le forum histoires de chez nous Index du Forum
le forum histoires de chez nous
Forum d'échanges et de discussions consacré aux relations intra familiales entre adultes consentants
 
le forum histoires de chez nous Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Un périple en bicyclette...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Histoires à l'examen -> Vos récits, vos essais
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
TALISMAN
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 6 Oct - 22:25 (2013)    Sujet du message: Un périple en bicyclette... Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Un circuit à bicyclette


Ce mardi de juillet, j'étais parti dès le matin pour un circuit d'une centaine de kilomètres en vélo de route. J'ai toujours aimé le vélo de "course". La sensation de liberté que procure cette activité est des plus agréables.

En plus d'entretenir une forme physique, c'est la garantie de découvrir des paysages de toutes beautés.

J'avais déjà parcouru une trentaine de kilomètres. Je m'apprêtais à gravir la route sinueuse qui menait au col du H.
Six kilomètres d'une petite route étroite, souvent entourée d'épicéas, de chênes et de vieux érables. Au fil du parcours, sur le côté de la chaussée, une trouée dans la végétation permettait une vue sur la vallée, puis, plus haut, sur la plaine.

Grand pignon, second plateau, je pédalais de la façon la plus régulière afin de ménager mes efforts. Dans ces situations d'efforts, il est important de trouver son rythme et de le garder. De temps à autre, je croisais un "collègue" cycliste qui descendait à grande vitesse.

Il était près de midi. La chaleur était forte. Je buvais régulièrement de l'eau d'une de mes deux gourdes fixées sur mon vélo. Je n'hésitais pas à les remplir aux fontaines des villages que je traversais où à l'une de ces sources coulant dans des baquets de pierre, au bord de la route.
Pour éviter les coulées de sueur dans les yeux, autour de mon front, je passais une de ces bandes de tissu-éponge qui enserrait la tête. Je m'étais fixé une halte "sandwich" au col du H.

Je pédalais depuis une vingtaine de minutes. Je devais avoir parcouru le tiers de la distance. La côte était plutôt sévère. Selon l'expression consacrée, j'avais le nez dans le guidon.
Concentré sur mon effort, maintenant le rythme. L'idée de la halte récréative qui m'attendait pour déguster mon sandwich, me donnait un courage supplémentaire.

Je me préparais à négocier un virage à gauche, en épingle à cheveux, très pentu. Je serrai ma droite afin de le prendre dans sa plus grande largeur. Je descendis la chaîne sur le plus petit plateau. Je montai la chaîne sur le dernier grand pignon. J'attaquai le long virage. Négociant en virages, quelle belle activité...

Derrière moi, j'entendis soudain le bruit du moteur d'une voiture.
Depuis ces vingt-cinq minutes, je n'avais pas encore été dépassé par une auto.
À ce moment-là, dans l'effort, il y a toujours une certaine appréhension.
L'automobiliste me verra-t-il dans ce virage ? Audiblement, la voiture roulait lentement. Pas de "fou du volant", se prenant pour Sébastien Loeb, à craindre !

J'étais dans l'effort. La petite voiture rouge me dépassa lentement, roulant presque à mon allure. Je regardai sur ma gauche. Dans la 106, une jeune femme blonde, au volant, regardait dans ma direction, en souriant.

J'étais bien trop crispé dans l'effort pour faire un signe de la main. J'étais dans mon "monde" cycliste. J'étais le Jalabert du pauvre en train de faire l'étape privée de mon "Tour de France", à moi tout seul !

La voiture me dépassa, continuant sa route. J'oubliai presque immédiatement l'évènement, sortant enfin de ce long virage pentu et pénible.
À présent, la route, devant moi, présentait une ligne droite d'environ une centaine de mètres. Elle montait un peu moins. Pour garder mon rythme, je redescendis la chaîne sur l'avant dernier grand pignon et la remontai sur le plateau du milieu.

Un nouveau virage se présentait sur la droite, semblable au précédent. Je m'apprêtais à faire les mêmes manœuvres, me préparant mentalement à ce nouvel effort. Là, il me fallait me déporter sur la gauche de la route pour prendre la courbe dans sa plus grande longueur. Je regardai derrière moi . Personne ! Je pouvais y aller...

Soudain, là, sur la droite, je pus voir la petite voiture rouge qui m'avait dépassé précédemment, garée sur le bord de la route, à l'entrée d'un chemin. J'étais dans l'effort. Je n'apportai que peu d'attention à ce fait. Arrivé à la hauteur du véhicule, le dépassant, je tournai la tête, jetant un coup d'œil rapide.

Elle était là, accroupie, devant sa voiture. En jupe, les cuisses écartées, sa main gauche en appui sur le capot. Je ne savais pas vraiment la raison de cette attitude, mais instinctivement, je m'en doutai un peu. Son sourire était déconcertant. Le regard terriblement troublant.

Cela eut l'effet d'une douche glacée, d'une crevaison, ou de tout autre évènement apte à perturber la concentration intense de mon ascension. Il me fallut plus de cent mètres – qui me sembla durer une heure d'effort – pour revenir de mon émotion.

Quelques virages plus loin, je fus dépassé à nouveau par la petite voiture rouge. Même ralentissement pour me dépasser lentement. Je regardai, à nouveau, sur ma gauche. Cette fois-ci, la jeune femme blonde me fit un petit signe de la main. Avec un effort supplémentaire, je levai mon bras gauche, lâchant mon guidon, pour lui rendre son signe...

Mais, jusqu'au col du H. je n'ai plus fait de rencontres "insolites". Arrivé là-haut, il y avait bien des voitures, mais aucune 106 rouge. Je m'assis sur un banc en bord de route. La vue était magnifique. Le soleil haut dans le ciel. La chaleur agréable et beaucoup plus supportable que dans la vallée, me permettait de savourer l'instant. Je mangeai mon sandwich. Dans ces moments d'efforts, il ne faut pas s'arrêter trop longtemps sous peine de perdre de la "niaque".

Je repartis pour continuer mon périple. Au retour, en soirée, fourbu, mais heureux, je prenais pleinement conscience de cette rencontre "insolite" qui avait failli me "couper la chique". Un magnifique souvenir !

Merci belle inconnue...



Copyright - 2013 - B.J. - Tous droits réservés -


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Oct - 22:25 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 2 194
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 6 Oct - 22:58 (2013)    Sujet du message: Un périple en bicyclette... Répondre en citant

C'est bien écrit, pratiquement sans faute, mais où est l'inceste ?
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet !

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
balista


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2012
Messages: 416
Localisation: ici et là

MessagePosté le: Dim 3 Aoû - 18:17 (2014)    Sujet du message: le cycliste Répondre en citant

il va venir, la belle blonde était une arrière petite cousine de derrière les fagots. Il faut lui laisser continuer à pédaler et ne pas lui couper la niak. 

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum histoires de chez nous Index du Forum -> Histoires à l'examen -> Vos récits, vos essais Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom