le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Lettre à Charline / Mecnu
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mar 15 Déc - 14:43 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Merci Mecnu et je te souhaite moi aussi de très bonnes fêtes de fin d'année

Merci pour cette suite, tout aussi torride et excitante que tous les épisodes précédents
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Déc - 14:43 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
magikfantasmes


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2015
Messages: 34
Localisation: fantasmagorie

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 11:43 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Très bien, bonne progression  Okay
Bonnes fêtes!
_________________
Homme rêveur aux fantasmes débridés.


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Dim 10 Jan - 23:01 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz Chères lectrices et lecteurs voici l'épisode suivant :

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 9


Murielle et Charline avait rejoint la chambre maternelle pour laisser Agnès et Laura faire connaissance, pour elles deux, il y avait bien longtemps que mère et fille partageaient leur lit, alors que pour leurs deux invitées, c'était certainement la première fois.

Murielle se glissa dans le lit, nue et Charline fit de même et posa sa tête sur la généreuse poitrine de sa mère. Machinalement, elle suça le téton qui bandait et qui lui faisait envie, ses ébats avec Laura ne l'avait aucunement rassasiée, bien au contraire, elle voulait encore baiser, encore jouir avant de sombrer dans le sommeil réparateur.
Sa mère lui caressa les cheveux avec douceur et tendresse, elle sentit sa chatte devenir de nouveau brûlante d'envie, elle aussi en voulait encore…

« Maman, je t'aime follement..., et je suis amoureuse de Laura ! Se confia Charline.
– Moi aussi, ma chérie, je t'aime, mais comme ma fille, comme ma petite fille d’amour, ma petite coquine, mais tu as, comme moi, une copine maintenant, et moi aussi, je crois que la mère de Laura est une sacrée cochonne que je viens de réveiller ! Lui répondit Murielle.
.. Tu verras, ma chérie, tu auras l'occasion de baiser avec elle, et moi, j'ai hâte de brouter la chatte de ta copine, car elle est comme toi, une sacrée bonne petite salope qui…
.. Hummm, oui, fouille-moi petite perverse, ouiiiiiiiiiiii, enfile tes doigts dans ma cramouille, vas-y, oui à fond, et sens comme elle poisse encore de mon gouinage avec la mère de ta chérie...
.. Cette ingénue m'a foutu dans un état, avec ses maladresses, que j'ai envie que tu me défonces le cul comme tu sais si bien le faire, petite peste d'amour... !
.. Lèche ma sauce et enfourche le gode ceinture..., on leur fera la surprise une autre fois, je veux prendre le pucelage de la fille et toi, ma douce salope, tu prendras celui de sa mère !
.. On fera de ces deux putains nos chiennes à partouses, oui, ouiiiiiiiiiiiiiiii, ah bordel, comme tu sais y faire, salope, je vais te baver sur la langue petite fille incestueuse…, bouffe ta mère salope, fais-la jouir... !
.. Ce soir, je suis une putain, ta putain, ma chérie, ma salope adorée... ! »

Charline, après avoir enfourné trois de ses doigts dans la chatte de sa mère, les retira pour en goûter la mouille, chose qu'elle adorait faire, boire de la cyprine était sa drogue d'amour, puis elle se glissa sous les draps pour aller nettoyer la minette de sa chienne de mère, ce soir, elle était encore plus salope que d'habitude, peut-être que le fait de savoir que deux autres gouines incestueuses étaient en train de faire pareil à côté, multipliait son désir... Sa bouche aspira le clito de sa mère, le mordilla, le suça en tirant dessus, elle lui enfonça un doigt dans l'anus, sentit sa mère sursauter, puis gémir… Elle se délectait d'avance à l'idée de pouvoir défoncer le cul de la mère de Laura, hummm, oui et elle aimerait bien le faire avec sa mère sur le même lit, pour que mère et fille se roulent des pelles en ayant les larmes aux yeux à cause de la douleur. Elle se rappelait, qu'elle aussi, la première fois, malgré la crème, son joli anus l'avait fait souffrir pendant quelques jours, mais grâce aux soins de sa mère, elle avait pu endurer cette douleur facilement.

« Ah oui, oui, salope, oui, tu es divine ce soir, ma salope, oui, oui, tu me tiens là, je vais jouir comme une chienne, oui, oui, aie, oui, dans mon cul, oui, oui, encule-le, salope, mon petit trou, je vais venir ma belle ! S’exclama Murielle,
.. Oui, je vais te donne du miel, petite salope butineuse, oui, oui, tiens, tiens, avale-moi, petite chienne ! »

Murielle coinçait le visage de Charline entre ses cuisses, tout en avançant son bassin sous les coups de langue et le doigt inquisiteur de sa fille dans son cul, oui, elle allait et venait pour jouir, une fois de plus ce soir, elle n'avait pas compté ses explosions avec Agnès, mais jamais elle n'avait eu autant envie de faire des folies avec son corps, de faire la chienne comme parfois Charline aimait lui dire : « maman, fais ta chienne, j'aime trop », puis elle laissa fondre son miel sur la bouche de sa fille..., en lui appuyant la tête pour encore mieux sentir la succion vicieuse de sa fille amante incestueuse qui lui donnait tant de plaisir et de frissons.

Elle n'avait pas encore repris ses esprits qu'elle sentit que sa fille la retournait, elle avait tiré les draps et enfilé le gode ceinture pour chevaucher sa chienne de mère, mais ce soir, elle baiserait sa mère en pensant au cul de la mère de Laura et aussi au cul étroit de son amie…, et sans aucun préliminaire, sous l'emprise du moment, elle entra violemment dans l'orifice anal de sa mère en s'agrippant à ses hanches. Elle donna de violents coups de godes, laissant à sa mère pousser des petits cris de souffrances. Elle attrapa la chevelure épaisse de sa mère pour qu'elle se redresse, du moins, elle la força à le faire avec autorité. Elle n'arrêta pas avant que sa mère ne lui saisisse les poignets pour la supplier de ralentir... Charline se contenta de lui claquer le cul avec violence et continua de plus belle à limer l'orifice maternel comme un amant véritablement déchaîné. Elle entrait, collant son ventre sur les fesses de sa mère, elle sortait ensuite, totalement, pour contempler le trou resté ouvert de sa mère, puis entrait de nouveau avec violence..., avec plaisir, avec ivresse.

« Alors salope, tu la sens bien ma queue, maman ? Dit Charline.
.. Tu l'aimes, ma bite, quand elle te déchire le cul comme ça…
.. Humm, imagine, quand tu feras ça à ma petite amante, ma douce chérie, avec son joli petit trou du cul de vierge...
.. Et moi, à tes côtés, je ferai pareil dans le cul de sa chiennasse de mère, ahhhhhh !
.. Putain, j'aime trop l'idée, maman, tu es divinement excitante ainsi empalée et avec ta rondelle grande ouverte..., je vais te faire jouir du cul salope, tu n’vas pas t'en remettre, je te fisterai, je mettrai ma main entière dans ta chatte sale gouine…
.. Putain, ça me fait jouir et pisser d'avoir le gode qui frotte mon clito de putasse !
.. Maman, je me branle en même temps…, que je te pine… !
.. J’aime jouer la chienne…, ton mâle…, ta fifille à toi, quoi !
– Aie ! Salope ! Arrête, salope ! Tu me fais mal au cul, tu vas trop loin… Se lamente Murielle.
.. Hummm, petite pute, tu es pire que moi ce soir, jamais tu ne m'as enculée ainsi mon bébé, jamais tu ne m'as pinée comme ça avec cette violence… !
.. Hummm, on dirait un chien sur sa chienne, oui on les enculera ensemble, on leur mettra nos bites bien au fond du cul… !
.. Oui, ahhhh, ma petite putain, je vais encore jouir, mon amour, hummmm… !
.. Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, Charline, pisse-moi sur le cul- salope- tu es une salope- tu es la salope de ta mère... !
.. Tu es mon meilleur mec, l'amant de ma vie, petite putain... ! »

Murielle sentit couler sur ses fesses un fluide chaud, quelques gouttes d'urine que sa fille ne pouvait retenir à cause de ses violents coups de gode qui excitaient sa chatte et aussi sa vessie... Ses seins lui faisaient mal, elle aurait bien aimé que l'on les suce, qu'on les mordille... Les hanches de sa mère étaient rouges, tellement elle les serrait fort, elle lâcha prise pour se masser la poitrine et pincer ses bouts en lâchant un filet de salive sur son téton droit que de son doigt, elle étendit sur son aréole froissée par le plaisir du moment.

La jouissance emporta nos deux amantes incestueuses vers le septième ciel, vers cette douce petite mort que seul le véritable orgasme leur faisait atteindre. Ni l'une, ni l'autre ne savait où elles étaient prises dans la tourmente du plaisir..., dans un flot de violence sexuelle jamais atteint au fil des nuits d'amour, parcourues ensemble à se raconter leurs conquêtes, leurs désirs d'avoir telle ou telle fille pour amante personnelle ou commune, oui elles avaient, en plus de l'inceste, franchit le cap que mère et fille partageaient parfois la même femme ou jeune fille, en imaginant chaque fois un scénario diabolique pour mettre en défaut les amantes surprises en pleins ébats sexuels.

Pour une fois, la donne avait changé, la mère tombait amoureuse et sa fille l'était déjà. Par chance, elles avaient choisi une mère abandonnée, sexuellement et sa fille qui se découvrait lesbienne et incestueuse pour couronner le tout, un hasard qui faisait très bien les choses et laissait augurer de nombreuses nuits de folies amoureuses et surtout durables.

Cette fois, il était l'heure de prendre un peu de repos, Murielle, la tête sur l'oreiller, imaginait déjà la folle journée qui s'annonçait. Elle était, pour une fois, totalement repue et, en quelques secondes, se perdit dans les méandres du sommeil, accompagnée de Charline, penchée sur le bord du rêve de sa mère...

Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 195
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Lun 11 Jan - 01:41 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Je n'ai qu'un mot : SUBLIME !!!
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Lun 11 Jan - 22:20 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  Hum merci grand guru ! ( non j'ai pas dit kangourou ! )

Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mar 12 Jan - 13:36 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Chaque épisode est plus chaud et plus sensuel que le précédent !! Mecnu, tu te surpasses à chaque fois !!

Mille mercis
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 15 Jan - 22:46 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  merci Sven j'essaye de faire bien pour mes fideles lecteurs et lectrices 

Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Sam 16 Jan - 13:00 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Tu y arrives parfaitement, mecnu.... entre tes écrits et ceux d'Olgamaria, je suis vraiment comblé !!
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 29 Jan - 23:33 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Embarassed Voici un nouvel épisode pour les gourmands et les gourmandes, bonne lecture.


Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 10


Quand la pendule égrena ses dix coups, Murielle ouvrit difficilement un œil, puis l'autre, le jour filtrait par le store mal fermé, le soleil était déjà présent, la journée allait être chaude et il ferait bon rester dans la fraîcheur de la maison, Charline, elle dormait encore en soupirant. Elle se leva doucement, les cheveux emmêlés par les folies de la nuit, son corps était douloureux et son petit cul lui rappelait que sa fille n'y était pas allée de main morte dans son orifice anal. Elle enfila juste le tee-shirt de Charline et laissait, ainsi, voir son joli cul et les pointes de ses seins qui dardaient. Elle sourit en se demandant pourquoi elle avait encore cette folle envie de baiser toute la journée, comment après une nuit de baise intense elle avait encore ce désir qui lui tiraillait le ventre.

Elle alluma la machine à café et se fit un expresso pour mettre un peu d'ordre dans son cerveau qui tournait au ralenti.
La tête dans sa tasse, elle ne vit pas Laura approcher, pieds nus et eut un sursaut quand elle leva les yeux pour découvrir la jeune ado près d'elle, juste en slip et seins nus devant elle...

« Bonjour ma chérie, tu as bien dormi, heu…, enfin, un peu dormi ? Lui demanda Murielle.
.. Ta mère dort encore, je suppose ?
– Bonjour madame, oui peu, mais j'ai dormi et maman dort encore, hi hi, la nuit a été mouvementée... ! Répondit Laura,
– Arrête avec tes "madame", appelle-moi Murielle, ma chérie ! »

Murielle se leva et approcha sa bouche de celle de Laura qui se laissa embrasser sur la bouche, comme elle le faisait souvent avec Charline, sauf que là, c'était la mère de Charline et pas Charline, alors pourquoi ses petites tétons devenaient si durs et pourquoi elle laissait cette langue entrer dans sa bouche avec ce bon goût de café noir... ? Quand leur baiser pris fin, Laura était toute rouge et Murielle lui demanda simplement si elle désirait un café.

« Euh oui, je veux bien, un grand bol pour me réveiller mada..., euh…, Murielle !
.. Merci..., merci pour ce doux baiser, c'est mieux qu'avec maman ?
– Disons que c'est différent qu'avec ta mère et aussi celui de Charline, ma chérie !
.. Tiens, assieds-toi et prends ton café tranquillement... !
.. Tu as passé une bonne soirée avec ma fille ?
– Euh oui, une super bonne soirée avec Charline, puis une sacré nuit avec ma mère !
.. Même si, au début, j'avais un peu de mal et vachement honte, mais j'ai compris ce que voulait dire Charline par amour maternel !
.. Et j'avoue que je ne regrette rien, je ne pensais pas que ma mère soit comme ça…, comme toi, Murielle ! »


Elle posa son bol et sa main vers Murielle, celle-ci posa la sienne dessus et la serra doucement, tendrement, puis lui caressa le poignet avec sensualité. De nouveau, elle approcha sa bouche et cette fois, le baiser dura bien plus longtemps et les langues se mêlèrent dans une danse buccale frénétique.
Laura vint s'asseoir sur les cuisses de Murielle et cette dernière en profita pour sucer un à un les jolis tétons durcis de l'ado rougissante et glissa sa main dans sa fine petite culotte humide.

« Madame..., euh…, Murielle, non, on ne devrait pas faire ça... ! Se défendit Laura.

Elle commença à se lever et Murielle en profita pour lui baisser sa culotte jusqu'aux chevilles, Laura ne pouvait plus avancer sans être obligée de la quitter en la laissant aux pieds de Murielle... Elle leva une à une ses jolies jambes pour abandonner là sa culotte et la main de Murielle se posa sur le coquillage humide de Laura, elle ne bougea pas et se laissa doigter avec plaisir...

« Hum, menteuse va, tu mouilles comme une chienne, petite salope, alors laisse-moi abuser de ton joli corps de petite voleuse... ! Insista Murielle.
.. Tu me voles ma fille, mon incestueuse amante, alors on va en profiter pour se connaître, toi et moi, ma belle..., et je compte bien abuser de toi, petite garce… !
.. Hummm, tu mouilles toujours comme ça quand on te doigte, salope, même quand c'est Charline qui te fouille ?
.. Quand ma fille se réveillera, elle ira baiser ta mère, elle aussi a le droit de partager ta mère... !
.. Tu vas voir on va passer un super week-end, ma toute belle... !
– Mon Dieu, comme c'est bon, dès le matin, de se faire fouiller comme ça... !
– Oui, oui madame..., euh…, Murielle..., oui je mouille beaucoup de plaisir !
.. Parfois, même sans me toucher, juste de me faire sucer les seins, je coule comme une fontaine et j'adore quand ta fille me langue la foune comme une goulue... !
.. Vous êtes une salope, vous aussi, vous baiser ma mère et maintenant, vous me voulez moi… !
.. Alors, faites-moi ce que vous voulez, je ne veux pas décevoir ma chérie, votre fille... !
.. Je veux faire aussi bien, sinon mieux qu'elle pour vous faire plaisir !
.. Et surtout, qu'elle soit fière de moi..., et maman aussi ! »

Murielle porta son doigt dans le pot de confiture à la fraise resté ouvert sur la table, puis en enduisit les seins de sa proie, afin d'exaucer son souhait la faire jouir, la voir souiller ses cuisses de sa mouille de petite salope lorsque, vicieusement, elle lui tèterait un à un ses mamelons dressés. Elle avait le feu en elle, elle avait une envie folle de dévergonder et de baiser cette petite chienne matinale et d'en abuser avant que les autres ne se lèvent, elle la voulait pour elle seule, elle la désirait comme la cerise sur un gâteau d'anniversaire, elle voulait boire tout son jus d'amour en passant sa langue entre ses lèvres intimes devenues gluantes de cyprine par la succion de ses bouts de nichons d'ado en chaleur. Les mains de Laura s'emmêlaient dans la tignasse épaisse de Murielle sous le plaisir qu'elle ressentait, mais bon dieu que cette femme savait y faire, jamais elle n'avait senti sa motte suinter comme ça, même quand elle se branlait sur son lit devant des vidéos de sexe lesbiennes, ou même récemment dans les bras de Charline, cette femme était divinement sensuelle et elle comprenait que sa mère ait succombé dès le premier soir…

Elle massait cette tête, elle dut même s'asseoir pour ne pas tomber, à genoux. Maintenant, Murielle aspirait chaque téton, le mordait doucement entre ses dents, lui massait l'autre sein, jouait avec son téton, puis y posait sa bouche toute collante de confiture, elle bavait en lâchant sa salive sur ses petits seins de gamine avant de lécher les filets de bave et de rejoindre la bouche de Laura pour lui rouler une pelle bien baveuse. Ses doigts glissèrent vers sa jeune chatte et y entra deux doigts dans son vagin trempé sans problème, Laura gémit..., resserra ses mains dans les cheveux de Murielle, elle écarta ses cuisses, puis les posa sur les épaules de Murielle pour que cette dernière puisse descendre lui faire un cunni d'enfer. Elle ne voulait que ça, jouir et jouir encore, sur cette langue fouineuse qui la rendait dingue, pire, ça la rendait salope, elle voulait lui balancer toute sa mouille, lui gicler son jus de femelle en chaleur pour qu'elle se saoule de son odeur et de son liquide d'amour, jamais elle n'avait encore eu autant envie de baiser. Elle se surprit même à penser à sa mère et à Charline en train de baiser dans une chambre, elles aussi...

Son corps fut agité de soubresauts, elle serra ses cuisses autour de la tête de Murielle qui ne pouvait que lécher et enfoncer sa langue dans la chatte baveuse de Laura. Elle se délectait, car elle sentait qu'elle jouissait, pire, elle coulait sur sa langue, sur ses lèvres, sur sa bouche et ses doigts. De toutes les amantes que Murielle avait connues, jamais une nana n'avait joui ainsi, alors dans le feu de l'action, elle glissa son majeur à fond dans l'anus de Laura qui poussa un cri et qui, instantanément, eut un orgasme terrible. Elle cria, se malaxa les seins avec fureur, puis desserra ses cuisses et glissa de la chaise et fit tomber Murielle à la renverse. Ensuite, Laura enjamba la cuisse de Murielle pour frotter vigoureusement sa petite motte gluante en appuyant bien son clito, pour se faire reluire quatre fois de suite en tremblant de tout son corps... Ses petits bouts de tétons étaient comme de la pierre et Murielle les pinça ensemble, ce qui fit jouir encore plus fort la petite vicieuse...

Laura s'effondra sur la poitrine de Murielle, elle tremblait et elle était en sueur, son corps ruisselait, elle ferma les yeux pour savourer son plaisir... Murielle sentit sa cuisse devenir humide, un mélange de mouille et des gouttes d'urine, tellement la jouissance fut intense.

« Hum, Murielle, tu es une sacrée bonne amante, je comprends trop bien Charline et aussi ma mère, maintenant, je suis vidée..., mais heureuse..., morte, mais heureuse !
.. Quelle baise on s'est faite !
– Tu mouilles comme une bonne petite salope, je n'ai jamais connu de nana aussi jeune qui jutait de la chatte comme toi !
.. Quand je vais dire ça à ta mère, elle va être jalouse de moi et Charline aussi, je pense... !
.. À moins que tu ne dises rien à personne, disons que c'est notre secret et puisque personne n'est encore levé, il est presque midi, on va se doucher ensemble, si tu veux, mais avant, on va boire un autre café !
– Euh…, ok, je dis rien, mais tu dois me promettre de me baiser comme ça dès qu'on pourra le faire !
.. Je veux même faire tout ce que Charline ne veut pas faire... !
.. Du genre jouer avec nos pipis respectifs et autres vices que tu gardes en toi… !
.. De l’exhibe..., et autres saloperies avec des animaux... !
– Hum, espèce de petite putain, je vois que Charline t'as fait des confidences sur l'oreiller, vous allez bien ensemble, finalement, un joli couple de pétasses lesbiennes !
.. Mais je vais arranger ça, ne t'inquiète pas, je penserai à toi, ma belle et tu devras être disponible pour moi quand je l'exigerai, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit !
.. Et évidemment, avec qui je voudrai aussi, tu verras tu me remercieras plus tard de m'être occupé moi même de ton éducation de gouinasse, ce sera bien pour ton couple avec ma fille... !
– Merci, Madame est trop bonne avec moi... ! » Consentit Laura.

La pendule sonna les douze coups de midi, une nouvelle fois à table, cette fois, elles buvaient sagement leur café quand Charline arriva, seins nus et en string dans la cuisine... Elle bâillait encore et ses cheveux étaient en friche sur sa tête... Laura, les joues rosies par la surprise, alors qu'elle allait prendre la main de Murielle, se mit à rire pour cacher son trouble et sauta au cou de son amie pour l'embrasser à pleine bouche et lui masser les fesses avec douceur.

« Tu as bien dormi mon cœur ? Pas trop dur ?
– Hum, ça va et toi, maman, pas trop mal au fion, après nos galipettes de cette nuit ?
– Veux tu bien te taire, mauvaise fille et ne pas exhiber notre intimité devant ta charmante petite amie, tu ne vois pas que tu la mets mal à l'aise…, mais on a un peu fait connaissance !
.. La pauvre, elle a besoin qu'on fasse son éducation, tu me connais, je ne peux pas m'empêcher de rendre service... !
– Ouais, ouais, en fait, tu as baisé avec elle, salope, tu t'es tapée ma meuf sans ma permission, sale chienne, tu n'as pas assez de te faire sa mère…, tu baises ma chérie..., mère indigne, je me vengerai, crois moi !
– Hum, mais j'y compte bien ma puce, j'y compte bien sur ta vengeance, tu sais trop bien que j'aime le vice et tu es comme moi, ma fille, une salope, t'as ça dans le sang ! »

Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 195
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 00:45 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Vivement le prochain chapitre pour connaître la nature de la vengeance !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
capi


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 32
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 19:31 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Bonjour Mecnu,
Ton histoire est fantastique terriblement bandante tu sais nous tenir en haleine la langue pendante genre loup dAvery.


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Sam 30 Jan - 22:48 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Pas de soucis CAPI j'y travaille hi hi moi aussi ça me fait bander t'imagine..............


A plus


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mar 2 Fév - 23:06 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

WAOWAOWAOW mecnu, tu nous gâtes vraiment.. quelle saga fabuleuse, mille mercis !!
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mar 2 Fév - 23:42 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  Pas de soucis SVEN j'aime donner du plaisir  Embarassed

Revenir en haut
MSN
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 3 Mar - 23:03 (2016)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 11


Après avoir bu son café avec Laura assise sur ses cuisses, Charline l'embrassa tendrement sur la bouche, Murielle s'en était allé sous la douche, histoire de ne pas trop mettre d'huile sur le feu. À la sortie de la salle de bains, complètement nue, elle passa devant la chambre de Charline dans laquelle Laura et sa mère avait dormi, elle poussa doucement la porte pour voir Agnès entièrement nue sur le lit, tellement belle, tellement attirante... Elle contempla un moment ce corps nu aux rondeurs plaisantes, sa poitrine se soulevait doucement au rythme de sa respiration, elle était belle et même la douche ne l'avait pas calmée, jamais elle n'avait eu le feu en elle de la sorte, cela même l'étonnait, car il y avait bien longtemps qu'elle n'avait ressenti autant d'excitation pour une gamine accompagnée de sa mère. Maintenant qu'elle avait baisé les deux, elle savait que si la mère avait en elle des années de lesbianisme refoulé, sa fille, elle, avait ouvertement viré lesbienne grâce à l'aide de sa petite Charline adorée, bien bonne fille qui recrutait au lycée ses petites amies et qui ensuite les partageait volontiers avec sa mère dans un scénario bien rodé par toutes les deux...
Sa main s'était retrouvé malgré elle sur sa motte humide et son doigt jouait avec son petit bouton d'amour... Elle entra dans la chambre et s'approcha d'Agnès pour la sentir , la renifler comme une future proie, comme si le fait de sentir l'odeur d'amour et de mouille de cette nuit guidait sa main entre ses cuisses pour la faire mouiller comme une folle.., elle approcha encore de ses seins, elle pouvait voir les jolis tétons bruns bien ronds et dressés, comme si elle rêvait de sexe. Elle posa la pointe de sa langue sur un téton, celui ci se dressa encore et devint tout dur, un appel à l'amour et pour Murielle au sexe, elle le prit entre ses lèvres et téta ce bout tendu et offert. Sa salive faisait briller le bout du sein d'Agnès, elle suça l'autre qui bondit pareillement entre ses lèvres, elle sentit une main sur sa tête qui appuya doucement comme pour lui dire encore, oui encore...

Murielle ne bougeait plus de peur de faire sortir de son rêve la belle Agnès, elle continua juste à se masturber lentement pour faire monter le plaisir..., un rayon de soleil éclairait la pièce finissant d'ajouter une petite touche de douceur à cette scène tendrement érotique. Dans sa tête, des scénarios diaboliquement sexuels, germaient à grande vitesse, la lubricité était de mise ce matin dans cette maison qu'on pourrait qualifier de « close ».

Dans la cuisine, Laura, quant à elle, avait quitté la bouche amoureuse de Charline pour venir poser sa langue sur l'entrecuisse de sa compagne qui lui ouvrit largement ses cuisses pour la laisser lui donner du plaisir. Laura renifla la chatte luisante de sa copine et sentit une forte odeur de mouille genre petite fille pas lavée, l'odeur de la bonne chatte de salope qui a gouiné toute la nuit ou du moins une bonne partie de la nuit, cela lui donna des frissons de plaisir, elle renifla encore et encore avant de glisser d'un trait deux doigts au fond de ce vagin si tentant, puis sa bouche épousa le haut du mont de vénus pour aspirer avec délicatesse le clito décapuchonné de Charline. Celle-ci écarta encore les cuisses et recula avec la chaise jusqu'à buter le meuble de cuisine derrière elle tout en mordant fermement dans sa biscotte comme pour ne pas crier son plaisir de se faire ainsi brutalement pénétrer comme une chienne. Elle bougea son bassin d'avant en arrière comme si elle était empalée sur un gode, et les doigts de Laura vinrent buter au fond de son antre dégoulinant de mouille. Elle osa un doigt dans le petit œillet offert, il entra, sans forcer, ainsi elle pouvait limer les deux orifices en même temps, Charline poussa un cri de surprise et la traita de petite salope...

« Ah c'est dingue de se faire bouffer ainsi par la plus belle salope de la maison ! Chuchota Charline.
.. Continue mon amour, tu deviens bonne, je suis fière de toi car tu apprends très vite !
.. Oh chienne, tu oses me violer mon petit cul, t'es vraiment un amour, ma chérie.
– Hum tu mouilles grave ce matin et tu sens bon la pute en plus et ça m'excite vachement, t'as dû t'éclater avec ta mère, ma cochonne... ! Commenta Laura.
tu veux ma langue sur ton anus, salope ?

Laura retira ses doigts et les mis dans sa bouche pour les nettoyer en montrant combien elle aimait faire ça pour sa compagne et amante, elle passa plusieurs fois sa langue sur ses doigts pour bien récupérer la mouille de Charline qui lui caressa la tête et l'attira vers elle pour partager un baiser et goûter sa propre laitance d'amour, puis elle se dégagea et colla sa bouche sur l'anus de Charline qui avait posé ses jambes sur le bord de la table de la cuisine, elle enfonça sa langue enroulée dans l'entrée de son cul et lima un moment comme si sa propre langue devenait un sexe de mâle, les mains collées sous ses fesses pour forcer la pénétration de cette langue violeuse.

« Ah, arrête ça, espèce de salope et lèche le doigt que tu as mis dans mon cul, sale pute et vient me rouler une pelle, je veux sentir mon goût sur ta langue de chienne lubrique et crois-moi qu'après, je vais m'occuper de toi, mais avant, c'est moi, la reine et tu dois me faire jouir, salope d'esclave..., jouir et jouir encore, je veux que tu casses les pattes arrières comme une trainée que je suis, oui, oui, je vais jouir, bordel, j'ai le feu en moi ce matin, je suis une salope en chaleur, encule-moi avec ta langue, salope, on dirait que t'as une bite à la place c'est divin, oui encore et occupe-toi de aussi de ma chatte, je vais me branler le clito et te cracher ma mouille en pleine tronche, tu me rends dingue, espèce de salope, je prend mon pied, bordel que c'est bon de faire bouffer comme ça par une salope…, n’arrête pas, je veux jouir sans arrêt, tu me tiens, ne me lâche pas, ma salope d'amour, avale mon foutre de femelle., soûle toi avec…., ahhh oui, c'est divin ! »


Laura se retira d'un coup puis vint coller sa bouche sur celle de Charline lui roula une pelle diabolique, leurs langues se frottaient dans le fond de leur bouches délicieuses, se tordaient, se dégustaient, puis elle se recula brusquement pour envoyer un crachat bien baveux à moitié sur la bouche et sur le menton de Charline restée béate, avant de retourner à son ardente pénétration anale avec sa petite langue fouineuse et faire frémir de nouveau Charline en l'approchant de l'orgasme.
Charline passa son doigt sur son menton pour recueillir la salive qui coulait le long de son cou et avala avec délice la salive de son amante.

Laura répéta la scène quatre fois s'arrêtant chaque fois in-extrémis avant la jouissance, jusqu'à ce que Charline excédée par l'envie de jouir ne retourne Laura violemment sur le sol et vienne coller sa chatte sur sa bouche jusqu'à l'étouffer, elle se frotta ainsi dans une frénésie de la bouche jusqu'au nez pour exciter son clito gonflé de désir, proche de l'hystérie tenant la tête de Laura entre ses mains jusqu'à jouir et uriner en même temps sur le visage rougi de la pauvre Laura qui commençait à étouffer sous la violence de cette chatte en folie...

« Ah, sale petite pute ! Tu m'as abandonnée quatre fois au moment de jouir, tiens salope, bouffe-moi la cramouille, goûte mes lèvres gluantes de salope, regarde mon clito comme il est gonflé à cause de toi. petite putain !
.. Il bande, ce con, regarde-le, salope ! Allez bouffe salope et avale toute ma mouille et ma pisse, sale vermine, petite salope de gouine,,,, !
.. Ahhhh, ahhhh oui, bordel, c'est bon de jouir et baiser comme ça à n'en plus finir... !
.. Avale, petite salope, allez, avale ma semence, sale esclave...,tu voulais me faire crever d'envie, petite morue, maintenant je vais me venger et aller démolir le cul de ta mère, je vais lui casser son cul avec le même gros gode qui a servi, hier soir, dans le cul de ma propre mère !
.. Elle t'a pas dit, ce matin, qu'elle avait du mal à s'asseoir ma chère maman d'amour... !
.. Je n’entends plus la douche j'espère qu'elle n’est pas en train de gouiner ta mère, cette cochonne, c'est pour moi, le cul de ta mère, c'est mon cadeau… !
– Quoi de quel cadeau, parles-tu ? C'est quoi ce plan ? Tu me fous les jetons, là ! Dit Laura.
– Le cadeau c'est le pucelage du cul de ta mère, en échange je lui offre ton pucelage anal ma chérie ! Expliqua Charline.
– C'est le deal avec maman pour avoir lever une femelle pour elle car j'avais pas trop envie de te partager avec elle, tu comprends t'es un bon coup et pour une fois que je tiens à une nana...,je n'ai pas envie qu'elle soit sans cesse entre nos cuisses, alors juste un petit effort de ta part, et après, ce sera que du bonheur toi et moi… !


-(Laura) : Salope moi qui voulait te donner mon corps entier en guise d'amour…,et voilà que, dans mon dos, tu deales mon pucelage avec ta mère...,heureusement que je t'aime, sinon je t'aurais giflée... !


– Humm, oui chérie, colle,moi-s’en une…, vas-y, salope, giffle-moi si tu m'aimes, fais-le salope et n‘fais pas semblant,je veux avoir la joue toute rouge… ! Ordonna Charline.
.. Et t'auras droit de me m'enculer en même temps que je me tape le cul de ta mère !
..Nous srons soudées par le cul, ma mère dans ton cul vierge, toi dans le mien et moi dans celui de ta maman chérie... !
.. On va faire le petit train des salopes, emmanchées par le cul... ! Ah, ça me fait couler de dire mes cochonneries, bon sang ! »

Ne croyant pas Laura capable de la giffler, Charline faillit tomber sous la violence de la giffle qu'elle reçut, le claquement sur sa joue résonna pendant une bonne minute dans son oreille, les larmes lui montèrent aux yeux mais elle eut le cran de venir poser sa bouche sur celle de Laura pour lui offrir sa langue vigoureuse. Quand elle se regarda dans la vitre du micro-onde elle vit sa joue toute rouge et douloureuse, elle se massa doucement la joue puis murmura à l'oreille de Laura :

« Salope ! t'as une bonne droite, je suis défigurée, mais au moins je sais que tu tiens à moi comme moi je tiens à toi, je t'aime, Laura, je te l'ai peut être pas dit clairement dans nos lettres de gamines en chaleur, mais je t'aime !
.. Pour la première fois je suis amoureuse d'une superbe nana et je voudrais que ça dure, toi et moi, pour la vie ! »

Laura passa son doigt sur les larmes qui glissaient sur les joues de Charline, puis lécha son doigt avec sensualité, pendant que Charline lui mettait un doigt dans la chatte et le pouce sur le clito pour la faire jouir debout contre le frigo de la cuisine...

« Humm, moi aussi je t'aime, Charline, je suis folle de toi..., branle-moi, salope, fais-moi jouir comme ta femelle, ta chienne, ton amante ! exigea Laura.


Leurs bouches se soudèrent de nouveau dans un baiser torride et un jeu de langue très parfumé de leurs jus respectifs....


Dans la chambre à côté, la sensualité était toujours présente, Murielle n'osait pratiquement pas bouger de peur de réveiller Agnès, mais surtout pour profiter du spectacle de son amante, elle se branlait tout en glissant un doigt dans sa chatte trempée, sa mouille abondante l'excitait mais surtout les tétons bandés qu'elle suçait avec délice de cette belle femelle qui planait entre rêve et réalité..., soudain Agnès, en gémissant, ouvrit ses cuisses et y glissa sa main pour faire comme Murielle, ainsi, sous le regard surpris de cette dernière, elle se mit lentement à se masturber en rythme avec des gémissements évocateur du plaisir qu'elle se donnait, cela ranima encore plus le désir chez Murielle qui écoutait maintenant le doux clapotis de la mouille entre les lèvres intimes d'Agnès..., elle aurait voulu bondir sur sa chatte lui foutre sa langue au fond de sa vulve baveuse, lui sucer le clito et boire sa mouille mais elle préféra se faire jouir comme une petite salope qu'elle aimait être très souvent depuis son célibat, elle se mordit les lèvres pour ne pas hurler son plaisir.

Dans la chambre, flotta un parfum de sexe, de femelle, de luxure...

Mecnu


Revenir en haut
MSN
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 3 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom