le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

mon histoire...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ross


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 6

MessagePosté le: Ven 7 Aoû - 18:51 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

Bonjour,
je me lance, j'ai 47 ans et je voudrais vous faire lire ce qui m'est arrivé il y a très longtemps.


Il y a quelques années, j'avais écrit une histoire érotique sur un site dans laquelle j'utilisais ma propre expérience comme introduction.
La suite n'était qu'invention... Je vous livre aujourd'hui le début qui est authentique. D'ailleurs vous verrez qu'il ne contient aucun truc hallucinant.
Enfin bref, nous sommes dans la rubrique confession. Si je ressens le besoin d'écrire mes fantasmes ou une nouvelle histoire, je changerai de rubrique.
Mais voilà mon récit :


"Ah c'est dans ce film qu'il y a un inceste ?! Quelle horreur !"


Ces mots venaient d'être prononcés par ma mère et j'entendais le terme "inceste" pour la première fois de ma vie, j'avais un peu plus de douze ans. Ma mère réagissait à la lecture du programme TV qui annonçait pour le soir même le film de Lucino Visconti "Les Damnés". Cela n'avait pas été vraiment une exclamation, car les propos n'appelaient aucune réaction du reste de la famille. De fait il n'y en eu aucune.


Ma curiosité avait cependant été éveillée au sujet du mot inceste et, à la première occasion, j'avais recherché ce que cela signifiait exactement. "Acte sexuel entre personnes d'une même famille", fut la définition que j'obtins. Elle restait vague et ne me marqua pas davantage. Environ trois ans plus tard, alors que ma sexualité était éveillée même si elle ne se réduisait qu'à des masturbations quotidiennes, je croisai à nouveau la route du film "les Damnés". Il était programmé en seconde partie de soirée sur je ne sais plus quelle chaîne. Par chance, c'était en période de vacances scolaires et j'étais souvent le seul de la famille à veiller devant la TV en temps normal.


J'allais enfin savoir exactement ce que ma mère trouvait de si horrible. Il s'agissait en fait d'un inceste mère-fils au sein d'une famille allemande dans la période nazie. Je n'approfondirai pas l'histoire du film, le Dieu Internet renseignera les plus curieux. En fait, la scène de l'inceste était assez peu explicite mais réussit à créer chez moi un trouble non négligeable. Ma réaction associée au commentaire de ma mère quelques années plus tôt inscrit en moi une image aussi terrifiante qu'excitante.


Même après ce film, je n'eus pas de fixation particulière sur l'inceste. Certes, au hasard des situations ambigües décrites dans certaines de mes lectures érotiques, je me surprenais à espérer lire une scène de "relation hors normes". Mais mes fantasmes restaient tout à fait banals et ne rentraient pas dans le cercle familial. Ce qui marqua à jamais mon imaginaire sexuel arriva après mes dix-neuf ans. J'habitais toujours chez mes parents. J'avais échoué dans ma scolarité avant le BAC et je faisais divers boulots en CDD, dans l'industrie, le bâtiment etc. Dans la période qui nous intéresse, je me trouvais au chômage. Mon père, 53 ans travaillait en 3 x 8 et ma mère, 52 ans, dans un établissement d'enseignement. Mon frère ainé, quant à lui, poursuivait ses études à 300 km de la maison.


Malgré mon âge, j'étais toujours vierge et je sentais que cela risquait de durer très, très longtemps au vu de ma timidité maladive. Ma sexualité n'était donc que fantasmes, masturbations, pornographie et littérature érotique. Je fouinais régulièrement dans la chambre de mes parents, où l'armoire renfermait, dissimulés derrière des piles de linge, quelques revues et livres érotiques. Ma mère avait même pris l'habitude d'avoir toujours un livre de poche érotique dans le tiroir de sa table de nuit, ses "livres de chevet" comme je les appelais en pensée. Elle n'imaginait sans doute pas que je pourrais fouiller leur intimité. Bien sûr, dans un premier temps, j'avais été troublé par le fait de trouver de tels objets chez mes parents, mais finalement, découvrir qu'ils étaient eux aussi "humains" et sexuellement actifs ne m'avait pas traumatisé outre mesure.


Un jour, alors que j'étais seul à la maison comme souvent, j'allai vérifier si ma mère avait renouvelé son livre de chevet, ce qui arrivait toutes les quatre ou cinq semaines environ. Je découvris un livre de poche flambant neuf intitulé "Arabella ou la poursuite du desir". Je me réjouis à l'idée des nombreuses séances de plaisir solitaire que sa lecture allait me procurer. Ce fut d'ailleurs le cas, mais à un degré encore inégalé.


L'histoire se passait dans l'Angleterre Victorienne et relatait des moeurs très libertines dans les milieux aisés de l'époque. Les situations ont été très vite ambigües et plusieurs incestes se sont succédés. Oncle-nièce puis père-fille et, à deux reprises dans le livre, mère-fils ! Cela m'excita au plus haut point et la seconde situation mère-fils me fit jouir presque sans me toucher tellement mon état était exceptionnel. Je ne pouvais ignorer que ma réaction résultait non seulement des relations "hors normes" décrites, mais aussi du fait de savoir que ma mère les avait lues.


Bientôt, en chaque occasion, je me jetais sur ce livre pour me masturber, ne finissant par privilégier que les deux histoires mère-fils. C'était envoutant. Je ne nous identifiais pas encore, ma mère et moi, aux protagonistes du récit, mais je ne pouvais m'empêcher d'imaginer ma mère se caressant pendant la lecture de ces scènes qu'elle aurait, en d'autres circonstances, qualifiées d'horribles. Même si ce livre de chevet est resté relativement longtemps en place, je ne pouvais soupçonner ma mère d'être particulièrement portée sur l'inceste puisque l'ouvrage regorgeait d'autres situations plus "normales". De plus, à moins de lire tout le texte avant de l'acheter, on ne pouvait deviner qu'il y était question d'inceste. Non, le déclic, le tremblement de terre devrais-je dire, arriva au renouvellement suivant du livre de chevet. Lorsque je fermais les volets de la maison la nuit tombée, je passais immanquablement par la chambre de mes parents. Ce soir-là, comme je le faisais souvent en pareille occasion, je jetai un coup d'oeil rapide dans le tiroir de la table de chevet de ma mère. Mes parents étaient dans la maison et je devais être prudent. Je découvris un nouveau livre intitulé "Etreintes interdites". Le titre fut tellement évocateur que je ne pus m'empêcher de jeter un œil au moins à la première page. Je ne peux écrire de mémoire le texte exact mais cette première page, qui n'en était en fait qu'une demi, commençait ainsi ou presque : "Lorsque nous sommes sorties du cinéma avec mon amie X..... nous étions toutes deux silencieuses. Nous venions de voir le film de Louis Malle "Le souffle au cœur", qui racontait l'histoire d'un inceste entre une mère et son jeune fils. Nous nous sommes quittées extrêmement troublées en nous promettant de rediscuter de ce que nous venions de voir......" Quel choc ! Mon cœur se mit à battre la chamade, j'étais bouleversé. Je replaçai vite le livre et continuai ma tâche. Inutile de préciser que j'ai cherché, toute la soirée, à analyser la situation.


Je dus attendre la tranquillité du lendemain pour dévorer le contenu. Il était conforme à ce à quoi je m'attendais : de l'inceste, de l'inceste, de l'inceste, encore et encore, de bout en bout. Frère sœur, mère fille, père fille, mère fils... toutes les possibilités à l'intérieur d'une cellule familiale en guise de sexualité étaient traitées. Je ne manquais pas la moindre opportunité pour profiter de cet objet, appartenant à ma mère, qui me procurait tant de fortes et abondantes jouissances. Cette fois, c'était clair. Le titre était suffisamment explicite et la première page plantait le décor on ne peut plus précisément. Ma mère avait donc sciemment acheté un livre pornographique qui décrivait des scènes d'inceste.


J'avais définitivement franchi le cap, le point de non-retour. Ma mère, d'une façon ou d'une autre, finissait toujours dans mes fantasmes. Elle n'était pourtant pas la "bombe" sur le plan physique qui attire tous les regards masculins, mais cette attraction frénétique vers l'interdit ne me lâchait plus. Mes premières masturbations avec et dans ses sous-vêtements, propres ou sales, commencèrent lors de cette première semaine de folie. Le Hic, c'est que je finissais toujours par éprouver de la honte pour ce que je faisais ou pensais. J'avais toujours du mal à regarder ma mère en face depuis le début de cette "dérive". Ma mère, quant à elle, ne semblait pas être troublée dans son comportement par ses lectures.


Et je sais qu'elle lisait régulièrement ce livre. Je m'arrangeais toujours pour le replacer d'une manière bien précise et vérifier ainsi qu'il avait changé de place ou de sens dans le tiroir. Il m'arrivait de placer de tous petits morceaux de papier dans les pages afin de vérifier qu'elle l'ouvrait bien. Elle le lisait et le relisait ! Il n'y a que certains jours où je m'apercevais qu'il n'avait pas bougé.


Je réussis sans mal à trouver l'explication : Elle ne le lisait pas lorsque mon père dormait avec elle. Ils ne faisaient pas chambre à part mais lui dormait dans une chambre à l'étage lorsqu'il était de nuit et rentrait vers six heures du matin, également lorsqu'il était de matinée et se levait donc à quatre heures du matin. Soit elle était mieux occupée avant de dormir, soit elle préférait que son mari ne voie pas ses lectures.
Après plus d'une semaine d'excitation livresque intensive, arriva ce fameux mercredi dont je ne sais toujours pas, plus de vingt ans après, s'il fut une occasion manquée...


Ma mère ne travaillait pas les mercredis mais elle prenait son après-midi pour rendre visite à une vieille tante et ne rentrer que vers 18 heures. Mon père était de nuit et débutait donc son travail à 20 heures, mais il était parti assez tôt dans l'après-midi pour faire une démarche administrative et quelques courses. Dès son départ, une nouvelle fois complètement seul, je me ruai vers le livre de chevet.
Comme je l'avais fait la veille, je le montai dans ma chambre en passant par la panière à linge sale emprunter une culotte de ma mère. Il était près de 15 heures. J'avais donc environ 3 heures de plaisir à prendre, entre la culotte odorante et le livre. Je faisais en sorte de faire durer le plus possible le plaisir et ne pas jouir trop vite. Pour ce faire, je me couchais dans mon lit et frottais doucement mon sexe contre le drap. J'arrivais ainsi à maintenir un état d'excitation avancé mais pas trop afin de ne pas rompre le charme en éjaculant.
Je me ménageais aussi des pauses pour faire retomber légèrement la fièvre, pour recommencer ensuite de plus belle. Vers 17 heures, j'étais encore en action, la culotte sur le nez et le livre sous les yeux. Je sentais que je n'allais plus trop tarder à me laisser aller et faire jaillir une nouvelle fois ma semence en hommage à ma mère.
J'entendis alors du bruit. Elle rentrait avec une heure d'avance ! Aucun risque qu'elle me surprenne, ma chambre était à l'étage. Simplement, je devais trouver le moyen de remettre le livre en place avant qu'elle ne s'en aperçoive. Même s'il était peu probable qu'elle ouvre son tiroir de chevet avant le soir, je ne voulais prendre aucun risque. Pourtant je ne pus résister à l'envie de continuer à me caresser en pensant à elle alors qu'elle ne se trouvait qu'à quelques mètres. - Tu es là ? cria-t-elle. - Oui oui, je lis. Tu rentres bien tôt ? - Oui, elle était fatiguée et comme j'ai un peu de rangement à faire... Avoir cette brève conversation de loin, le sexe à la main, m'excitait énormément. Je murmurais comme par défi : "viens donc ici maman", "viens voir ton fils qui se branle en pensant à toi maman", "viens voir ton fils qui voudrait te baiser maman ". J'étais tout fébrile et à un moment, je fus même à deux doigts de l'appeler. J'avais "tu ne peux pas venir voir s'il te plaît ?" sur les lèvres !
Mais un éclair de lucidité bloqua les mots dans ma gorge...



Voilà...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 7 Aoû - 18:51 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ariegeois


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2012
Messages: 16

MessagePosté le: Sam 8 Aoû - 10:37 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

Prometteur ... la suite devrait être attrayante!!

Revenir en haut
naughtymonkey


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2015
Messages: 46

MessagePosté le: Sam 8 Aoû - 18:24 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

Sa démarre fort !

Revenir en haut
ross


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 6

MessagePosté le: Lun 10 Aoû - 23:02 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

arf désolé, j'ai été mal compris... je précisais qu'il s'agissait d'une confession, quelque chose d'authentique. Pas le début d'une fiction...

Revenir en haut
attender


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2012
Messages: 142
Localisation: france

MessagePosté le: Mer 12 Aoû - 00:04 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

cette histoire est issue de notre site jumeau  http://histoiresdecheznous2.xooit.fr/t1305-Le-fruit-defendu.htm ... c'était auparavant le n° 149 rubrique mere du site hdcn défunt  le véritable auteur est Helmt

Revenir en haut
ross


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 6

MessagePosté le: Mer 12 Aoû - 00:42 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

attender a écrit:
cette histoire est issue de notre site jumeau  http://histoiresdecheznous2.xooit.fr/t1305-Le-fruit-defendu.htm ... c'était auparavant le n° 149 rubrique mere du site hdcn défunt  le véritable auteur est Helmt


oui tout à fait, comme je l'explique plus haut : 
"Il y a quelques années, j'avais écrit une histoire érotique sur un site dans laquelle j'utilisais ma propre expérience comme introduction.
La suite n'était qu'invention... Je vous livre aujourd'hui le début qui est authentique. D'ailleurs vous verrez qu'il ne contient aucun truc hallucinant.
Enfin bref, nous sommes dans la rubrique confession. Si je ressens le besoin d'écrire mes fantasmes ou une nouvelle histoire, je changerai de rubrique.
Mais voilà mon récit :"


désolé si j'ai changé de pseudo. D'ailleurs le site sur lequel je l'avais envoyé se nommait "rifar"


Revenir en haut
Ness


Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2015
Messages: 114
Localisation: Rouen

MessagePosté le: Mer 12 Aoû - 07:56 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

Ceci étant dit ... Merci à toi de partager ces sensations avec nous ...
_________________
Tender-Ness
---------------
Rêveur compulsif


Revenir en haut
attender


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2012
Messages: 142
Localisation: france

MessagePosté le: Jeu 13 Aoû - 19:26 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

je ne vois toujours pas l'intérêt de faire passer pour confession en copié collé une histoire qui se trouve encore sur au moins deux sites et qui est vieille de plusieurs années. 

Revenir en haut
ross


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 6

MessagePosté le: Jeu 13 Aoû - 20:03 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

attender a écrit:
je ne vois toujours pas l'intérêt de faire passer pour confession en copié collé une histoire qui se trouve encore sur au moins deux sites et qui est vieille de plusieurs années. 


absolument AUCUN intérêt cher maître  Wink  je ne saurais trop te conseiller d'éviter ce pauvre topic SANS INTERET et de profiter des mines d'or intéressantes qui fleurissent sur le site.
En tout cas, ta petite saute d'humeur m'a permis de découvrir l'autre site et de retrouver des histoires que je ne trouvais plus ailleurs.
Finalement tu n'auras pas été si inutile que ça  Very Happy


allez sans rancune maître ! et continuez de dispenser la bonne parole...  Shocked


Revenir en haut
ross


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 6

MessagePosté le: Ven 14 Aoû - 00:26 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

attender a écrit:
je ne vois toujours pas l'intérêt de faire passer pour confession en copié collé une histoire qui se trouve encore sur au moins deux sites et qui est vieille de plusieurs années. 


Au fait cher Maître, pourriez-vous m'indiquer le post dans lequel vous faites partager votre "expérience" personnelle du sujet qui intéresse ce forum ?
ça pourrait peut-être inspirer les "inintéressants" qui ne font que polluer pour rien... non ?
Il faudrait peut-être aussi qu'un lien en première page pointe vers lui afin que les 9900 et quelques membres inscrits soit avertis et restent INTERESSANTS  Laughing


Revenir en haut
ross


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 6

MessagePosté le: Ven 14 Aoû - 11:07 (2015)    Sujet du message: mon histoire... Répondre en citant

J'attends toujours les lumières de MAITRE ATTENDER  Sad
Allez quoi Maître ! vous êtes connecté ici H24 , éclairez-nous !


à moins que... "attend" ça veut dire quoi en anglais déjà ? Ah oui, un peu du style qui "regarde sans participer".
"qui ne se mouille pas mais qui juge" c'est ça Master ?  Razz


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom