le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

moi et virginie
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Ven 14 Mar - 15:42 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Moi et Virginie / Sophie

Comment c’est arrivé…

Je me prénomme Sophie, j’ai 40 ans et une grande fille qui a maintenant 18ans, une grande et belle fille blonde avec de très jolis seins, du 90b. Moi-même, châtain clair, 1m 74 et un 95b. Nous faisons du naturisme depuis toujours et nous avons continué après mon divorce qui est sûrement l’amorce de tout.

Notre vie se découlait très bien et sans être échangistes, il nous arrivait d’avoir de petites soirées coquines avec des amis et notre vie sexuelle était bien remplie, selon nos désirs avec des soirées coquines entre couples amis. Mon seul problème est qu’il me semblait qu’il buvait un peu trop et qu’il manquait de douceur dans nos rapports amoureux. Mais tout a changé quand il a voulu pousser un peu trop loin l’envie de me voir prise par d’autres hommes et le fait qu’il fréquentait par trop, trois copains ne faisant pas partie de nos amis, et qu’il a voulu me faire prendre par ses trois « copains » qui ne me plaisaient guère.

Bref, un soir, dans la cuisine, je préparais le repas. Ils sont arrivés, tous trois, très imbibés, et mon mari, s’approchant de moi, releva ma jupe, arracha ma culotte en disant : « les copains, à vous, baisez-la, cette salope », lui, me maintenait penchée sur la table ! L’un de ces gredins brandissait sa queue sale devant ma bouche, Je me suis mise à hurler, l’un des trois cherchant à me sodomiser ! Et mon mari, me tenant à me faire mal.

Mes cris ont attiré ma fille qui était dans la pièce d’à côté et, à la vue de ce qui se passait, elle a filé chez le voisin qui, accourant, a frappé l’un des hommes qui s’acharnait sur moi et a composé, de suite, le 17…

Je passe sur la suite, mon mari emmené au poste aves ses acolytes et moi, effondrée, et pleurant toutes les larmes de mon corps.
Les soirs qui suivirent, ma fille n’a jamais voulu me laisser seule et a dormi une bonne semaine avec moi. Les semaines passaient et la vie reprit son cours normal.
Pourtant, le soir, je me mis à ressentir un certain manque que ma chatte me semblait réclamer. N’arrivant pas à dormir, je n’osais pas, la nuit, satisfaire mes envies, par crainte de réveiller Virginie.
Par contre, ma fille déjeunant à la cantine de son établissement scolaire et rentrant à la maison le soir. je fis un bon usage de mon gode vibrant, ainsi que l’œuf télécommandé qui permettait de doubler le plaisir sous la douche.

Sophie


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Mar - 15:42 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Ven 14 Mar - 16:21 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

C'est davantage une confession qu'une histoire, je déplace le sujet dans "Confessions" !

À part cela, je trouve ce début très intéressant et très troublant. vivement la suite... !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 11:10 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

La suite de ce qui m'est arrivé :

Quelques mois passèrent et Virginie s’était bien transformée et était devenue une vraie jeune fille avec de très jolies formes. Une grande liberté existait entre nous et les explications sexuelles meublaient parfois nos conversations. Elle avait une copine de son âge qui venait parfois à la maison et couchait chez moi, alors que d’autres fois, c’était Virginie qui couchait chez elle. Je savais qu’elle se masturbait, nous en avions parlé, mais un soir, en passant à côté de sa chambre, les bruits qui en venaient laissaient penser à toute autre chose et provoquèrent, chez moi, une brusque montée de ma libido.

Le lendemain matin, école et moi, travail. Je laissai glisser, en attendant le samedi. Ce soir-là, elle est revenue un peu plus tard, après être passée chez son amie et à peine arrivée, elle a voulu aller de suite prendre sa douche et une fois dans la salle d’eau, elle m’a appelé : « maman, viens me savonner le dos, tu regarderas, je dois avoir un bouton ».

Je m’approchai donc de la cabine et, effectivement, il y avait quelque chose, mais pas un bouton, juste une petite croûte qui attestait d’une longue griffure, sûrement pas très ancienne ! « Bien, bien, je vois cela, termine ta douche et rejoins-moi dans ma chambre ».

Pourquoi, à ce moment, en touchant son corps mouillé qui sentait encore le sexe, le mien se mit-il en ébullition, la chaleur envahissant mon ventre ? « Tu es folle, Sophie, pourquoi cela, alors que tu la vois tous les jours, nue et que, jamais, tu n’as eu cette tentation de la caresser ? Malgré moi d’avoir touché son corps, d’avoir eu brusquement le souvenir de ses gémissements et ses cris quand elle se masturbait, mon trouble augmentait et, mettant un doigt sur ma fente, je la sentis mouillée. Pourquoi cette brusque attirance de ce corps qui était le corps de ma fille ?

Une fois dans ma chambre, ma main se posa sur ma fente très humide, l’envie de satisfaire immédiatement était là, mais il me fallait résister. J’étais plongée dans mes réflexions quand virginie revint de sa douche et, s’approchant de moi, m’entoura de ses bras en me faisant un gros bisou dans le cou. Ses seins vinrent toucher les miens, dont les tétons durcirent immédiatement.
Me reprenant, je la fis se tourner, désinfectai cette petite blessure en lui disant : « dis-moi, chérie, son orgasme fut si violent qu’elle t’a griffé le dos comme cela ? ». Virginie se retourna, rougissante, me serra à nouveau dans ses bras, en me disant à l’oreille : « oh maman, si tu savais comme c’est bon de faire l’amour ainsi, je voudrais tant que cela t’arrive aussi ». Ce faisant, sa bouche se posa sur un de mes seins qu’elle embrassa ! « Bon, dis-je, brusquement, virginie, tu sais que l’on doit sortir, va te préparer ! ». Restée seule, affolée, pleine d’envies, la chatte en feu : « oh Sophie, mais que t’arrive-t-il, pourquoi, c’est ta fille, quand-même ! ». Oui…, peut-être, avons-nous été trop proches l’une de l’autre ? Et pourtant, son baiser m’avait complètement affolée.

Sophie


Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 11:14 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Sous ce délicieux trouble, on perçoit la tendresse et l'amour qui unissent ce couple !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
cocoricoo


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 10
Localisation: la ou il me plait

MessagePosté le: Mer 2 Avr - 08:04 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

 tu t'arrête ai beau moment

Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Mer 2 Avr - 17:03 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Je passe la parole à Virginie, ma fille, pour la suite de ce qui nous est arrivé !



Je me prénomme Virginie et c’est vers 14 ans que, pour la première fois, je pris conscience que je devenais une jeune femme, alors que maman me posa mon premier tampon, en m’expliquant qu’a partir de ce moment, ma vie de femme allait commencer je me souviens encore du contact de ses doigts sur mon intimité et de la chaleur bizarre que je ressentis.

Il y a longtemps que, chez nous, la nudité n’était pas un problème, car nous étions des adeptes du naturisme. Je me complaisais, parfois, à contempler mon corps dans le miroir de la salle de bains, 1m 65 45 kg et des petits seins adorables, du 85 a, avec des tétons assez longs et sensibles. Les petits mecs me couraient toujours derrière avec leurs gros sabots, mais ils ne m’intéressaient guère ! J’avais une petite copine, Odile, qui suivait depuis deux ans, comme moi, dans la même classe, elle avait un an de plus que moi et nous étions devenues inséparables.

Nous faisions du sport ensemble, nous nagions ensemble à la piscine, mais nous n’avions jamais partagé la même cabine, on nous l’avait défendu !
Nos mères avaient fait connaissance et depuis quelques temps, Odile venait à la maison le mercredi et moi, j’allais chez elle la semaine suivante. J’avais demandé à maman, depuis quelques temps, si Odile ne pourrait pas dormir à la maison pour réviser nos cours et être ensemble, tranquilles. Elle avait accepté, après en avoir parlé avec sa maman.

******

Un mardi soir, au moment de mes quinze ans, pour mon anniversaire, elle est venue pour dîner avec nous. Mon père et ma mère nous avaient fait boire un peu de champagne en nous appelant « grandes filles », puis le repas fini, nous avons regagné ma chambre pour écouter de la musique et c’est là qu’Odile mit un slow et, me prenant par la taille, me fit danser. Au bout d’un moment, elle se serra contre moi en faisant valser nos nuisettes. Odile me dit ; « Vir, tu viens au lit ? ». Oh, ce fut très sage, bien sûr, nous avons fait connaissance de nos corps, parlé des garçons, parlé des filles qui étaient toujours ensemble. Nos mains ont parcouru nos corps, nos seins naissants, mais déjà très beaux et avons fait connaissance avec nos minous, ébauché nos premières caresses, nos premiers baisers sur nos lèvres et nos seins !

Mais, au long de nos rencontres, nous n’avons jamais dépassé les limites de ce que l’on nomme, la correction, d’après ce que les parents m’expliquaient. Je pense que maman a dû savoir ce que nous avions fait, car le lendemain, elle me regarda en souriant et m’annonça que le mercredi suivant, elle m’envoyait dormir chez Odile.

Virginie


Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Jeu 3 Avr - 16:57 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Tout marchait bien et maman savait que nous faisions un tas de choses ensemble quand Odile venait me voir et je savais qu’elle n’avait rien dit a mon père. Une fois Odile me demanda :

« Virg, tu a déjà vu ton père nu ?
– Oui, bien sûr, puisque nous faisions du naturisme, mais ça, il ya déjà quelque temps !
– Pourquoi…, tu ne veux plus ?
– Non…, ce n’est pas ca, mais maman ne tient pas à ce que nous le fassions pour le moment…, je crois qu’elle a un peu peur pour moi !
– Tu as déjà vu sa queue toute raide ?
– Non, comment tu sais ça, toi ?
– Ben, tu sais…, c’est mon cousin qui m’a montré son truc, sa queue, quoi, et comment il la faisait devenir raide, comme nous en se caressant !
– Tu sais, j’aimerais bien voir…, et dis moi, tu l’as touché, comme maman le fait avec mon père ?
– Oh oui, il me l’a fait sucer et branler et puis, tu sais, quand il a joui, j’ai tout pris dans la figure, mais beurk, c’n’est pas bon, je préfère ton jus à toi… !
.. Il est là, en ce moment, tu veux venir à la maison mercredi prochain, on s’amusera ! »

Bien sûr, le soir même, on a fait comme d’habitude, elle m’a léchée, sauf que moi, je n’ai pas pu, c’était sa période.

Donc, le mardi suivant, j’avais demandé à maman de pouvoir aller dormir chez Odile. Son cousin était là, un beau mec, il a 17 ans, tout blond. Alors, le soir, on a pris nos douches après le dîner et on avait laissé la porte entrouverte, il était là, à moitié caché et nous, nous nous caressions, exprès pour qu’il nous voie. Quand nous sommes sorties, juste avec une serviette, nous lui avons dit : « dépêche, tu es déjà tout raide, nous, on t’attend toutes nues !! ».

Quand il est sorti de la douche, il est venu dans la chambre avec juste son caleçon et nous, nous étions nues sur le lit. Ce fut drôle quand Odile se leva et, s’approchant de lui, d’un geste brusque, lui fit tomber son caleçon et, de suite, sa queue toute petite, se redressa et devint toute droite.

« Virg, viens, me dit Odile, je vais te montrer ! », elle me prit la main et la posa sur sa queue qui frémissait, me montra, en le décalottant, comment il fallait faire et ajouta : « vas-y, prends-la dans ta bouche et suce-la bien ! ».

Oh, j’ai bien essayé, mais même si Odile le branlait pendant ce temps au moment où il a joui, j’ai eu un haut-le-cœur et me suis retrouvée pleine de sperme sur la figure et les seins…

*****

Et puis, peu de temps après, Odile est partie, ses parents ayant déménagé. Plus de soirées coquines et comme je n’avais pas d’autres amies, ni amis, je restais à la maison et je ne savais pas ce qui, allait arriver et n’avais jamais osé dire à maman que mon père cherchait toujours à me voir nue quand je faisais ma toilette, et je trouvais qu’il avait beaucoup changé depuis qu’il amenait des "copains" à la maison, ce qui ne plaisait pas à maman.

Et ce soir la, j’étais dans ma chambre pendant que maman préparait le dîner et attendait mon père qui tardait un peu. Je révisais mon cours du jour en petite tenue, comme j’aimais être le soir. J’ai entendu la porte d’entrée s’ouvrir et claquer et, brusquement, les hurlements de maman qui disait : « nooooooooooo, je ne veux pas, arrête, NOOOOOOOOOOOOON, pas ça !! », et mon père qui gueulait : « baise-la, cette salope, baisez-la ! ». Maman continuait à hurle.

Jetant un œil par la porte de ma chambre, je vis trois hommes s’acharnant sur maman.
Sa robe déchirée et mon père qui lui tenait les mains pendant qu’un autre voulait la pénétrer. Les hurlements de maman avaient attitré l’attention de notre voisin qui, quand je lui ai dit ce qui se passait, a appelé la police d’urgence, mais maman hurlait toujours et se débattait. Moi, affolée, je suis vite partie dans ma chambre pour m’habiller et que la police qui arrivait, ne me voie pas presque nue pendant qu’ils arrêtaient les hommes et mon père.

J’ai porté une robe de chambre à maman, la pauvre était toute griffée et saignait du nez et sanglotait. Je l’ai serrée dans mais bras et, doucement, l’ai presque portée dans la salle de bains où je l’ai fait s’asseoir pour lui nettoyer le visage, les seins et là, j’ai complètement fait tomber sa robe toute déchirée. Elle avait du sperme partout et le côté d’un sein complètement griffé, puis, je l’ai portée sous la douche pour la laver et ensuite, dans sa chambre où je l’ai mise au lit !

*****

Pendant que je rangeais dans la cuisine et ramassais tout ce qui traînait, notamment, sa culotte déchirée que je portai, je ne sais pourquoi, sous mon nez pour la sentir comme je le faisais parfois, avant cette histoire :

« Virginie, Virginie… ! Appelait maman.
– J’arrive, maman, j’arrive !
– Chérie, me dit elle, en pleurant, c’est affreux, j’aurais tant voulu que tu ne voies pas ton père comme ça… !
.. Je te l’avais caché jusqu'à présent, mais ne me laisse pas seule, en ce moment…, viens près de moi, j’ai besoin de toi, ma chérie !
– Oui maman, je vais fermer partout, prendre une douche et j’arrive ! »

Je l’ai rejointe dans son lit et, serrée contre elle, fatiguée par toutes ces émotions, je me suis endormie contre elle, contre son corps que j’aimais tant !

Virginie


Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Jeu 3 Avr - 17:00 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Superbe narration qui laisse présager un amour fusionnel et passionnel !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Dim 6 Avr - 10:16 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Au moins quinze jours passèrent, où en rentrant de mes cours, je m’occupais de maman, souvent très prostrée et j’avais la plus grande difficulté à la voir nue, contrairement à l’habitude. Elle avait encore des bleus qui tournaient au mauve et quelques cicatrices, mais elle dormait mieux, même si, parfois, elle rêvait à ce qu’il s’était passé. Elle a même crié une fois : « non, non, pas Virginie ! », me remettant en mémoire le regard vicieux d’un des hommes qui m’avait vue nue, ou presque !

Cela allait quand-même mieux au fil des jours, puisqu’au début de l’été, je la vis de nouveau nue au soleil ! Je dormais encore avec elle parfois, et surtout le mardi soir, si je n’avais pas de cours le mercredi. Et un mardi soir, en rentrant, j’entendis des gémissements dans la salle d’eau et je vis maman, se masturbant et gémissant et criant son plaisir. Brusquement, je sentis mes tétons durcir et mon ventre se contracter, me donnant l’envie de me satisfaire, ce que je ne fis pas pour je ne sais quelle crainte, étant donné que ma mère m’avait déjà vu jouir.

Sans rien dire pour ne pas la déranger, une fois dans ma chambre, je me suis déshabillée, ma culotte était tachée et très humide. Il est vrai qu’il y avait quelque temps que je n’avais plus eu cette satisfaction de mes sens.

Je vis, en allant dans la cuisine, que maman avait préparé le repas, un repas de fête et, c’est alors, que je me suis souvenue que c’était son anniversaire. Allant dans sa chambre, je mis mes bras autour de son cou en l’embrasant tendrement : « bon anniversaire, maman chérie, je t’aime tant ! ».
« Moi aussi, répondit maman, tu es, maintenant, le seul amour de ma vie, et tu as été si attentionnée tous ces derniers temps », et là, je vis son regard plein d’amour fixé sur moi. Elle était en train de passer une robe légère sur son corps nu au moment où je suis entrée dans sa chambre. Jje pourrais dire notre chambre, depuis le temps que je dormais avec elle.

Puisque maman s’habillait ainsi, je voulus en faire autant et, me mettant nue, je passai aussi une robe mini sur mon corps nu, et le contact du tissu fit que mes tétons durcirent encore, ajoutant à ma joie, quelques pensées disons troubles !!!

Le dîner fut très agréable, il faisait bon et la fenêtre du salon, ouverte, laissait entrer les odeurs prémices de l’été qui s’annonçait.
Le dîner terminé, la vaisselle faite, comme il était un peu tard, nous sommes allées dans la salle de bain et maman se démaquillait pendant que je prenais ma douche, en insistant, peut-être, un peu trop avec le jet sur mon petit bouton. Maman ayant terminé, je lui laissai la place et lui dis : « tu es belle, maman, comme avant ». « Toi aussi, ma fille, je suis fière d’avoir une aussi belle fille, aves des petits seins si beaux ! ».

Une fois tout terminé, maman me rejoignit devant la terrasse, nue comme moi, offrant nos corps à la douceur de la nuit qui tombait et moi, troublée par cette envie lancinante de doigts et de langue dans ma chatte.
Comme nous avions, une fois n’est pas coutume, bu un peu plus que d’habitude où la boisson des repas est généralement de l’eau, une fois au lit, j’ai embrassé maman et me suis endormie très vite…

*****

Pourquoi, à un moment, me suis-je réveillée à moitie, sentant une main qui parcourait ma cuisse et entendant maman gémir doucement, en murmurant : « oh, que j’ai envie d’elle, de ce si joli petit corps, elle me trouble tellement » Troublée, sans rien dire, comme si je dormais, je me suis retournée et j’étais face à maman, sa main s’était retirée, sans doute, pensait-elle, que je pouvais me réveiller, mais, au bout de quelques minutes, sa main se reposa sur moi, sur un sein et glissa vers mon intimité, ce qui m’excita brusquement ! Maman dut le sentir, car je l’entendis murmurer : « mais, elle est mouillée !! ». Je me retournai encore une fois, écartant les jambes et je sentis encore cette main sur ma chatte.

À un moment, n’y tenant, je me suis retournée brusquement et, me serrant contre elle, je lui dis : « ohhhhhhhhhhmmama, ouiiiiiiiiiiiii, fais-moi jouir, j’ai tant envie de toi ». Je n’entendis qu’un mot : « VIrgggggggggg, oui, viens », nos lèvres se collèrent, nos bouches s’unirent en un violent baiser et je sentis ses doigts entrer en moi, libérant une onde de plaisir, sa main se fit plus active et, brusquement, je me mis à crier ma jouissance, en inondant le drap ! « Ma chérie, mon amour de fille, oh que je suis heureuse, enfin », et moi je lui ai dit : « oh maman, tu m’aimes deux fois maintenant, jamais, jamais, je n’ai été aussi heureuse », repoussant tous les draps, m’écartant les jambes, sa langue prit possession de moi, électrisant mon bouton et déclenchant, en même temps, un énorme orgasme : « MamaNNNNNNNNNNNNN, je t'aimmmmmmme ! ». « Oh mon amour, me dit-elle, oh mon amour ! ».

Virginie


Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 6 Avr - 10:18 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

La confession est très prenante, on y prend goût !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
sophie25


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 114
Localisation: gaillac

MessagePosté le: Dim 6 Avr - 17:15 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Suite de "Moi et virginie", je reprends le blambeau

Oui, je repense à tout ce qui m’est arrivé et à la présence bénie de ma fille qui a été, pour moi, d’un grand secours, les premières semaines de ce que je peux appeler ma "convalescence", surtout, bien sûr, les premiers jours où j’étais quasi dépendante d’elle pour mes soins. Les semaines passaient et, à ma mémoire, revenait ce choc que j’avais éprouvé lors d’une douche commune où elle m’avait lavé les cheveux et, involontairement ou volontairement, caressé un sein et fait un bisou au coin de mes lèvres.

Je n’osais, lorsque nous étions au lit, le soir, trop bouger, alors que la présence de son corps nu à mes côtés, éveillait un désir grandissant contre lequel je luttais de plus en plus et qui me faisait, rien qu’à la pensée de l’avoir près de moi, dresser les tétons à m’en faire mal.

Le jour au réveil, rien ne se passait, même si nous prenions nos douches l’une après l’autre et finissions notre toilette, nues comme nous l’avions toujours été depuis qu’elle était toute petite, mais souvent, après son départ du matin, j’éprouvais le besoin de me donner du plaisir, et ce, de plus en plus souvent !

C’est une nuit, où je l’entendis gémir et bouger que mon envie fut la plus forte, doucement, ma main se posa sur elle, juste sur sa cuisse, presque à toucher son minou si joli. Peut-être, avait-elle réalisé, car elle bougea un peu et, aussitôt, je retirai ma main, mais je ne pus résister à la poser sur ma chatte en me caressant doucement. Peu de temps après, m’étant retournée la face du côté du bord du lit, je sentis Virginie bouger et sa main venir sur ma fesse. Me gardant bien de bouger, comme si je dormais, je laissai faire, mais j’avais déjà ressenti, en moi, l’envie irrésistible de la serrer dans mes bras…

Je me suis donc retournée brusquement et ma main retomba sur sa chatte humide. Immédiatement, ses jambes s’écartèrent et je l’entendis gémir. Ce fut l’explosion, je ne sais qui, de nous deux, se rapprocha, mais je l’entendis dire : « viens, je veux jouir », et là, nos deux bouches se joignirent et sa main, aussi bien que la mienne, trouvèrent le chemin du puits d’amour pour une masturbation frénétique qui nous fit jouir… Virg d’abord, en hurlant, avec après un mot d’amour que je n’oublierai jamais. La nuit fut courte, je la serrais dans mes bras, en lui disant : « ma chérie, mon amour, tu viens de te donner à mo, quel splendide cadeau tu me fais, mais tu restes ma fille adorée, même si ca n’est plus la même chose », et là, Virginie se lova contre moi en me disant : « oui maman, je suis ton amour et tu es mon amour, si tu savais le bonheur que j’ai, je sais, maintenant, le bonheur que deux femmes peuvent se donner ! ».

Nous avons, quand-même, sombré dans le sommeil et, à mon réveil, elle n’était plus dans le lit, mais je la vis arriver avec un plateau et le café qui sentait bon… « Maman, bois ton café et je reviens », me dit-elle. C’était un beau dimanche d’été et le soleil était déjà sur la terrasse de ma chambre. Je repoussai le drap et restai nue, étalée, avec en moi, le souvenir de cette nuit merveilleuse où nous nous étions, enfin, unies. Quand je la vis revenir, les yeux étincelants et un sourire carnassier sur son visage, arrivée au bord du lit, elle posa quelque chose et les griffes en avant, à quatre pattes, elle avança vers moi et, écartant brusquement mes jambes, se saisit, bouche ouverte, de mon clito qui, je sais, ne demandait que ça.

« Maman, tu sens l’amour, la cyprine séchée, attends que je te prépare », elle prit un linge humide et, délicatement, avec un sourire diabolique, me lava les lèvres et le pubis, en effleurant à peine mon bouton qui pointait en dehors de sa cache. Déjà, mon ventre durcissait, son regard se porta sur mes seins dont les bouts très durs me faisaient mal et sa bouche se colla sur mon clito, en me mordillant, en léchant, me pénétrant avec son doigt et me regardant souffler, gémir, haleter. Mon ventre, déjà, se contractait et je sentais mon vagin durcir, lui aussi, quand, brusquement, un flot de cyprine inonda son visage. à la petite morsure qu’elle fit sur mon clito en même temps qu’un cri de jouissance éclata dans la chambre !

Toujours son doigt en moi, elle rampa sur mon corps et nos lèvres se joignirent en un brûlant baiser, je sentis un autre doigt pénétrer mon vagin et, à son amusement, mon ventre se contractait toujours. Mes bras l’entourèrent, nos seins se frottaient, ce qui ne faisait rien pour diminuer notre désir commun. Me retournant, elle fut sous moi, une jambe écarta les siennes, soulevant son bassin et nos clitos se rencontrèrent en un très long massage de nos vulves, ce qui, au bout d’un moment, déclencha, en nous deux, un autre orgasme : « maman, maman, je vais jouir, ohhho ouiiiiiiiiiiiii, je jouiiiiiiiiieeeeeeeeeee… ! ».

Epuisées, transpirantes, le sommeil nous gagna !

Sophie


Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 6 Avr - 17:19 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Je me m'en lasse pas !

Si vous voulez que Sophie et virginie continuent de vous narrer leur amour, faites donc des commentaires d'appréciation !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
leplaisird'yves


Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2012
Messages: 89
Localisation: wavre

MessagePosté le: Lun 7 Avr - 10:15 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

Voilà une histoire prenante depuis le début et même si un épisode est plutôt très noir, le reste est d'une sensualité incroyable merci

Revenir en haut
kinvarace213


Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2012
Messages: 10

MessagePosté le: Lun 7 Avr - 12:02 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

que du plaisir,merci pour ce tres beau moment de tandresse,vivement la suite

Revenir en haut
mlle_helened


Hors ligne

Inscrit le: 10 Aoû 2012
Messages: 74
Localisation: Region Parisienne

MessagePosté le: Lun 7 Avr - 12:25 (2014)    Sujet du message: moi et virginie Répondre en citant

belle histoire d'amour née de circonstances tragiques

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Forum, espace de discussion -> Confessions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 1 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom