le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Lettre à Charline / Mecnu
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
titi1788


Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2013
Messages: 9
Localisation: strasbourg

MessagePosté le: Sam 12 Sep - 17:09 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

C'est tellement bien écrit que l'on voit la scène se dérouler devant nos yeux  Okay

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Sep - 17:09 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Sam 19 Sep - 22:04 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Pour mes fidèles lecteure zé lectrices voici la suite...............


Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 6


Dans la chambre de nos adolescentes, il y a aussi de l'amour dans l'air..., elles se sont précipitées dans leur refuge intime parce que l'envie de s'étreindre devenait trop puissante... Arrivées là, elles quittent de concert leur long tee-shirt pour se mettre nues et se jeter sur le lit défait par leur dernière étreinte...

« Hi hi…, arrête Charline, tu es une salope, tu as montré mon cul nu à ma mère, elle va se douter pour toi et moi... ! »
– Chuuut ! Petite idiote, ma mère va s'occuper d'elle et crois-moi, on aura la paix..., enfin, on aura le son, mais pas l'image, ha ha ha ha ! Répond Charline, collant sa bouche sur celle de Laura.
.. Elle va couiner ta mère, ma chérie, tu vas entendre, crois-moi !
– Ma mère n'est pas lesbienne, encore moins bi, elle ne voudra jamais se laisser tripoter par ta mère... ! Rétorque Laura.
– Humm, tu verras bien et puis, peut-être que toi aussi, tu auras droit aux câlins de ma mère... !
.. Elle te kiffe grave, tu sais, moi je me ferais la tienne..., on sera quatre bonnes salopes..., tu sais, elle est douée, maman, elle m'a tout appris... !
– Tu as baisé avec ta mère ? Demande Laura.
– Oui, pourquoi, ça te gêne que je t'avoue ma vie sexuelle... ?
.. Je t'aime et je ne veux rien te cacher de moi et toi aussi, tu ne dois rien me cacher !
.. Tu dois tout de me dire sur ta vie sexuelle, sur tes amantes, sur tes mecs..., sur tes amours solitaires..., sur tes fantasmes..., sur nous... !
– Hum, t'es complètement folle, toi, je t'adore pour ça…, ma vie sexuelle avant toi ?
.. Ben, ce n'était rien, juste des branlettes rapides la nuit dans mon lit...
.. Les mecs que j'ai eus ne m'ont pas envoyée au septième ciel comme je le croyais !
.. Alors oui, je me suis mise à me masturber pour avoir le plaisir qui me manquait cruellement et puis, un jour, j'ai rencontré une meuf, genre de celle qui aime les nanas, quoi une goudou carrément..., ah, je ne sais plus son prénom..., euh, Maurice, non, Charlotte... !
.. Ah, ok, ça me revient, Charline… !
.. Ah, ah ! Comme tu y as cru là, t'aurais vu ta tête, ma chérie... !
.. Voilà, il y a eu toi, enfin, il y a toi et je suis dingue de toi !
.. Pourtant, ça ne fait que peu de temps que je flirte avec toi et ce soir je vais coucher avec toi pour la première fois… !
.. La première fois que je donne mon corps avec une envie immense qui me torture depuis des jours et des nuits... !
.. Je veux être ton amante et je veux que tu m'apprennes tout sur l'amour et même avec ta mère, je veux devenir ta chose, être ta petite lesbienne maladroite... ! »

Charline enlace Laura et lui suce ses tétons un à un avec une délicatesse inhabituelle, pleine de douceur, émue par la franchise de Laura, elle passe sa main sur ses fesses nues en écoutant sa copine lui raconter sa vie..., elle a presque les larmes qui lui viennent, tellement elle est sincère dans sa voix et dans ses mots, hésitante, mais divinement touchante... Elle frissonne même quand elle lui avoue vouloir devenir sa petite lesbienne maladroite car, au fond de son cœur, elle sait déjà que Charline est l'amour de sa vie..., et aujourd'hui, sa vie ne fait que commencer...

« Hummm, ma chérie, tu sais que c'est touchant ce que tu me dis et j'avoue que, moi aussi, j'ai senti dès notre première rencontre que se serait bien plus que de l'amitié qu'on aurait toi et moi, je ne savais pas si tu aimais les nanas, alors j'ai franchement été intimidée et j'avais surtout peur d'être maladroite et puis, maman m'a proposé de t'inviter un soir, puis trouver un bon prétexte pour que tu restes avec moi même si je savais qu'il ne se passerait rien de sexuel, mais juste te savoir contre moi, blottie, j'avais la minette toute brûlante et mes tétons tout raides, bref il y a eu nos baisers, nos douces caresses qui m'ont excitée comme jamais et puis, ta lettre..., cette lettre..., je t'avoue que j'ai trouvé ça super ringard à l'heure du SMS…, mais tu avais raison, c'est beau une lettre, car on peut la lire, la relire, la toucher, la sentir, presque te voir l'écrire, alors j'ai moi aussi répondu par une lettre, car j'avais envie de te garder et aussi d'être à la hauteur, j'en ai froissé des pages, car c'est dur d'écrire sur la papier tout ce qu'on ressent et faire comprendre à l'autre qu'on a juste envie de ne pas gâcher le conte de fée qui commence par… Se confie Charline.
.. Je ne suis pas aussi douée que toi, tu le sais, je suis nulle en dissertation, je copie sur toi..., mais cette fois, c'est mon cœur qui a guidé ma main, ma belle... ! »

Laura pose sa bouche sur celle de Charline pour la faire taire, elle a envie de passer à autre chose, elle a hâte d'apprendre dans les bras de son amie, leurs langues s'emmêlent, jouent dans leurs bouches assoiffées de jeunes ados qui se découvrent avec passion. Charline est surprise par l'audace soudaine de son amie, peut être, l'effet de leurs mères qui ont l'air de bien s'entendre elles aussi..., bref, presque sans s'en rendre compte, sa bouche est déjà en train de titiller, une à une, les pointes tendues de ses seins, elle glisse ensuite la main vers son entrecuisse que Charline lui ouvre sans résistance, car pour une fois, elle est sous le charme et conquise par cette audace soudaine...


« Charline, j'ai envie de toi, j'ai encore envie qu'on s'aime toute la nuit, je veux apprendre ton corps par cœur, je veux que mes lèvres connaissent ta peau cm par cm, et puis boire ce doux nectar que tu m'offriras quand tu tomberas en pâmoison sous les coups répétés de ma langue et de mes doigts... ! Avoue Laura.
– Tu es folle, ma petite lesbienne maladroite, j'aime ton audace, j'aime combien tu as soif d'apprendre et de découvrir l'amour entre filles, tu verras, moi et maman, on te guidera là où jamais tu n'as pu imaginer jouir de plaisir, on ira jusqu'à la frontière du point de non retour, celui où tu crois mourir de plaisir…, la porte du 7eme ciel... ! Lui promet Charline.
.. Hummm, tu me fais mouiller comme une folle, là... !
– Je veux tout apprendre avec toi, faire tout pour que tu sois fière de moi, je voudrais que jamais nos étreintes ne cessent, que tout recommence chaque fois comme si c'était notre première fois... ! » Implore Laura.

Charline se couche sur le dos et Laura la chevauche en lui offrant sa petite chatte toute lisse et toute humide, elle n'a qu'une envie, sentir de nouveau la langue de sa partenaire la faire vibrer..., mais cette fois, elle aussi, s'occupera de la minette de sa belle amante, oui un petit jeu qu'elle adore et sentir le plaisir venir sur cette langue qui s'affole en elle et rendre le plus possible le plaisir qu'elle ressent en elle au fond de son corps, c'est si bon qu'elle en perd la notion du temps, elle flotte dans l'air, comme détachée de son corps, elle va jouir une fois encore… Combien de fois a-t-elle ressenti cette vague la submerger ce soir ? Combien de fois ce tsunami qui l’a emportée là où elle adore aller dans les bras de Charline, comme c'est bon de partager le plaisir de l'amour… Leurs corps se tendent de concert, cette fois, la jouissance les emporte toutes les deux, leurs seins se gonflent, leurs tétons durcissent et l'onde de choc arrive encore plus forte que d'habitude. Laura pousse un long gémissement qu'elle étouffe en enfouissant son visage entre les cuisses de sa chérie, Charline aussi, pousse un râle de plaisir, puis leurs rires quand elles se retrouvent allongées, côte à côte, main dans la main, pour reprendre leur souffle...

« Hum, tu as vu, on a pris notre pied en même temps, tu as senti comme c'était puissant, plus que d'habitude, j'aimerais que toi et moi on s'aime toujours comme ça, ma chérie..., j'ai envie de te dire.... Commence Charline.
– Je t'aime..., oui, dis-le moi…, je t'aime, Charline... !
– Je t'aime, Laura... ! »

Leurs bouches se retrouvent de nouveau soudées et leurs langues jouent ensemble. Les filles reprennent doucement leurs forces, la nuit est déjà bien entamée quand un long cri se fait entendre de la chambre de nos deux mamans... Les filles gloussent, imaginant leurs mères enlacées comme elles, il y a moins d'une heure...

« Ha, je crois que ta mère a succombé aux avances de la mienne, hihi, si elle est comme toi, je crois que ma mère va être heureuse comme moi je le suis avec toi mon amour... ! Constate Charline.
– Je n'arrive pas à croire que ma mère puisse aimer les femmes, la vache, on ne connait pas ses parents, c'est glauque, non ? Doute Laura.
– Tais toi, idiote, ta mère non plus ne connait pas sa fille, la preuve..., viens suis-moi, on va les mater, maman ne ferme jamais sa porte... !
– Hum, toi, tu es vraiment une drôle de nana..., dingue, complètement dingue même, mais je ne sais pas, tu me rends folle avec tes idées de jouer aux voyeuses, en plus, on est à poil…, c'est nos mamans... ! Objecte Laura.
– Justement, c'est ce qui est excitant, jouer les voyeuses à poil…, surtout pour mater sa propre mère bouffer la chatte de ta mère..., hummm, je mouille, hihihi ! »

À pas de louves, nos deux petites espionnes en tenue d'Ève, se glissent dans la pénombre du couloir, guidée comme des lucioles par la lumière douce qui filtre par la porte entre-ouverte, main dans la main, excitées à l'avance de leur audace…, leur culot..., imaginant le spectacle…
Charline pousse un peu plus la porte pour mieux voir, Laura, collée contre elle, regarde par dessus son épaule, ses petits tétons frôlant ce dos magnifique que, quelques minutes à peine, elle se rappelle avoir parcouru avec ses lèvres..., sa langue..., ses mains lui empoignent les hanches et elle frotte doucement son ventre contre les fesses de son amie...

Elles découvrent, sous leurs yeux, leurs mères totalement nues, enlacées, bouche contre bouche, en train de faire une fois de plus l'amour. L’une comme l'autre, sont assoiffées d'amour et ne cherchent, sous leurs caresses et leurs baisers fougueux, que du plaisir, encore et encore du plaisir...
Leurs cuisses ouvertes laissent entrevoir leurs jolies petites chattes aux lèvres charnues et peu poilues avec un reflet nacré de perles de mouille, elles se dévorent à bouche que veux-tu comme des ados avec cette douce violence amoureuse et pleine de folie. Leurs mains courent sur leurs corps à la recherche de la caresse la plus sensuelle, la plus érotique..., comme des pattes d'araignées, elles courent. Et les deux ados restent figées devant ce tableau d'un érotisme troublant, leurs petites fentines sont humides, la main de Charline s'égare sur la sienne et son doigt entre en elle pour se donner un plaisir mérité. De son côté, Laura colle son pubis sur les fesses de Charline pour frotter son clito avec un violent mouvement de désir, elle pousse même un peu Charline dont la tête entre ouvre un peu plus encore la porte de la chambre des deux amantes, mais elles sont bien trop occupées à s'aimer, à se découvrir sexuellement l'une et l'autre...

Laura se colle sous Charline et lui lèche la chatte et, retirant les doigts de son amie, elle les remplace aussitôt par les siens, puis se tourne pour enfoncer sa langue dans la rosette de Charline, cette dernière se cramponne à la porte pour ne pas tomber sous la fougue de son amante.
Charline se régale du spectacle des deux mamans qui se gouinent sans pudeur dans un 69 gourmand où chacune donne du plaisir à l'autre, Laura lèche ses doigts plein de mouille, puis aspire le bouton rose de Charline qui gémit de plaisir, elle coule littéralement de plaisir, ses tétons sont durs comme des pierres, elle se les touche, se les pince entre les doigts, elle jouit comme une folle, une vraie jouissance qui lui coupe les pattes, elle doit alors s'assoir contre le mur... Laura l'embrasse avec délice la langue dans la bouche de son amie pour lui offrir son propre goût de mouille à déguster comme une perle de rosée… Charline se masturbe trois doigts au fond de sa chatte, le pouce sur le clito qu'elle écrase pour jouir, jouir, encore, ses jambes tremblent, Laura la câline, la rassure, la caresse avec douceur en lui mettant sa main sur la bouche comme un bâillon pour ne pas qu'elle crie son plaisir à la porte de la chambre de sa mère... Laura se frotte sur la jambe de Charline pour jouir elle aussi, prise de folie sexuelle d'avoir vu sa mère jouir dans les bras d'une femme...

Les quatre amantes, chacune à leur façon, dérivent vers le nirvana de leur amour..., pourtant, la nuit est loin d'être terminée…

Mecnu Okay


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Dim 20 Sep - 19:53 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Magnifique, Mecnu !! Merci
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Lun 21 Sep - 17:38 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Mecnu bravo chapeau bas

Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Lun 21 Sep - 21:15 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Merci je travaille la suite.....................

Revenir en haut
MSN
titi1788


Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2013
Messages: 9
Localisation: strasbourg

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 14:29 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Ce récit est juste parfait, il nous captive, nous tiens en haleine et nous rends fou tellement on est impatient de lire la suite.
Bravo a toi.


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Mer 14 Oct - 22:24 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Wink  merci pour faire patienter pour la suite .............


http://www.bonporn.com/video/101032/2-jolies-jeunes-filles-lesbiennes-en-ac…


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mar 3 Nov - 12:24 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Bon, c'est pas le tout mecnu, mais tu nous en fait profiter quand de la suite ? On attend nous.. allez, hop hop hop, au boulot mon gars ;-)
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Sam 7 Nov - 00:58 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  Hum j'y travaille pas de soucis .......... 

Revenir en haut
MSN
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Lun 16 Nov - 22:20 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 7


En effet la nuit n'allait pas se terminer comme ça..., la jouissance passée, Charline et Laura retournent dans leur chambre pour reprendre leur souffle et leurs forces... Les mamans, aussi, en buvant une nouvelle flûte de champagne pour fêter leur union…

« Hum, je n'en reviens pas que ma mère soit à poil dans le même lit avec ta mère, mais non d'un chien qu'est ce que ça m'a excite de la mater ainsi enlacée et de l'entendre jouir comme une chienne... ! Dit Laura.
.. Je comprends maintenant pourquoi tu te gouines avec ta mère..., ça me donne des envies... !
– Tu vois, petite idiote, j'avais parié qu'elle finirait au lit avec ma mère et j'ai gagné, hi hi, j'ai gagné ! Répond Charline.
.. Je connais trop bien ma mère, j'ai vu qu'elle kiffait la tienne au premier regard... !
.. Maman est une salope et moi aussi, hi hi, les chiennes ne font pas des chattes, hi hi hi !
– J'ai rien parié, salope, d'abord et puis moi, je ne couche pas avec ma mère…, enfin, pas encore…, petite vicieuse, va, tu caches bien ton jeu, mais je t'adore..., salope !
– Allez, amène-toi, on y retourne, cette fois, c'est moi qui me colle à ton joli cul de salope..., hi hi, allez, hop !
– Ooh, toi t'es trop forte..., tu lis dans ma tête ! »

Laura embrasse Charline, puis lui tète les seins, un à un, avec une grande douceur... De nouveau, l'excitation refait surface chez nos deux adolescentes, les caresses se font plus appuyées, plus coquines..., et elles sortent de la chambre à poil et main dans la main.
Chez les deux mamans, aussi, le désir revient, Agnès et Murielle qui, après avoir fini leur verre, comme nos deux ados, s'enlacent à nouveau. On pourrait presque croire que chaque couple va de nouveau prendre la route vers le 7ème ciel...

« Tu sais que tu es très douée pour une débutante, j'adore ton côté maladroit, c'est trop mignon ! Se confie Murielle.
.. J’avoue que je ne pensais pas devenir aussi vite accro de toi, ma douce..., je suis un peu comme ma fille, quoi...
– Merci, tu sais que je ne pensais pas coucher le premier soir… ! Répond Agnès
.. Hi hi, ohhhh, je rigole…, vraiment, je suis trop heureuse d'avoir succombé à tes avances de femme lubrique... !
– Euh, nos filles, tu crois qu'elles font ce que nous, on vient de faire ?
– Laisse-moi te dire une chose, ta fille et ma fille couchent ensemble depuis un bon moment, je les couvre, car ta fille a peur de ta réaction sur sa préférence pour les filles... !
.. Alors, je me suis, disons, sacrifiée... !
– Arrête..., tu les couvres depuis des mois et je ne sais rien ?
.. Ma fille, ma propre fille a peur de moi ?
.. Peur de ma réaction car elle est lesbienne..., et moi, là-dedans, j'ai droit à quoi, moi…, juste un coup d'un soir ?
– Chut, mon cœur, ne t'emballe pas, comprends-la, elle ne sait pas que toi aussi tu aimes les femmes et puis, tu sais bien que c'est meilleur chez les autres, un peu comme quand gamine, on mangeait chez les voisins ce qu'on n’aurait pas mangé chez nos parents !
.. Alors, laisse-la faire le premier pas, ne va pas tout gâcher..., on n’est pas bien toutes les deux ?
– Si, bien sûr, mais pour combien de temps… ?
.. Depuis mon divorce, je vais d'échec en échec, c'est pour ça que je me suis renfermée sur moi-même et que je ne sortais plus, de peur de subir un autre échec, car j'avais envie de faire l'amour autrement, j'avais envie de vrais plaisirs charnels..., comme avec toi..., entre femmes !
– Je vois, mais comprends que ta fille a déjà choisi son camp, peut-être qu'elle ressent aussi de l'amour pour toi... ! »

Agnès se colle contre Murielle et se met à sangloter, cette dernière la rassure, lui sèche ses larmes en y passant son doigt avec tendresse..., puis l'embrasse avec amour.

« Mais de l'amour ? Ma propre fille..., on s'aime oui, mais comme une mère aime sa fille, pourquoi tu abordes ce sujet..., elle t'a dit quelque chose ? Demande Agnès.
.. Euh, elle m'a entendu me masturber ? Jouir… ?
– Ah bon, tu te masturbes, toi ? Lui répond Murielle.
.. Oh la vilaine fille, et en plus, quand ta fille est là..., tu es une cochonne, voilà tout !
.. Et ta fille, elle fait chez moi ce qu'elle ne peut pas faire chez toi, justement par discrétion envers toi, ma chérie…, de la pure discrétion, peut-être de la pudeur... !
.. En plus, elles sont tellement mignonnes quand elles s'aiment..., si excitantes... !
– Quoi ? Tu les mates en train de se gouiner ? T'es une salope, bientôt, tu vas me dire que tu couches avec elles… !
– Calme-toi, d'abord, je n'ai rien dit, c'est toi qui imagines des trucs, mais en effet, avec ma fille, nous sommes assez proches, nous nous disons tout,… !
.. C’est pour ça que je sais depuis un moment que toutes les deux, c'est assez sérieux... !
.. J’avoue que je les ai surprises une fois toutes nues, en train de se faire plaisir, mais je suis venue parce que j'avais entendu crier..., j'avais cru à une dispute, mais non, c'était juste un magnifique orgasme... !
– Hum, tu les as matées, j'avais raison salope..., t'as mouillé ta culotte de les voir à poil..., tu t'es jointe à elles…
– Chut, idiote, tu te fais du mal pour rien, non je n'ai pas couché avec elles, j'ai juste rougi et refermé la porte en m'excusant… !
.. Par contre, avec ma fille, le soir quand elle est venue me raconter dans mon lit, ça m'a excitée et nous nous sommes caressées... !
.. Mais comme nous avons toujours fait, elle et moi, depuis des années... !
– Nann, je n'y crois pas ! Tu te gougnottes avec ta fille..., hum, t'es vraiment une salope, une grosse salope..., ça dure depuis quand ?
.. Si je m'étais pas sacrifiée pour ma fille, tu les aurais gougnottées toutes deux, salope, dis-moi ?
– Arrête de divaguer, ma chérie, d'abord, je t'ai dit qu'avec ma fille nous étions très proches depuis mon divorce, souvent, elle faisait des cauchemars la nuit, alors elle venait dans mon lit toute tremblante et en pleurs, alors je la prenais dans mes bras, je l'embrassais tendrement…, et puis elle a grandit, et nous avons continué à nous retrouver dans mon lit et puis, de câlins en bisous, c'est devenu caresses, baisers sur la bouche et un soir, nous sommes tombées dans les bras l'une de l'autre..., c'est venu comme ça… !
.. C'était, pour moi, tellement bon de pouvoir jouir enfin de nouveau, même si j'avais honte de moi le lendemain..., mais la voir si rayonnante et si heureuse… !
.. Et puis…, et puis, il y a eu ta fille..., belle comme sa mère... !
.. J’avoue avoir eu envie de me mêler à leurs ébats et de sentir leurs mains sur moi, leurs langues, leurs bouches..., t'aurais dû les voir, je te jure que toi aussi, t'aurais eu envie d'elles... !
– Chutttt, dit Agnès, en posant sa bouche sur celle de Murielle.
.. Tu vas finir par me faire mouiller avec ton histoire d'inceste..., je me doute qu'elles soient belles, nos petites ados, en train de faire l'amour... !
.. Oh…, tu n'as pas envie de les espionner ? Enfin, tu me donnes envie de les mater, tu fais de moi une salope, mais pas encore une mère incestueuse..., enfin, pas pour le moment..., ma chérie... ! »

Derrière la porte, nos deux ados restent bouche bée à l'écoute des confidences de leurs mères respectives, sans même avoir pris le temps de se faire des câlins, elles repartent à pas de louves vers le lit afin de se mettre au lit, avec juste une petite veilleuse et de se faire, une fois de plus, du bien, combien de fois, ce soir, ont-elles joui, combien de fois elles se sont elles frottées, chatte contre chatte comme des dingues jusqu'au grand frisson, celui qui semble que tout s'arrête..., celui qui donne envie de recommencer encore et encore..., jusqu'à ne plus avoir de mouille..., mais encore du désir l'une pour l'autre..., et puis, savoir les mamans proches qui, elles aussi, se gouinent comme des chiennes, ça donne encore plus envie de jouer les petites catins gouines..., ça donne envie de se faire mater en train de jouir en 69, la bouche collée sur la minette de sa copine pour en boire le miel d'amour que celle-ci offre à chaque soubresaut de plaisir quand sa langue ou ses doigts la pénètrent..., que du pur plaisir d'ado, du pur bonheur d'amoureuses.
Murielle a pris la main d'Agnès et, elles aussi, se dirigent à pas de louves excitées vers la chambre des deux ados..., la porte est entrouverte, la lumière tamisée remplit la petite chambre parfumée..., les draps sont repoussés et deux corps nus y sont enlacés..., des bruits de succion, de clapotis et de petits gémissements permettent de dire aux deux mères voyeuses que leurs petites ados sont en train de prendre leur pied comme leurs mamans, juste avant…

Murielle passe sa main sur les fesses d'Agnès, elle ne bouge pas les yeux rivés sur le corps nu de sa propre fille, elle voit ses deux petits seins qui bougent au rythme de la branlette de son amie, elle sent les doigts de Murielle qui glissent dans sa raie culière pour atteindre sa chatte, ils entrent en elle, dans sa motte toute mouillée, pleine de jus d'amour et d'excitation lubrique de voyeuse. Murielle lui touche les tétons, ils sont durs, elle dandine du cul comme sa propre fille sous la langue de sa chérie..., elle la voit, leurs regards se croisent, Laura sourit, Agnès jouit sur les doigts de Murielle et pousse un gémissement...

« Hummm, oui salope, branle-moi encore, ouiiiiiii, je jouis devant ma fille, continue, salope, je veux la voir jouir avant d'aller lui bouffer sa figue de sale gamine pleine de sauce et de bonne mouille parfumée et de salive de ta fille... ! S’exclame Agnès.
.. Aahhhh, ahhhhhhh, putain, je suis gluante, je suis une truie, je mouille de mater ma propre fille de faire brouter comme une gouine..., salope, je comprends ce que tu ressens avec ta fille…, ça doit être bon de bouffer la chatte de sa propre gamine, surtout quand aime baiser entre nanas..., je suis une salope et ma fille aussi... !
– Humm, tu vois comme c'est bon, je te l'avais dit, salope, je te l'avais dit que tu aimerais brouter ta propre fille, va salope, va les retrouver et amuse-toi, mon cœur... ! L’encourage Murielle.
.. Moi, je vais me goder en vous matant vous gouiner bandes de putains et, peut-être, que vous aurez le droit de lécher ma sauce avec vos langues de brouteuses..., va salope, va, sinon je te mange le cul et la moule et les nichons devant la porte grande ouverte, sale petite pute d'amour... ! »

Mecnu


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mer 18 Nov - 11:19 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm bientôt Agnès va aller rejoindre sa fille.... Magnifique !!

Merci mecnu
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 23:05 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz  j'aime faire plaisir............aux lecteurs et lectrices..............

Revenir en haut
MSN
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Ven 20 Nov - 10:53 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Et tu réussis fort bien merci

Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Lun 14 Déc - 22:52 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Embarassed Voici la suite, pour l'épisode 9, on verra l'année prochaine. Bonnes fêtes de fin d'année à toutes mes lectrices et lecteurs et à Redflag.

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 8


Agnès est nue, excitée comme jamais sous le regard de sa nouvelle amante, Murielle, elle ouvre la porte et voit sa fille nue, elle aussi, elle voit ses tétons durs et tendus par la jouissance que lui procure sa copine, elle approche et lui prend la main avec douceur, la douceur d'une mère, mais aussi la douceur de l'amante incestueuse qu'elle se sent devenir... Cette journée est pour elle une renaissance, tant en amour qu'en découverte de ses propres désirs, jamais elle n'aurait pensé être capable d'avoir autant d'amour à offrir... À Murielle tout d'abord, puis maintenant, à sa propre fille, au delà du tabou que cela représente, c'est le désir de l'interdit qui l'emporte et puis, ce soir, son corps a besoin d'amour, un overdose d'amour…, depuis tant de nuits passées seule dans son lit à se masturber, tout comme sa fille dans la chambre à côté... Là, maintenant, elle la voit..., nue, offerte et en pleine extase, sa fille chérie en train de jouir sous les coups de langue de sa petite amie, tout cela lui donne encore plus envie de la rejoindre, elle sait que personne, ici, ne la jugera car, dans cette maison, tout n'est qu'amour, plaisir et volupté..., mères et filles mélangées pour un seul et unique objectif..., jouir, jouir et encore jouir, jusqu'à n'en plus pouvoir, de bouche en bouche, de caresses en caresses... Elle pose cette petite main douce et chaude sur sa poitrine tendue, elle aussi, les doigts se crispent sous le plaisir violent sur son sein droit..., elle se penche et pose alors sa bouche sur celle de sa fille..., son premier baiser d'amour pour cette belle ado qu'est devenue sa fille, la bouche s'entrouvre pour laisser passer la langue maternelle et c'est alors un mélange délicieux de salive et de plaisir qui envahissent mère et fille. Agnès sent sa fente devenir liquide, elle jouit sans même se toucher..., elle sent que son jus dégouline entre ses cuisses comme jamais elle ne pouvait imaginer jouir...

Murielle se masturbe devant l'intensité de ce moment, ses doigts sont mouillés, elle se met à genoux car ses jambes lui manquent soudain, puis ne peut s'empêcher de tendre sa main vers la moule de son amante afin de la pénétrer de trois doigts avec une douce violence, elle sent que l'intérieur de son amie est déjà très gluant et sent, à nouveau, un flot de cyprine couler sur ses doigts..., elle retire alors ses doigts pour les prendre dans sa bouche et s'enivrer du jus d'amour de sa chère Agnès... Elle se glisse alors sous elle pour lui lécher la figue et boire sa liqueur répandue sur ses cuisses et dans ses lèvres intimes. Elle tourne délicieusement sa langue tendue en pointe autour de son clito qui pointe de son capuchon, elle aspire, tête, aspire, lèche mordille..., enfonce ses doigts dans sa chatte détrempée, remue entre et sort avec fougue jusqu'à sentir de nouveau le jus inonder ses doigts..., jamais elle n'avait vu une femme jouir aussi fort…, décidément, elle avait trouvé la perle rare et avait aussi bien envie de savoir si la fille était la digne héritière de sa chienne de mère, quitte à lui offrir sa propre fille en gage d'amour...

Laura jouit sur la bouche de Charline qui se doigte en même temps, Murielle avale le jus d'abricot de sa chienne d'Agnès qui, elle-même, partage sa langue dans la bouche de sa fille, l'explosion de nos quatre chiennes est proche, on peut entendre les clapotis des doigts de Charline dans sa propre chatte, les bruits de succions de Murielle aspirant et fouillant la chatte dégoulinante d'Agnès et les respirations affolées de Laura quand sa mère lui offre un long filet de salive à boire sur sa langue vicieusement tendue vers sa mère.

Charline se tend sous la jouissance, elle abandonne la chatte de sa copine pour reprendre son souffle et pousse une longue plainte de plaisir, puis c'est Agnès qui vibre et remue en emprisonnant les doigts de son amante enfoncés dans sa chatte dilatée, puis tendant sa main, elle écrase un peu plus le clito tendu de sa fille et y pose sa bouche pour la sucer et découvrir, enfin, le goût de la mouille de sa propre fille, elle jouit à nouveau dans un sursaut quand Murielle ajoute trois doigts gluants dans son anus… Laura prend la tête de sa mère pour en appuyer la succion et se met à jouir en criant, elle aussi, tirant les cheveux de sa mère et tendant ses petits nichons vers le ciel…, la jouissance est immense, intense et communicative, car l'une derrière l'autre, chacune jouit à nouveau, leur sensualité est à fleur de peau, le moindre souffle enflamme leurs sexes qui n'ont jamais été autant gluants et luisants de leurs jus d'amour...

Après un long moment de respirations haletantes, c'est un silence qui s'installe, permettant aux corps de pouvoir reprendre vie doucement et permettre de récupérer. Aucune d'elles ne s'attendait à une telle explosion de plaisir, il était déjà 2h30 du matin et cela faisait presque 4 heures qu'elles faisaient l'amour, chacune en couple, puis ensemble.

Agnès n'avait pas imagine qu'un jour, elle pourrait jouir avec sa propre fille et devant deux presque ,inconnues, en fait, elle ne connaissait Murielle, intimement, que depuis moins de 12 heures..., cela promettait de futures soirées très, très pimentées, car elle ne connaissait pas encore toute la perversité sensuelle de Murielle et de sa fille Charline...

Agnès est enlacée dans les bras de sa fille, Murielle aussi avec Charline, les corps reprennent vie, les bouches se font tendres et audacieuses, les langues se mélangent de nouveau dans les bouches et s'enroulent violemment avec un mélange de salive qui finit par dégouliner de la commissure de leurs bouches, leurs lèvres écrasées l'une contre l'autre comme soudées, les tétons de leurs seins pointent de plaisir, on peut voir leurs peaux se froisser sous le plaisir et leurs poils de dresser comme leurs clitoris entre leurs lèvres intimes encore humides de leurs orgasmes mutuels..., la volupté, le plaisir et la sensualité comme seule une mère incestueuse peut offrir à sa petite amante qu'est sa propre fille, c'est un peu, pour Agnès, comme se faire l'amour à elle même, cette fille qu'elle était quand elle avait 18 ans et pleine de rêve et de folies sexuelles inavouables et oh combien gardé en elle comme des blessures, des envies inassouvies, car à l'époque, personne ne pouvait imaginer une jolie fille avoir de l'attirance pour une fille, voire sa mère.

Aujourd'hui, enfin, elle peut vivre avec délice ce plaisir refoulé en elle, celui de pouvoir faire l'amour avec sa fille comme elle-même aurait voulu faire avec sa propre mère..., grâce à Murielle, cette merveilleuse femme, elle venait enfin de découvrir ce mal qui la rongeait depuis des années et qui avait mis un terme à son mariage, chose qu'elle ne regretterait jamais, maintenant qu'elle se sentait une vraie femme parmi les femmes...

Murielle et Charline quittèrent si discrètement la chambre que c'est bien longtemps après que Laura et Agnès virent qu'elles étaient seules et, qu'enfin, elles pouvaient se coucher ensemble, nues et continuer ainsi à s'aimer jusqu'à s'endormir comme deux amantes...
Mais avant, elle voulait expliquer à sa fille ses propres envies retenues et combien elle était fière que sa fille ait eu le courage de passer outre ses nombreuses recommandations de maman poule, aujourd'hui rendues caduques après cette tendre et chaude soirée.
Expliquer la ruine de son mariage avec son père qui la trompait parce qu'elle ne voulait plus qu'il la touche et qu'elle préférait se masturber enfermée dans sa salle de bain pour assouvir ses fantasmes d'amours lesbiens et avec des pensées vers sa fille qui devenait de plus en plus jolie et attirante..., ses souvenirs d'ado quand elle découvrait le plaisir, aidée par une amie de lycée le mercredi dans la grange de la ferme de ses parents... Laure buvait les paroles de sa mère, la tête posée sur sa poitrine généreuse et douce, du bout de la langue elle jouait avec le téton érigé de sa mère qui, doucement, lui passait la main dans les cheveux. Elle lui dit aussi avoir tellement désiré que ce jour arrive et qu'elle ne trouvait aucune raison pour que leurs galipettes s'arrêtent en si bon chemin, puis que si elle le voulait, elle pourrait venir dormir dans son lit et aussi inviter sa petite chérie quand elle le voudrait car elle la trouvait très belle et très sexy comme sa maman... Elles se regardèrent, puis éclatèrent de rires, des rires qui venaient de leurs cœurs d'amoureuses.

Toujours câline, elle lui dit aussi qu'elle ne verrait pas d'objection à ce que toutes les quatre puissent vivre ensemble et filer le parfait amour entre inceste et échangisme, elle avait soif d'amour et de luxure, son intimité commençait à la démanger, alors elle mit fin à la conversation pour faire l'amour avec sa fille, comme avec une femme, une inconnue qu'elle côtoyait pourtant tous les jours..., elle lui prit la bouche avec voracité et y glissa sa langue et aussi un peu de salive, tout en caressant ses jolis petits nichons d'ado..., elle aimait cette petite poitrine ferme et fière et aussi sucer les mignons petits bouts bruns dressés comme des gros clitos excités.

Laura se laissa faire, complètement sous le charme de sa mère, cette nouvelle amante. Décidément, elle se souviendrait longtemps de l'année de ses 18 ans..., la petite ingénue du temple goudou avait fait, en quelques semaines, des progrès fabuleux et ne regrettait rien à cette nouvelle vie sexuelle, surtout avec la permission de sa mère et surtout sa participation aux « galipettes » comme elle le lui a murmuré à l'oreille... Sa mère se glissa vers sa vulve bombée par le plaisir, elle colla sa bouche sur le joli clito de sa fille, sorti de son petit capuchon humide et se mit à le sucer, à l'aspirer, à jouer avec sa langue et le serrer entre ses lèvres comme pour le pincer et glisser deux doigts dans la moule gluante de sa gamine qui commençait à gémir, voire feuler comme une chatte en chaleur. Elle vibrait à nouveau, son ventre la tordait, ses seins lui faisaient mal, elle sentait venir l'orgasme, jamais elle n'aurait pensé pouvoir jouir autant de fois en une journée et cela, même dans ses rêves les plus hot... Elle écrasa ses petits nichons dans ses mains et pinça ses tétons à s'en faire mal, puis ne put retenir son orgasme, comme un flux libérateur, elle serra ses cuisses sur la tête de sa mère, puis se mit à onduler, comme empalée sur un gode..., soulevant ses fesses de plaisir, puis elle jouit, elle jouit comme jamais, elle inonda la bouche de sa mère avec sa mouille crémeuse, aussitôt avalée par son amante vorace, elle se laissa retomber comme sans vie, le cœur palpitant et la respiration rapide…

« Hum maman, tu es une sacrée salope, j'ai joui comme jamais, tu sais vraiment y faire avec une chatte, toi ! Dit Laura.
.. Tu vas devoir me donner des cours, car je voudrais faire pâmer de plaisir ma petite chérie moi aussi et pourquoi pas sa douce mère… !
– Bien ma coquine je te montrerai comment faire et puis, j'ai hâte, moi aussi, de gouiner ta copine, vous semblez tellement coquines toutes les deux que j'ai rien vu venir entre elle et toi, petite cachotière, va ! » Assura Agnès.

Toutes les deux s'embrassèrent sur la bouche, Laura pouvant découvrir le goût plus fort de sa propre mouille sur les lèvres de sa mère, puis elles se pelotonnèrent l'une contre l'autre et s'endormirent ainsi nues et heureuses.

La nuit serait courte, mais le réveil, lui, sera comme une nouvelle vie pour les deux amantes..., euh pardon, les quatre amantes..., car à côté, aussi la sensualité était très à fleur de peau...

Mecnu


Revenir en haut
MSN
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mar 15 Déc - 09:39 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Merci Mecnu pour tes vœux, gageons qu'ils se réaliseront, avec une si belle histoire !

J'en profite pour te les retourner et souhaiter, à tous, une belle fête de fin d'année !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 2 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom