens ma belle, viens défoncer ton papounet, pendant que j'encule ta petite salope d'amour !
– Hum, je vais prendre le gode de maman et je vais te pilonner le cul en même temps que tu baiseras le cul de ma chienne d'amour, je veux que tu lui remplisses le cul de ton foutre épais, ensuite, je prendrai plaisir à le boire quand il coulera de son petit œillet dilaté et défoncé, parfumé avec son jus d'anus de gouine, hum je me sens tellement salope, papa, moi aussi je regrette de ne pas avoir goûté à ta queue avant ce week-end..., quel gâchis…, que de temps perdu bêtement... !
.. Et que dire de ma mère gouinasse dans sa jeunesse, elle-aussi, aurait pu venir me bouffer la crevette toute gamine… !
.. Dire que je tétais ses nichons pour y boire son lait, aujourd'hui, c'est sa grosse moule que je lèche pour y boire son jus et ses perles de pisse !
.. Penche-toi un peu, papa, que je vise ton cul, ensuite tu pourras fourrer Justine et quand je pousserai le gode dans ton cul, tu pousseras ta grosse pine dans son cul et ainsi, jusqu'à ce que tu te vides dans son orifice délicieux que j'aime visiter quand on se gouine... !
.. Tu aimes savoir que ta fille est une sale gouine, enfin, je lui suis infidèle, mais qu'avec ta queue, aucune autre ne me visitera jamais !
– Hum, comme c'est bon de se faire enculer par sa fille, putain, je bande comme un dingue je vais déchirer le cul de ta copine !
.. Ma fille, pardonne-moi, mais elle est si serrée autour de ma bite que j'ai l'impression de me faire sucer ou de me faire branler par ta petite main de gamine... !
.. Ah oui, oui, comme c'est si bon, je ne vais pas pouvoir tenir bien longtemps à ce rythme les filles... !
.. Vous êtes des dingues de sexe et j'aime vous savoir aussi salopes l'une comme l'autre !
.. Mais il ne manque que ta mère, au fait, où est-elle, cette cochonne ?
– Hum, elle se branle avec ma mère devant la webcam de Léa, répondit Justine, entre deux soupirs, et comme je connais ma mère, elle ne va pas la lâcher comme ça, alors je pense que la partouze va se faire à trois..., et mon cul va être bien graissé avec votre crème d'amour !
.. Ah mon dieu, comme mon cul est rempli, quelle énorme bite je me paye, je te jure que tu devras toi aussi y passer, ma salope, pas question que je sois la seule à ne plus pouvoir m'assoir de toute la semaine..., j'ai l'impression qu'il me perce aussi la chatte en même temps que mon anus !
– Pas de soucis, moi aussi, j'en veux de la grosse bite, surtout celle de mon papa d'amour mon salaud de père, mon géniteur enculeur, ça m'excite rien que de parler de baiser avec ma mère et mon père, je suis le fruit d'une sale gouine et d'un père obsédé par les gamines et surtout sa gamine... !
.. Oh papa, comme je regrette de ne pas avoir pu connaître de tels moments avant ma puberté, j'aurais pu en recevoir du foutre dans mon cul et sur mes petits nichons de petite catin... !
.. Te sucer sous la table ou bien lécher la fente gluante de maman, remplie de ton bon foutre, être votre jouet sexuel, dormir dans votre lit et me laisser tripoter par l'un ou par l'autre... !
.. Vous amenez des copines pour qu'on joue à touche pipi dans ma chambre... !
.. Ahah, oui, oui, c'est bon de te fourrer avec cette grosse queue, papa, mon salaud de père que j'aime !
– Ah bordel de bois, je vais jouir dans son anus, putain, je vais exploser dans son fion divin de jeune lesbienne, ahah, oui, oui, je vais la remplir, lui éclater son cul, putain, je viennnnnnnns, oui je viennnnnnns, les filles... ! »

Les saccades de foutre remplirent le cul de la jeune Justine qui hurla de plaisir car elle eut un violent orgasme en écrasant brutalement, entre ses doigts, son clitoris bandant. Léa décula de l'anus paternel pour laisser son père se vider et coller ses grosses couilles sur les fesses de Justine, il s'agrippa à ses seins pour se bloquer après la dernière giclée... Il resta ainsi un moment pour reprendre son souffle, ainsi que Justine dont le visage perlait de sueur, mélange de plaisir et résultat de l'ardeur mise dans cet ébat contre nature, entre un père qui se fait piner par sa propre fille qui, lui-même, baise sa copine, décidément, ce trio promettait de belles parties de cul à l'avenir. Le père de Léa posa sa tête sur le dos de Justine pour souffler, il était épuisé, mais la jeunesse de ses deux petites salopes lui permettait d'espérer encore bander suffisamment pour enculer sa propre fille. Après avoir repris leurs esprits tous les trois, le père demanda à sa fille de venir de placer entre les cuisses de Justine pour être ainsi directement sous la raie culière de cette dernière pour pouvoir récolter le flot de sperme qui dégoulinerait tranquillement du cul de son amante.
Léa s'allongea sous les cuisses de Justine, offrant ainsi à sa copine une vue sur sa moule gluante et elle put ainsi s'en délecter car elle lui faisait envie, cette chatte poisseuse, cette chatte qu'elle aimait brouter dès qu'elle le pouvait car elle en devenait accro… Léa en profita, elle aussi, pour lécher la chatte de sa copine, elle y voyait des gouttes perler sur les lèvres rougies par la masturbation forcenée, puis le père prévint qu'il allait retirer sa bite de l'orifice de Justine :

« Attention, Léa, prépare-toi à boire ma jute, car j'en ai balancé pas moins d’un bon litre dans le cul de ta chienne d'amante, son cul est tellement agréable à piner que j'ai hâte de le comparer au tien, ma petite salope de fille... !
.. Ouvre bien grand ta bouche, ma salope, ouvre et gave-toi de nos jus de baise mélangés, gardes-en un peu pour faire goûter à ta chérie, afin qu'elle se rende compte que nos sauces se mélangent bien quand on baise... ! »

Léa ouvrit grand sa bouche et aussi ses yeux, elle ne pouvait s'empêcher de fixer la queue de son propre père enfoncée dans le cul de son amante, cela l'excitait même, et Justine dut s'en rendre compte, car elle jouit doucement sous les coups de langue de celle-ci, puis elle vit la queue reculer doucement, gluante, poisseuse, brillante..., ensuite, sortir totalement, encore raide, avec du sperme qui pendait au bout, elle tendit sa main, puis attrapa la queue pour la caresser et sentir le mélange de sperme et de mouille anale lui engluer les doigts, puis elle remonta un peu entre les cuisses de Justine, jusqu'à voir son anus encore dilaté laisser échapper un premier filet de sperme, elle remonta encore, jusqu'à être proche de son cul et comme une folle, elle y fourra sa langue et récolta du foutre encore chaud qu'elle ne put garder en bouche et qu'elle se délecta en l'avalant goulûment, telle une vorace en manque. Elle sentit la queue de son père dans ses cheveux, celui-ci se frotta sur sa tête pour y nettoyer sa bite..., puis elle entreprit de vider le cul de son amie en y enfonçant un doigt pour aller recueillir le sperme. Elle aspirait, mais gardait en bouche le précieux liquide, elle sentait des doigts fouiller sa chatte et une langue, puis deux, elle jouissait comme une folle, ne pouvant laisser échapper le moindre cri de plaisir, seulement des râles..., des râles d'amour interdit, mais diablement excitant pour une jeune ado tout juste majeure. Le nettoyage prit du temps ou simplement se laissait-elle le temps de jouir encore et encore, ne sachant plus de quelle langue ou quels doigts, elle devait ce dernier orgasme...

Elle décida alors de faire goûter le précieux nectar gardé dans sa bouche, ce jus laissé en abondance par son père dans le cul de sa chérie... Elle se releva, fit le tour du lit, puis vint se positionner juste au-dessus du visage de Justine, elle lui prit la mâchoire entre sa main gauche, puis la força à ouvrir la bouche, puis fixa son amour dans les yeux et laissa doucement couler un filet de salive, mélange savant entre le sperme et le jus d'anus qui glissa doucement sur la langue tendue de Justine..., jusqu'à vider sa bouche entièrement dans celle de Justine, puis enfin, avaler le reste pour prendre sa respiration. Justine, elle, mâchouilla un moment, puis se libéra de Léa pour la faire mettre sur le dos, puis, à son tour, elle laissa échapper de sa bouche un filet de foutre et de salive. Surprise, Léa reçut le premier filet sur le nez, puis sur la joue, avant d'ouvrir la bouche pour tendre sa langue gourmande. À la fin, Justine colla sa bouche sur celle de Léa et toutes les deux avalèrent le foutre paternel dans une étreinte passionnée, sous le regard ébahi du père qui s'étonnait de plus en plus sur les performances sexuelles des deux ados déchaînées. Sa queue redevenait dure et il décida, sans autre préavis, de prendre à nouveau le cul de Justine, plutôt que de se masturber devant sa propre fille.

Justine lécha la joue et le nez de Léa pour recueillir les dernières gouttes de ce précieux jus et, de nouveau, le partagea avec son amante dans un baiser fougueux où, à cette occasion, leurs tétons s'épousèrent sous l'étreinte et la poussée de la pénétration imprévue du père de Léa. Celle-ci en profita pour glisser sa main et enfoncer un doigt dans la chatte gluante de Justine qui se laissa faire un moment, avant de se rebeller, afin que se soit, non elle, mais Léa qui subisse l'assaut de la bite de son père, après tout c'était le deal passé, non ?

La cause fut entendue et le père de Léa, aux anges, vint se positionner près de l'orifice anal de sa propre fille et Justine se glissa sous la chatte amante pour admirer le spectacle et se délecter de la mouille qu'allait lui offrir Léa lors de la sodomie. Le père excité ne ménagea pas sa fille, il s'enfonça d'un coup, jusqu'aux couilles, laissant échapper un « aie, mon cul » de la part de sa fille. Justine, quant à elle, lui lécha la chatte, allant jusqu'à mordiller son clito décapuchonné et le père commença ses allers-retours dans le petit cul de sa fille.

« Ah, bon sang, Léa que c'est bon de limer ton joli petit trou, ma salope, tu es aussi serrée que ta chienne de Justine et je crois que je ne vais pas pouvoir résister à la jouissance que me procure notre étreinte interdite, mais tellement excitante !
.. Je vais inonder ta rosette et ta copine pourra te bouffer le cul à satiété et partager avec toi, divine salope, ma bonne crème épaisse !
.. Décidément, vous me plaisez, sales gamines, je crois que je vais vous emporter avec moi dans mes bagages pour ma prochaine semaine de travail..., comme ça, ta mère pourra baiser avec sa vieille copine de fac et moi je me viderai les couilles dans vos jolis petits culs !
– Papa, tu sais bien que les cours ne sont pas terminés, tu devras te contenter de te branler en matant Internet, vieux cochon et attendre le week-end pour avoir la surprise de pouvoir nous baiser la chatte devant nos mères lesbiennes... !
.. Tu n’as pas envie de nous piner la chatte, vieux cochon incestueux, baiseur de petites filles innocentes ?
– Quoi, vous m'offririez vos petites chatounes de gouines ?
.. Toi et ta chérie, accepteriez ma grosse bite dans votre jardin secret de petites lesbiennes ?
.. Tu sais, ma chérie, je ne veux pas vous forcer à quoi que ce soit qui mette en danger votre couple, je peux simplement me contenter de vos petits trous du cul et celui de ta mère !
– Ne vous inquiétez pas, Monsieur, vous serez la seule "bite" qui aura le privilège de nous dépuceler, et un pucelage, ça ne s'offre pas à n'importe qui et Léa et moi, avons décidé que vous seul, auriez ce privilège et que nos mères seraient présentes pour ce sacrifice sexuel ! Répliqua Justine.
– Je suis très touché que des jeunes filles, aussi ravissantes, aient le devoir de sacrifice aussi pointu, offrir son pucelage à un homme en étant amantes n'est pas une décision facile à prendre et vous devez, l'une et l'autre, être très amoureuses pour devenir, entre mes bras, de vraies femmes, je vous en suis reconnaissant mes chéries, si je puis vous appelez ainsi, mes petites chéries ou mes amantes incestueuses..., en tout cas, je suis dingue de vous mes beautés !
.. Dingue de vos jolis culs et de vos agréables petits nichons aux tétons fièrement pointés quand vous jouissez !
.. Ahhhhhhhhh, non d'un chien, je ne vais pas pouvoir me retenir, Léa chérie, je vais me vider dans ton ravissant fourreau anal, ma fille, ma salope de fille, mon incestueuse femelle..., la chair de ma chair..., je te remplis le cul, salope, oui je jouiiiiiiis, je jute, bordel, je jute comme un âne !
.. C'est trop bon, ma fille, je suis mort cette fois, bande de salopes, vous m'avez littéralement vidé les couilles comme jamais ta mère n’a pu le faire, bravo ! »

Il était vraiment épuisé cette fois, sa queue ramollit rapidement dans le cul de sa fille et il décida d'en sortir pour aller prendre une douche, Justine était déjà sous la raie culière de Léa pour recueillir le premier filet de jute s'échappant du trou dilaté de son amante, elle y fourra un doigt pour aller en chercher plus encore et se remplissait la bouche, dans le but unique de partager son butin gluant dans la bouche de son amante, elle aimait cette façon de partager le liquide du père de sa chérie et aussi ça l'excitait de l'embrasser, aussitôt, la bouche encore pleine de foutre chaud mélangé à leur salive... Quand leurs bouches s'épousèrent, Justine colla sa chatte sur celle de Léa et commença doucement à bouger pour sentir son propre clito s'écraser sur celui de sa copine, elle s'agita ainsi jusqu'à l'orgasme, rejointe aussitôt par Léa qui n'avait pas quitté sa bouche de toute l'étreinte.
Elles s'aimaient follement et cela faisait plaisir à voir.

Bonne lecture à vous.



Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 185
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 20 Nov - 09:59 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Mecnu, si tu savais dans quel état tu m'as mis !

Bravo et encore merci !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Ven 21 Nov - 01:13 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Plus qu'une bonne lecture une lecture planante 

Revenir en haut
sophie lestradet


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 48
Localisation: marcac

MessagePosté le: Ven 21 Nov - 08:02 (2014)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

l 'histoire est bonne ais pourquoi toujours ces mots a répéttion ordure, salope gouina ne peus t(on jouir s'amer sans cela sse

Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mar 9 Juin - 21:49 (2015)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

  
sophie lestradet : milles excuses si mon texte te choque je suis désolé mais dans le feu de l'écriture parfois on en oublie la poésie et la douceur d'une relation entre filles voir mère fille, merci pour ta vigilance.


Cordialement  Mr. Green


Revenir en haut
MSN
naughtymonkey


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2015
Messages: 46

MessagePosté le: Ven 17 Juil - 18:22 (2015)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

L'histoire est délicieuse, domage qu'il y est pas de suite

Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 17 Juil - 21:52 (2015)    Sujet du message: Entre femmes / Mecnu Répondre en citant

Razz  Effectivement il manque une fin digne du récit ..........je vais y travailler "naughtymonkey" Cool

Revenir en haut
MSN
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 5 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom