le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Lettre à Charline / Mecnu
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 22:48 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Bonsoir, juste un début d'histoire d'amourette..., pour avis...

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 1


Ma douce Charline,

Je n'ai pas pour habitude d'écrire, sauf bien sûr, des tonnes de SMS ou des twits, mais j'ai pensé, dans ma petite tête de blonde, que tu aimerais peut être, un jour lointain, relire cette correspondance qui, je te l'avoue, fait un poil décalée, voire hase been, dans notre monde, aujourd'hui, ultra connecté.

Je n'ai pas fermé l'œil de la nuit, je n'ai de cesse de retourner dans ma tête cette scène entre nous, non pas une dispute, mais plutôt un moment fou où je ne sais par quel hasard, nos bouches se sont trouvées l'une et l'autre. Tu sais mon dégoût profond pour les trucs homos entre mecs ou filles, enfin, jusqu'à cette soirée où toi et moi…

Je ne sais pas pourquoi tu m'as proposé de rester dormir, j'aurais pu rentrer chez moi, mais voilà, j'ai dit : « oui, t'es sympa », je t'ai fait un bisou de copine sur le front, peut être, avais-tu déjà échafaudé un plan pour me séduire, un traquenard pour me convertir à ta religion "goudou"... ?

Je n'ai rien vu venir, je sais, je suis blonde, mais cela n'excuse pas tout, on avait juste bu quelques bières et je ne me sentais pas saoule, alors après la douche, je n'avais pas de pyjama et je t'ai demandé de m'en passer un..., et tu m'as répondu : « pas la peine, je n'en porte jamais, alors pourquoi je t'en passerais un ? ». Seulement, je t'ai demandé de te coucher et d'éteindre la lumière car je ne voulais me montrer toute nue devant toi, même si t'étais ma copine préférée... Je me suis mise dans le lit et j'ai tout fait pour ne pas me coller contre toi, bref toi, tu t'es penchée sur moi et tu m'as fait un bisou près de la bouche. Sur le coup, j'ai pensé que dans l'obscurité…, un peu pour t'excuser, quoi et pour me rassurer moi...

On a papoté un bon moment encore, des âneries d'ados, quoi, des plans sur la comète, sur ce que nous serions dans dix ans, si nous trouverions un boulot, si nous serions mariée, avec des mômes..., puis j'ai du te zapper, car je me rappelle plus si tu m'avais répondu..., moi, je n'étais plus là..., enfin si, près de toi, nue comme un ver – une première pour moi qui ne couche jamais à poil, de toute façon ma mère serait outrée si je couchais toute nue, même seule, elle imaginerait certainement des trucs sexuels qu'on fait toute seule dans son lit, la pauvre si elle savait qu'il y a bien longtemps que mes mains on trouvé le chemin de mon plaisir solitaire. Tu le sais, toi Charline, car nous nous disons tout, même nos petites manies sexuelles..., enfin, j'avais cru qu'on se disait tout...

Je n'arrive pas à enlever de ma tête le moment où j'ai ouvert les yeux et que j'ai senti ta bouche sur la mienne et tes doigts dans ma chatte ruisselante, depuis combien de temps me masturbais-tu, cochonne, avais-tu léché tes doigts couverts de ma mouille ? Quoi qu'il en soit, je n'ai pas refusé ta langue dans ma bouche et je n'ai pas non plus ressenti de dégoût quand tes doigts humides de ma mouille ont joué avec mes tétons durs comme du silex..., non je n'ai pas été dégoûtée, j'ai ADORÉ, oui ADORÉ que tu abuses de moi jusqu'au lever du jour, toute cette douceur..., jamais je n'avais eu autant de plaisir, même lors de mes tripotages nocturnes...

J'ai aussi aimé le petit déjeuner, toutes nues, à la cuisine, j'ai aimé tes petites intentions toutes pleines de douceur et d'amour pour moi..., c'est mon portable qui a mis fin à ce rêve de Cendrillon..., mère l'oie voulait que sa petite regagne le nid et fissa...

Et puis, ce dernier baiser dans l'entrée et ta main sur mes seins, j'ai senti ma culotte devenir moite et, en chemin, je n'ai fait que penser à nous..., tu te rends compte, je dis « à nous », comme si on avait vraiment "baisé" ensemble, alors que nous avons juste flirté, enfin, tu m'as séduite, vilaine fille, mais maintenant, avec le recul, vient le temps des remords...

J'ai tellement de questions qui me tenaillent, tellement de remords et, à la fois, tellement envie de recommencer, oui recommencer, moi qui déteste les goudous...
J'ai même été jusqu'à regarder des vidéos de lesbiennes pour comprendre, oui je sais, tu vas encore dire que je fais ma petite intello, que veux-tu, c'est tout moi ça, je veux savoir le pourquoi du comment, bref mise à part me faire comprendre les trucs sexuels qu'e nous pourrions faire toutes les deux et me faire, je l'avoue mouiller abondamment ma culotte. J'ai bien compris que les possibilités de bonheur étaient infinies, bien plus que le nombre de nos doigts...

Je me suis engueulée avec ma mère comme d'hab, parce j'étais restée coucher chez toi, tu sais bien, la boisson, la fumette, les conneries habituelles, bref, je n'ai pas osé lui dire que j'avais fait pire que ça…, j'avais couché à poil avec une fille et que nous avions joui ensemble, comme jamais elle n'avait dû jouir sur la bite de mon père…, alors, je me suis enfermée dans ma chambre pour écrire cette lettre qui, j'espère, ne sera pas la dernière…, mais la première d'une longue histoire d'amour. Peut-être même, y aura-t-il assez de lettres pour en faire un livre..., moi, je suis prête pour aller au-delà des bisous et des doigtages, après ce que j'ai vu, je veux vraiment connaître le bonheur dans tes bras.

Je suis sincère, j'espère que toi aussi tu l'es, car je n'ai pas pour habitude de me donner ainsi juste pour une nuit, alors soit tu jettes cette lettre et tu m'envoie un SMS et tu me dis : « lâche-moi la grappe », sinon, appelle-moi ce soir vers 22 heures pour que ta voix m'enlace de nouveau et me rappelle cette première nuit de douceur dans tes bras, ma belle et douce Charline.

Laura ton amie convertie au culte "goudou"

PS : J'ai oublié de t'embrasser, ma jolie coquine, où ai-je la tête ?

Mecnu


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 22:48 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 23:15 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

En effet, cette lettre pourrait servir de préambule à une belle histoire d'amour !

Mais, où est l'inceste ?
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Ven 17 Juil - 15:49 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

effectivement Redflag, cette lettre est délicieuse de sensualité, mais il ne manque plus que l'inceste....
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 17 Juil - 21:50 (2015)    Sujet du message: lettre à charline Répondre en citant

Okay  C'est la premiere lettre d'une histoire entre deux ados je ne vais pas dévoiler de suite pourquoi Charline a des attirances pour les ados de son age..........peut être que sa maman y est pour quelque chose.............
Voilà j'espère avoir des lecteurs pour faire une suite dignement incestueuse.........et bandante .


A plus, Mecnu.


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Ven 17 Juil - 23:47 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

alors n'hésite pas à continuer ton histoire mecnu...
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Sam 18 Juil - 23:17 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 2


Trois jours plus tard..., 11h30 :

SMS de Charline : < Laura, j'ai adoré ta lettre, c'est une folie, mais j'ai trop kiffé, je t'envoie la mienne et je rappelle ce soir, promis ! Kiss sur ton nez.>

Ma petite ingénue, ma Laura,

Bienvenue au temple du culte de Sapho, ma belle, j'avoue être bien surprise par ton courrier, effectivement, j'ai comme toi, choisi ce moyen ridicule, mais oh combien excitant de la lettre. Tu as raison, toi l'intello, c'est mieux que le SMS, plus sensuel et aussi plus excitant de coucher des mots sur le papier, entendre le stylo crisser et voir ainsi les mots telles des caresses sortir de ma tête et aller jusqu'à toi pour semer le trouble dans ton petit cœur de midinette. Non, ma belle, je ne me moque pas de toi, longtemps, j'ai espéré ce moment tu sais, je sentais en toi et puis aux tournures de nos conversations sur nos pratiques sexuelles de chacune que tu n'avais que peu d'expérience dans le domaine de l'Amour, pour les hommes ou les femmes...

Bien que toi aussi, tu m'aies avoué que tu te masturbais chaque soir, voire plusieurs fois même – ça m'excite beaucoup, tu sais, rien que de l'écrire – tu ne m'aies jamais confié, contrairement à moi, que tu pensais, toi aussi, à des filles, voire à des femmes...

Moi, depuis que ma mère est divorcée, les choses sont différentes, tu sais, ma mère t'aime beaucoup, tu sais, et moi, il y a déjà longtemps que je pense à toi chaque soir, voire à chacune de mes masturbations, c'est vers toi que mes pensées folles se figent... Elle me laisse libre de mes fréquentations, enfin elle me le fait croire, car elle t'a à la bonne, elle me l'a encore dit ce matin quand je lui ai dit que nous nous étions câlinées toutes les deux... Ne t'inquiète pas, ma mère est très ouverte côté sexe, nous aurons, toi et moi, du temps, si tu veux, pour en parler..., j'ai quelques secrets intimes à te confier et à ne pas divulguer, j'ai besoin de toute ta confiance pour ça.

Laura, ta lettre me touche au plus profond de moi, je t'avoue que cette nuit, cette première nuit avec toi, je me suis retenue – pour ne pas te faire peur, j'avais très peur que tu me repousses, que tu me gifles, que tu partes au milieu de la nuit en me traitant de sale gouine... –, mais quand j'ai enfin compris que lorsque ma bouche a touché la tienne, tu as laissé ma langue entrer et jouer avec la tienne, un peu maladroite, j'ai senti que c'était ton premier vrai baiser d'Amour..., moi je l'ai ressenti ainsi, ma belle, j'ai senti ton corps se tendre et frissonner, ta petite fente devenir moite quand j'ai osé y mettre lentement un doigt... J'aurais tellement voulu te boire, te manger, te déguster comme un dessert, comme un fruit défendu, mais combien attirant… C'est dingue, comme le fait d'écrire est excitant, je ne sais pas si toi, quand tu me liras, tu auras cette sensation, si c'est le cas, dis-moi que tu t'es caressée de me lire, j'en serais heureuse. ) .

Tu as comblé mes envies et, surtout, réveillé en moi la petite coquine ado qui est tombée amoureuse de sa meilleur amie..., sa meilleure amante. J'espère faire de toi une fidèle au culte "goudou", comme tu le dis dans ta lettre, tu sais, ce n'est pas une maladie, c'est juste un sentiment différent de celui des autres et puis, ce que les autres pensent, tu sais, comme ma mère dit : « vis ta vie et ne vis pas le vie des autres ».

Je t'ai envoyé un SMS, je n'ai pas osé m'étendre, car au cas où ta mère tomberait dessus, je ne sais pas si elle pourrait comprendre que sa fille aime une autre fille..., tu sais que chez moi, il n'y a pas de soucis, nous pouvons coucher ensemble comme nous l’avons fait l'autre soir. J'ai très envie de le refaire et j'espère que, toi aussi, tu en aies envie, l'Amour, ça se partage et j'ai envie que nous partagions plein de belles nuits toi et moi. J'ai encore le goût de tes lèvres sur moi, j'ai encore la douceur de ta peau sous mes doigts, la fermeté de tes jolis petits seins, dans le creux de mes mains d'exploratrice et le goût de ton miel quand j'ai sucé mon doigt… J'ai une folle envie de me caresser en pensant à toi, Laura, je ne vais pas te mentir, j'ai envie, très envie de jouir et de penser à nos corps l'un contre l'autre lors de notre première nuit...

Je t'aime Laura et j'ai de nouveau hâte de te lire...

Bisous sur ta bouche, ma belle.

Ta Charline

Mecnu


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Ven 24 Juil - 15:50 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

La suite, la suite, la suite !!

Ne nous fais pas languir plus longtemps mecnu... stp
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Sam 25 Juil - 22:56 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Razz Voilà, voilà, petit gourmand...

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 3


SMS de Charline à Laura : Kiss, téseule ?
SMS de Laura à Charline : Oui, mon amante, ouiiiiiiiiiiiiii !

Sonnerie portable de Laura :

« Allo ? Charline ?
– Oui c'est moi petite "goudou d'Amour", ça va, ma douce ? T'as pensé à moi ?
– Hum, je me suis cloitrée dans ma chambre, ma chérie, on peut parler librement, hum oui, j'ai trop pensé à toi, tu sais, j'ai hâte de recevoir ta lettre pour me caresser en la lisant...
–: Ho jolie petite innocente aux doigts gluants de mouille, moi aussi j'ai pensé à toi car tu affoles mon cœur, ma belle, tu sais, je repense sans cesse à notre nuit, trop courte, hélas…
– Je te promets que la prochaine fois tu pourras me lécher et me faire jouir comme ta petite chienne dévouée, oui je serai tienne, je t'offrirai mon pucelage et ma rondelle si tu la veux, j'ai regardé des films de lesbiennes et je me suis beaucoup tripotée en imaginant tes doigts sur moi…
– Hum, arrête de me parler comme ça, tu vas me faire mouiller moi aussi, petite garce d'Amour, hummm, tu materas des films de lesbiennes avec moi la prochaine fois dans ma chambre et on se lèchera, oui ! Oui ! Partout petite vicieuse je vois que tu apprends vite et aussi sans moi…
– Oh ! Ma Charline, tu sais je pense à toi, même devant des films de "gouines", c'est toi que je vois, c'est nous que j'imagine ainsi, bouche contre bouche, goûtant nos salives, la partageant voracement comme des assoiffées de sexe, oui même les choses audacieuses, j'aimerais les découvrir avec toi, ma jolie maitresse d'Amour, mon amante délicieuse....
– Ha ! Tais-toi, petite impertinente, tu m'excites là et tu me donnes envie de "baiser" avec toi, ma belle ingénue, hummm, des choses audacieuses ? Mais encore ? Raconte-moi, vilaine petite branleuse..., hummm ! Je suis nue, ce soir, toute nue dans mon lit et j'ai envie de me caresser avec toi, envie de te faire entendre quand je jouis, de t'entendre murmurer des choses inavouables à mon oreille..., mets-toi nue avec moi, on va se faire l'amour… !
– Je suis nue aussi, je me suis enfermée, au cas où ma mère viendrait, je vais essayer de ne pas crier en jouissant, mais c'est dur, avec toi, de ne pas jouir violemment sous tes coups de langue ou avec tes doigts curieux de découvrir mon petit corps d'innocente et puis, je dois faire attention de ne pas parler trop fort..., tu ne veux pas qu'on se connecte sur Skype, comme ça on pourra se mater à poil, comme des amantes et se donner encore plus envie… ?
– Ho, voilà enfin une proposition audacieuse comme je les aime, hummm ! Je suis impatiente de te voir nue, ma belle, oui impatiente de voir tes petits seins, ta bouche si bien dessinée et ton petit bout de langue que je devine et imagine sur mon bouton en fusion..., ok, on va sur Skype et on se fait jouir ensemble et puis, c'est mieux qu'au téléphone, car je n'ai qu'une main de libre pour me doigter petite "salope d'Amour" !
– Ok je raccroche et à tout de suite sur Skype, ma belle amante..., tu me manques déjà... ! »

Quelques minutes plus tard, sur le site Skype, nos deux petites ados se retrouvent.

« Hummm, Laura, tu es encore plus belle que dans mes rêves, ma chatte..., oui, montre tes jolis petits nénés d'amour... !
– Hummm, toi aussi, Charline, tu es belle et excitante ce soir, c'est mieux que de rester cachée sous les draps, hi hi, tu es magnifique, j'adore tes seins et je me rappelle leur douceur sous mes doigts…, comme c'est excitant de se faire ça en cachette de nos parents... !
– Montre ta minette qui mouille, ma chérie, montre comment tu te tripotes bien, salope, quand t'es seule et que tu penses à moi..., à nous…, montre-moi, oui... ! ».

Laura se met devant sa caméra pour exhiber, en gros plan, sa petite fente couverte d'un léger duvet blond, elle ouvre avec ses doigts ses lèvres pour montrer à Charline la brillance de son sexe déjà trempé par ses caresses solitaires..., elle pose son PC portable au bout de son lit et, ainsi, offre à Charline la vue de son corps nu, jambes ouvertes et une main sur ses seins. Elle titille avec délice la pointe de ses seins, l'un après l'autre... Charline, elle, offre le gros plan de sa bouche en cœur, singeant la délectation folle des bouts de tétons de son ado préférée..., elle lui montre aussi ses doigts humides et les porte à sa bouche... Laura en fait de même, imitant au mieux sa copine.

« Hum Laura, petite salope, j'aime ta façon de te doigter, tu sais tu m'excites grave, ce soir, j'ai très envie de toi, très envie que tu reviennes passer la nuit dans mon lit, voire le week-end, comme des amoureuses, hummm, je jouis déjà ma belle, c'est si bon de te voir ainsi offerte… !
– Ho oui, oui, jouis, ma belle maitresse, oui, oui, passer un week-end de rêve dans tes bras..., hummm, j'en ai trop envie, notre première nuit m'a trop mise en chaleur de toi, ma salope…, .oh excuse-moi, j'ai pas voulu dire ça, Charline... !
– Hummm, ce n'est pas grave, tu sais je t'en apprendrais d'autres, des mots d'amour qu'on se murmure entre filles quand on gouine..., hummm, c'est divin, mais ça donne encore plus envie de toi, là maintenant, dans mon lit... ! »

Après plus de trois heures de bavardage sexuel et de caresses mutuelles, de multiples jouissances, l'une et l'autre, très fatiguées et les yeux cernés, elles décident de mettre fin à leur petite séance de branlettes entre copines, se promettant bien sûr de le faire, si possible, chaque soir.

Un dernier baiser face à la webcam et les deux garces se quittent enfin des yeux..., mais après, leurs doigts courent encore sur leur sexe pour un dernier sursaut de plaisir avant de s'endormir, nues, sur le lit..., épuisées par leur voracité sexuelle.

Mecnu


Revenir en haut
MSN
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Lun 27 Juil - 11:17 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

toujours aussi excitant.... mais c'est vrai qu'un "ptit bout d'inceste" serait quand même pas mal ?
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Ven 7 Aoû - 22:53 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Lettres à Charline

Chapitre 4


La lettre de Charline arrive chez Laura quelques jours plus tard, heureusement que sa mère, d'habitude si curieuse, ne l'ai point ouverte, eh oui, la mère de Laura est comme ça, toujours à la recherche de la petite bête, chose qui dérange de plus en plus notre ado qui estime vouloir garder un peu d'intimité, voire de secret sur sa sexualité, voire son attirance pour sa copine Charline. Dans sa chambre, allongée sur son lit, Laura lit et relit sa lettre pour la première fois, son cœur s'agite comme jamais dans sa poitrine, ses seins lui font mal, sa petite chatte coule et tache sa culotte, qu'elle retire aussitôt pour se masturber en embrassant la lettre et en sentant le parfum de Charline, elle atteint très vite l'orgasme en retenant un cri pour ne pas éveiller les soupçons de sa mère trop curieuse, puis prend son portable et tapote un SMS pour Charline.

SMS de Laura : Greçu jekiff tro kiss

Quelques minutes d'attente, puis le bip du téléphone de Laura se fait entendre...

SMS de Charline : Césibcere téseule ?
SMS de Laura : no ma mer élà
SMS de Charline : Ok je vois avec la mienne kiss
SMS de Laura : ??? koi ta m'R ?

Laura entend le téléphone de la maison qui sonne, puis la voix de sa mère qui répond..., puis on frappe à sa porte :

« Laura, tu es dispo pour aider ta copine Charline à faire son exposé d'histoire ?
– Entre maman ! Ce n'est pas fermé ! Quoi, Charline a besoin de moi, je rêve ? Dit Laura, faisant emblant d’être outrée.
– Sa mère dit que si tu veux, tu peux souper chez elle et rester dormir, demain c'est samedi, après tout... !
– Ok, dis-lui que j'arrive, je prépare une trousse de toilettes et du linge et tu m'emmènes avec ta voiture, il est tard déjà !
– Allo ? Oui Murielle ? Oui bon, je vais la descendre chez vous avec ma voiture, nous sommes là dans dix minutes, oui c'est gentil, oui bien sûr, juste cinq minutes, alors je ne voudrais pas déranger, ok, à tout de suite alors, bonsoir !
– Je suis prête maman, c'est qui, Murielle ? La mère de Charline ?
– Oui, elle veut que je reste boire l'apéritif avec elle, histoire de faire connaissance, vu que vous êtes collées l'une à l'autre du matin au soir d'après elle..., j'espère qu'elle est sérieuse, cette Charline ?
– Maman, arrête, tu es chiante, tu sais, laisse-moi respirer un peu, on ne fait rien de mal, non, on s'aide juste et puis, c'est une gentille fille, en effet, je l'aime beaucoup, tu sais... ?
– Bon attends, je me recoiffe, je me parfume…, tu crois que je dois apporter quelque chose ?
– Maman, ce n'est pas un rendez vous galant, c'est elle qui t'invite, tu viens les mains vides, après tu verras si tu lui rends son invite, après tout, Charline pourrait venir dormir ici de temps en temps, non ?
– Et n'en profite pas pour te dévergonder, ok ? Il y a longtemps qu'on ne m'a pas invitée...
– Normal, tu imagines toujours des trucs sur les gens, depuis que papa est parti avec sa comptable…, tu devrais sortir de temps en temps…, avoir des copines..., bon, on y va ? »

Elles montent dans la voiture, la mère de Laura allume la radio, puis démarre, Laura cherche une station de musique jeune, elle zappe, comme avec la télé, pour ne pas montrer combien Charline est imaginative quand il s'agit de trouver un plan pour coucher ensemble, heureusement, elle n’a pas remis sa culotte et elle sent encore sa petite chatte humide qui la démange...

« Laura arrête avec cette radio, on n'en a que pour dix minutes à peine…
– Ok, mais t'écoute vraiment n'importe quoi à la radio, maman... ! »

La mère ne répond pas, voulant éviter de se disputer une fois de plus avec sa fille, il est vrai que Laura n'a pas tort en disant qu'elle est devenue une aigrie de la vie..., pas de copines, pas de soirée, juste boulot, métro, dodo…, bref, un apéro lui fera le plus grand bien, après tout.
Arrivées devant la maison de Charline et Murielle, le portail électrique s'ouvre, elle rentre la voiture, puis se gare au pied de l'escalier de l'entrée, Charline est déjà là pour accueillir son amie et sa mère, elle embrasse Laura, puis aussi sa mère :

« Charline, je te présente ma mère, Agnès, maman, Charline, ma copine...
– Enchantée Madame, ma mère est dans la cuisine, entrez, entrez...
.. Maman, elles sont arrivées, je monte avec Laura, tu nous appelles pour diner ! »

Les deux ados partent main dans la main dans l'escalier, Murielle arrive en s'essuyant les mains dans un torchon, elle fait deux bises à Agnès qui rougit comme une petite fille....

« Moi, c'est Murielle et toi, Agnès, c'est ça, si j'ai bien entendu...
.. Entre, installe-toi, on se tutoie, non après tout, on ne va pas faire de chichi entre nous... ! »

Murielle retire son tablier et pose son torchon, elle porte une robe courte très légère avec un joli décolleté sur une poitrine généreuse. Agnès, elle, porte un jeans moulant et un débardeur. Murielle invite Agnès à s'assoir dans le salon et apporte un plateau d'amuse-bouches et demande ce qu'Agnès veut boire ?
Les filles, quant à elles, sont déjà nues, enlacées, sur le lit, la bouche soudée et les mains qui s'affolent sur leurs corps de jeunes filles...

« Hummmm, Charline, mon Amour ta lettre m'a vachement excitée, je me suis masturbée trois fois en la lisant…, touche, je coule encore, t'as vu, j'ai même pas remis ma culotte... !
– Salope, tu me manquais comme jamais, tu as vu comme j'ai réussi à faire que nos mères fassent connaissance et qu'on se gouine pour la nuit… !
– Hum, oui, très bonne ton idée de faire sortir un peu ma mère, la pauvre, depuis que mon vieux est parti, elle se renferme comme une huître, heureusement qu'elle ne sait pas pour nous sinon…, on va devoir trouver des plans diaboliques pour s'aimer, hi hi !
.. Hummm, oui, oui, lèche-moi cochonne, ah, tu sais me prendre, toi… !
– Hum, ne t'inquiètes pas, ma mère saura calmer ta mère, crois-moi, elle est douée, elle aussi, avec les femmes... !
– Humm, arrête, ne me dis pas que ta mère est..., lesbienne ?
– Oui, lesbienne et incestueuse aussi, elle m'a tout appris en amour entre filles... !
– Quoi, toi et ta mère..., vous…, vous…, baisez ensemble ? »

En guise de réponse, Charline plonge sa tête entre les cuisses ouvertes de Laura pour lui enfoncer la langue au plus profond de sa vulve, lui pincer le clito entre ses doigts et lui faire avoir un nouvel orgasme...

Mecnu


Revenir en haut
MSN
be_atrice


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2015
Messages: 13
Localisation: centre

MessagePosté le: Dim 16 Aoû - 17:41 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Ca prend tournure et pour ne rien gâter le style est toujours aussi frais et plaisant à lire. La suite promet un excitant crescendo...J'ai hâte et ne suis sûrement pas la seule.
_________________
Une journée sans jouir est une journée perdue


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 20 Aoû - 22:17 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Pour mes lectrices et lecteurs voici la suite...

Corrigé par Redflag

Lettre à Charline

Chapitre 5


« Tu as un truc léger, j'ai perdu l'habitude de boire depuis que je vis seule avec Laura, je sors très peu..., et toi, comment se passe ton célibat avec Charline ? Demande Agnès.
– Alors, j'ai de la bière, du porto ou de la sangria ramenée d'Espagne par une copine... Lui répond Murielle.
.. Moi, mon célibat, je l'ai voulu, tu comprends, je ne suis pas une femme à homme, moi, je suis une solitaire, une célibataire sûrement trop chiante pour trouver chaussure à son pied, comme on dit... !
– Je veux bien goûter la sangria, ça me rappellera mes vacances d'il y a deux ans... !
.. Moi, j'ai divorcé, mon mari couchait avec sa secrétaire, je l'ai appris et je n'ai pas pardonné cet écart... !
.. Depuis, je suis totale "as been" et puis, il y a Laura qui me pourrit la vie…, quoique depuis quelques semaines, elle est devenue plus calme, peut-être amoureuse…, je ne sais pas…, et toi ?
– Hum, tu sais, moi les hommes, je ne les aime plus depuis longtemps, nous ne sommes pas faits pour vivre ensemble, ils sont trop... Répond Murielle.
.. Bref à la nôtre, tu es charmante et permets- moi de te dire que tu ne manques pas d'atouts pour faire chavirer les cœurs... !
– À la nôtre, alors..., humm, délicieuse cette sangria..., euh, quand tu dis que tu n'aimes plus les hommes depuis longtemps..., c'est combien de temps et puis, tu fais comment quand tu ressens..., enfin, tu me comprends, non ? Demande Agnès.
– Ben, comme tout le monde, ma belle, comme tout le monde, je me masturbe…, comme ta fille, comme ma fille, comme nous toutes, c'est une maladie, Agnès... ! »

Murielle prend la main d'Agnès avec douceur et sensualité, c'est évident que Murielle est tombée sous le charme de la mère de Laura et puis, comme Charline raconte tout à sa mère, elle sait bien qu'Agnès manque cruellement d'amour depuis son divorce… L'alcool aidant, Agnès prend ce geste pour un témoignage d'amitié et se laisse tendrement prendre la main, elle aime bien cette main sur la sienne, cette chaleur qu'elle lui apporte et qui monte en elle jusqu'à ses joues, cette tendresse qui lui manque et que cette simple main lui apporte..., et puis la main se fait plus curieuse, glisse sur sa cuisse, Murielle se rapproche pour, maintenant, se coller contre elle, sa cuisse dénudée contre son jeans. Agnès peut même voir que Murielle ne porte pas de soutien-gorge, elle rougit un peu plus encore car ses yeux sont comme rivés sur ses tétons bruns tendus sur le tissu, elle voudrait penser à autre chose, mais rien n'y fait, elle prend son verre et le vide d'un trait, comme pour justifier sa gêne.
Murielle lui sourit, fine stratège, elle ne veut rien précipiter, elle veut prendre le temps de la faire mariner, connaissant le manque d'amour d'Agnès..., ne pas se précipiter, voilà, prendre son temps pour ne pas tout gâcher...

« Tu veux un autre verre ? Ҫa va ? Tu as chaud ? Demande Murielle.
– Hum elle est délicieuse, mais je n'ai pas l'habitude de boire, mais je veux bien encore une larme, hi hi ou un doigt, comme on dit… ! Répond Agnès.
– Hum, tu sais, si tu te sens un peu paf, tu peux rester ici dormir, je te ferai une place dans mon lit, mais on va dîner, cela ira bien mieux… !
– Les filles sont bien sages, on ne les entend pas, elles doivent travailler, les pauvres, pendant que les mamans picolent... Constate Agnès.
.. Je pourrais avoir honte, mais non, tu sais il y a des lustres que je n'ai pas pris l'apéritif hors de chez moi…, enfin, je veux dire avec une personne…, une jolie personne en plus... !
– Hum, merci pour la jolie personne…, appelle-la, Murielle, cette jolie nana... ! (En disant cela, Murielle se colle contre Agnès et pose sa tête sur son épaule).
– Heuuu..., Murielle..., je crois que je suis soûle… !
– Mais non, juste que tu es heureuse d'être avec une jolie fille qui est aux petits soins pour toi..., allez, je mets une assiette de plus, tu restes dîner avec nous et puis après, on avisera…, tu viens m'aider ou tu cuves ta sangria ?
– Heu, je ne suis pas soûle, juste que j'ai hyper chaud et que, en effet, je me sens bien…, je suis en paix…, tu…, tu…
– Tu, tu…, chutttt ! Tu vas dire des bêtises, lève-toi et marche, Agnès ! »

Murielle aide un peu Agnès, elle en profite pour la prendre par les hanches et sentir son corps contre le sien…, si elle ne se retenait pas, elle se coucherait sur elle pour l'embrasser goulûment..., lui mettre la langue, goûter sa salive…. mais ne s'est elle pas jurée d'y aller en douceur..., de retenir cette folle envie de faire l'amour à cette jolie femme et, en plus, libre...

Dans la cuisine, Agnès semble reprendre pied, elle est toujours aussi rouge, mais elle aide Murielle de son mieux, met la table, les couverts, puis les filles arrivent en riant bruyamment et s'installent côte à côte, main dans la main, uniquement vêtues d'un long tee-shirt. Laura demande à sa mère si elle va bien, car elle remarque que celle-ci est toute rouge, Agnès la rassure en lui avouant que Murielle l’a forcée à boire plus que de raison pour abuser d'elle, ce qui lui vaut une claque sur les fesses de la part de cette dernière... Toutes les 4 se mettent à rire joyeusement avant de s'attabler pour le repas, Charline glissant sa main sous la table pour caresser la cuisse de Laura qui rougit à son tour.

Agnès remarque la tenue de sa fille et lui demande ce qu'elle a fait de son pyjama, cette dernière, rougissante, répond qu'elle a juste pris le bas et pas le haut et que Charline lui a prêté un long tee-shirt pour l'occasion.
Murielle coupe court à la polémique en posant une jolie salade composée et commence à servir sa tablée… Penchée en avant, elle exhibe, par l'échancrure de son décolleté, sa poitrine généreuse aux yeux de sa fille et de ses deux invitées. Charline a remis sa main sur la cuisse de sa copine et Murielle demande à Agnès si elle va mieux, après quelques bouchées de cette délicieuse salade et déplace sa jambe contre celle d'Agnès pour ressentir, encore une fois, la douceur de sa peau...

« Maman ça va mieux ? Tu n’vas pas renter avec la voiture comme ça... ? Demande Laura.
– Non, rassure-toi, ma belle, je vais lui faire une petite place dans mon lit, je ne voudrais pas être responsable d'un accident ! »

Charline attrape plus fort la cuisse de Laura et remonte entre ses cuisses pour lui caresser l'entrée de sa fentine toute mouillée...

« Heu ça va ! Ça va ! Je vais finalement accepter cette proposition malhonnête de coucher avec ta maman, Charline…, toi tu as ma fille, et moi, ta maman, hi hi, buvons à notre soirée pyjama ! Répond Agnès.
– Oui tu as raison, je vais ouvrir une bouteille de vin pour le fromage et fêter nos délicieuses et merveilleuses hôtes ! »

Laura pose sa main sur celle de Charline et ouvre un peu plus les cuisses pour guider ses doigts sur sa chatte ouverte..., cette dernière en profite pour satisfaire au désir de sa copine.
Murielle sert un verre à Agnès, puis s'en verse aussi et lève son verre pour trinquer avec tout le monde :

« À la nôtre, les filles et à notre nouvelle amitié, enfin en ce qui me concerne, car vous les filles, vous êtes ensemble depuis un moment..., voir très proches, je trouve... !
– Comment ça, très proches ? Demande Agnès.
– Heu, rassure-toi, Agnès, je veux juste dire, très bonnes copines, quoique très complices, en plus, elles sont sages comme des images, nos petites chéries !
.. Regarde comme elles sont devenues jolies..., des petites nanas... !
– Excusez-moi, je ne devrais plus boire, je crois…, hum, oui, elles sont très belles..., et si heureuses ensemble..., si amoureuses... ! Constate Agnès.
– Mamannnn !
– Allons, ma douce, (elle lui prend la main avec tendresse) tu es ici chez toi et tu restes dormir, donc pas de problèmes ! (Elle passe sa main sur sa joue).
.. Qui veut une douceur, enfin, je veux dire, un dessert ? »

La petite troupe crie joyeusement un « MOI », en levant son assiette comme à la cantine..., aussitôt le dessert avalé, les filles embrassent leur maman respective, puis filent joyeusement dans la chambre de Charline... Agnès remarque que sa fille ne porte pas de culotte, car son tee-shirt se soulève quand elle court...

« Murielle, je suis soûle…, ma fille et ta fille n’ont pas de culotte… !
– Dis-moi, tu n’as jamais été ado ? Tu n'as jamais joué à touche-pipi avec une copine ? (Elle lui prend de nouveau la main et la pose sur sa cuisse nue).
– Heu, si, mais on n’aurait jamais osé montrer nos culs nus aux parents ou à des visiteurs... !
– Allons, ma chérie, c'est plus pareil, on est bien plus libre aujourd'hui et puis si, après tout, elles ont le droit de découvrir leur corps..., on l'a fait, nous aussi, non ?
.. Tu veux un café ?
– Hum, oui, un café..., un grand, bien tassé…, quand-même, savoir que ma fille dort nue avec la tienne..., et si elles se font l'amour ?
– Il est où le problème ? Tu es jalouse ? Moi, je préfère la savoir ici, en train de se gouiner avec ta fille, que de me faire du souci à la savoir dehors avec des garçons, à boire et à fumer…, à faire je ne sais quelle connerie... !
– Se gouiner ? Toi, tu me caches des choses..., ça dure depuis combien de temps entre elles ?
– Je ne te cache rien, je constate que Charline a changé et que ta fille est sans cesse avec elle, oui, elles s'enferment dans sa chambre et alors..., laissons- les faire leur vie, tu sais, moi, on m'a empêchée de vivre ma vie sexuelle, aujourd'hui, je suis comme toi tu vois, divorcée et seule..., à passer mes soirées devant la télé ou mon ordi et à me tripoter dans mon lit…
– Tu…, tu..., tu..., te tripotes..., c'était quoi, ta vie sexuelle, avec ton mari ?
.. Moi, après mon accouchement, je n'avais plus envie de lui, c'est pour ça qu'il a baisé avec sa secrétaire... ! (Elle se penche contre Murielle et pose sa tête sur son épaule).
.. Moi aussi, je me caresse dans mon lit...
– Moi, ma vie sexuelle…, j'aurais aimé vivre avec une femme, mais c'était mal vu, alors je me suis dis que, finalement, je ne devais pas être normale..., mais comme toi, après mon accouchement, je ne pouvais plus supporter qu'un homme me touche... !
.. Je suis devenue lesbienne et heureuse de l'être... ! (Elle pose ses lèvres sur celles d'Agnès).
– Mais qu'est-ce que tu fais..., hoo...., Murielle..., que…, que..., hum..., tu abuses de mon ivresse… ! »

Murielle prend la main d'Agnès et l'emmène vers le canapé, elles s'assoient, Agnès sirote son café et regarde l'écran de veille de l'ordi de Murielle, puis se fige quand elle voit Murielle seins nus sur une plage avec Charline, seins nus aussi...

« Dis donc, tes photos sont coquines, en plus, ta fille fait du topless comme toi..., j'espère que tu t'arrêtes aux seins nus…, hi, hi, je rigole, mais tu es très belle et Charline aussi... !
– Merci du compliment, j'aime bien la liberté, avec ma fille, on aime bien, parfois, on se met toutes nues, c'est génial..., et puis, avec ma fille, nous sommes fusionnelles, nous partageons tout, nous ne nous cachons rien..., et toi, avec Laura ?
– Ah oui ? J'adorerais être aussi intime avec ma fille, tu sais, peut-être, je ne sais pas m'y prendre avec elle, c'est pour ça qu'elle aime venir chez toi...,je suis une mère indigne…, je n'oserais pas me mettre nue devant ma fille... »


Murielle pose sa main sur la cuisse d'Agnès :

« Allons, ma belle, ne raconte pas de bêtises, tu es une bonne mère, sinon ta fille serait allée vivre avec son père, voyons, ensuite elle devient ado et elle a des questions qu'elle préfère discuter avec moi, rien de bien grave, elle est amoureuse, ce n'est pas une tare… ! »

Agnès prend la main de Murielle pour l'embrasser :

« Tu es vraiment une femme merveilleuse, je bois tes paroles comme une petite fille…, tu me rends idiote !
.. Je ne vois même pas ma fille grandir et être amoureuse..., amoureuse de qui, de Charline !
– Chut ! C'est son secret, alors laisse-la trouver la force de t'en parler, ce n'est pas à moi de la trahir, sinon elle ne me ferait plus jamais confiance ! »


Murielle pose alors sa bouche doucement sur la bouche d'Agnès qui se laisse faire.
Elle appuie un peu plus son baiser, puis introduit sa langue dans la bouche qui s'offre à elle sans beaucoup de résistance, elle sait qu'elle abuse de sa nouvelle amie qui est un peu grisée par l'alcool, mais avant que son effet ne se dissipe, elle doit en profiter pour faire d'elle sa nouvelle proie, car après la mère, elle aimerait bien avoir la fille…, la belle Laura...

Agnès est sous le charme car elle ouvre sa bouche et entrouvre les jambes pour sentir la main curieuse de Murielle glisser sur son ventre nu et dégrafer la ceinture de son jeans un peu large. Il y a longtemps que personne n'avait troublé le corps d'Agnès, sauf elle-même, en cachette, le soir dans son lit où, enfin, elle pouvait libérer ses fantasmes érotiques..., c'est pour ça que cette main, elle ne voulait surtout pas l'empêcher d'aller plus loin...

Murielle déboutonne le pantalon, puis glisse sa main sur ce chaud et doux tissu qui cache encore le petit écrin tant convoité, elle sent le souffle de son amie devenir plus rapide et aussi sa main qui se pose sur la sienne pour la guider vers son intimité, elle se lève du canapé, puis glisse son pantalon à ses chevilles. Agnès est en culotte de dentelle blanche, elle vient s'assoir sur les cuisses de Murielle et lui tend sa bouche à nouveau, pour avoir un baiser et sentir la main de son amie entre ses cuisses chaudes, elle sent qu'elle écarte sa culotte et dès que ses doigts se posent sur son sexe, elle pousse un gémissement de plaisir et jouit…, oui, son plaisir n'a pas pu attendre, tellement cet instant la trouble... Agnès colle sa bouche sur celle de Murielle, elle lui caresse son visage..., se libère…, les yeux pleins de larmes...

« Ho Murielle, tu me rends folle, je viens de jouir comme une gamine... !
– Chuuuut… ! Viens, allons nous coucher, nous serons plus tranquille pour nous aimer, ma belle..., tu es si attirante que je ne peux qu'avoir envie de t'aimer toute la nuit..., et même, au delà du possible !
– J'ai honte, il y a nos filles à côté, on ne devrait pas... ! Objecte Agnès.
– Arrête, elles jouent à touche-pipi, c'est de leur âge, allez, viens, petite idiote ! »

La porte de la chambre se referme sur le petit nid d'amour des deux amies…, la nuit, en effet, devrait être érotique..., sensuelle..., comme celle de nos deux ados.

Mecnu


Revenir en haut
MSN
naughtymonkey


Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2015
Messages: 46

MessagePosté le: Ven 21 Aoû - 00:46 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Très très exitant !

Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Ven 21 Aoû - 11:54 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

Exactement comme j'aime !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Sven


Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2015
Messages: 896
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mer 2 Sep - 16:06 (2015)    Sujet du message: Lettre à Charline / Mecnu Répondre en citant

absolument fantastique !!! Tu vois Redflag, tu t'inquiétais sur le "côté inceste".. on sent bien que ça va venir ;-)
_________________
Il n'y a rien de sale entre 2 adultes, propres et consentants (euh.. 2 ou plus ;-)


Revenir en haut
Yahoo Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom