le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Les surprises d’Internet / Redflag

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 196
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer 30 Oct - 11:00 (2013)    Sujet du message: Les surprises d’Internet / Redflag Répondre en citant

Écrit par Redflag

Les surprises d’Internet

Chapitre 1


L’histoire que je vais vous narrer s’étale sur plusieurs mois, cependant, elle débute en mars, au moment des nettoyages de printemps.

Claudine est une mère de famille de 40 ans, belle et épanouie, avec des seins encore fermes et une croupe dont les hommes ne se lassent pas d’admirer. Elle s’entretient, surveille son régime et fait régulièrement de la gymnastique, ce qui lui donne un ventre plat et des cuisses fermes et musclées.

Son mari, depuis longtemps parti, ne s’occupe aucunement d’elle et de sa fille, comme si ce n’était qu’un épisode de sa vie qu’il s’était empressé d’oublier.

Sa fille, Patricia, parlons-en, est une ravissante blonde, tout le portrait de sa mère ! Hé oui, Claudine n’avait que 16 ans quand elle a accouché de sa fille. Sa mère l’a élevée seule et s’est occupée de son éducation.

À ce jour, Patricia travaille dans un cabinet d’avocats et se destine à la noble profession de « défenseur de la veuve et de l’orphelin ». Elle suit les cours de droit à l’université de Nanterre et, parallèlement, elle est en stage dans le cabinet de Maître Frossard, ce qui lui permet de payer ses études et d’acquérir les bases de son futur métier. Elle est en dernière année et l’avenir se présente sous les meilleurs hospices.

Certes, sa mère pourrait subvenir à ses besoins, mais elle préfère travailler davantage et avoir une plus grande indépendance financière. Son calcul n’est pas si faux, rien ne remplace les stages pratiques, elle peut, ainsi, voir concrètement ce qu’elle apprend aux cours !

Elle vit toujours auprès de sa mère et celle-ci y trouve son compte, elle est choyée par sa fille et a, un peu, l’impression de vivre en couple, tout en se disant qu’un jour elle rencontrera un garçon et s’en ira. Dans l’attente de ce moment, elle profite au maximum de la présence de sa fille, allant au théâtre ou au restaurant, lui rendant l’affection que sa fille lui porte.

Je disais donc, tout commence avec les nettoyages de printemps. Patricia est assise à la table du salon et révise, tout en regardant sa mère nettoyer. Claudine sent le regard de sa fille la suivre, tandis qu’elle monte sur un escabeau pour nettoyer le haut des vitres.

« Maman, veux-tu que je t’aide ?
– Non, ça ira, tu as déjà assez de travail avec tes cours !
– Bof, ça va, je peux faire une pause !
.. En plus, je tiens à te dire que ta manière de travailler est dangereuse… !
.. Ton escabeau est un peu branlant, je ne voudrais pas que tu tombes !
– Tu as raison, viens le tenir… ! »

À ces mots, Patricia est déjà debout, à côté du marchepied et le tient solidement, empêchant celui-ci de vaciller. Son regard se porte tout naturellement sur la jupe de sa mère et, de par sa position, dessous. Claudine sent ce regard qui la transperce et éveille en elle, des pensées contraires aux bonnes mœurs. Il faut dire qu’elle avait fait une croix sur la sexualité, dégoûtée des hommes et son éducation chrétienne lui interdisait toute déviance.

Elle se dit que c’est, peut-être, le moment de lui demander ce qui la tracasse depuis quelques années :

« Au fait, il paraît que le fils Frossard est un beau garçon ?
– Lucien, bof…, il est pas mal, pour celles qui aiment ce genre de beauté !
– Quel genre d’hommes aimes-tu ?
– Je n’ai pas de genre spécifique… !
– Tu n’as pas envie d’avoir des enfants ?
– Si, mais j’ai bien le temps, pas avant mes trente ans !
– Admettons que tu aies trente ans, qui choisirais-tu ?
– Peut-être un homme comme Lucien, à condition qu’il me laisse une liberté totale !
– Est-ce possible de trouver un homme comme ça ?
– Je pense que oui, nous en avons déjà discuté et il est prêt à attendre mon bon vouloir !
.. En plus, il m’accordera une indépendance complète, pour autant que j’accepte sa double vie !
– Qu’entends-tu par là ?
– Lucien adore se travestir et il aime les contacts masculins !
– Et cela ne te gênerait pas ?
– Non, pas du tout, au contraire, et ceci pour deux raisons :
.. La première, je pourrais y assister… !
.. La deuxième, rien ne m’empêchera de faire pareil… ! »

C’est la première fois qu’elles ont ce genre de conversation, Claudine a toujours respecté l’intimité sexuelle de sa fille et celle-ci n’a jamais voulu la bousculer dans ses convictions pseudo morales ou religieuses. Elle s’aperçoit qu’elle ne connaît pas sa fille, certes elle l’aime comme une mère doit aimer son enfant, mais elle ignore tout de sa vie de femme ! En plus, ce regard qui devient insistant la trouble dans le plus profond de son être. Sa culotte devient moite, il lui semble qu’une tache d’humidité est en train de se développer. Et sa fille qui la regarde toujours…

Claudine n’est pas si naïve que ça, même si elle n’a jamais pratiqué, elle sait que les amours féminines existent et, de s’exposer à la vue de sa fille, lui procure un certain picotement, comme si sa sexualité se réveillait :

« Je voulais te dire, maman, tu prends toujours soin de toi, tu t’entretiens, tu portes des tailleurs chics…
– Qu’est-ce que tu sous-entends ?
– Bin, question slip, ce n’est pas brillant… !
– Mais, enfin…
– Tu pourrais mettre un slip en dentelle, ou même un string !
– Tu me vois, moi, avec un string ?
– Pourquoi pas, c’est très féminin et ça t‘irait très bien… !
– je ne sais pas si j’oserais !
– Mais oui, maman, je t’en prêterai un !
– Parce que tu portes ce genre de sous-vêtements ?
– Bien sûr, je te montrerai… ! »

Les carreaux nettoyés, Claudine redescend, comme à regret, et continue son nettoyage de printemps, troublée plus que raison par l’attitude de sa fille. Celle-ci sent l’émotion de sa mère et décide d’en profiter. En s’asseyant sur le canapé du salon, elle garde ses cuisses bien écartées, dévoilant le ravissant string qu’elle porte. On ne peut pas dire que son slip cache grand-chose, le petit triangle de tissu est engoncé entre les grandes lèvres et la ficelle ne cache rien de son œillet bistré. Le spectacle est ravissant, pour un peu, elle y mettrait la main, mais ces choses-là, ne se font pas !

À force de regarder, Claudine est survoltée, ce qui l’encourage à parler intimement avec sa fille :

« Je voudrais te parler de choses intimes, à cœur ouvert… !
– Oui maman, je t’écoute, que veux-tu savoir ?
– Je pense que tu as une sexualité très intense, mais je ne te vois pas sortir ou très rarement… !
.. Comment fais-tu pour assouvir tes pulsions ?
– Justement, quand je sors, c’est pour ces raisons !
– Mais, comment fais-tu pour trouver ces « rendez-vous » ?
– Dieu merci, il y a Internet… ! »

Claudine est interloquée, son univers de morale est en train de s’effriter, elle réalise qu’elle a vécu plus de 20 ans sans s’occuper de sa vie intime et sent comme un vide dans sa tête et son corps.

« Tu m’expliqueras… ?
– Mais oui, ma petite maman, je te montrerai… ! »

Ce soir-là, quand Claudine va se coucher, elle se déshabille devant la glace et constate, qu’effectivement, sa culotte n’est pas très sexy ! Elle tire les côtés contre le haut, échancrant sa culotte, ce qui lui donne un air de tanga brésilien. « Oui, comme ça, c’est plus sexy ! », pense-t-elle. Elle remarque aussi que sa culotte est maculée à l’entrejambe, elle a donc mouillé en s’exhibant devant sa fille et en la regardant.

Puis, elle prend sa douche et va se couche. Le sommeil a de la peine à venir, elle voit des slips de toutes sortes, même des culottes ouvertes. Elle retrouve les gestes de son adolescence, avant que sa mère la surprenne et le lui interdise, lui disant que c’était sale et immoral. Maintenant, elle sait que ce n’était que foutaises, des idées préconçues de femme mal baisée ! Son doigt s’aventure sur son sexe, caresse le vaillant soldat qui garde l’entrée de son sanctuaire secret ! L’orgasme qui la submerge l’anéantit complètement, c’est le premier vrai orgasme de sa vie ! « Et ce ne sera pas le dernier ! », se promet-elle.

Le lendemain, elle se réveille, rayonnante comblée, et pourtant, en voyant sa fille vêtue d’un simple shorty et d’un top transparent, ses envies lubriques remontent à la surface. Serait-elle excitée par sa fille, serait-elle tentée de la séduire ? Elle n’a pas le temps de s’interroger que sa fille l’embrasse à la commissure des lèvres en lui souhaitant le « Bonjour ».

« Bien dormi, ma petite maman ?
– Oui, assez bien, j’ai eu de la peine à m’endormir, mais finalement, j’ai bien dormi !
– C’est ce que j’ai entendu, mais nous sommes toutes pareilles !
– Que veux-tu dire ?
– Que moi aussi, j’ai dû utiliser des procédés d’ado pour me calmer et m’endormir ! »

Claudine est plus que troublée, sa fille vient de lui avouer, qu’implicitement, sa fille s’est caressée pour pouvoir s’endormir ! Une question lui brûle les lèvres : « à quoi ou à qui pensait-elle dans ces moments intimes ? », mais une pudeur assez naturelle l’empêche de la formuler.

« Au fait, hier soir, sur Internet, j’ai fait connaissance d’une femme intéressante, elle s’appelle Liliane !
– Jeune…, jolie… ?
– Les jeunes ne m’intéressent pas, je préfère les femmes matures !
– Comme moi ? Se risque-t-elle.
– Un peu, même plus âgées… !
.. Comme me l’avait dit un psy, je recherche la présence de la mère !
– Cela ne te pose pas de problèmes ?
– Non, aucunement, j’assume… !
.. Et j’avoue que j’y prends un plaisir incommensurable ! »

Claudine ne sait pas où se mettre, ainsi sa fille, sa propre fille, nourrit des désirs incestueux envers sa propre mère ! Cela rejoint les siens, mais au nom de cette liberté, a-t-elle le droit de succomber à ses envies ?

« Nous avons parlé de toi, de mes désirs secrets, elle me comprend tout à fait !
– Comment est-elle ?
– Un peu comme Jane Fonda en plus jeune, une belle bouche et de beaux yeux !
– Elle t’en a montré davantage ?
– Non, nous avons juste fait connaissance, ça viendra avec le temps !
– Et toi, tu te montreras aussi ?
– Évidemment, je tiens à lui faire envie !
.. Ah, j’oubliais, elle m’a demandé si je voulais te présenter !
– Je ne sais pas si je vais oser ?
– Mais oui, tu verras comme c’est excitant ! »

La journée se passe lentement, Claudine ne fait que ressasser ses pensées lubriques et se languit d’être avec sa fille, devant l’écran de son PC.

Après le repas, elles vont toutes deux prendre une douche dans leurs salles de bains respectives. Puis, vêtues d’un peignoir, elles se retrouvent sur la toile :

« Maman, j’ai vu que tu avais encore cette affreuse culotte, enlève-la et passe ce string !
– Mais c’est le tien ?
– Ben oui, tu verras comme on est bien dedans ! »

Comme une automate, Claudine quitte son horrible tissu et enfile le string de sa fille ! Premier constat, il est humide et lui colle à la peau. Deuxième constat, le moment de honte passé, ce n’est pas si désagréable ! De penser qu’elle porte le string de sa fille et que celle-ci a mouillé le fond, l’excite encore plus, elle est prête à tous les excès.

« Montre-moi comment ça te va ? »

Claudine ouvre son peignoir et avance son bassin pour bien mettre en valeur son écrin de femme mûre !

« C’est parfait, ça te va super bien, rentre bien le tissu dans ta fente, laisse déborder tes grandes lèvres !
– Mais c’est obscène !
– Justement, il faut que ça soit obscène ! »

Patricia se remet au clavier et le contact du soir précédent apparaît sur l’écran. Effectivement, elle ressemble beaucoup à Jane Fonda, un peu plus jeune, d’une cinquantaine d’années. Elle est vêtue d’une jupe courte qui, de par sa position assise, remonte assez haut, à la limite de son dernier rempart. Celui-ci, semble être constitué de dentelles transparentes. Son bustier a la même apparence, il dévoile plus qu’il ne cache les seins opulents, libres de toutes attaches. Elle est terriblement jolie, Claudine en est presque jalouse.

Les présentations se font et très rapidement, une atmosphère chaude et envoûtante se crée.

« Vous ressemblez beaucoup à votre fille, vous êtes magnifique ! Dit Liliane.
– Merci pour le compliment, je vous trouve aussi très jolie !
– Ne pourrait-on pas utiliser le tutoiement, le "vous", ça fait bourge ! Propose Patricia.
– Pour moi, ça ne pose aucun problème, et toi, Claudine ?
– C’est pareil, je me sens bien en face de toi, et avec ma file à mes côtés !
– C’est qu’elle est belle, ta fille, j’en ai rêvé tout la nuit !
.. Maintenant que je te connais, je vais rêver de vous deux !
– Je vais vous avouer une chose, à toutes les deux, je fantasmais déjà sur ma mère, je sens que je vais aussi fantasmer sur toi, Liliane !
– Il ne faut pas seulement fantasmer, il faut passer à l’acte… !
.. Patricia, ouvre le peignoir de ta mère, qu’elle nous montre ce qu’elle cache !
.. Claudine, fais pareil, dénude les seins de ta fille !
– Oui, à condition que tu fasses pareil… ! »

D’un commun accord, les vêtements s’ouvrent dévoilant des seins magnifiques. Ceux de Liliane sont un peu tombants, mais Martine s’extasie devant ceux-ci :

« Liliane, je trouve tes seins merveilleux… !
– Ils n’ont plus la fermeté de mes 20 ans, ils s’affaissent quelque peu !
– C’est ce qui me plaît, j’aime les seins qui ont allaité !
– Tu es comme ma fille. Elle aussi, les adore !
– Tu couches avec ta fille ?
– Oui, tout comme vous allez coucher ensemble, mes deux tourterelles !
– Euh…, je ne sais…
– Mais si, vous en brûlez d’envie !
.. Patricia, caresse les seins de ta mère…
.. Claudine, fais pareil, triture-lui les bouts…
.. Comme je suis en train de me faire ! »

Les deux femmes s’exécutent et se caressent la poitrine sans ménagement. En face d’elles, Liliane se triture les bouts turgescents et les roule entre le pouce et l’index.

« N’ayez pas peur de vous faire mal, le plaisir n’en sera que meilleur… ! »

Claudine et Patricia copient les gestes de Liliane et, effectivement, la douleur laisse place à un plaisir jusqu’ici inconnu !

« Maintenant, embrassez-vous, je veux voir vos langues se toucher, buvez votre salive, soyez en communion totale ! »

Le baiser qui les unit est interminable. Pour Claudine, c’est son premier baiser lesbien et pourtant, elle embrasse comme si elle en avait l’habitude. Leur salive coule de l’une à l’autre, comme si un lien les reliait.

« C’est bien, continuez, caressez-vous la chatte… !
.. À ce que je vois, vous avez, toutes deux, un beau clitoris… !
.. Pas aussi développé que le mien, mais ça viendra avec des exercices ! »

Elle exhibe avec fierté son appendice érectile, il dépasse les 6 cm et est aussi gros qu’un majeur, on dirait une petite bite :

« Il est super, on a envie de le prendre en bouche !
– Ҫa viendra, je vous le ferai bouffer !
.. Mais en attendant, vous avez mieux à faire… !
.. Occupez-vous de vos berlingots et sucez vos clitos ! »

Les deux femmes sont comme hypnotisées et obéissent aux injonctions de Liliane qui, vous vous en doutez déjà, va devenir leur maîtresse.

Ensuite, ce n’est qu’une suite d’orgasmes qui les entraîne sur le chemin de la perversité où tout est possible, où rien n’est interdit !
En face d’elles, Liliane se tord sous le plaisir et, en parfaite femme fontaine, envoie une giclée de cyprine qui les laisse pantoises :

« Faite-en autant, jouissez et éjaculez !
– Je doute que je puisse faire pareil… !
– Moi aussi, je mouille portant beaucoup, mais je n’arrive pas à gicler !
– Si vous ne giclez pas, il y a d’autres solutions pour que ça mouille… !
– J’ai peur de comprendre, tu voudrais que l’on se p…
– Oui, c’est ça, elle voudrait qu’on se laisse aller !
– Tu l’as déjà fait… ?
– Oui, c’est une pratique courante pour les lesbiennes !
– Vous avez tout compris, mes choutes, refaites-vous jouir et arrosez-vous ! »

Claudine et Patricia repartent pour un énième jouissance et au moment de l’extase, elles se libèrent dans une orgie de perles dorées !
De l’autre côté, Liliane s’est positionnée en poirier et son urine descend directement dans sa bouche.

Elles ont leur compte de plaisir et avant de se séparer, elles conviennent d’un rendez-vous où Liliane viendra avec Nathalie, sa fille !

Redflag
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 30 Oct - 11:00 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
gesp


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2012
Messages: 38

MessagePosté le: Mer 30 Oct - 14:04 (2013)    Sujet du message: Les surprises d’Internet / Redflag Répondre en citant

 ca commence sur les chapeaux de roues. Encore une fois, redflag nous régale avec un récit bien mené. vivement la suite 

Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Jeu 5 Juin - 22:13 (2014)    Sujet du message: Les surprises d’Internet / Redflag Répondre en citant

Razz  Beau début la suite promet du plaisir............ merci redflag

Revenir en haut
MSN
be_atrice


Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2015
Messages: 13
Localisation: centre

MessagePosté le: Dim 16 Aoû - 18:04 (2015)    Sujet du message: Les surprises d’Internet / Redflag Répondre en citant

décors joliment planté, l'excitation comme le plaisir montent joliment. Vivement la suite. merci redflag
_________________
Une journée sans jouir est une journée perdue


Revenir en haut
mecnu


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2012
Messages: 482
Localisation: St Etienne

MessagePosté le: Lun 17 Aoû - 21:34 (2015)    Sujet du message: Les surprises d’Internet / Redflag Répondre en citant

Okay Okay   be_atrice  enfin une fidèle lectrice c'est encourageant, merci à toi et à redflag qui nous régale..............

Revenir en haut
MSN
sterco


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2012
Messages: 355
Localisation: toulouse

MessagePosté le: Mar 18 Aoû - 15:14 (2015)    Sujet du message: Les surprises d’Internet / Redflag Répondre en citant

tout est dit merci Redflag pour ce texte et sa suite

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Vos histoires -> Femmes, femmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom