le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

STARGATE La Sexe-Fiction

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Sexy Fanfictions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Néo1110


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2014
Messages: 100
Localisation: champagne ardenne

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 15:24 (2014)    Sujet du message: STARGATE La Sexe-Fiction Répondre en citant

Bonjour,

Je vous envoie, comme convenu avec therpsicore, le chapitre 1 d'un roman de sexe-fiction sur le thème de stargate. Qui, une fois corrigé par les soins de Redflag, sera publié dans une nouvelle rubrique intitulée FanFiction par exemple.

En tout cas, merci pour votre forum, permettant de faire profiter de nos écrits à un grand nombre de lecteurs.


Corrigé par Redflag

STARGATE La Sexe-Fiction

Chapitre 1


La porte des étoiles, un anneau composé d’un alliage de métal encore inconnu à ce jour fut découverte sur le plateau de Gizeh en Egypte dans les années 30. Puis, plus tard, l'American Air Force décide de la rapatrier dans la base secrète américaine de Cheyenne Mountain. Grâce au Docteur Jackson, les secrets sur le fonctionnement de la porte furent découverts. Il s’agit d’un engin extra-terrestre permettant de voyager vers une autre planète nommée Abydos. Une mission de reconnaissance sur la planète se trouvant à plusieurs milliers d’années lumières fut lancée.

Sur Abydos, l’équipe d’expédition découvre des humains sur la planète, vénérant Râ, le Goa’uld.
Râ, le Goa’uld, était présent sur Terre et se faisait passer pour le Dieu soleil, il pouvait ainsi, à loisir, asservir la race humaine. Plus tard, lors d’une rébellion, Râ à bord de son vaisseau spatial, quitta la Terre avec une poignée d’esclaves, en prenant la direction du système solaire d’Abydos. Et le Goa’uld recommença son régime de tyrannie sur la nouvelle planète. L’équipe expliquant ceci aux Abydossiens, une révolte éclate afin de regagner la liberté.

Hélas, beaucoup de gens vont périr lors de cet assaut. Tout comme des membres de l’équipe d’expédition dont seuls, le Colonel O’Neill et le Major Kavalsky et deux sous-officiers reviennent sur Terre indemnes.
Les autres membres de l’équipe sont soit faits prisonniers ou tués par Râ, lors de la bataille.
Grâce à une bombe nucléaire, ainsi qu’au courage et au sacrifice de Daniel Jackson, le Colonel O’Neill a pu détruire le vaisseau de Râ alors qu’il tentait de s’échapper à nouveau. Depuis cette aventure, le programme Stargate est à l’abandon et O’Neill profite de sa retraite de l’Air Force.

Un an plus tard, dans la salle d’embarquement – qui ne sert maintenant plus que de salle d’entreposage – les deux frères, Mickael, Shawn et leurs deux sœurs, Sally et Nina qui ont la mission de réaliser des rondes de surveillances autour du Stargate, passent leur temps à jouer au strip-poker.

Les quatre jeunes gens se vouent un amour sans fin. À tel point que pour eux, l'amour charnel est monnaie courante. Les deux frères, des joueurs de Texas Hold’Em hors-pair, ont eu très peu de mal à mettre en déroute leurs sœurs qui sont novices à ce jeu. Les deux sœurs se retrouvent rapidement en sous-vêtements. Nina vient de perdre encore une main, il ne lui reste plus qu’à choisir de faire tomber son soutien-gorge ou sa petite culotte.

« J’ai envie de te lécher les seins ! Dit Sally à Nina.
– Sérieux sœurette, tu n’es pas un peu gouinasse, toi ?
– Bof, tu sais, il n’y a pas de mal à se faire du bien ! »

Au même instant, les deux hommes jubilent. Ils vont pouvoir reluquer leurs sœurs se donner un peu de plaisir.

« Ben oui, les sisters, aller-y !
– Nous vous regardons ! Dit Mickael.
– Oui et moi, je suis prêt à donner de ma personne !
– Rien que de vous entendre j’ai déjà le sexe dur ! Renchérit Shawn.
– Vous êtes une bande de pervers, les frangins, mais pas grave, j’aime bien quand on me mate avec envie ! » Répond alors Nina.

Sally se dit que Nina est déjà chaude et quelle va pouvoir se faire plaisir et lui faire plaisir.
Sally se lève de sa chaise et va rejoindre sa sœur et s’assied sur les genoux de Nina. Maintenant, face à face, Sally embrasse la joue et passe ses mains dans le cou de Nina. Au fur et à mesure que ses lèvres se rapprochent doucement de la bouche de sa sœur, les mains de Sally se dirige tendrement vers les attaches dorsales du soutien-gorge de sa sœur.
Sally embrasse maintenant les lèvres charnues de Nina, et dégrafe complètement le sous-vêtement.
Elle se recule quelque peu afin d’en libérer les bretelles et, enfin, les seins de la demoiselle.
Afin de chauffer les frangins un maximum, Sally redonne le bout de tissu à Nina afin quelle puisse jouer avec.
Puis, elle se déplace afin de laisser Nina à la vue des deux vicieux.
Nina, tout aussi complice, lève le bras et fait voltiger le sous-vêtement au-dessus de sa tête, afin de faire dandiner ses seins, mais aussi et surtout, le lancer sur le visage de Shawn.

Les deux hommes sont chauds bouillants et sifflent.

« Encore, encore, encore… !
– Oh oui, encore les frangines ! »

Sally passe ses mains dans son dos et dégrafe, elle aussi, son sous-vêtement et le lance par provocation à Mickael. Les deux sœurs sont maintenant seins nus. Les hommes n’en peuvent déjà plus et se caressent le sexe à travers leur pantalon. Il faut dire que le spectacle de leurs deux sœurs est des plus excitants.
Sally revient vers Nina, se baisse et commence à léchouiller, de sa petite langue agile, le téton de sa sœur qui se pâme déjà de plaisir à l’idée que les deux frères vont se retrouver rapidement très à l’étroit dans leurs treillis.
D’autant plus que maintenant, Sally gobe à pleine bouche le téton de Nina et ses mains caressent les seins généreux de la demoiselle, pendant que celle-ci lui caresse les cheveux et apprécie ce moment de volupté entre sœurs.

Mickael, chaud bouillant, baisse son pantalon et son boxer, vient auprès de Sally, s’agenouille lui aussi et l’embrasse dans le cou. Sally apprécie cette délicate attention et accélère son travail sur les seins de sa sœur. Pour sa part, Nina a sorti la bite de Shawn qui s’étai, lui aussi rapproché et lui prodigue une pipe dont elle a le secret, en insistant bien avec sa langue, sur le frein et la couronne de son gland, Shawn grimpe au rideau.
En même temps, cette petite salope a écarté sa petite culotte afin de pouvoir se fouiller la fente.

« Sally, j’ai une envie folle de faire de toi une vrai femme ! Lui susurre-t-il à l’oreille.
.. De te faire faire l’amour, là, tout de suite !
– Vas-y, j’ai envie que tu me possèdes, mon frère chéri, mais avant, dévore-moi l’intimité ! » Lui répond Sally.

Mickael lui baisse délicatement son string. Sa sœur, impatiente, tend sa croupe à son frère pour qu’il lui lèche la moule. La langue va droit au but et titille le clitoris de Sally, ce qui lui donne une respiration saccadée entre soupirs et petits cris.

Pendant ce temps, Nina avait sorti la bite de Shawn qui s’était, lui aussi, rapproché, et lui prodigue une pipe dont elle a le secret. En insistant bien avec sa langue, sur le frein et la couronne de son gland, Shawn grimpe au rideau. En même temps cette petite salope a écarté un pan de sa petite culotte afin de pouvoir se fouiller la fente.

« Vas-y, ma cochonne, suce bien ton frangin !
.. J'en ai tellement rêvé de ta bouche sur mon chibre, de ta langue cajolant mon gland.
.. Lèche bien pendant que je remplace tes doigts avec les miens dans ta moule poilue. ! »

Au même moment, Mickael léchait avec précision et envie le sexe humide de Sally.



Un 69 endiablé qui affole plus que de raison Mickael et Nina qui, en très peu de temps, veulent passer aux choses sérieuses.

« Maintenant, les gars, vous allez nous baiser ! Propose Sally, haletante,
.. Je crois que Nina en a envie depuis un moment !
– Oh oui, Shawn, enfile-moi ta grosse queue jusqu'aux couilles ! Répond Nina.
– Et toi, Mickael, prends-moi en levrette pour qu'on puisse admirer la baise de Nina et Shawn !
– Pas de souci, petite vicieuse !! » Répond Mickael, aux anges, la queue bien enfouie dans la chaleur humide du vagin trempé de sa Sally.

Et pendant ce temps, sur le sol, Shawn entre les cuisses de Nina, ses jambes sur ses épaules, peut enfouir son sexe plus profondément en elle. Une manifestation d’amour des plus érotiques est engagée par les deux couples, lorsque Nina, totalement désinhibée, utilise des mots obscènes pour chauffer encore plus son amant.

« Shawn, n'oublie pas mon cul !
.. J'ai envie que tu décharges dans mon petit trou ! »

Shawn commence alors l'introduction, centimètre par centimètre, et lorsqu’il arrive enfin au fond du cul de Nina, il marque une pause. Et lorsqu’elle lui fait signe d’y aller, il commence à reculer, puis s’enfoncer à nouveau gentiment.

Nina a le visage béat !

Shawn n’a plus qu’une envie, se faire du bien, et accélère son mouvement.
Nina crie de bonheur, elle prend un pied mémorable.

Sans doute, à cause de l'abstinence liée au fait qu’ils n’ont pas eu de rapports sexuels depuis le début de leur garde à la base, quatre jours plus tôt, Shawn jouit comme il ne n’avait encore jamais fait, provoquant ainsi un orgasme monumental à Nina. Il déverse une quantité impressionnante de foutre dans les intestins de sa salope de sœur. À tel point que le foutre suinte de son anus et s’écoule le long de ses fesses, puis de ses cuisses.
Une fois les couilles bien vidées, Sally se libère du sexe de son frère, se retourne et embouche cette colonne de chair pour la nettoyer.

Voyant cela, Mickael, excité, explose à son tour. Sally, dont le vagin est pris de convulsions à chacune des salves de la bite de son frère, la menant, inexorablement, vers un orgasme lui aussi magique.

Les 4 pervers incestueux, encore dans le vague de leur jouissance, sont rappelés à la réalité par une sensation étrange.

Un grondement effrayant retentit dans la salle. Tout le monde se fixe de stupeur.
Le sol se met à trembler. Et le voile immense posé sur l’anneau se met à se mouvoir, puis à se gonfler.
Au fur et à mesure que les secousses deviennent de plus en plus importantes, le voile s’envole, laissant à la vue des 4 petits vicieux, le Stargate qui est sur le point de s’activer.

Ni une ni deux, Shawn court au téléphone pour alerter la base. Tandis que Mickael, lui, va vers l’armoire où sont entreposées leurs armes de services. Lui et les deux femmes arment les fusils, en lance un à Shawn.
Les 4 frères et sœurs se mettent en place au bord de la passerelle, prêts à faire feu.

À ce moment, une énorme vague d’énergie quantique est éjecté de l’anneau du Stargate, puis un phénomène d’aspiration s’ensuit. Enfin, le vortex se stabilise. Le vortex est telle la surface de l’eau d’un lac, il ondule.

« Mais enfin, c’est quoi ça ?
– Pas la moindre idée, Mickael !
– Mais quoi que cela soit, tenons-nous sur nos gardes !
– Même si cela va être difficile avec nos sœurs à poils à coté !! Répond Shawn.
– Oui, les gars, arrêtez de mâter nos culs de salopes !
– On se concentre, tout peut arriver ! »

Mickael, Shawn, Nina, Sally sont médusés, c’est la première fois pour eux qu’ils voient cela, mais ils ne sont pas au bout de leurs surprises.

Soudain, des êtres traversent le vortex. Des humanoïdes en armures de couleur grises et des casques en forme de tête de cobras, ainsi que des lances à la main droite. Au total, dix êtres faisant une haie d’honneur et un onzième de couleur or.

Leur chef Goa’uld prend la parole :

« Jaffas died em ! »

Les dix Jaffas tirent sur les deux hommes. En réponse, les soldats de ronde ouvrent le feu.
Des échanges de tirs se font dans les deux camps. Des jaffas tombent, mais aussi Mickael et Shawn.

« Jaffas kri ! »

À l’ordre du Goa’uld, les 5 hommes restants stoppent net et se placent pour faire, à nouveau, une haie d’honneur à leur chef.
Deux Jaffas de chaque côté, debout, la lance dressée vers le ciel et un troisième à droite, à genoux.

Nina, nue comme sa sœur, l’orifice suintant de foutre, tire sur le chef. Elle a très bien visé, mais hélas, le Goa’uld possède un bouclier d’énergie qui le protège.

« Teal’c Prima Jaffas cheltak nak le ! »

Le Jaffa, à genoux, se lève, s’avance vers la femme, son casque s’ouvre.
Les deux femmes reconnaissent le visage d’un homme typé Africain avec un emblème doré au milieu du front.
Le Jaffa lui tire en pleine tête une salve d’énergie. Le corps sans tête de Nina tombe au sol.

Sally n’en croit pas ses yeux, elle est en pleurs, elle vient de perdre, en un éclair, ses deux frères et sa sœur et un tas de possibilités d’obscénités sexuelles possibles avec eux. Le traumatisme lui fait perdre son arme qui tombe à terre.

« Que va-t-il m’arriver ? » Se dit-elle.

Le Goa’uld s’avance vers la femme en pleurs. Son casque s’ouvre et laisse apparaitre le visage d’un être humain avec du maquillage, un peu comme les pharaons de l’Egypte ancienne.
Il la regarde et voit les traces sur ses jambes et a un sourire pervers.

Il lève sa main qui est ornée d’un bijou allant du bout de ses phalanges jusqu’au centre de sa main.
Lorsque Sally lève la tête, le Goa’uld active l’artéfact. Un rayon de lumière lui englobe le front durant quelques instants.

« Oh mon Dieu, que m’arrive-t-il ? Je me sens mal ! » Se dit-elle.

La jeune femme perd pied, ses yeux se révulsent. Et elle tombe inanimée au sol, complètement nue, l’anus et les jambes couvertes de sperme.

« Jaffas Kri par ! »

Le Goa’uld active le Stargate à l’aide de l’artéfact dans la paume de sa main. Une fois le vortex stabilisé, les Jaffas le traversent suivis par Teal’c le Prima Jaffa qui kidnappe Sally, inconsciente.

Le général George Hammond, prévenu par l’appel d’urgence plus tôt arrive dans la salle d’embarquement.

« Et vous, là !
.. Lâchez la première classe, Sally !! »

Le Goa’uld regarde de haut le Général. La fureur du Goa’uld se lit dans ses yeux qui s’illuminent.
Puis, en une fraction de secondes, son casque se referme et il traverse le Stargate juste avant que celui-ci ne se désactive.

Le Général est médusé !

Il se pose pleins de questions. Il sait très bien que les vidéos surveillances qui s’activent lors d’un appel d’urgence vont lui permettre de comprendre ce qu’il s’est passé dans la salle d’embarquement.
Mais en même temps, il a peur pour la jeune femme.

« Que va-t-il lui arriver ?
.. Pourquoi ses yeux se sont-ils allumés ?
.. Il faut tirer ça au clair et je connais l’homme qui pourra, peut-être, m’y aider ! » Se dit le Général.

Neo1110
_________________
Au plaisirs de vous lire et d'être lu.
Big kiss sur les lèvres de ces charmantes dames.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 15:24 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 185
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 23:22 (2014)    Sujet du message: STARGATE La Sexe-Fiction Répondre en citant

Intéressant à lire, que va-t-il se passer ?
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Néo1110


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mai 2014
Messages: 100
Localisation: champagne ardenne

MessagePosté le: Sam 20 Sep - 15:18 (2014)    Sujet du message: STARGATE La Sexe-Fiction Répondre en citant

Corrigé par Redflag

STARGATE La Sexe-Fiction

Chapitre 2


Dans une petite bourgade à quelques kilomètres de la base de Cheyenne Mountain, un véhicule militaire se gare. En descendent deux officiers de l’Air Force. Ils font le tour d’une charmante petite maison.

« Major, il y a une échelle là-bas ! »

Le plus gradé des deux officiers monte à l’échelle et une fois sur le toit-terrasse de la petite maison, il y découvre un homme. Un gaillard musclé avec une longue chevelure. Pas très réglementaire, il faut l’avouer, pour l’armée. Il scrute le ciel étoilé à l’aide de son télescope.

« Colonel Jack O'Neill ?
– À la retraite !
– Je suis le major Samuels !
– Armée de l'Air ?
– Oui, colonel, je suis l'officier d'ordonnance du général ! »

Le colonel O’Neill pense à Daniel, son ami le petit pervers et à Skara un Abydossien plutôt voyeur qu’il considère comme un super ami. D’ailleurs, il lui fait étrangement penser à son fils décédé il y a longtemps, dans des circonstances tristes.

« Vous voulez un petit conseil, Major ?
.. Faites-vous affecter à la NASA !
– C'est là-haut qu'il y aura de l'action !
– Là-haut ?
– J'ai ordre de vous conduire au général Hammond, Colonel !
– Je n'ai jamais entendu parler de lui !
– Il a remplacé le général West !
.. Il dit que c'est important, ça concerne la Porte des étoiles !
– Très bien, je vous suis alors !
.. Juste le temps de prendre quelques affaires et je serai opérationnel ! »

Les trois hommes montent dans le véhicule et partent en direction de la base secrète. Une fois arrivés, et après les contrôles d’identités réglementaires, ils entrent dans un ascenseur qui descend jusqu’au niveau moins onze.

« Il faut prendre un second ascenseur pour continuer, c'est tout en bas !
– Oui, je sais, je suis déjà venu ici !
– Bien sûr ! »

Et ils entrent dans le second ascenseur qui les mène au niveau le plus bas de la base. Lorsque les portes s’ouvrent, l’officier le mène au bureau du général.

« Par ici, Colonel ! Entrez !
.. Général Hammond, voici le Colonel Jack O'Neill ! »

Puis l’officier de liaison sort du bureau en fermant la porte derrière lui.

« Je suis à la retraite ! Dit Jack O'Neill.
– Je le vois…, moi-même, je suis en fin de carrière !
.. Il est temps de rassembler mes esprits, peut-être, écrire un livre ?
– Vous n'envisagez jamais d'écrire un livre sur vos exploits dans le service ?
– J'y ai pensé, mais alors je devrais abattre tous ceux qui le lisent !
– C'est une plaisanterie, Général !
– La majeure partie de mes activités, ces dix dernières années sont confidentielles !
– Oui, bien sûr !
.. Le major Samuels a mentionné la Porte des étoiles !
– On parle affaires.
– Ça me convient.
– Par ici ! »

Le général mène O’Neill vers l’infirmerie, où il y découvre le corps des jaffas.

« Ça vous dit quelque chose, Colonel ?
– Ils ne sont pas humains !
– Vous pensez ?
– Pour autant qu'on puisse le dire, ces fentes sont semblables à celles qu'on trouve sur un marsupial, comme un kangourou.
– On n'a pas encore fait d'autopsie !
.. Ces gens, extraterrestres, ou n'importe comment qu'on les appelle, sont arrivés, ils ont tué trois soldats, kidnappé une autre, en utilisant des armes avancées !
– Des armes, Général ? »

Le général présente l’arme au colonel.

« On ne comprend pas comment ça marche !
.. Vous avez déjà vu ça, je pense ?

O’Neill déclenche l’arme qui s’active, puis l’éteint.

« Oui, Général !
.. Mais il n'y a pas de créatures semblables sur Abydos, ces gens étaient humains, ils venaient de la Terre !
.. Râ les a conduits là-bas, il y a des milliers d'années !
– Je sais tout ça, mais votre rapport disait que Râ était un extraterrestre dans un corps humain !
– Oui, ses yeux flamboyaient, ce fut notre premier indice !
.. Vous êtes sûr qu'il est mort, Colonel ?
– À moins qu'il n’ait survécu à l'explosion d'une ogive nucléaire en plein visage, je suis positif. !
– Pourquoi ?
– Colonel, ces gens, ou quels qu'ils soient, protégeaient un autre homme qui a traversé la Porte !
.. Et j'ai pu parfaitement voir ses yeux, Colonel, ils flamboyaient ! »
.. Parlez-moi de Daniel Jackson, Colonel !
– Daniel Jackson ? Vous avez lu le rapport ?
– Oui.
– Tout y est.
– Vraiment ?
– Vous n'aimiez pas Jackson, pas vrai ?
– Daniel était un scientifique et un pervers !
.. Il se masturbait beaucoup et dès qu’une jolie femme était proche de lui, il lui doigtait le sexe !
.. Fondamentalement, c'était un obsédé de branleur intello, général !
– Vous n'aviez guère de temps pour lui !
– Je n'ai pas dit ça…, il m'a aussi sauvé la vie, il a retrouvé le chemin du retour, avec mes hommes !
.. De petites choses comme ça vous font apprécier une personne !
– D'après le dossier de la mission, vos ordres étaient de traverser la Porte pour détecter toute menace possible !
.. Et si vous en trouviez une, de faire exploser une arme nucléaire pour détruire la Porte de l'autre côté !
– Oui !
– Mais ce n'est pas ce que vous avez fait, n'est-ce pas ?
– Les forces de Râ ont maîtrisé mon groupe et volé la bombe avant que je l'arme !
– Mais avec l'aide du Dr Jackson, vous avez enfin repris le contrôle et vous avez fait exploser l'arme nucléaire !
– Oui !
– Alors, pour autant que vous le sachiez, Jackson et ceux que vous connaissiez sur Abydos sont morts, correct ?
– C'est correct !
– Bon. Alors ça ne vous ennuiera pas si je donne le feu vert à notre plan ! »

Le général mène O’Neill à la salle d’embarquement. Il y découvre avec terreur un engin de destruction massive prêt à être envoyé sur Abydos.

« Oh, mon Dieu ! Vous envoyez une autre bombe ?
– Niveau 5, cette fois !
.. Si ces créatures ont rouvert la Porte d'Abydos, on va la refermer pour de bon !
– Général, vous ne pouvez pas faire ça !
– Le compte à rebours a déjà commencé, à moins que vous ayez quelque chose à ajouter !
– Général Hammond, j'ai le regret de vous informer que mon rapport n'était pas tout à fait correct !
– Vous n'avez pas fait exploser la bombe ?
– Si, j'ai fait exploser la bombe, sur le vaisseau spatial de Râ. !
.. Il a été tué, éliminant le risque pour la Terre !
.. Cependant…, cependant, le vaisseau de Râ était alors en orbite autour de la planète et ni la Porte, ni rien d'autre sur la planète n'a été détruit !
.. Daniel Jackson est vivant et vit parmi le peuple d'Abydos !
– Vous avez désobéi à des ordres directs ! Pourquoi ?
– Le peuple d'Abydos ne nous menace pas ! Ils méritent d'être laissés en paix !
– Ce n'est pas à vous de décider !
– Avec tout mon respect, Général, si j'étais revenu en disant que la Porte de l'autre côté était encore intacte, on aurait envoyé une autre bombe, juste comme vous allez le faire !
.. Il n'était pas nécessaire de faire mourir ces gens, la menace de Râ n'existait plus !
– Et la sonde qu'on a envoyée, elle s'est écrasée instantanément !
– Après qu'on soit rentrés, Daniel a enseveli la Porte sous des rochers, rendant mon retour ou le retour de qui que ce soit impossible !
– Ces quatre corps étendus dans l'infirmerie en disent autrement, on enverra la bombe comme prévu !
– Général, vous ne pouvez pas faire ça !
– Oh, je ne peux pas ?
– Il y a là-bas des innocents !
– Il y a ici des innocents ! J'ai aussi mes ordres, Colonel ! J'obéis aux miens !
.. Emmenez le Colonel O'Neill à la salle de détention, donnons-lui un peu le temps de réfléchir avant que je décide quoi en faire ! »

Un sergent emmène O’Neill en détention, où il va attendre plusieurs heures jusqu’à ce que le général revienne pour l’interroger.

« Vous avez dit qu'il y avait combien de gens, sur Abydos ?
– Qu'on ait vu, peut-être 5000 !
.. Cela veut-il dire que vous réexaminez l'envoi de la bombe, général ?
– Ça veut dire que je suis ouvert aux suggestions !
– Donnez-moi un peloton pour traverser !
– On verra qui sont ces extraterrestres !
– Kavalsky et moi y sommes déjà allés, on connaît le pays, les gens !
– Vous le pensez, Jackson pourrait être mort ! Vous ne savez pas ce qui vous attend !
– Général, il y a moyen de savoir !
– C'est vrai ?
– Général, on n'a pas besoin de cette sonde !
– Vraiment ?
– Non. Ceci fera l'affaire !

Il présente alors au général une boîte de mouchoirs en papier.

« Vous voudriez m'expliquer le concept ?
– Jackson aime se branler et doigter les femmes !
.. Il aura donc la joie de s’essuyer les mains avec. Ensuite !
– Je comprends ! » Répond le général, avec un petit sourire en coin.

Il imagine cet homme se branlant énergiquement et le produit de ses couilles se répandre sur ses doigts.
Il faut dire que le général est un homme aux penchants troubles. Il aime autant les femmes que les hommes.

« Il saura que ça vient de moi, et pas d’un autre, avec tout mon respect, Général !
– Pas de quelqu'un comme vous ! »

Sur l’ordre du général, la porte des étoiles est activée. Après la stabilisation du vortex, O’Neill se rend dans la salle d’embarquement et lance à travers la porte la boîte de kleenex.

« L'objet devrait atteindre sa destination finale dans cinq secondes, Général !
– L'objet devrait maintenant avoir passé la Porte d'Abydos ! Dit l’officier technicien de la porte.
– Et maintenant, O’Neill ?
– Maintenant, on attend mon Général, si Daniel est encore vivant, il saura ce que signifie ce message !
– Et si ce sont les extraterrestres qui le reçoivent ?
– Eh bien, il se pourrait qu'ils soient en train de se moucher ou même de se branler à l'instant même !
.. Général, ça pourrait prendre quelque temps !
– Veuillez conduire le colonel dans les quartiers des invités, en attendant ! »

Un sergent mène le Colonel hors de la salle de contrôle en direction des appartements invités.

« Quant à moi, je serai dans mon bureau en attendant !
.. Envoyez-moi l’officier responsable de la sécurité à mon bureau !
.. Rompez ! »

Plus tard, dans son Bureau, le général est assis et imagine le docteur Jackson pelotant des sexes masculins ou même féminins. Ce qui lui donne une érection. Il se caresse par dessus la toile de son pantalon. Quand on frappe à sa porte :

« Entrez ! »

La porte s’ouvre et une femme-officier entre, puis referme la porte derrière elle. C’est une charmante rousse qui plus l’air d’une prostituée que d’une militaire. Elle porte une tenue militaire de terrain trop courte. Ce qui lui moule un décolleté à réveiller un mort.

« Officier Magalie Roussière, à vos ordres, mon Général !
– Repos, Roussière ! J’ai besoin de votre aide, Officier !
– Bien, mon Général !
– Vous aurez en charge la sécurité des niveaux supérieurs de la base !
.. Et vous me servirez pour me décontracter !
– Très bien, je serai votre pute, mon Général ! »

En effet, dans cette base, comme nous avons pu déjà le remarquer, le sexe est libre. Tout le monde fornique avec tout le monde, mais par contre, le travail avant tout. Ensuite, seulement, les moments de débauches peuvent avoir lieu.

« Veuillez commencer maintenant !
.. Comme vous pouvez le voir, j’ai le sexe tendu ! Passez sous mon bureau et officiez, charmante officier !
– Oui mon Général ! »

Magalie Roussière, avec son regard pervers, se met à quatre pattes et, telle une chienne en chaleur, elle remue son cul de salope en avançant. Le général commence à grave être en émoi devant ce spectacle et laisse passer sous le bureau la jeune femme. Puis le général assis sur son fauteuil ouvre sa braguette et sort son sexe. Il appuie sur la tête de son officier totalement salope et dévouée.

« Maintenant, tu vas me sucer grosse chienne ! ! !
– Bien mon général ! »

Et elle gobe direct le sexe tendu du vieux saligot de général.
Il adore sa bouche chaude, et sa langue lovant langoureusement son gland.
Le général perd pied et se décide à se lâcher.
Ce n'est plus elle qui le suce, mais bien lui qui baise sa petite bouche de pute. Enfin, le Général, d’un coup appuie sur sa tête ce qui l’oblige à réaliser une gorge. Obligée est un bien grand mot, car cette salope de Magalie adore ce traitement et n’en est pas à sa première expérience. Elle est d’ailleurs sous le bureau du Général, le gland de celui-ci fiché au fond de sa gorge, et la main dans la culotte entrain de se cajoler le clitoris.

Au bout d’un moment, le général crache quelques jets de sperme au fond du gosier de Magalie. Elle avale tout comme une parfaite petite pute. Elle sort le sexe de sa bouche perverse et lèche les restes de semence perlant dans les poils. Une fois cette toilette terminée, le général remet son sexe dans son pantalon. Et Magalie sort de sous le bureau et se lèche les doigts couverts de sa mouille.

« Très bien, officier Magalie, vous pouvez disposer !
– Oui, mon général ! »

C’est à cet instant que l’alarme retentit dans la base. Une activation extérieure de la porte des étoiles est en cours. Le général arrive dans la salle de commande de la porte, suivi de peu par O’Neill.
Le Stargate s’active dans un brouhaha et des secousses. Le vortex se déclenche, puis se stabilise. Et une boîte passe à travers le vortex. Enfin, la porte se désactive. O’Neill va dans la salle d’embarquement et récupère la boite et présente la face où se trouve le message au général qui, lui aussi, entre dans la salle.

Le général lit :

« Merci ! Envoyez-en d'autres !
– Permission de faire passer un peloton par la porte des étoiles, Général ?
– En supposant que j'aie l'autorisation du Président, le briefing de la mission se tiendra à 8 heures !
.. Considérez-vous rappelé au service actif, Colonel !
.. Et allez vous faire couper les cheveux !
.. Rompez.
– À vos ordres mon général ! » Répond, heureux, le Colonel Jack O’Neill.

Néo1110
_________________
Au plaisirs de vous lire et d'être lu.
Big kiss sur les lèvres de ces charmantes dames.


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Sexy Fanfictions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom