le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

moi et virginie
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 00:17 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Merci Sophie25 encooooore

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 00:17 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Dim 4 Mai - 12:01 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Sophie raconte…, suite et fin ?

Je viens de me réveiller, il est 12h 30, la maison est très silencieuse, c’est étonnant ! D’habitude, j’entends la musique à l’étage en-dessous ! Bon, je sais que la fin des vacances approche à grands pas pour Virg et qu’il faut que je termine avec elle ma série des postures amoureuses. Rien que d’y penser, mes seins réagissent pendant que je me dirige vers la salle de bains et, passant devant la porte de ma fille, je vois qu’elle n’est pas dans son lit. Le besoin de café me fait descendre, nue, comme d’habitude, vers la cuisine. OH, stupeur, le café fume et je vois une fille vêtue d’une robe mousseline, ultra transparente, les seins arrogants, un bouquet de fleurs à la main et de l’autre, un petit canard !

« Bonne fête, maman et bon anniversaire, c’est le jour où, pour la première fois, j’ai joui avec toi !!!
– Oh, ma puce, que c’est gentil, mon amour, tu te souviens de cela, tu te souviens que tu m’avais emprunte mon petit canard et que je te l’avais pris pour le remplacer par tes doigts et les miens ! »

Qu’elle était belle, ma chérie, son corps à peine voilé, la petite coquine avait teinté ses bouts de seins en rouge. Sur la table, était posé le double gode que j’avais acheté avec elle quelques mois auparavant. Elle s’avança vers moi, me tendant ses lèvres et sa main se posa directement sur ma chatte déjà humide, ses yeux réclamant déjà autre chose que ma bouche qui la dévorait. Le café pris, je filai dans la salle de bains pour une petite toilette, après avoir sucé mes doigts sentant le doux parfum de sa chatte.

Virg m’attendait dans ma chambre, toujours vêtue de cette robe plus que coquine. Je l’ai prise dans mes bras, la couvrant de baisers qu’elle me rendait bien et, doucement, je fis tomber ce voile qui me séparait de son corps et du contact de ses seins si excitants. Nous nous sommes frottées l’une à l’autre et c’est elle qui m’entraina vers le lit, me bascula en arrière et, m’ouvrant les jambes, sa bouche s’empara de mon clito turgescent et ma chatte coulante. Puis, se fut ses doigts qui entrèrent en moi, m’arrachant des gémissements sous les paroles de Virg qui me disait : « oh, maman, tu aimes mes doigts, tu aimes ma bouche, mais c’est toi que je veux après, toi, qui me fera hurler de plaisir comme tu sais le faire ». Comme je ne voulais pas jouir de suite, je l’ai écartée de cet endroit du plaisir. Je l’ai basculée sur le lit, en 69 et nous nous sommes léchées à qui mieux mieux, nos langues et nos doigts s’agitant en nous, jusqu’au moment de l’explosion qui nous laissa haletantes sur les draps et enlacées, toutes deux. Ce ne fut que des mots d’amour. Dans ma tête, tournait toujours cette question : « mais c’est ma fille, comment puis-je aimer d’amour celle que j’ai mise au monde… ? ».

Ce fut Virginie qui se releva la première et prit le double gode, me le tendant avec un grand sourire, que je qualifiai de carnassier !! Là, nous nous sommes assises face à face, les jambes en ciseau et je m’introduisis, en premier, le premier bout du gode, le faisant, ensuite, entrer le deuxième bout en sa chatte. Elle se rapprocha de moi et je mis en route les vibrations qui se sont amplifiées quand nos bassins se mirent à bouger. Je la regardais, je voyais son visage se transformer au fur et à mesure que l’excitation grandissait, que son ventre s’agitait sous les soubresauts de ses muscles pelviens. Moi aussi, je ressentais l’orage qui montait en moi, comme je ne l’avais jamais ressenti avec mon gode simple. Je vis sa bouche s’ouvrir, ses mains pétrirent ses seins et là, d’un seul coup, son hurlement de plaisir, sa jouissance et la mienne qui suivirent immédiatement. Seules les contactions musculaires continuaient, laissant les traces du plaisir en nos vagins contractés. Ni elle, ni moi, n’avions envie de bouger d’avantage, jouissant, toutes deux, de ce moment de pénétration inoubliable.

Le calme revenant, je retirai le gode de mon vagin, ce qui eut, pour effet, de pénétrer davantage celui de Virg qui, elle, réagit aussitôt !
Et là, je me rapprochai d’elle, toujours dans la même position et nos chattes se collèrent l’une à l’autre. Je saisis les hanches de Virg et, m’agitant, je lui indiquai ce qu’il fallait faire, nos boutons se frottaient l’un à l’autre, ses gémissements reprirent et elle augmenta, d’elle-même, le mouvement. L’excitation s’amplifiait aussi, par le bruit de clapotis que faisaient nos chattes dégoulinantes de cyprine. Je vis, de nouveau, le visage de ma fille se transformer et elle hurla, à nouveau, sa jouissance, mais elle fut la seule. J’avoue que moi, je n’en pouvais plus, nos corps basculèrent en arrière et…, nous nous endormîmes… !

Sophie


Revenir en haut
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 195
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 4 Mai - 12:06 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Une confession très prenante qui nous prouve que l'amour entre une mère et sa fille peut exister en dehors des liens familiaux !

Sophie et Virginie, pourquoi vous arrêter là, vous avez certainement d'autres souvenirs à nous faire partager !
Merci d'avance !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Audounette


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2014
Messages: 7
Localisation: Est de la France

MessagePosté le: Dim 4 Mai - 15:27 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Elles ont surement plein de souvenirs mais il ne faut pas tout dire et toujours garder une partie secrète Wink
_________________
Audounette


Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Mar 6 Mai - 11:54 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Virginie raconte…

Rien que d’avoir vu que maman avait préparé ce dont j’avais envie depuis longtemps, j’étais déjà excitée. Avant de venir retrouver maman, j’avais revêtu le déshabillé que je qualifierais de coquin, car c’était comme si je n’avais rien sur moi, tellement il était transparent, mais je voulais, absolument, que maman soit excitée en me voyant.

Elle m’attendait et je me suis précipitée sur elle, sur sa bouche, ses seins :

« Maman, j’ai envie, très envie, maintenant que je suis femme, viens vite ! »

Mais maman n’était pas pressée, me disant qu’il fallait avoir de la patience, que ce serait meilleur plus tard !
Tu parles, je voudrais savoir si elle attend quand elle se masturbe le soir, dans son lit, car elle ne veut pas que l’on fasse l’amour pendant la semaine, à cause de mes cours.

Mais elle me serra dans ses bras, pendant que je lui embrassais les seins et elle prit aussi mes lèvres. e crois qu’elle avait autant envie de moi que moi d’elle, j’avais essayé de glisser une mes jambes entre les siennes et je savais déjà que son minou était humide. Elle me disait que c’était mieux si on s’excitait davantage, mais moi, j’avais une furieuse envie et là, elle me bascula sur le lit, me couvrant de baisers partout, sur le cou, le ventre, les seins qui me faisaient mal, tellement ils étaient durs. Elle m’écarta les jambes et je sentis, brusquement, sa bouche sur mon minou et une énorme contraction dans mon ventre. Oh que c’était bon…, ouiiiiiiiiii, j’avais envie de crier, je n’arrêtais pas de gémir de plus en plus fort, mes mains griffaient les draps et mes seins : « oui, encore maman, oui, ohhhhhh, lalalala ! ». Et je sentis mon vagin se contracter en même temps que mon ventre et j’ai poussé un grand cri en explosant.



Maman m’a dit, après, qu’elle avait pris tout un jet de cyprine dans la figure !Je ne sais pas si c’est parce qu’elle m’avait excité avec un truc qu’elle me passait sur les seins, le minou, le cou et les cuisses, mais je tremblais d’excitation et d’un coup, elle me bascula, se retourna, se mit en 69 surmoi et je sentis un gros objet entrer en moi : « waouhhhhhhh », elle me godait, oh, cette sensation de cet objet dans mon vagin…, ça entrait et ça sortait, je me tordais et j’avais des contractions, mais que c’était bon et, en plus, elle me caressait pendant que je léchais sa chatte qui coulait sur moi, et…, l’orgasme arriva et je jouis une deuxième fois.

« Maman, tu sais, je ne savais pas que ce pouvait être si bon ! Que je suis contente de ne plus être vierge ! »



Mais j’étais, quand-même, un peu fatiguée et, allongée près de maman, je la regardais, elle avait l’air toute chose, mais elle me fit un grand sourire en me disant :

« Ma petite chérie est heureuse ? »

Et moi, je pensais : « j’en ai de la chance d’avoir une mère comme ca, mes copines de fac disent toujours que leur mère ne leur a jamais parler de sexe et que c’est seulement entre nous qu’elles en parlent », mais moi, je ne dis pas ce que nous faisons, j’ai juste dit que maman, je la voyais nue et qu’elle m’avait bien dit que, « se masturber, était tout a fait normal pour nous ».

Oh, nous étions bien comme ça, nues, à coté l’une de l’autre, mais au bout d’un moment, je me levai pour aller faire pipi et, en revenant, je vis l’objet de mes désirs, sur la tablette, et à côté, le double gode vibrant ! Avec un grand sourire, je le lui apportai et elle le prit en me disant :

« Viens chérie, assieds-toi sur le lit, écarte tes jambes et laisse moi passer les miennes par dessus les tiennes ! »

Je la regardai, ainsi que le gode, et alors, elle entra, en son vagin, une tête du double gode qui ressemblait, à l’extrémité, à un pénis de garçon, mais celle-là, plus grosse que le zizi de Victor, puis, toujours me regardant, après avoir touché mon minou pour savoir s’il était encore mouillé, elle introduisit l’autre gland du gode en moi, ce qui me fit un peu sursauter, car il vibrait.

Elle se rapprocha de moi et j’ai senti le bout du gland qui touchait au fond de mon vagin, maman le fit bouger d’avant en arrière et elle le faisait aussi, avec sa main, faire des allers et retours au gode. Elle se mit à gémir, moi aussi, et disait : « chérie, chérie…, je t’aime », et plus ça allait, plus elle allait vite et alors, j’ai senti mon vagin qui serrait le gode, mon ventre devint dur et j’ai encore joui. Maman enleva de suite le gode de nos chattes et, se rapprochant de moi, en passant une de ses jambes sous la mienne, une sorte de ciseau, elle me saisit par les hanches et se mit à frotter sa chatte contre la mienne…



Je fis les mêmes mouvements et, toutes les deux, nous gémissions et feulions comme des bêtes, tellement c’était bon. À un moment, elle cria : « hoooooooooo ! », et tomba en arrière, toute essoufflée. Moi aussi, d'ailleurs, toutes deux, pleines de mouille sur nos mains, nos ventres et je m’endormis comme une masse…

Virginie


Revenir en haut
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 195
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mar 6 Mai - 13:08 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

De mieux en mieux !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Hanauer


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2012
Messages: 247
Localisation: Allemagne

MessagePosté le: Mar 6 Mai - 17:31 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Comme dit redflag44 de mieux en mieux  Okay Okay Okay Okay Okay Okay
Ne t’arrête pas svp,continue a nous raconter tes souvenirs
Grand Merci pour tes recis Okay


Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Sam 17 Mai - 16:54 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Trois ans ont passé…

Que le temps passe vite, mes seins s’épaississent, virginie est dans tout l’éclat de la beauté de la femme affirmée, et son clito m’attire toujours autant.

Elle aussi, évolue et mène sa vie avec une ou deux copines, moi-même, j’ai une amie sporadique avec laquelle, parfois, nous aimons regarder nos filles faire l’amour. Je dis nos filles, mais en réalité, ce n’est que Virginie et sa copine.

Ce matin, c’est dimanche, je suis avec Véro, toutes deux étendues, nues, sur le lit et nous allions commencer un autre câlin quand la porte s’ouvre et laisse passer Virginie, nue, bien sûr, toute souriante :

« Ho pardon, maman et toi, Véro, vous continuerez toutes les deux plus tard, je te rappelle, maman, que c’est bientôt l’anniversaire de mon dépucelage !
– Oui, dis-je, et alors ? Viens sur le lit et explique-moi ce qui se passe dans ta tête !
– Oh, t’inquiète, ce n’est pas ce que tu crois, en tout cas, pas pour le moment, je vous laisserai, toutes deux, terminer votre câlin cochon !! »

Et l’explication arriva, pour fêter cet anniversaire, elle voulait faire un dîner de filles, dîner qui réunirait ses copines et les nôtres ! Le dîner devrait être entrecoupé de jeux divers et coquins, comme de bien entendu. Nous nous sommes regardées, Véro et moi, un peu effarées de ce qui devait devenir une soirée de débauche sexuelle, c'est-à-dire, une orgie !!

À notre réflexion, elle répondit que non, mais que nous connaissant toutes, bien sûr, il y aurait sûrement quelques ébauches de jouissance ! Mon œil, ébauches, telle que nous connaissions la fougue sexuelle de Virginie, il ne s’agissait sûrement pas d’une soirée lecture.

Sur ce, j’ai demandé à réfléchir, virginie est partie revoir sa minette de « service » et Véro, de me dire, en me caressant :

« C’est bien, ce sera peut-être l’occasion, pour moi, de faire l’amour avec ta fille !!! »

Ce à quoi je lui répondis : « tu t’arrangeras avec elle !! ». Mais cette conversation me trottait dans la cervelle et je convoquai ma sœur Julie et lui racontai, un peu effarée, comme moi et, en discutant, nous pensâmes avoir trouvé un « modus vivendi » acceptable, même s’il était très sexuel et il a été entendu que cela ne se passerait qu’en famille.

Bon, pensai-je, cela fera deux queues, car il fallait bien compter Victor ! Je pensais, aussi qu’il n’y aurait aucun problème avec les filles qui connaissaient, elles aussi, les attributs perçants des mâles !! L’assemblée se composerait donc de Sophie, Julie, Virginie, Anna, Nelly, André, mon frère, Victor et Caro, quand-même !! Huit personnes en tout ! Ben ! Si ca ne ressemble pas à une débauche !?

Julie et moi, avons donc passé la soirée à parler et à échafauder les projets de cette soirée, le dîner étant un apéro-dinatoire où chaque petit zakouski serait enveloppé dans un papier qui indiquerait les gages, ces petits amuse-gueules n’étant distribués que par le tirage de numéros tirés au sort. Ma nuit fut peuplés de scènes d’orgies.

Ce qui ne m’arrangeait pas, la présence d’un homme, pièce rapportée, de surcroît et, avec Julie, nous avons décidé…, de ne rien décider…

Ce jour-là, grande activité et les filles sont à la maison, elles squattent la salle de bains pour une opération générale de « rase-minous ». Julie et moi, seront maîtres de cérémonie et, en attendant, fabricantes de zakouskis et autres amuse-gueules !! Déménagement de certains meubles et répartitions de coussins et autres futons. Il fait beau, il fait chaud ! Tant mieux, étant donné que ce soir, il y aura peu de vêtements, robes, soutien-gorge et culotte pour les filles, pantalon, chemise et slip pour les garçons, ce qui fait égalité entres les deux sexes. Julie de m’ajouter : « cela va te faire drôle de revoir ton frère nu !! ». Et ma réponse de fuser : « dis-moi, tu connais sa queue, toi aussi ». « Chic, on partage ce soir ? », « pas question, ça dépendra des gages ».

Voila, nous sommes tous rassemblés et l’apéro commence : "ti punch" pour tout le monde, chacun a embrassé l’autre et les parlottes vont bon train. Au deuxième punch, je déclare la soirée ouverte. Chacun a devant lui une petite cocote dans laquelle il a un dé que, dans l’ordre choisi, il devra jeter. Le numéro désignera celui ou celle qui a le même numéro posé devant lui et il devra tirer, dans un sac, le gage qu’il devra effectuer sur lui-même ou sur celui ou celle désignée sur le papier.

Je tire le premier « dé » et cela tombe sur le numéro de Virginie qui elle, plonge sa main dans la soupière pour tirer le gage, André ! Elle doit donc choisir le vêtement qu’elle lui fait enlever. C’est ensuite André qui tire le numéro qui désigne Nelly : « elle doit l’embrasser où elle veut pendant deux minutes ». Elle s’exécute en lui roulant un énorme patin. Victor tire ensuite et cela tombe sur Virginie, le gage étant qu’elle doit enlever le pantalon de mon frère et se mettre à genoux devant lui. Pas la peine de dire que ses yeux étaient fixés sur le slip d’André !!

Lui même tire et c’est à lui d’enlever la robe de Caro qui, du coup, se retrouve en culotte et soutien-gorge. Caro tire et doit, elle-même, enlever son soutien-gorge !! Houla ! Elle reste en culotte. À sa gauche, il ya Nelly qui tire et c’est Victor qui doit venir lui enlever sa robe et l’embrasser pendant une minute. Il retire et doit, alors, enlever sa chemise et son pantalon. À sa gauche, Julie tire et doit enlever sa culotte, avant d’aller déshabiller Virginie qui plonge dans la soupière et fait enlever la robe d’Anne, cette dernière tire et c’est Julie qui se retrouve en culotte. Julie plonge dans la soupière et désigne Virginie qui doit aller enlever une partie de vêtements à celle ou celui le plus nu ! Ben voila, elle se dirige, toute rouge, vers André et lui enlève son slip, après hésitation et encouragements des autres !



Là, grand silence, André est nu et son engin bien droit !! Il tire et c’est Anne qui doit aller voir Victor et faire ce qu’elle veut pendant deux minutes ! La coquine le caresse par dessus son slip et, inutile de dire ce qui ce passe…

Et entre zakouskis et punch, l’ambiance se chauffe et nous nous trouvons tous nus, sauf Caro et Julie qui tire et sors Virginie qui doit aller sucer le garçon le plus nu !!! Et…, c’est André !! Grand silence, elle s’en approche, le regarde dans les yeux, se met à genoux devant lui et lui caresse les hanches et le ventre et lui prend, délicatement, sa queue, la relève, embrasse ses couilles et entre, en sa bouche, la verge dressée de son oncle qui pousse un petit gémissement. Caro va trouver Nelly, Victor vient sur moi et Anne est avec Julie ; Virginie, doucement, avec sa main, fait coulisser la peau de la verge de son oncle et le regarde avec des yeux qui quêtent son consentement et, parfois, me regarde avec la même question, alors par un sourire, je fais oui de la tête, sa main, insensiblement, descend sur ses seins et puis son ventre, son pubis.

Je vois les muscles de son ventre qui se contractent et, brusquement, elle quitte cette verge qui obstruait sa bouche et elle exhale un long feulement, alors qu’un jet de cyprine sort de sa chatte et, elle s’abat sur les genoux de son oncle qui, doucement, lui caresse le dos et les cheveux en lui parlant doucement, elle lève alors sa tête et je les vois se lever et partir dans sa chambre…



Victor, quant à lui, bande comme jamais, une petite perle suinte au bout de sa queue que je suce, avant de le masturber.
Les autres sont partis dans la chambre d’amis et Caro, moi et Victor, allons chez moi… !

Voila, le reste, vous vous en doutez !!!!!!

FIN

Sophie


Revenir en haut
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 195
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Sam 17 Mai - 16:55 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé !!!

Merci Sophie et Virginie !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Poupette


Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2013
Messages: 193
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Sam 17 Mai - 18:31 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Merci pour la jouissance que cette confession m'a apportée. J'espère que cet Amour entre Sophie et Virginie durera toujours, quelque soit la direction que prendra Virginie ! Okay
_________________
.

http://histoires-de-chez-nous.xooit.fr/t1774-La-confession-de-Poupette.htm


Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Dim 18 Mai - 06:56 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

bonjour,

tu sais poupette, je voulais savoir ce qu" était un homme et comment on le recevais, mon oncle a été for doux tres lent a me pénetrer, agissant aussi en meme temps sur mon clitoris , quand j'ai sentie que tout venais, il s'est retire et ona mais un preservatif , il m'a reprise et la nous vans joui jouis les deux . je voulais savoir ce que cela faisait et c'est différant d'avec maman mais ne t'inquiete pas je l'aime trop pour la laisser mleme si un jour je veux un enfant pour lui apprendre tout ce que je sais et tout ce que peu donner un amour entre père ou mere avec garcon ou fille .Je n'aie pas voulu que maman raconte comment nojus avons fait l'amour avec mon oncle , mais elle , a tout vu . et toi tu sais comment ca se passe .

VIrginie

si tu veux ma fpooooto je peu te la faire parvenir


Revenir en haut
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 15:28 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Encore une fois merci Sophie poue le plaisir que tu me donnes

Revenir en haut
Poupette


Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2013
Messages: 193
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Lun 19 Mai - 21:36 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

sophie25 a écrit:
   . et toi tu sais comment ca se passe . 
VIrginie
 
si tu veux ma fpooooto je peu te la faire parvenir
 


 Merci pour la photo Virginie ... serais-tu de la même famille que l'Arlésienne ? ou, comme dit Papa, la fille de Peter Brady (que je ne connais pas mais Papa m'a dit que Sophie comprendra peut-être) désolée mais il n' a pas voulu m'en dire davantage !   Rolling Eyes
_________________
.

http://histoires-de-chez-nous.xooit.fr/t1774-La-confession-de-Poupette.htm


Revenir en haut
redflag44


En ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 195
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer 4 Juin - 21:51 (2014)    Sujet du message: L’initiation d’André / André Répondre en citant

Ce récit raconte les souvenirs d’André, frère de Sophie, qui m’a demandé de les relater !

Écrit par Redflag

L’initiation d’André


L’événement "anniversaire" de ma nièce, m’a fait me plonger dans les souvenirs de mon adolescence et de celle de mes sœurs. Il est vrai que l’habitude devient une seconde nature et celle de nous voir nus – comme nous habitions un endroit retiré et tranquille, notre mère nous avait habitués à être nus et à nous baigner ensemble – m’est revenu a la mémoire…

J’avais, je crois, six ans passés et, souvent, ma mère mettait Julie, ma petite sœur de trois ans, dans le bain avec moi pendant qu’elle vaquait à d’autres occupations. Une fois, maman venait de mettre Julie en face de moi et, celle-ci, aussitôt, fut en train de me tripoter. Elle la vit me saisir la verge en rigolant : « maman, tu vois, cé dur ». Maman ne fit que rire et prit une photo de cet événement, c’est cette photo qui m’a remis le tout en mémoire. Il est vrai que, souvent, le matin, mon zizi – comme on disait, alors – était tout raide et j’avais plaisir à le toucher, sans savoir pourquoi, d’ailleurs.

Le soir venu, dans notre chambre – à cette époque, Sophie, ma sœur de cinq ans, et moi, nous dormions dans la même chambre – je racontai cette histoire à Sophie qui, me voyant nu et le zizi tout mou au moment où je passais mon pyjama, me dit :

« Pourquoi il était dur, ton zizi ? Si je le touche, il deviendra dur, aussi ? »

Bien sûr, l’essai fut fait aussitôt. Cela l’amusait. En me faisant ce que Julie avait fait, il devint dur ! Seulement, si auparavant, quand maman me lavait, rien ne se produisait, j’ai ressenti quelque chose de curieux dans mon ventre, comme une onde de chatouilles. J’ai eu peur et j’ai dit à ma sœur : « arrête, tu me fais mal ! ».

Le mercredi suivant, je repris mon bain avec Julie qui recommença, et ça, j’aimais bien et, en plus, elle trouva cela amusant… Mais, au bout d’un moment, la même sensation recommença, j’étais tout dur et des petites gouttes sortirent du bout de mon zizi, mon ventre se contracta et j’ai eu beaucoup de plaisir, mais j’avais gémi et maman l’avait entendu ! Quand le bain fut fini, elle me prit à part et m’expliqua le pourquoi et comment et que plus tard, ce serait autre chose.

Quelques temps plus tard, j’ai su que Julie en avait parlé à sa sœur. À un moment où Sophie et moi, étions seuls dans la maison, elle me fit venir dans sa chambre et, baissant ma culotte, prit mon zizi dans sa main et l’agita. Au bout d’un moment, il devint tout dur et, me regardant, elle fit un bisou dessus en me disant :

« C’est vrai, il est tout dur, tu te souviens que maman te faisait des bisous quand nous prenions notre bain tous les trois ? »

Et la nuit, c’est peut-être, la première fois que je me suis caressé ! Bien sûr, il n’y a rien eu, seulement un plaisir dans mon ventre…, et dans ma tête.

Les années ont passé, j’étais en pension et vers 15 ans, j’ai joui pour la première fois – j’étais à la maison pour les vacances – en voyant Sophie nue. Qu’elle était jolie, ma sœur, avec ses petits seins qui poussaient déjà bien et là, en la voyant, nue, se doucher, j’ai bandé sans rien faire. Quand elle est sortie de la salle de bains, nue, elle est allée dans sa chambre.et là, elle m’a vu ! Surprise, ses mains se sont posées sur sa chatte et elle m’a dit :

« N’te gêne pas, t’aurais pu frapper, en plus, je suis nue !
– Tu sais, sœurette, je t’ai déjà vue nue, souvent… !
.. Et toi aussi, n’oublie pas la première fois où tu m’as touché mon zizi ! »

Je fais grâce des mots échangés entre nous et de la conversation sur le sexe, sur ce qu’elle faisait et ce que je faisais et, au bout d’un moment, toute notre confiance et notre union étaient revenues. Elle allait s’habiller quand je lui ai dit : « non, reste nue », et je me suis avancé vers elle, mes mains se sont posées sur ses seins, j’ai senti que ses tétons devenaient tout durs et elle m’a dit : « oh, ça fait comme quand je les pince, le soir, dans mon lit ». Baissant la tête, elle vit la bosse sur mon short et posa sa main dessus, moi, pendant ce tempes, je regardais sa minette où poussaient quelques petits poils blonds !!!

« Sof, tu veux qu’on fasse connaissance de nous, ce soir ? », ce disant, je pose ma main sur sa chatte et la sentis humide. Elle baissa mon short et regarda ma queue toute raide. Du bruit dans la maison fit que, vite, elle se couvrit et que moi, je remontai mon short, en filant dans ma chambre.

Après le dîner, maman alla se coucher, la vaisselle faite, maman désirant aller faire courses tôt le lendemain. Et nous, nous étions chargés de ranger la maison et la chambre de Julie. Nous nous sommes installés, côte à côte, sur le sofa, devant la télé, pour regarder un film sur la nature !! Un plaid sur nous, nous attendions que le silence se fasse dans la maison. La conversation se passait à voix base :

« Dis, tu es sûr qu’on ne fait pas de bêtise, ce tout à l’heure ?
– Mais non, tu n’as pas envie qu’on se touche ?
– Oh si, un peu, mais toi, tout seul, tu deviens raide, comme j’ai vu !
– Non, pas toujours, il faut que j’y pense, ou alors, que je me branle !
– Branler ? C’est quoi ? Comme moi, quand je chatouille mon minou ?
– Non, pas tout à fait, je te montrerai, tout à l’heure !
– C’est vrai, je pourrai toucher ?
– Bien sûr, idiote, c’est bien ce qu’on veut faire… !
.. Et toi, est-tu mouillée comme tout à l’heure ?
– Attends, je regarde…, non, pas en ce moment et tu sais, Julie aussi, elle met sa main sur son minou, je la vois faire ! »

Le silence se faisant, Sophie alla dans sa chambre en me disant : « tu attends que je me déshabille ! ». « Pourquoi ? ». « Parce que c’est comme ça !
Quand, après quelques instants, je rejoignis Sophie dans sa chambre, elle était nue et, s’approchant de moi, elle baissa mon short, je n’avais rien mis dessous !

« Ben, ce pas drôle, tu es tout mou… ! »

Et sa main se posa sur ma queue qui se dressa aussitôt !
Nous nous sommes allongés sur son lit, nus tous les deux et on a joué au docteur. J’ai expliqué à Sophie comment on faisait pour me faire du bien et qu’elle soit droite. Elle apprit vite à faire des allers et retours et moi, je caressais ses seins jusqu’au moment où mes muscles se contractèrent et j’ai éjaculé sur elle ! « OH ! fit-elle, tu fais comme j’ai vu faire Victor, il crache par son zizi ! ». « Et moi, je peux aussi faire comme ca ? J’ai une copine qui dit qu’il faut qu’un garçon fasse des bisous avec sa langue sur le minou pour que ce soit bien et c’est mieux qu’avec son doigt ! ».

Je ne me souviens plus de ce que je lui ai dit, mais je sais que j’ai léché son minou et que j’ai découvert un petit bouton rouge qui, quand on le touchait, la faisait tressauter et, au bout d’un moment, elle s’est mise à gémir, à bouger et, brusquement, j’ai senti dans ma bouche quelque chose qui sortait de son minou !!!

Oh, nous avons été contents tous les deux et nous avons recommencé plusieurs fois !
Voila…, j’ai su, après, que Sophie faisait la même chose à Julie et que maman les avaient surprises.

*****

Le temps passait vite, moi, j’étais en fac, Sophie préparait son diplôme d’infirmière ou de sage-femme, elle ne savait pas encore ce qu’elle préférait et nous n’avions pas tellement l’occasion de nous voir tranquillement, surtout, que nous pensions, tous deux, à nos copains et pour moi, je ne pensais pas trop aux filles jusqu’au jour où, en ballade, je surpris un couple, nus tous les deux et la femme, à genoux, faisait une fellation à son copain. La fille, blonde comme Sophie, grande avec de petits seins ! Un flash soudain et l’envie de Sophie resurgit dans mon subconscient, ma queue se durcit et je me vis dans l’obligation de me satisfaire…

Heureusement, la période des vacances arrivait et nous nous retrouvâmes tous ! Julie partit en vacances chez sa grand-mère, papa et maman s’en allèrent pour une dizaine de jours, avec des amis, faire une croisière et nous sommes restés tous les deux, Sophie et moi ! Le temps de nous organiser pour la nourriture et savoir ce que nous allions faire, chacun de notre côté et ensemble. Ce soir-là, un orage s’abattit sur la région et nous avons décidé de regarder un film, c’était, j’en suis sûr : « EMMANUELLE ». Nous étions allongés, tous les deux, sur le sofa du salon, et je ne sais pas lequel de nous deux a commencé à s’agiter.

« André, tu te souviens de la fois où nous avions joué, tous les deux ?
– Oui, bien sûr, pourquoi me dis-tu ça, maintenant ?
.. Parce que tu vois Emmanuelle se faire jouir dans l’avion ? »

J’ai alors passé mon bras derrière la tête de ma sœur, en lui caressant les cheveux, elle tourna la tête vers moi, avec un sourire et murmura :

« Tu voudrais, toi aussi ?
– Tu me tentes, sœurette, et tu sais que je ne résisterais pas ! »

Me rapprochant d’elle en me tournant à moitié, ma main gauche se posa sur un de ses seins, pendant que ma bouche rejoignait la sienne qu’elle ouvrit et nos langues se sont mélangées pendant que je sentais son sein durcir sous ma caresse. Sa main se colla aussi sur le mien, par dessous mon tee-shirt et que la mienne en faisait autant sous son top. Un léger gémissement sortit de sa gorge et nos deux corps, se rapprochèrent encore. Curieusement, le même geste eut lieu, simultanément, elle pinça mon téton, pendant que je faisais de même sur ses deux seins.

« André !!
– Oui, que veux-tu ?
– Oh, je mouille… !!! »

Ma main descendit vers sa chatte et je soulevai sa jupette, pendant que la sienne venait se poser sur mon pantalon de jogging, ouiiiiii, elle était mouillée !

« Dis-moi, mon grand, je crois que tu es très dur et, il me semble, qu’il a changé d’allure, ce zizi !!! »

Notre excitation monta très vite et si nos bouches restaient collées, nos malins ne perdaient pas de temps à explorer tout ce que nous pouvions faire dans notre position et c’est, à ce moment-là, qu’elle me dit :

« Viens, allons ailleurs, nous ne sommes pas bien, ici ! »

Je me suis redressé et, tout en l’enlaçant, la serrant contre moi, doucement, je lui fis enlever son top et ma bouche se posa sur ses seins. À son gémissement, je sus qu’elle appréciait. Enserrant sa taille, je fis tomber sa jupe et, voulant aller vers son puits d’amour, elle m’arrêta :

« Frère chéri, si tu veux, oui, mais sache que tu es le premier, je savais que ce serait toi qui me montrerais l’aboutissement du plaisir ! »

M’écartant un peu, je la regardai et lui dis :

« Tu es sûre que c’est à moi que tu veux donner ta virginité ?
– Oui, personne d’autre que toi ne peut être plus près de moi que toi et toi de moi… ! .. Alors, c’est ce que j’avais décidé, il ya longtemps !
.. Je sais que ce ne sera qu’une fois, mais je veux que ce soit toi qui me fasses femme ! »

Alors, je me suis écarté d’elle et, la regardant au fond des yeux, je me suis mis à genoux devant elle et j’ai fait doucement glisser sa petite culotte en dentelle, pour découvrir ce puits d’amour tellement exaltant. Ma bouche s’est posée dessus pour un long baiser qui la fit tressaillir et elle me dit : « non, pas de suite…, c’est à moi de rendre hommage à ce qui va me pénétrer pour me rendre femme, je t’aime, alors, laisse-moi faire en premier.

Je ne voulais pas qu’elle reste à genoux, alors je l’ai poussée vers le sofa et l’ai faite s’asseoir. Elle se saisit de ma verge, fit deux ou trois allers et retours, me regarda et sa bouche s’ouvrit pour absorber le gland, un long frémissement me parcourut : « que tu es belle, ma sœur, et quel beau cadeau tu me fais !! ».
Je la vis, alors, sortir le gland de sa bouche, le contempler, passer ses doigts dessus, le recalotter et le décalotter à nouveau, en soupesant mes bourses de l’autre main :

« Que c’est beau, un homme, quand on l’aime ! »

Et lentement, prenant son temps, elle engloutit ma verge et je sentais déjà l’excitation qui montait. Je ne voulais pas jouir de suite, c’était tellement beau et tellement bon de voir avec quel amour elle cherchait mon plaisir ! Sa langue tournait autour du gland, elle titillait le méat avec sa langue ou son doigt et, de l’autre main, elle effleurait l’intérieur de mes cuisses, là où la peau est si fine et tellement sensible, je crois que depuis, jamais, je n’ai vu un tel désir et un tel amour dans les gestes de l’accouplement. Sentant le plaisir monter, je l’arrêtai et la conduisis sur son lit, tout en l’embrasant. Et elle n’a jamais lâché ma verge pendant ce temps.

Arrivés dans sa chambre, sur son lit, je la fis se disposer en travers de celui-ci et, écartant ses jambes, je rendis hommage à cette chatte magnifique qui, déjà, ruisselait pour mon plus grand plaisir, et le sien aussi, si j’en jugeais par ses gémissements qui montaient au même rythme que son excitation. Seule, ma langue faisait son office, la pénétrait ou allait chercher son clito qui prenait une belle proportion. Ses gémissement s’accentuaient et elle commençait à se tordre, je voyais son ventre se crisper, sa tête qui se tournait de droite à gauche sans discontinuer. C’est à ce moment que j’ai senti que son orgasme allait arriver. Continuant à la lécher, je graissai ma queue de sa cyprine qui coulait et enfilai un préservatif. J’avais à peine fini cela qu‘elle me cria :

« Viens, viens…, VIENSSSSSSSSSSS vite…, prends-moi… ! »

Me redressant alors, relevant ses jambes et les écartant d’avantage, je présentai mon gland à l’entrée de ce minou déjà dilaté par l’envie et la pénétrai doucement, jusqu’au moment où je sentis son hymen. Sophie haletait, son ventre se tordait, j’avais beaucoup de mal à la maintenir et là, je poussai plus fort et, pur bonheur…, dans un hurlement commun, nous avons joui tous deux ensemble.

Je me suis affalé contre elle, mon bras autour d’elle, et j’écoutais, son « merci, merci mon cœur, ne t’en vas pas, tu es ma nuit de noces, je veux dormir avec toi cette nuit, ce sera la première et la dernière fois ! ».

Voila et nous nous en souvenons toujours, et n’avons jamais réitérés !!!

André
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Matazard


Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2012
Messages: 527

MessagePosté le: Jeu 5 Juin - 07:23 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

très belle histoire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 4 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom