le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Lettre à Charline / Mecnu
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Dim 24 Juil - 22:27 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  en attendant la suite un petit moment de plaisir

http://fr.xhamster.com/movies/2703996/czech_teen_lesbians_having_fun.html

À bientôt


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Juil - 22:27 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 21:34 (2016)    Sujet du message: Lettres à Charline Répondre en citant

Voici l'épisode quatorze... bonne lecture !  Razz


Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 14


Après une nuit torride et de mélangisme entre mères et filles où chacune put essayer la partenaire de l'autre, les couples se reformèrent pour, cette fois-ci, prendre un repos bien mérité, il était tout de même 1 heure du matin quand toutes finirent par s'endormir, totalement épuisées et endolories par les coups de godes et les étreintes successives.

Le lendemain, tard dans la matinée, la pluie tombait en fin brouillard et la température était retombée dans la maison, sauf sous les couettes où la chaleur des corps dénudés aurait presque pu enflammer le fin tissu du drap.
Déjà, des mains curieuses se glissaient entre des cuisses pour y trouver l'humidité d'un sexe ami aux lèvres gonflées par le désir, un bourgeon pointant de son capuchon ne demandant qu'une langue ou un doigt ne le titille pour le faire exploser de plaisir, doucement la moiteur érotique accompagnée par une effluve de sexes encore sales de la veille excitaient nos diablesses, tant et si bien que les 69 se formèrent pour le plus grand plaisir de nos gamahucheuses chevronnées.

Les lits défaits, les draps chiffonnés, les couettes gisantes sur le sol des chambres et, malgré tout, les plaintes, les miaulements de nos femelles en chaleur, traversaient les murs dans le silence de la maison qui prenait l'aspect d'une maison close, lieu de débauche de deux mères incestueuses et de leurs filles qui semblaient très bien suivre le sillage des mamans cochonnes.

Encore une fois, les heures défilèrent , les câlins aussi se multiplièrent avant que Murielle ne quitte avec un certain regret les cuisses humides et chaudes de sa compagne Agnès, en effet, elle avait, en moins d'un week-end, ô combien érotique, voir pornographique et incestueux, décidé que cette fois, Agnès serait celle avec qui elle voudrait partager le reste de sa vie, elle n'en doutait aucunement tellement elle était sûre de son amour pour elle, sûre qu'il s'était passé un truc et sûre aussi qu'Agnès accepterait de venir habiter avec elle et que les deux ados pourraient très bien vivre leur amour dans sa maison ou bien toutes ensembles sous le même toit, mais pour le moment, il fallait allumer la cheminée et, pourquoi pas, préparer un petit barbecue improvisé autour de la cheminée.

Elle posa un peu de petit bois et quelques morceaux un peu plus gros, un allume-feu, puis craqua une allumette pour y mettre le feu, bientôt les flammes grandirent dans l'âtre et une douce chaleur l'envahit quand elle sentit des mains douces et chaudes se poser sur ses seins aux pointes encore dures par le désir... Aussitôt, sa chatte devint humide de plaisir, elle était décidément intarissable côté mouille...


« Hummm, mon Amour, comme j'aime la douceur de tes mains sur mes seins et mes tétons, je ne m'en lasse pas ! Dit Murielle
.. Tu sais que j'ai des projets pour toi, pour nous et nos gamines..., enfin nos ados !
– Hoo, comme c'est gentil mon cœur, tu sais que je suis folle de toi et que je vendrais mon âme pour rester collée contre toi toutes les nuits, toute ma vie... ! Répondit Agnès.
.. Je ne comprends pas comment j'ai pu perdre autant de temps… !
.. Comment ai-je fait pour ne pas me rendre compte que j'avais raté ma putain de vie, je t'aime ! Ajouta-t-elle dans un souffle presque inaudible et la bouche contre son oreille.
– Humm, moi aussi, je t'aime, c'est justement pour ça que je voudrais faire de toi mon amie..., mon amour..., mon amante et ne plus quitter tes bras, ta bouche, ton sexe que j'adore lécher et boire la cyprine acidulée quand tu jouis, ma belle salope ! Dévoile Murielle.
.. Je veux que tu viennes vivre avec moi si tu es d'accord, faire de toi ma moitié toute entière, je veux te garder pour moi seule, moi aussi j'ai perdu trop de temps…,et puis, il y a nos gamines, t'as vu comme elles sont complices, on dirait des frangines, elles représentent ce que j'aurais aimé être à leur âge, mais toi et moi, on sait que ça va au delà, un peu comme nous deux... ! »

La bouche d'Agnès mit fin à la conversation, sa langue roula dans la bouche de Murielle, les salives se mélangeaient, les seins s'épousaient et la chatte humide de Murielle frottait lentement la cuisse d'Agnès, doucement elle se masturbait sur sa compagne, ses lèvres intimes glissaient humides et chaudes sur la peau brûlante de son amante et Agnès en profita pour lui mordiller les pointes de ses seins magnifiquement tendus vers sa bouche gourmande. Les mains se crispaient l'une et l'autre, Murielle poussa un petit gémissement, elle venait de jouir en laissant couler quelques gouttes de miel.

« Humm, douce salope, tu viens de te branler et de jouir sur ma cuisse, sale petite garce... ! Constata Agnès.
.. J'adore quand tu laisses ta sauce sur ma peau, je voudrais garder ton odeur sur moi, tu me donnes envie de bouffer ta chatte, de goûter ta cramouille, tu me rends tellement salope, tellement heureuse de donner enfin libre court à ma luxure si longtemps retenue au fond de moi comme une honte..., honte de voir ma fille si belle, si désirable..., honte de me caresser le soir nue dans mes draps m'imaginant lui lécher la chatte, moi la sainte nitouche, mouiller en matant le corps de ma propre fille..., voir sa jolie poitrine qui pousse et qui se soulève quand elle respire quand elle dort, voir sa toison quand elle sort de la douche impudique devant moi, combien de fois j'ai soulevé les draps pour la voir toute nue dormir la main entre ses cuisses, elle aussi devait se branler en rêvant de sexe..., mon dieu je suis une dépravée, une salope !
.. J’ai longtemps retenu mes envies de me vautrer avec elle dans la luxure, lui bouffer sa jolie moule, respirer sa touffe, sa raie du cul, téter ses mamelles d'ado, contrairement à toi, je n'ai jamais osé passer à l'acte avec elle, avant de succomber à ton charme et me rouler dans le stupre avec toi et nos gamines !

– Chut, bébé, chut..., j'espère que tu ne regrettes pas, ce n'est pas le moment de chialer sur ton sort, tu m'as excitée comme une chienne, alors tu vas finir ton boulot ! Affirma Murielle.
.. Salope, ok, "Madame, j'ai la honte", cette nuit, t'avais honte de baiser ou tu y prenais du plaisir ?
.. Allez, avoue salope, avoue que t'as aimé te faire ta fille, te gouiner avec elle et avoue que t'as mouillé comme une fontaine quand ma fille t'as dépucelé ton cul de vierge… ! »

Elle remua un peu les braises avant de mettre quelques bûches dans la cheminée qui, aussitôt, diffusa une douce chaleur en s'enflammant ce qui mit le rouge aux joues de la jolie Agnès… Cette dernière se glissa sous l'entrecuisse de Murielle et commença un léchage et un doigtage d'anus en règle qui firent très vite effet sur la belle chaudasse...

« Hummm tu, deviens excellente, ma chérie, tu es une gentille petite élève qui apprend vite ses leçons ! Constata la chaude Murielle.
.. Je vais faire de toi ma femme, j'ai envie de vivre ma vie de chienne avec toi et voir nos deux gamines vivre aussi librement leur amour !
.. Nous avons déjà payé lourdement notre dette tu ne crois pas qu'il est temps de ne penser qu'à nous deux, rien qu'à nous deux pour une fois…, et puis, pour elles aussi…
– Ah oui, oui, salope, oui, doigte-le mon cul, il adore ça, glisse-moi le plus de doigts possible, salope, je voudrais ta main un jour, ta main entière en moi, je veux être dilatée ma chérie, c'est dingue, je ne peux pas me retenir de jouir !
.. Passe ta langue entre mes lèvres, goûte mon jus, lèche ma liqueur, enivre-toi de mouille, soûle-toi de mon amour, vas-y salope, lèche mes souillures le long de mes cuisses !
.. Je ne te nourrirai que de ma mouille, salope et je te boufferai aussi… !
.. Nous vivrons nues, toutes les quatre, on se gouinera comme des bêtes dans la luxure... !
.. Oui mordille mon clito chérie, suce-le, salope !
.. Ah, je voudrais qu'il soit plus gros pour que t'aies l'impression de sucer ma petite bite de chienne... !
.. Ahhhhhhhh, Ahhhhhhhhhhhhhh, Ouiiiiiiiii, arrête je vais crever, Ahhhhh, c'est trop bon, ouii, ouiiii, je crache là, oui je gicle, salope, je coule, je fonds, je meurs..., je t'aime..., JE T'AIMMMMME ! »

Avant qu'Agnès ne puisse répondre, les deux ados étaient là, nues, spectatrices de leurs mamans lesbiennes, cette fois, elles en étaient sûres, leurs mères allaient vivre ensemble et pour Charline c'était la meilleur des choses, elle allait pouvoir, elle aussi, garder sa belle amoureuse contre elle encore longtemps.


« Eh bien ! Quel spectacle pour de pauvres petites filles innocentes, comment veux-tu que ta propre fille ne devienne pas une salope comme sa mère ? Demanda Charline.
– Ouais, pareil pour moi, ma chérie, je suis dégoûtée, elles n'ont même pas pris la peine de nous demander notre avis ou bien un coup de langue pour jouir ! Ajouta Laura.
.. J’aurais presque honte, si je n'étais pas amoureuse de toi, ma Charline adorée..., ma chienne, ma jolie dévergondée ! »

Les deux ados se roulèrent une galoche bruyante et assez mouillée de salive, puis leurs mains commencèrent à glisser entre leurs cuisses, sur leurs petits seins et sur leurs jolis culs, les mamans enlacées ne pouvaient qu'apprécier ce joli duo de lesbiennes, c'est vrai qu'elles donnaient envie, les deux petites catins. Les mamans, encore brûlantes de désir pour leurs jolies poupées, ne purent que succomber à cette nouvelle provocation et partager chacune de leurs petites minettes parfumées de bonne mouille fraîche, le mélangisme battait son plein chez nos jolies salopes.

Le week-end tirait à sa fin, hélas, demain la vie reprendrait son cours, chacune manquerait à l'autre, les ados, elles, devraient faire un gros effort pour ne pas que leurs copines ne sachent qu'elles étaient amantes, mais l'urgence était de prendre la décision pour leurs mères respectives de vivre ensemble, oui vivre éloignées l'une de l'autre, chaque soir ne serait pas supportable bien longtemps...

Mecnu


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 1 011
Localisation: Isère

MessagePosté le: Jeu 27 Oct - 17:26 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Une belle suite, mecnu, ça valait la peine d'attendre !!Merci
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 23:20 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz Bonjour aux lectrices et lecteurs fidèles, voici la suite, bandes de veinards, un peu comme le Père Noël en avance !


Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 15


De retour à la maison, Laura retrouva sa mère au lit, épuisées, elles s'endormirent dans les bras l'une de l'autre, heureuses et repues comme des chiennes. Charline fit de même avec sa mère, ainsi leur nuit se passa sans rêve, le week-end avait été très épuisant et une vraie nuit de sommeil s'imposait.

Après un petit déjeuner frugal chacune passa sous la douche et Laura fila la première pour retrouver Charline sur le chemin de la Fac, elle déposa un furtif baiser sur la bouche de sa mère en lui tapotant les fesses.
Charline et Laura se retrouvèrent près d'une maison qui semblait abandonnée, elles y entrèrent par la porte entrebâillée et à moitié défoncée, restèrent dans l'entrée et s'embrassèrent à pleine bouche comme si elles ne s'étaient pas vues depuis six mois, l'émotion passée chacune reprit ses esprits, puis sortirent tout aussi discrètement qu'elles étaient entrées.

Les deux premières heures de cours furent une torture, car n'étant pas l'une près de l'autre, elles n'osaient ni l'une ni l'autre croiser leurs regards de peur d'être découvertes par leurs copines fouineuses et potentiellement jalouses, qui sait..., tout était possible, non ? Quand la sonnerie de la pause retentit, très vite, elles installèrent leurs affaires dans leur casier avant d'aller vers les sanitaires, Charline y avait depuis longtemps son repaire dans le réduit de la femme de ménage dont elle avait réussi à chiper le double des clefs – une fois, une précédente femme de ménage avait laissé tomber dans le couloir, Charline en avait fait faire un double avant de déposer les clefs chez la directrice. Elle savait qu'à cette heure la femme de ménage reprendrait son activité pendant la pause de midi, hors, il était dix heures et elles avaient vingt minutes de liberté. Charline attira Laura dans le placard posa son téléphone en ayant pris soit de régler le minuteur sur 15 minutes puis referma la porte et embrassa sa compagne avec tendresse et passion, Laura ne résista pas le moins du monde, elle aussi en crevait d'envie et en profita pour glisser sa main dans la ceinture de sa copine pour lui caresser les fesses. Charline déboutonna son chemisier puis se laissa sucer les tétons elle n'avait pas de soutif, ni de culotte, comme elle avait promis à son amie qui, elle, n'avait pas osé aller à la fac sans sa petite culotte. Quand Charline sentit le fin tissu sur le pubis de Laura, celle-ci lui demanda de retirer son jeans et de lui donner sa culotte et elle en profita pour lui fesser le cul avec tendresse.

« Hum, petite garce, on avait dit "à poil sous nos fringues" ! Vociféra Charline.
.. Tu t'es dégonflée, alors t'auras un gage, voire une punition sur le chemin du retour, ce soir, sale petite salope !
.. Hummm, laisse-moi lécher ta fente, tu mouilles tellement, ma chérie... !
– Ho, arrête tu vas me faire jouir et hurler, je crève d'envie de baiser depuis ce matin, dans cette baraque, j'aurais pu te culbuter comme une chienne... ! Se défendit Laura.
– Chut, pas si fort, on va nous entendre, c'est le chemin des chiottes, il y a du passage et faut pas se faire repérer, sinon nous sommes foutues, tu le sais... !
– Tu connais cet endroit depuis quand ? C'est là que tu te gouinais avec tes petites victimes, espèce de salope ?
– Ouais, mais c'était avant toi et maintenant tu es la seule, mon unique amour, tu le sais que je suis amoureuse de toi et de ton corps…, de ta mouille, hummm, oui, oui, jouis encore, oui, donne ton miel, ma belle amante, nourris ta chienne... ! »

Le petit bip bip du téléphone tinta et ramena les deux amoureuses dans le monde réel, vite fait, Laura rajusta son jeans, l'entrejambe encore chaud de son plaisir et Charline reboutonna son chemisier en resserrant la ceinture de son pantalon, elle reprit son téléphone, le glissa dans sa poche, puis entrouvrit la porte pour voir si le couloir était vide, vu l'heure il était, elles regagnèrent la salle de cours jusqu'à midi sans échanger le moindre regard.
Quand midi sonna, elles se dirigèrent dehors pour aller acheter un sandwich et aller au square pour le manger en discutant pour ne pas penser à autre chose, le désir les tenaillait toutes les deux.
Elles virent une fille de la Fac s’approcher d'elles avec un plateau et trois gobelets fumant de thé, elle se posa près d'elles, Charline la salua et présenta Laura comme sa petite amie, mais avant d'entamer la conversation, l'invitée surprise, qui se prénommait Suzan – elle était anglaise et parlait très bien le français – prit la parole :

« Dis-moi, Charline je t'ai vue entrer dans ton petit nid d'amour avec ta copine, je vois que tu n'as pas changé ! Dit Suzan.
.. Enfin, si peu, sauf que tu as changé de nana, tu m'as bien vite remplacée à ce que je vois…, pourtant j'étais un bon coup non ?
.. Tu vois, par contre, j'ai un truc à te rendre pour ta petite chatte adorée..., ta culotte que ta chérie devra porter quand je la baiserai devant toi, ha ha ha ha !
– Hé, ok, notre aventure est finie depuis deux mois, alors tu me lâches et si jamais tu ouvres ta gueule ou si tu postes une seule photo sur face book, je te jure que je te butte ! La menaça Charline.
– Pas de soucis, je ne suis pas une balance et encore moins une fan de l'internet, par contre, j'aimerais bien goûter un peu à ta copine, histoire de vérifier que tu as toujours bon goût pour les nanas... ! Répondit Suzan.
.. Disons, que c'est mon cadeau de rupture chère salope, je vois que tu rougis tu as l'air d'y tenir à celle là, c'est bien ça, tu es amoureuse d'elle ?
.. Et toi, Laura, c'est ça ? T'es aussi amoureuse ou tu es juste son jouet coquin du moment ?
– Je ne suis pas juste sa petite amie, mais son amante, sa femme, on peut dire qu'on s'aime et qu'on voudrait vivre ensemble le plus longtemps possible sans qu'une ancienne frustrée vienne nous emmerder, ok ? Se défendit Laura.
– Eh, du calme, ma belle, on discute juste là, on ne va pas se prendre la tête, le deal c'est entre moi et Charline !
.. Toi, tu fermes ta jolie petite gueule d'amour que, d'ailleurs, j'adorerais goûter, alors Charline ?
.. Ok, t'as deux jours pour me répondre, pas plus, après je m'occupe perso de ta petite amoureuse et de son joli petit cul que je devine très sexy… !
.. Allez, salut mes chéries, bonne journée et bonne baise à vous !

Suzan se leva posa le plateau, puis partit sans même se retourner, laissant Charline bouche bée et Laura rouge de honte..., elle avait prise la main de Charline et la serrait très fort sans même s'en être rendu compte.

« La vache, ça craint, on va se faire choper, je suis certaine qu'elle va nous cafter cette morue, je le sens ah ! Dit Laura.
.. Bordel ! Nous allons devoir foutre le camp de la Fac... !
– Chut ! Tais toi je la connais bien, elle ne dira rien, mais il y a une chose qui m'emmerde, c'est qu'elle veuille que tu baises avec elle ! Concéda Charline.
.. Ça, je te jure que ça me fout en rogne, car je tiens trop à toi, c'est la première fois que je suis amoureuse et devoir t'offrir comme cadeau à cette fille, c'est trop me demander même si on est deux salopes avec nos mères... ! Ah merde !
– C'est dingue ! Je suis le cadeau pour une de tes anciennes meuf, mais t'en as baisées combien, je vais me sacrifier combien de fois ?
.. Tu as fait ce marché combien de fois avec tes ex ?
.. Bordel, ça craint, je suis folle de toi, tu le sais et je ferais tout pour te garder..., même me faire tripoter par cette morue made in England... !
– Excuse-moi mon amour, j'ai honte de moi, je t'aime comme une dingue, mais ça me déchire que tu sois l'objet d'un marché dont je ne suis pas responsable !
.. Elle a tout inventé pour se venger de moi, tellement elle est jalouse !
.. Elle va nous faire chier un max, on doit faire gaffe, ok, tu couches avec et après basta, si jamais elle insiste ou si elle l'ouvre, je te jure que la défonce !
– Ouais tu lui feras bouffer ta petite culotte, mon dieu, tu portais ça comme culotte, mais on dirait une culotte de vieille hi-hi !
.. En plus, elle est dégueulasse et elle pue la pisse et la mouille de cette morue anglaise !
.. Ah la peau de vache, dire que je vais devoir me faire bouffer la moule par elle... !
– Chut ! Tais-toi, tu sais, elle baise bien, c'est une super bouffeuse de chatte !
.. J'adorais faire l'amour avec elle, mais c'est une putain de jalouse et je ne pouvais pas poser les yeux ou sourire à une nana sans qu'elle me prenne la tête des heures !
.. Aalors, je l'ai larguée, car je la supportais plus et puis après deux mois, j'ai reçu ta première lettre !
.. J’ai craqué en la lisant mille et une fois ma chérie, jamais on ne m'avait fait une telle déclaration d'amour, alors on va se débarrasser de cette conne au plus vite et vivre notre vie, toutes les deux, comme nous l’avons décidé avec nos mères ! » Conclut Charline.

Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 281
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 09:01 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Retournement de situation intéressant, j'aime beaucoup !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 1 011
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 15:42 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Oui Redflag, intéressant rebondissement dans l'histoire de Charline et Laura. On voit bien que Mecnu a encore des idées pour plusieurs épisodes et ça, ça m'enchante !!
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 2 Déc - 23:41 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  merci de vos encouragements je travaille sur la suite...............

Revenir en haut
MSN
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mar 20 Déc - 23:36 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline Répondre en citant

Razz Voici la suite petit cadeau de Noël..., bonne lecture à toutes et à tous et bonnes fêtes de fin d'année !

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 16


Rendez vous fut prit par téléphone pour le lendemain soir après le dernier cours vers 16 heures, le lieu des ébats avait été décidé par Laura, ce serait chez elle, dans sa chambre et avec Charline comme spectatrice. Elles auront 3 bonnes heures de libres avant que sa mère ne revienne de chez sa copine, en fait la mère de Charline, elles s'étaient arrangées pour qu'elles puissent avoir toutes les quatre, leurs petits moments de plaisirs dans la semaine…, en fait, c'était surtout pour mettre un terme avec cette envahissante Suzan.

La journée parue bien longue pour nos deux amoureuses, Laura surtout qui s'angoissait de plus en plus sur cette relation forcée, même si la présence de Charline était sensée la rassurer, en fait elle ne l'était nullement "rassurée"…, quand la sonnerie retentit, elle sursauta, en fait, elle venait de se rendre compte qu'elle n'avait rien écouté de l'heure et demie de cours et surtout, pris aucunes notes, heureusement, elle comptait sur sa belle Charline pour ça, elle rangea ses affaires et les entassa dans son sac puis partit retrouver Charline dans le couloir...

« Eh ! T'as pris des notes sur le cours ? Demanda Laura.
.. J'ai, j'ai, complètement rien entendu, sauf la sonnerie, tu sais, je ne suis pas franchement au top, je flippe à mort… !
– Hum, ben ouais, j'ai pris des notes... ! Assura Charline.
.. T'étais où alors, si t'as rien capté au cours ?
.. J’espère que tu pensais à moi, coquine... ?
– Ben…, perdue dans mes pensées, en fait, je me suis faite un film pour ce soir ! Dit Laura.
.. Quoi, t'es marrante, toi, je la connais pas cette nana et je dois baiser avec, tu te rends compte de ce que tu me demandes alors qu'on est ensemble "officiellement" que depuis ce week-end... ?
– Eh ! Tu ne vas pas te défiler, ok, tu crois que moi ça m'enchante de te voir prendre ton pied avec cette chienne... ? Demande Charline.
.. Parce que je suis certaine que tu vas jouir, t'aime trop ça, la baise, ma petite coquine et c'est pour ça que je t'aime comme une folle... !


– Hum, arrête ta drague, sinon je te roule une pelle en pleine rue... !
.. Ah merde, la voilà ta morue, la vache elle est super bien fringuée..., finalement je... »

Une claque sur le derrière de la tête lui ferma son clapet, Suzan arrivant vers elles, Charline ne voulait en aucun cas lui faire montre d'un semblant de victoire, ni même de crainte envers elle.

« Bonsoir les amoureuses ça va ? Les salue Suzan.
.. Prêtes pour notre petite partie de jambes en l'air ?
.. Ah, je précise que nos téléphones devront être dans une autre pièce, sinon éteint, aucune photo, on est bien d'accord, mes chéries ?
.. Bon on va chez qui… ?
– Chez moi, c'est chez moi, ma mère ne devrait pas rentrer avant trois bonnes heures, on aura fini ! Répond Laura.
.. J’espère ne pas devoir te supporter plus que prévu !
– Eh du calme ! On va juste se faire un câlin devant ta meuf, c'est juste ma vengeance personnelle pour lui faire payer sa rupture ! Informa Suzon.
.. Tu ne vas pas te dégonfler quand-même… ?
.. Perso, je te trouve super belle, de toute façon, Charline a toujours eu bon goût pour les nanas... !

Elles firent le reste du chemin vers la maison de Laura en silence, Charline très mal à l'aise, Laura aussi et Suzan aux anges car sa vengeance prenait forme et puis Laura lui plaisait bien, elle avait du caractère et cela lui plaisait trop bien, en plus d'un joli petit cul et d'une petite poitrine comme elle adorait, et des yeux.... hummm. elle sentait presque sa culotte mouiller.
Laura ouvrit la porte, déposa son sac à l'entrée et son téléphone, Charline et Suzan en firent autant sans broncher. Laura ouvrit le frigo, sortit trois bières, les ouvrit et les posa sur la table...

« À la nôtre et à notre partouse, alors, à mon sacrifice, plus tard je veux être canonisée pour mon action, oui je suis une sainte..., nitouche ! » Trinqua Laura.

Toutes les trois partirent dans un fou rire communicatif qui détendit rapidement l'atmosphère. Charline avait sa main sur l'épaule de Laura et Suzan dévorait la scène avec envie. Laura se tourna pour embrasser Charline, puis prit Suzan par la main avec douceur...

« Viens, je vais te faire visiter ma chambre, enfin l'endroit où tu vas pouvoir assouvir ta vengeance et t'occuper de moi, afin de me faire prendre un pied formidable ! Dit Laura.
.. Car d'après Charline. tu es une experte en cunni et très douée pour faire jouir une nana… !
.. En lui aspirant divinement le clito…, tu vois je sais tout, même que t'es une sacrée putain de jalouse et que c'est pour ça qu'elle t'a larguée, pauvre tâche, alors tu fais ce que t'as à faire avec moi et après motus et bouche cousue, et tu nous fous la paix, Ok ?
– Hum, le deal est parfait, je vois que c'est toi le "patron" dans votre couple, bravo tu as maté la rebelle !
.. C’est bien ma belle, tu es parfaite dans ce rôle, mais tu ne m'impressionnes pas du tout… !
.. C'est moi l'invitée, alors je fais ce que je veux avec toi, quand je veux et je vais jusqu'où je veux avec toi, petite salope !

Elles entrèrent toutes les deux dans la chambre, Charline suivait à quelques pas, puis Suzan ferma la porte brutalement et tourna la clef, laissant ainsi Charline hors de portée, rien ne se passait comme prévu par Laura et Charline, décidément cette garce était toujours aussi imprévisible , il fallait agir et vite avant que cette salope ne fasse de Laura qu'une victime d'une vengeance idiote.
Charline tapa à la porte, Suzan lui répondit d'arrêter son bordel et de lui foutre la paix. Laura était prostrée dans le coin de son armoire tremblante de peur, Suzan approcha lui tendit la main.

« Lève toi petite idiote je ne veux pas te faire de mal mais que du bien ma belle ! Ordonna Suzan.
.. Tu me plais, c'est vrai et j'admire Charline, j'en suis même jalouse à crever, mais je veux juste que tu fasses ce que je vais te dire, ok ?
.. Réponds-moi, merde c'est ok ?
– Ne me fais pas de mal je t'en prie, je ne pensais pas ce que je t'ai dit..., ok, je me lève et je t'écoute… ! Implora Laura.
– Bon, alors voilà, je vais juste t'embrasser, juste ma bouche sur la tienne, si tu veux mettre la langue ça me ferait très, très, plaisir ! Promit Suzan.
.. Je pense même que j'irai jusqu'à mouiller ma petite culotte, juste un baiser toi et moi, et puis je te laisse tranquille !

Quand leurs bouches se rencontrèrent, timidement au début, presqu'un effleurement, un petit arc d'électricité statique les fit reculer. puis Suzan prit la main de Laura pour la guider sur ses seins, elle avait prit soin de déboutonner trois boutons de son chemisier et ne portait pas de soutien gorge pour l'occasion, puis leurs bouches se retrouvèrent une nouvelle fois, mais cette fois ci, ce fut Laura qui prit l'initiative de glisser sa langue dans la bouche de cette divine inconnue, leurs langues jouèrent, tandis que la main de Laura glissa dans le décolleté pour sentir la peau nue d'une chaude poitrine qui se soulevait sous l'excitation de cette main fureteuse.

Charline, quant à elle, cognait toujours à la porte sans aucune réponse, elle avait de quoi être inquiète pour Laura, cette Suzan était parfois un peu barge, elle en avait fait l'amère expérience il y a quelques mois.

Laura se frottait maintenant sur la cuisse tendue de Suzan qui posa ses mains sur ses fesses pour soulever sa jupette et mieux sentir l'humidité de la petite culotte de soie sur sa cuisse, elle-même sentait sa propre culotte se tremper, doucement, elle succombait jusqu'à ce que Laura lui tète sein après sein, elle lui prit la tête et lui caressait les cheveux doucement, avec tendresse, avec amour..., elle fondait totalement et ne dominait plus la situation, elle devait se ressaisir au plus vite..., mais sa chatte était toute gluante de désir et dans cette situation-là, sentir la mouille de cette nana sur sa cuisse nue qui avait trempé sa fragile culotte l'excitait de plus en plus et puis, il y avait Charline derrière la porte, la pauvre conne devait être en rogne de ne pas voir ce qui se passait dans cette chambre..., en fait, il ne devait rien se passer... Elle ne dominait plus rien, pour la première fois, son espoir de vengeance se transformait en espoir de baise, elle avait envie que cette petite salope la culbute sur son lit pour la faire hurler de bonheur et que Charline bave de rage en imaginant leur plaisir toutes les deux... Elle avait envie que cette bouche gourmande vienne lui aspirer son petit bouton d'amour, elle adorait qu'on lui aspire son clito, elle avait envie maintenant de vraiment faire l'amour et non plus de jouer avec Laura et Laura s'excitait, elle aussi, et à son tour, le désir de faire l'amour en oubliant Charline devenait de plus en plus intense dans son ventre qui la torturait, sa chatte qui dégoulinait, ses seins qui lui faisait mal, tellement elle voulait qu'on la tète, qu'on lui suce ses jolis tétons bien durs.

Charline avait trouvé une autre clef dans la serrure de la chambre de la mère de Laura, doucement elle la glissa dans la serrure puis tout aussi doucement elle fit tourner la clef, elle entendit un déclic, elle esquissa un sourire, ravie d'avoir enfin réussit à ouvrir cette maudite porte, Laura avait certainement retiré la clef en cachette dans l'espoir d'être délivrée de cette garce..., elle tourna toujours en douceur la poignée en espérant que Suzan n'entende, ni ne voit rien, elle poussa tout aussi lentement la porte, elle entrevit alors le lit, ainsi que deux paires de jambes nues, quand elle se redressa pour mieux voir, la surprise fut totale…, nues sur le lit, Laura allongée sur Suzan, leurs corps en sueur, leurs bouches soudées...

Charline se laissa glisser le long de l'huisserie de la porte, elle avait des larmes plein les yeux et son cœur tapait dans sa poitrine comme jamais, cette salope avait réussi à lui voler sa chérie, sa Laura...
Elle avait envie de mourir, elle s'en voulait d'avoir ouvert pour voir ça, elle fondit en larmes, de gros sanglots sur ses joues…, Suzan avait réussi, elle avait gagné !

Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 281
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer 21 Déc - 14:27 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Suzan a réussi sa vengeance..., ou bien, elle s'est fait prendre à son propre piège... ?
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mer 25 Jan - 00:07 (2017)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz Comme je viens de lire Be_atrice pour la remercier et puisqu'elle adore se mettre dans la peau d'une de mes héroïnes, voici l'épisode suivant pour vous, fidèles lectrices et lecteurs..., bonne lecture donc.

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 17


Elle sentit une main douce sur son épaule, elle avait les yeux pleins de larmes, quand elle put, enfin, distinguer le visage devant elle, surprise elle vit que c'était Suzan, le rouge au joues et les larmes aux yeux, elle aussi..., doucement, elle posa sur la joue de Charline un mouchoir en papier pour sécher les grosses larmes puis, d'une voix étouffée et pleine de sanglots, elle s'excusa, les larmes coulaient maintenant sur les joues de Suzan...

« Pardonne-moi, je t'en supplie, Charline, pardonne-moi, je ne voulais pas te faire de mal… Commença Suzan.
.. Juste te faire marcher un peu, te charrier gentiment, mais Laura..., son regard, sa candeur, et puis elle s'est mise nue devant moi, comme pour se sacrifier... !
.. Tu la connais mieux que moi, mais moi, je n'ai pas pu résister !
.. Je te jure que je ne voulais pas et que je ne veux pas détruire votre amour !
.. J'ai perdu la tête et je sais qu'à cause de ma jalousie je t'ai perdue et, aujourd'hui, je suis heureuse que tu ais trouvé Laura !
.. Mais, je t'en supplie, pardonne-moi et surtout ne lui en veux pas, j'aurais dû me contenir et m'enfuir… !
.. J'avais tellement besoin qu'on m'aime, qu'on fasse l'amour, depuis toi, je ne vis plus, mais je suis consciente que j'en suis en partie responsable... !
– Salope ! Tu es une grosse salope ! Explosa Charline.
.. J'ai envie de te tuer tu sais, envie de t'étrangler et te voir crever !
.. Tu m'as fait mal, très mal…, je n'aurais jamais dû accepter ce deal avec toi, sale catin !
.. Je te connaissais pourtant et je pensais que tu avais changé, que t'avais compris que tu étais pourrie de l'intérieur !
.. Tu me dégoûtes et tu oses me demander de te pardonner..,.tu sais ce que c'est que d'être amoureuse ?
.. De ne penser à rien d'autre qu'a elle, du matin au soir et toute la nuit dans mes rêves ?
.. Non salope, tu n’sais pas tu n'as jamais aimé que toi, espèce de salope... !
– Arrête, s'il te plait Charline, arrête je t'en supplie..., on se fait du mal... ! Pleurnicha Suzan.
– Hooo, heeee, ça suffit ! J'en ai marre, et moi dans tout ça ? S’exclama Laura.
.. Je suis quoi, la dinde de la farce ?
.. Charline, tu savais que je me sacrifiais par amour pour toi car tu es ma première amoureuse !
.. Tu savais que j'étais d'accord pour qu'on fasse l'amour, elle et moi, alors,arrête de la culpabiliser, t'es aussi responsable qu'elle, ok !
.. Personne n'a pensé à moi, si j'avais mal, si ça me rendait triste..., si j'avais pris mon pied..., bande de salopes, va !
.. Vous êtes deux égoïstes... !

Charline rejoint Laura et la couvre de baisers partout sur le corps, sur la bouche, sur ses seins. Ses mains courent sur elle en même temps avec frénésie, ses larmes qui roulent sur cette peau nue et parfumée qui frissonne. Suzan s'est mise debout, elle aussi. est nue, elle est belle, ses seins pointent encore et puis, voir Charline avec Laura l'excite, et justement, Laura lui prend la main pour l'inviter à se joindre à elles… Elle s'allonge contre Laura, lui caresse le visage, Charline repousse sa main, Laura la reprend en fixant Charline avec défi et la glisse dans le chemisier entre ouvert de Charline qui rougit, comme gênée. Suzan, aussi, rougit, mais ne résiste pas à retrouver avec plaisir cette poitrine qu'elle a déjà caressée, il n'y a pas si longtemps...

Laura déboutonne le chemisier de sa compagne et laisse découvrir une poitrine libre aux tétons durs, doucement, elle découvre ses épaules, laissant tomber le chemisier froissé sur le bas de son dos.
Suzan approche sa bouche et, avec Laura, elles sucent alors de concert les seins de Charline qui se laisse envahir par le désir et le plaisir de l'amour à trois..., elle sent sa chatte devenir humide, ses seins lui font mal, elle voudrait se toucher, mais aucune de ses deux goulues ne quitte le sein, un peu comme si elle allaitait ses deux filles...

« J'ai envie qu'on fasse l'amour toutes les trois ! Propose Laura.
.. On a le droit d'être heureuse ensemble, de partager un moment sensuel, je ne veux pas m'être sacrifiée pour rien, juste par vengeance de l'une envers l'autre !
.. Et moi. la conne au milieu, je veux m'être sacrifiée par amour pour Charline et aussi pour lui faire plaisir !
.. Car je suis sûre qu'elle encore un peu amoureuse de toi Suzan et toi aussi, t'es encore amoureuse d'elle !
.. Alors, je veux être votre amoureuse et faire l'amour jusqu'à l'orgasme !
.. Je veux jouir sous vos caresses, sous vos baisers et aussi vous voir vous aimez, vous frotter chatte contre chatte, vous lécher, vous roulez des pelles avec ma mouille encore chaude sur vos langues de vicieuses !
.. Alors, Charline, mets-toi à poil et viens faire l'amour avant que maman ne revienne à la maison !
.. Profitons de cet instant et faites-moi plaisir, embrassez-vous, faites la paix une fois pour toute !
– Tais- toi ! Merde, tu me fais peur, on dirait ma mère qui me fait la morale.... !Réfuta Charline.
.. Et puis, vous en avez bien profité avant que je n'ouvre cette putain de porte !
.. Alors, j'estime que je suis en droit d'exiger d'avoir un orgasme, voire deux, pour vous faire pardonner toutes les deux, bande de salopes... !
.. Je suis sûre que si je n'avais pas ouvert, vous seriez encore en train de gouiner comme des affamées de sexe... !
– Elle est plus raisonnable que je pensais, ma Charline..., oh pardon, TA Charline, ma petite Laura ! Constata Suzan.
.. Mais je pense que tu exagères un peu sur le nombre d'orgasme que nous avons eu ensemble !
.. En fait, nous en avons eu qu'un, mais il a duré, hi hi... !
.. Laura est une très bonne amante, je me suis vraiment faite prendre à mon propre piège, mais finalement, je regrette rien, soyons donc amies, amantes tout ce que vous voudrez, même le pire, les filles et promis, je resterai discrète !
– T'as plutôt intérêt à filer doux, ma belle sinon, c'est moi qui te ferai la peau ! Lui promit Laura.
.. Et après, Charline t'arrachera les yeux… ! »

Charline avait maintenant quitté sa jupe et se retrouva nue devant deux gourmandes qui la dévoraient des yeux, tout en se caressant les seins avec douceur, ses tétons étaient durs, sa chatte était déjà trempée à l'idée de faire l'amour, elles lui ouvrirent les bras afin qu'elle se couche docilement pour avoir sa part de câlins.
Laura l'embrassa goulûment, Suzan se glissa entre les cuisses de Charline et ouvrit les lèvres humides avec son doigt, découvrit un très joli bouton qui sortit de son capuchon dès qu'elle le pinça entre ses doigts, puis du bout de sa langue, elle commença à lui titiller son petit bout. De son autre main, elle enfila un doigt, puis un deuxième. Ses lèvres, maintenant, aspiraient le clito de Charline. Elle sentit cette dernière se tendre, elle comprit qu'elle jouissait, alors, elle enfonça un doigt tout au fond du vagin pour appuyer très fort vers son point G et déclencher un sursaut et aussi un gémissement animal, car elle avait repoussé Laura pour pouvoir crier son bonheur...

Charline prit la tête de Suzan entre ses mains pour appuyer la succion sur son clito, elle aimait jouir ainsi son petit bouton emprisonné entre des lèvres chaudes et sensuelles, elle se remémora les scènes d'amour avec Suzan, les après-midis passées, nues dans son studio, les vêtements éparpillés partout et puis, aussi, assise sur une chaise, cuisses ouvertes, pour que Suzan lui aspire son bouton qui devenait plus sensible au fur et à mesure qu'elle jouissait...

« Ho oui, oui…, mon dieu ! Oui ! Oui ! Suce-le salope ! Oui, tu me fais jouir, salope, n'arrête pas ! S’extasia Charline.
.. Oui ! Oui ! La vache ! Je dégouline ! C’est trop bon, tu as toujours une façon de bouffer une fille trop mortelle… ! »

Le corps de Charline se tendit sous le plaisir ses tétons dardaient, son corps s'agita et sa tête allait de tout côté sur l'oreiller écrasé et difforme, plus le plaisir montait, plus elle prononçait des mots vulgaires, osés, espérant que ce tsunami sexuel ne s'arrête jamais. Peut-être que la présence de Laura enflammait son corps mille fois plus fort ou bien, le fait de retrouver des sensations, jusqu'alors oubliées, dans les bras de sa petite Laura...
Laura se glissa à son tour entre les cuisses de Suzan qu'elle ouvrit doucement et avec douceur, elle vit des lèvres épaisses , brunes et luisantes, elle constata que de faire jouir Charline ça l'excitait, elle aussi, et puis pour lui montrer qu'elle était très douée pour envoyer au septième n'importe quelle salope qui se laissait bouffer, elle approcha doucement de sa fente glissa son doigt pour découvrir le clito de Suzan, puis doucement, souffla son haleine chaude sur le petit bout rose sorti de son étui, elle frissonna elle même imaginant l'effet sur sa propre chatte, elle sentit Suzan se tendre et vit aussi de la cyprine glisser doucement de sa jolie fente entrouverte..., comme implorant qu'une bouche gourmande lui glisse une langue chaude dans cet étui délicieux gorgé de nectar d'amour... Elle roule une pelle à cette bouche imaginaire, en enfonçant sa langue le plus profond possible pour en aspirer le jus d'amour qui en coulait.

Laura fut fière d'elle quand elle sentit Suzan se tendre sous le flot de la jouissance, elle poussa un cri étouffé, mais entendit aussi Charline délirer sous les caresses de Suzan.
Elles auraient pu ainsi continuer leur mélangisme et ainsi s'offrir chacune leur tour à la bouche de l'autre, mais elles en avaient oublié l'heure, les trois heures s'étaient écoulé à une vitesse quasi supersonique, car quand la mère de Laura ouvrit la porte et vit les trois nanas entrelacées et nues sur un lit, proche d'un champs de bataille..., elle ne put que pousser un cri de surprise !

« C'est quoi ce foutoir Laura ? Tu peux m'expliquer ce que vous foutez toutes les trois à poil en train de vous brouter comme des furies ? S’exclama Agnès.
.. Ce n'est pas une chambre, c'est un bordel ! Espèce de petite salope, tu n'as pas assez de te faire Charline que tu ramènes une inconnue à la maison ? »

Suzan, le visage empourpré, avait caché son corps nu avec un bout de drap que malicieusement Charline lui retira pour laisser entrevoir ses seins magnifiquement tendus par la jouissance interrompue, mais encore chaude dans son ventre...


« Maman, excuse.moi tu aurais déjà dû frapper avant d'entrer, et je n'ai pas vu le temps passer et tu n'aurais normalement pas dû voir ça ! Expliqua Laura et en étreignant Suzan, elle l'embrassa sur la bouche devant Charline.
– Quand tu parles de "ça", elle a bien un prénom cette jolie fille, non ? Demanda Agnès.
.. Et arrête de lui rouler des galoches !
– Euh ! Suzan, elle se prénomme Suzan, c'est une anglaise qui étudie chez nous et qui a été ma petite amie, il y a longtemps.... ! Dit Charline.
– Ok et elle est tellement bonne au lit que tu as décidé de la faire essayer à ma fille, c'est ça ? Demanda Agnès.
– Heu non, madame, non juste un défi à la con qui a mal tourné, une vengeance entre elle et moi, je regrette, vraiment... ! Répondit Charline.
– Bien, alors j'ai le droit moi aussi de baiser votre copine les filles, non ?Assura Agnès.
.. Allez, faites-moi une petite place, soyez sympa mes chéries et ne faites pas cette tête... !
.. Vous ne lui avait pas dit non plus, je suppose, que je suis en couple avec ta mère !
.. Charline, vraiment, quel manque d'éducation bandes petites salopes... ! »

À suivre...

Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 281
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer 25 Jan - 00:27 (2017)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

La nouvelle tournure me plaît énormément !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 1 011
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mer 25 Jan - 08:40 (2017)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Merci Mecnu..... on a hâte de lire la suite avec la maman...
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 26 Jan - 23:30 (2017)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  hummm qui te dit qu'il y a une histoire avec la maman de Laura.............tu vas devoir attendre un peu pour ça


Merci pour ton encouragement et aussi à Redflag44 le correcteur 


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 1 011
Localisation: Isère

MessagePosté le: Ven 27 Jan - 15:25 (2017)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

je subodore, Mecnu et j'espère aussi  Very Happy Smile
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 496
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 27 Jan - 23:14 (2017)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  Petit cokin tu subdore surtout la raideur de ta queue en me lisant hi hi 

Revenir en haut
MSN
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 5 sur 6

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom