le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Une soirée très spéciale / Redflag

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 192
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Lun 11 Avr - 08:31 (2016)    Sujet du message: Une soirée très spéciale / Redflag Répondre en citant

Écrit par Redflag

Une soirée très spéciale

Chapitre 1


Sabine est une ravissante jeune femme de 21 ans, travaillant comme secrétaire auprès d’un avocat de renom Elle n’a pas choisi ce secteur sans raison, elle espère pouvoir reprendre ses études en fac et obtenir un master 2 en droit. Pour l’instant, elle s’occupe de la correspondance et travaille à 60 %. Ainsi, elle se familiarise avec les affaires civiles et pénales. Son employeur est très satisfait de ses prestations et l’encourage à poursuivre ses études, aussi, il lui donne davantage de responsabilités au sein de son cabinet !
Sa fonction exacte est davantage un travail de stagiaire qu’un travail de secrétariat, Notamment, elle s’occupe des cas mineurs pour l’établissement des dossiers, laissant à son supérieur hiérarchique, le soin de finaliser et de plaider s’il y a lieu !

Justement, dans cette optique, elle se renseigne sur l’horaire des cours et sur le nombre d’heures par semaine. La prochaine session débute en automne, à la fin août, pour être précis et il s’agirait d’une trentaine d’heures réparties sur les cinq jours de la semaine.
Munie se tous ces renseignements, elle s’en ouvre à son employeur qui examine avec elle des possibilités éventuelles pour la reprise de ses études :

« Comme vous travaillez à 60 %, ce la vous fait donc un travail effectif de 21 heures !
.. Je pourrais, éventuellement, convertir une dizaine d’heures en formation, ce qui vous ferait de la pratique et allégerait votre travail, ce qui vous permettrait de vous consacrer plus intensément à vos études !
– Ce serait super, il reste juste le problème de l’écolage, mon père est d’accord de me financer la moitié de mes frais, me laissant la charge de payer le reste !
– Oui, je vois, mais j’ai peur qu’à la longue, vous vous trouviez coincée financièrement, les études coutent cher et tôt ou tard, cela vous posera un problème !
.. Aussi, je vous propose un contrat, le cabinet prend en charge vos frais d’études et, en contrepartie, vous vous engagez à travailler pour nous, une fois votre diplôme obtenu, pour une période de, disons, deux, trois ans !
– Je ne sais que répondre, ce serait merveilleux et j’accepte de tout cœur !
– Bien, mais n’oubliez pas que votre travail ne devra pas souffrir de vos fatigues dues à vos études !
– Il en va de soi, je vous promets de vous donner entière satisfaction et le meilleur de moi-même !
– J’y compte bien ! Je vais vous préparer un nouveau contrat ! »

*****

Ainsi fut fait et deux mois plus tard, Sabine s’asseyait sur les bancs de l’Université de Bordeaux.
Ce geste de philanthropie de la part de son employeur, n’en était pas un, c’était davantage par calcul, Maître Corbier avait estimé, à juste titre, que les cours promulgués par l’uni seraient très rapidement amortis. Il est vrai que ses connaissances du fonctionnement du cabinet et son assiduité aux études, faisaient d’elle une stagiaire de choix !

À la maison, elle se trouve bien, une mère encore très jolie qui sait l’entourer sans l’étouffer et un paternel qui sait la comprendre sans lui parler, le genre de papa qui aime sa fille pour ce qu’elle est et non pour ce qu’il aimerait qu’elle soit !

Cependant, une seule ombre ternit ce tableau idyllique : Sabine ne sort pratiquement pas et ne semble pas intéressée par une éventuelle envie de se mettre en couple !
Un soir où la mère et la fille sont seules, Claudine, sa mère, ose aborder le sujet :

« Excuse-moi, ma chérie, tu ne sors jamais, je sais bien que tes études t’accaparent énormément, mais tu devrais, de temps à autre, sortir un peu, voir du monde, et rencontrer de jeunes personnes !
– Mais, je vois déjà Sylvie !
– N’aurais-tu pas envie de rencontrer un jeune homme ?
– Pour prendre un peu de plaisir, tu veux dire ?
– Oui, en quelque sorte, n’as-tu pas envie, un jour, de fonder une famille ?
– Pour ça, je vais être franche, maman, j’ai peur de ne pas être attirée par les hommes !
.. Depuis mes 12 ans, je me suis aperçue que j’étais plus réceptive à la beauté féminine qu’au charme d’une mâle virilité !
– Et comment t’en es-tu rendu compte ?
– À cette époque, j’avais flashé sur ma prof d’anglais et les heures de cours étaient, pour moi, de véritables saunas, je ressortais des cours avec des slips à tordre !
.. Je la regardais donner ses cours et je rêvais de caresses et de baisers !
.. Et elle, de son côté, m’ignorait, ou faisait semblant de m’ignorer !
.. C’est à ce moment que Sylvie, qui était déjà mon amie, me ramena sur terre en m’expliquant que si la prof m’ignorait, c’était par souci des convenances et non par choix personnel, qu’une femme normalement constituée ne pouvait qu’être attirée par une "lolita" telle que moi !
– Oui, je me souviens, tu étais une sacrée belle gamine… !
– J’appris aussi que je n’étais pas la seule à nourrir de tels sentiments pour ma prof !
.. Mais que si je voulais, qu’un jour, elle s’intéresse à moi, je devais assumer mon homosexualité et attendre le moment propice !
.. Et c’est ainsi que Sylvie a fait mon éducation sentimentale et, ensuite, je suis tombée sous le charme de mon initiatrice !
.. Depuis, nous ne nous sommes plus quittées et c’est elle qui m’a dépucelée !
.. Le jour de mes seize ans, je lui ai offert mon petit trou !¨
– Humm, moi, c’était avec ma prof de math !
– Waouh ! Comment cela s’est-il passé ?
– C’était en dernière année, j’avais 15 ans et demi et nous étions en classe de neige !
– Mmmm, raconte-moi !
– C’était en fin de séjour, nous avions organisé une soirée de départ !
.. Après des jeux, nous avons dansé entre filles, puis avec les profs !
.. Je me suis retrouvée dans les bras de mon égérie et j’étais comme dans un rêve !
.. Ses doigts effleuraient mes fesses, flattaient ma croupe ou encore, touchaient, comme par inadvertance, ma juvénile poitrine !
.. Comme je ne semblais pas choquée par ses attouchements, elle me demanda de la rejoindre dans son lit, dès que tout le monde dormirait !
– Hummm, et tu y es allée ?
– Bien sûr, je n’allais pas rater une pareille occasion !
– Que s’est-il passé ?
– Elle m’attendait, nue sur sa couchette, m’a tendu les bras et m’a fait découvrir les délices de l’amour lesbien !
– Super, et après, tu as continué ?
– Oui, j’ai eu quelques conquêtes, puis j’ai rencontré ton père !
– Et tu as cessé toutes activités homosexuelles ?
– Pas du tout, avec l’accord de ton père, j’ai continué et je continue à avoir des relations privilégiées avec mes consœurs !
– Il est au courant que tu aies des relations extraconjugales avec des partenaires féminines ?
– Évidemment, comment pourrait-il le refuser, puisqu'il adore me voir me faire gouiner !
– Il participe aussi ?
– Ҫa lui arrive, lors de soirées échangistes ou quand je ramenais une nouvelle conquête !
– Vous partouzez ?
– Oui, de temps à autre, c’est l’occasion idéale de trouver de belles femmes prêtes à sauter le pas !
– Oui, je l’imagine, mais dans ce cas, tu dois aussi coucher avec des hommes ?
– Oui, mais on trouve, quelquefois, des hommes avec de très belles bites !
– À condition d’aimer les hommes !
– Oui, bien sûr, mais avec l’envie de grossesse, on append à les aimer, du moins, à les supporter !
– Un peu comme : "l’appétit vient en mangeant !" ?
– C’est exactement cela ! D’autant plus, si tu arrives à prendre du plaisir avec leur pine !
– Possible, mais rien ne remplace, une belle chatte, de beaux seins et une langue agile !
– Que tu ne sois pas attirée par les hommes, je peux le concevoir, mais, si un jour, tu éprouves un désir de maternité ?
– Sylvie et moi, y avons déjà pensé, nous avons décidé de nous mettre en ménage et pour la question enfantement, elle se fera mettre enceinte par son frère !
– Elle couche avec son frère ?
– Oui, Sylvie est bisexuelle et c’est lui qui l’avait dépucelée, c’est logique que ce soit lui, le père !
– Tout à fait dans la logique des évènements, mais si c’est toi qui as ce désir de maternité ?
– Nous y avons aussi pensé, j’essaierai de trouver un homme comme mon père !
– C'est-à-dire ?
– Qu’il soit aimant, attentionné compréhensif et très permissif !
– Pour cela, je pense que ce serait très possible !
– Je ne pensais pas à lui, personnellement, ce que je voulais dire, c’est qu’il ait les mêmes qualités que mon père !
– Si tu l’as sous la main, pourquoi ne pas en profiter ?
– C’est mon père et cela m’étonnerait qu’il soit d’accord !
– Détrompe-toi, la plupart des pères rêvent de coucher avec leurs filles !
– Possible, mais je me vois mal le faire ! J’aime trop les tribaderies !
– Et les fricadelles ?
– Oh oui, surtout quand elles se terminent bien arrosées !
– Que veux-tu dire ?
– Sylvie est une femme fontaine et quand elle jouit, elle envoie d’énormes giclées de cyprine qui atterrissent directement sur ma chatte !
– Oui, j’aime aussi, ça a un effet calmant !
– Ou alors, je change de place et je viens directement boire à la source !
– Hummm, c’est presque de l’ondinisme ?
– Quelquefois, c’en est, surtout de ma part, j’ai tendance à m’oublier quand le plaisir m’emporte !
– C’est assez fréquent chez les lesbiennes !
– Alors, je suis "normale" ?
– Tout ce qu’il y a de plus normal, ne te fais aucun souci ! »

Cette discussion clarifia bien des points d’interrogation et une complicité s’installa entre la mère et la fille. Sabine pouvait se permettre d‘aborder des sujets qui, jusqu’alors, étaient considérés comme tabous, Par contre, pour Claudine, la confession de sa fille l’a ramenée à vingt-cinq années en arrière, époque où elle aurait bien voulu se confier à sa mère et lui témoigner tout l’amour que celle-ci lui inspirait. Petit à petit, elle voit sa fille différemment, davantage comme une femme et même, à certains moments, comme une partenaire possible.

Leur comportement s’en trouve aussi changé, Sabine n’hésite pas à sortir de la salle bain sans soutien-gorge, il faut dire qu’elle peut s’en passer aisément, elle a des seins superbes, de belles aréoles sombres bien dessinées et des tétons qui se dressent au moindre courant d’air ou à la moindre mauvaise pensée. Et celles-ci ne manquent pas, surtout en voyant comme sa mère s’est libérée en sa présence, Dorénavant, Claudine ne porte plus le moindre slip quand elle est à la maison et comme elle s’épile intégralement, la vision de son clitoris érigé donne des idées que la morale réprouverait si elle étaient énoncées verbalement, Comme quoi, l’ambiance devient de plus en plus érotique et, sans oser se l’avouer, chacune fantasme sur l’autre, tension onirique vite évacuée dans l’intimité de leur couche solitaire. La seule attitude concédée est, lors de petits câlins, une plus grande démonstration de liens affectifs, les baisers se font à la commissure des lèvres, les mains s’égarent de plus en plus souvent sur un sein ou sur une fesse, mais aucune des deux n’ose franchir le cap. Pour Sabine, ses sentiments amoureux pour Sylvie la retiennent d’aller trop loin, Aussi, quand la tension est trop forte, elle part s’isoler et se calmer.

Évidemment, elle se confie à Sylvie qui, loin de s’en offusquer, trouve la situation très excitante et l’encourage même à aller plus loin !

Ce samedi, Sabine et Sylvie auraient dû se rendre à une soirée, mais au dernier moment, Sylvie a un empêchement.
Entendant leur discussion, Claudine se propose de la remplacer. Sylvie saute sur l’occasion et accepte la proposition de la mère de son amie :

« Mais, c’est une "special evening" !
– Et alors, ta mère aime danser !
– Oui, mais tu sais que les fins de soirées sont assez débraillées !
– Je ne pense pas que cela la gênerait !
– Oui, mais c’est ma mère !
– Et alors, ça ne pourrait que vous rapprocher ! »

Claudine qui n’a pas connu les soirées spéciales de la nouvelle génération, cherche à comprendre les raisons du refus de sa fille :

« Mais qu’est-ce qu’elles sont de particulier ces soirées ?
– Rien de particulier ! Répond Sylvie.
.. Vers la fin du concert, les filles se retrouvent en transes et se dénudent !
– Bah, ce n’est que ça ? Je dois avoir fait pire lors de soirées échangistes !
– Tu vois, tu n’as rien à craindre, tu peux y aller sans autre, tu me raconteras !
– J’espère que tu ne le regretteras pas !
– Ne te fais pas de soucis, profite du moment présent !
– Ҫa, c’est la devise préférée de ton père : « Carpe Diem », c'est-à-dire : Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain !
– Bon, je me rends à vos arguments, j’espère que la musique sera bonne ! »

Le reste de la semaine se passe en catimini, comme si personne n’osait évoquer cette soirée !

« Comment s’habille-t-on pour cette soirée ? Demande Claudine
– Avec des vêtements pas trop dommages, mais néanmoins très sexys !
– Je vais donc me passer de sous-vêtements !
– Très bien, tu seras quitte de devoir les enlever !
– Mmmm, ce sera encore plus excitant que je ne le pensais !
– Espérons que tu n’en sois pas choquée !
– Il en faut beaucoup pour me choquer !
– Bon, allons-y, je voudrais arriver dans les premières !
– Pour quelle raison ?
– Pour choisir les meilleures places et ne pas être importunées !
– Par qui ? Et pourquoi ?
– Les premières arrivées vont sur l’estrade, à côté de l’orchestre, tandis que le parterre est composé d’hommes et de femmes !
– Et…. ?
– Sur l’estrade, nous serons plus libres de nos mouvements et nous ne serons pas importunées par des mâles en rut !
– Pourquoi nous importuneraient-ils ?
– Comme Sylvie te l’a plus ou moins expliqué, le principe de ces soirées, c’est l’exhibition provoquée par la transe, engendrée par la musique !
– Je vois, c’est encore plus excitant que je ne le pensais ! »

Quelques personnes sont déjà là, une grande majorité de femmes, toutes très jolies. Elles se faufilent et se placent sur le côté, à proximité de deux blondes, sculpturales, couvertes de simples robes en Jersey, moulantes au possible et pratiquement transparentes.

« Toutes ces filles sont magnifiques ! S’exclame Claudine.
.. On dirait qu’elles sont triées sur le volet !
– Tu n’as pas tort, le service d’ordre ne laisse passer que les plus belles !
.. Et les plus audacieuses !
– Moi, ils ne me connaissent pas et m’ont laissée passer !
– Normal, tu es aussi une belle femme et tu es avec moi et eux, ils me connaissent !
– Serais-tu "habituée" à t’exhiber ?
– En quelque sorte, oui, mais seulement dans ma vie privée !
.. Au travail, je suis un modèle de vertu !
– Tu as raison, il faut savoir se lâcher, de temps en temps ! »

La musique, à la fois étourdissante et envoûtante fait son œuvre, les amatrices scandent le rythme effréné des percussions et se laissent porter par accents lascifs de la musique Soul.
Après une heure et demie de concert, la plupart des femmes sont à demi-dénudées et se touchent mutuellement.
Sabine n’est pas en reste, ses seins sont sortis de sa robe et elle se les malaxe avec vigueur. Claudine s’est mise torse nu et frotte sa poitrine contre le dos de sa fille, Soudain, dépassant le cadre des convenances, elle saisit les seins de Sabine et les triture, à son tour.

« Maman, que fais-tu ?
– Je te caresse les seins, ma chérie !
– Mais, tu es ma mère !
– Et alors ? Ici, nous ne sommes que deux femmes excitées et désireuses de nous exhiber et de jouir sous nos caresses !
– Pour nous exhiber, je suis 100 % d’accord avec toi !
.. Quant à se donner du plaisir, je ne pense pas que cela soit convenable !
– Dans l’amour, les liens de parenté, n’entrent pas en ligne de compte !
.. Et là, présentement, j’ai envie de jouir et de te faire jouir ! !
– Tu as raison, oublions que je suis ta fille, que tu es ma mère et profitons du moment présent !

Pour bien montrer son assentiment, elle tend son buste en avant, une main sur la main de sa mère qui lui agace les bouts, et l’autre, plaquée sur la fourche sexuelle maternelle pour essayer de lui dégager son clitoris :

« Oh oui, frotte-le bien, pince-le, donne-moi du plaisir !
– Oui, maman, tes désirs sont des ordres, je vais te faire jouir…, tu t’en souviendras toujours ! »

L’atmosphère est lourde de sensualité, à côté, les deux blondes s’embrassent et se partagent leur salive.

« Regarde comme elles s’embrassent, c’est excitant, elles se boivent, littéralement !
– Attends, tu n’as pas tout vu, elles ne vont pas tarder à se cracher dans la bouche !
– Mmm, les salopes, comme je les envie !
– Tu aimes ce genre de pratique ?
– Disons que. quand je suis excitée, je suis capable de tout !
– Tu ferais la joie de Sylvie, elle aussi, est capable de tout !
– Et tu en es gênée ?
– Pas du tout, au contraire, mais j’ai peur de ne pas savoir où et quand m’arrêter !
– Ce n’est pas un défaut, continue de m’embrasser et caresse-moi ! »

Sabine se retourne, face à sa mère, lui prend la tête entre ses mains et lui applique un baiser langoureux, sa langue virevoltant avec la sienne, puis se déplaçant légèrement, sa bouche au-dessus de la sienne, laisse couler un filet de bave :

« Oh oui, donne-moi ta salive, oh oui, donne.moi tout ! Tu peux cracher, si tu veux !
– Tu veux vraiment que je te crache dans la gueule ? »

Claudine ouvre démesurément sa bouche et attend, se délectant par avance :

« Oui, donne-moi tout, donne-moi ta morve, je veux tout de toi ! »

Sabine, qui n’en est pas à son coup d’essai avec Sylvie, se racle la gorge, expectore et envoie un crachat de couleur douteuse.
Claudine le garde dans son palais, le fait tourner, comme une dégustation de vin, et, finalement, l’avale avec un plaisir évident.

« Oh oui, tu peux m’en donner tant que tu veux !
– Je pourrais t’en donner bien davantage, mais ce n’est pas le lieu pour ! »

Les deux blondes qui, tout à l’heure, se partageaient leur salive, se sont rapprochées et observent Claudine et sa mère dans leurs effusions intimes :

« Nous croyons savoir ce que vous voulez dire, mais vous avez raison, ce serait mal perçu au milieu de tout ce monde !
– D’autant plus que ma partenaire compte beaucoup pour moi et que c’est la première fois que nous nous embrassons !
– Votre amie n’est pas novice, elle a sûrement beaucoup d’expérience !
– Oui, c’est vrai, j’ai pas mal de kilomètres au compteur !
– Dans l’amour crade ?
– Tout à fait, mais je suis un peu gênée d’en parler devant…
– Devant votre nouvelle conquête ?
– Oui, c’est ça… !
– Ne vous tracassez pas, ce n’est pas une oie blanche, bien qu’elle soit très jeune !
– Oui, c’est vrai, ce n’est pas la première fois qu’elle vient ici ! Ajoute son amie.
.. D’habitude, elle vient avec une autre fille et je ne pense pas qu’elle puisse en être choquée !
– Le problème est plus délicat, ce n’est pas une nouvelle conquête…, c’est ma fille !
– Oui, c’est vrai, je vous présente ma mère !
– Mais, c’est merveilleux ! Nous, nous sommes sœurs ?
– Super, vous êtes très belles ! Je le disais tout à l’heure à maman, vous êtes craquantes !
– Oui, c’est vrai, j’ai beaucoup admiré comme vous vous embrassiez !
.. Je vous avoue que j’aime beaucoup les jeux humides !
– Nous aussi, nous sommes toujours à la recherche de nouvelles partenaires !
– Quand le concert sera terminé, on pourrait boire un dernier verre à la maison ? Propose la première blonde.
– Oui, pourquoi pas, qu’en penses-tu, ma chérie ?
– Ce serait avec plaisir !
– Alors, on va commencer par se tutoyer. Moi, c’est Carol et ma sœur, Line !
– Ah, Carol et Line, Caroline, vos parents étaient des facétieux ! Fait remarquer Sabine.
– Oui, TU as raison, c’est à croire qu’ils avaient envie que nous soyons lesbiennes !
– Ce n’est pas impossible, maman a toujours favorisé nos rapprochements !
.. Même que des fois, je trouvais qu’elle aurait bien aimé participer !
– Oui, j’ai trouvé aussi, mais je ne l’aurais pas repoussée !
– Moi non plus, ça m’aurait plu d’être lesbienne incestueuse !
– Mais, nous sommes lesbiennes incestueuses !
– Oui, mais avec notre mère, c’eut été plus jouissif !
– Rien ne vous empêche de rattraper le temps perdu ! Intervient Claudine.
– Oui, tu as raison et s’il faut coucher avec notre père, nous ferons ce qu’il faut !
– Bravo ! Vous avez raison !
.. Tu vois, Sabine, tout n’est pas perdu !

L’idée fait son chemin, si ses deux nouvelles amies envisagent d’accepter de coucher avec leur père pour pouvoir séduire leur mère, elle serait bien bête de ne pas profiter du sien pour se faire mettre enceinte, d’autant plus qu’il lui semble que sa mère l’envisage aussi ! Mais, bon, ça, c’est un problème pour plus tard ! Reprenons où nous en étions restées !

Sabine et Claudine recommencent à s’embrasser, puis Claudine descend sa bouche sur les pointes turgescentes de sa fille et les tète avidement :

« C’est bon, maman, tu es douée !
– C’est un réel plaisir de te bouffer les seins, vivement que tu sois enceinte, je pourrai boire ton lait !
– Tu aimerais que je puisse te gicler sans ta petite gueule ?
– Oh oui, je veux tout boire de toi !
– Ne me tente pas, maman !
– Si je peux me permettre, intervient Carol, si Sabine se laisse aller, il te faudra tout boire, ne pas en perdre la moindre goutte !
– Je m’en rends bien compte et j’aime trop ça pour gaspiller ! »

La bouche descend et se pose sur les lèvres intimes de sa fille, remonte la douce vallée et aspire le clitoris qui gardait la forteresse !

« C’est dingue, maman, où as-tu appris à lécher si divinement ?
– C’est une vieille lesbienne, de l’âge de ma grand-mère, qui m’a initiée aux plaisirs de Lesbos !
– Tu me lèches si bien que je ne vais pas tarder à venir… !
– Alors, vas-y, laisse-toi aller et viens dans ma bouche ! »

Sabine se cambre et laisse son plaisir sortir de ses chairs intimes, Elle gicle sa cyprine laisse couler doucement ses perles d’or dans la bouche maternelle. Claudine lape à mesure et effectivement, elle n’en perd pas une goutte. À côté, Carol et Line font pareil et c’est Line qui boit à la source !

Le concert se termine, les spectateurs quittent la salle et les quatre protagonistes quittent l’endroit, bras dessus, bras dessous pour finir la nuit auprès de leurs nouvelles amies !

Redflag
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Dernière édition par redflag44 le Lun 11 Avr - 15:55 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 11 Avr - 08:31 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yan75


Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2013
Messages: 74
Localisation: pas tres loin

MessagePosté le: Lun 11 Avr - 11:28 (2016)    Sujet du message: Une soirée très spéciale / Redflag Répondre en citant

superbe redfalg
_________________
la vie es belle


Revenir en haut
capi


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 32
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Lun 11 Avr - 12:36 (2016)    Sujet du message: Une soirée très spéciale / Redflag Répondre en citant

Comme toujours parfait merci Redflag J'espère pouvoir lire les évènements de la nuit des quatre tribades

Revenir en haut
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 895
Localisation: Isère

MessagePosté le: Lun 11 Avr - 15:20 (2016)    Sujet du message: Une soirée très spéciale / Redflag Répondre en citant

Magnifique Redflag, bravo et merci.. et à très vite pour la suite des aventures de ces 4 jolies filles mmmmmmmmmmmmmmmmm
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom